Bréville-les-Monts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bréville-les-Monts
Les vestiges de l'ancienne église Saint-Pierre.
Les vestiges de l'ancienne église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Cabourg
Intercommunalité Cabalor
Maire
Mandat
Sandrine Fosse
2014-2020
Code postal 14860
Code commune 14106
Démographie
Gentilé Brévillais
Population
municipale
650 hab. (2011)
Densité 137 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 29″ N 0° 13′ 31″ O / 49.241389, -0.22527849° 14′ 29″ Nord 0° 13′ 31″ Ouest / 49.241389, -0.225278  
Altitude Min. 11 m – Max. 63 m
Superficie 4,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Bréville-les-Monts

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Bréville-les-Monts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bréville-les-Monts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bréville-les-Monts
Liens
Site web www.breville-les-monts.fr

Bréville-les-Monts est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 650 habitants[Note 1] (les Brévillais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord de la plaine de Caen, aux portes du pays d'Auge. Son bourg est à 9 km au sud-est d'Ouistreham, à 10 km au sud-ouest de Cabourg et à 14 km au nord-est de Caen[1].

Communes limitrophes de Bréville-les-Monts[2]
Amfreville Amfreville, Merville-Franceville-Plage Gonneville-en-Auge
Ranville Bréville-les-Monts[2] Bavent
Hérouvillette Escoville Bavent

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Brivilla en 1108 et 1133[3] et Brevilla en 1198[4]. Il serait issu d'un anthroponyme germanique tel que Bero[3],[5] ou un hypothétique Bladher[4]. Le second élément est l'ancien français ville dans son sens originel de « domaine rural » hérité du latin villa rustica.

Le 26 août 2004 avec le décret n° 2004-886, Bréville devient Bréville-les-Monts[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, les parachutistes britanniques de la 5e brigade de la 6e division aéroportée sautent entre Ranville et Bréville[7]. Ils rejoignent les commandos du major Howard qui ont réussi à s'emparer du pont de Bénouville (Pegasus Bridge) sur le canal de Caen et du pont de Ranville sur l'Orne. Mais au contraire de Ranville, Bréville, situé sur une hauteur, permet à la 346e division allemande[7] de repousser les Britanniques à l'aube du 6 juin 1944[8]. Le village ne sera pris qu'au bout de plusieurs jours et le front ne progressera quasiment plus dans la zone pendant plus de 2 mois[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bréville-les-Monts

Les armes de la commune de Bréville-les-Monts se blasonnent ainsi :
De gueules à la rose d'argent en pointe ; au chef cousu de sable chargé de deux roses aussi d'argent[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 Guy Lechartier    
mars 2001 mars 2014 Joëlle Giroud-Viel    
mars 2014[10] en cours Sandrine Fosse SE Exploitante agricole
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints.

Résultat des élections municipales de mars 2008[modifier | modifier le code]

L'opposition n'ayant pas réussi à constituer une liste, la liste sortante, conduite par madame Giroud-Viel est réélue dans sa totalité avec 92 % des suffrages exprimés et une participation de 71 %[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 650 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
328 323 377 344 319 314 326 380 369
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
352 316 308 267 258 257 226 217 207
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
205 203 237 262 240 248 159 247 301
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
387 441 529 515 565 677 677 655 650
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

Le comité des fêtes et des loisirs de Bréville organise chaque année depuis plus de vingt ans une course à pied à la fin du mois de juin[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève,‎ 1998 (lire en ligne), p. 930
  4. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  5. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 79
  6. Décret n°2004-886 du 26 août 2004 portant changement de nom de communes.
  7. a, b et c Yann Magdelaine, Atlas du Débarquement, Rennes, éditions Ouest-France,‎ 2012, 103 p. (ISBN 978-2-7373-5657-5), p. 24
  8. Source : Mémorial de Caen
  9. « GASO, la banque du blason - Bréville Calvados » (consulté le 11 janvier 2014)
  10. « Sandrine Fosse à la tête de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 avril 2014)
  11. Résultats élections municipales Bréville 2008 : premier et second tour
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  14. « Restes de l'église », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Ouest-france.fr - 150 coureurs lors de la fête du pays - Bréville » (consulté le 13 juillet 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :