Périers-sur-le-Dan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Périer.
Périers-sur-le-Dan
L'église Saint-Ouen
L'église Saint-Ouen
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Ouistreham
Intercommunalité Communauté d'agglomération Caen la Mer
Maire
Mandat
Raymond Picard
2014-2020
Code postal 14112
Code commune 14495
Démographie
Gentilé Périésains
Population
municipale
500 hab. (2011)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 32″ N 0° 20′ 29″ O / 49.2588888889, -0.34138888888949° 15′ 32″ Nord 0° 20′ 29″ Ouest / 49.2588888889, -0.341388888889  
Altitude Min. 18 m – Max. 58 m
Superficie 2,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Périers-sur-le-Dan

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Périers-sur-le-Dan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Périers-sur-le-Dan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Périers-sur-le-Dan

Périers-sur-le-Dan est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 500 habitants[Note 1] (les Périésains).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par un petit ruisseau, le Dan qui a donné son nom à la commune. Le Dan est un ancien affluent de l'Orne. Il alimente aujourd'hui le canal de Caen à la mer. Couvrant 295 hectares, le territoire de Périers-sur-le-Dan est le moins étendu du canton d'Ouistreham.

Communes limitrophes de Périers-sur-le-Dan[1]
Mathieu Hermanville-sur-Mer Colleville-Montgomery
Mathieu Périers-sur-le-Dan[1] Biéville-Beuville
Mathieu,
Biéville-Beuville
Biéville-Beuville Biéville-Beuville

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Périers-sur-le-Dan a été définitivement adopté le 9 août 1888. Jusqu'à cette date, ce village avait porté différents noms dont Périers-en-Bessin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1803 1804 Lefèvre Duponchet    
1806 1832 Jean-François Tranchant    
1833   M. Lucas    
1835   Jean-François Tranchant    
1836 1854 Auguste Osmont    
1855 1869 Eugène Osmont    
1869 1876 Charles Constant Dupart    
1876 1888 Gustave Delaperrelle    
1888 1888 Charles Cagniard   élu maire, il refuse le poste
1888 1889 Isidore Louis    
1889 1892 Gustave Delaperrelle    
1892 1919 Charles Cagniard   le plus long mandat
1919 1929 Maurice Osmont    
1929 1944 Henri Le Maitre    
1944 1953 Élise Cagniard   première femme maire en France
1953 1970 André Cagniard    
1970 1995 Joseph Letellier    
1995 mars 2014 Jacques Le Carpentier   Ingénieur
mars 2014[2] en cours Raymond Picard SE Cadre retraité de l'industrie
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 500 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Périers-sur-le-Dan est la commune la moins peuplée du canton d'Ouistreham.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
309 298 293 219 265 250 229 238 226
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
224 213 226 208 221 215 179 183 200
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
200 181 149 163 157 174 180 198 187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
199 196 282 360 491 456 474 492 490
2011 - - - - - - - -
500 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]


Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale de la Saint-Ouen, le 24 août.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[7].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. « Raymond Picard succède à Jacques Le Carpentier », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 21 avril 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. « Restes d'église », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. « Site du Service territorial de l'architecture et du patrimoine du Calvados - Périers-sur-le-Dan » (consulté le 21 novembre 2011)
  7. « Périers-sur-le-Dan sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :