Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.
Saint-Germain-la-Blanche-Herbe
L'abbaye d'Ardenne.
L'abbaye d'Ardenne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Caen-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération Caen la Mer
Maire
Mandat
Joël Cosson
2014-2020
Code postal 14280
Code commune 14587
Démographie
Gentilé Saint-Germinois
Population
municipale
2 470 hab. (2011)
Densité 939 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 23″ N 0° 24′ 39″ O / 49.189722, -0.410833 ()49° 11′ 23″ Nord 0° 24′ 39″ Ouest / 49.189722, -0.410833 ()  
Altitude Min. 60 m – Max. 76 m
Superficie 2,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-la-Blanche-Herbe
Liens
Site web mairie-stgermainblancheherbe.fr

Saint-Germain-la-Blanche-Herbe est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 2 470 habitants[Note 1] (les Saint-Germinois[1]).

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Germain-la-Blanche-Herbe est une commune limitrophe du nord-ouest de Caen, formée de trois parties : le Bourg au sud-est, limitrophe du quartier caennais de La Maladrerie, le quartier d'Ardenne adossé au hameau de Cussy au nord, et le hameau de Franqueville à l'ouest. Cent hectares de la commune sont classés autour de l'abbaye d'Ardenne et forment le parc périurbain géré par Caen la Mer.

Communes limitrophes de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe[2]
Authie Authie Saint-Contest
Rots Saint-Germain-la-Blanche-Herbe[2] Caen
Carpiquet Carpiquet Caen
Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la commune rejoint dans sa majeure partie celle du hameau de la Maladrerie, situé sur le territoire de sa grande voisine, Caen, et celle de l'abbaye d'Ardenne, située au nord du bourg.

Pendant l'Occupation, le maire de la commune, Roland Vico, fabrique avec l'aide d'un prêtre de faux papiers pour les réfractaires du STO ou des juifs. Victime d'un piège en 1943, il est déporté à Mauthausen et libéré par les troupes alliées au début du mois de mai 1945. La commune est quasiment détruite lors de la bataille de Caen en juin-juillet 1944. La modernité relative des bâtiments dans le quartier de la mairie le montre tout à fait. Durant ces bombardements, l'église de Saint-Germain est touchée ; un obus s'écrase sur la nef, provoquant son effondrement. Seuls vestiges de l'église d'alors, le clocher pointe toujours ses arcades et sa flèche classiques, et la cloche, retrouvée dans les décombres, est suspendue au mur de la mairie. Le 9 juillet 1944, les 2e et 3e batteries du SS.Flak.Abteilung.12, ainsi que la Divisionsbegleitkompanie (compagnie d’escorte divisionnaire), abandonnent Saint-Germain-la-Blanche-Herbe pour se replier à Vaucelles. Les sapeurs canadiens viennent nettoyer le secteur de Saint-Germain infesté de mines. L'opération se déroule sous le feu ennemi et les chars canadiens répliquent en ouvrant le feu sur les maisons où sont retranchés les derniers SS qui fuient alors vers la Maladrerie. Les Canadiens peuvent ensuite entrer dans la ville de Caen pour libérer la rive gauche de l'Orne.

Saint-Germain-la-Blanche-Herbe sur l'atlas de Trudaine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ?   Roland Vico    
 ? mars 2001 André Thieurmel    
mars 2001 en cours Joël Cosson[3] PS Professeur d'université
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints.

Canton[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du canton de Caen-2, dont la conseillère générale est Marie-Line Sesboüé (PS, conseillère municipale de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe).

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 470 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Saint-Germain-la-Blanche-Herbe a compté jusqu'à 2 531 habitants en 1999.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
304 249 306 283 286 313 305 292 273
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
256 269 258 262 246 240 237 253 177
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
186 195 175 196 209 215 233 212 303
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
265 232 1 327 1 223 1 615 2 531 2 514 2 473 2 416
2011 - - - - - - - -
2 470 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Germain.
  • L'abbaye d'Ardenne (fondée en 1121) qui abrite l'IMEC (Institut Mémoires de l'édition contemporaine).
  • L'église Saint-Germain, dont l'essentiel date de la Reconstruction, a conservé à son extrémité une petite chapelle romane du XIIe siècle.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]