Périers-en-Auge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Périer.
Périers-en-Auge
Image illustrative de l'article Périers-en-Auge
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Dozulé
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Auge dozuléen (COPADOZ)
Maire
Mandat
Alain Fontaine
2014-2020
Code postal 14160
Code commune 14494
Démographie
Population
municipale
138 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 26″ N 0° 04′ 42″ O / 49.2572222222, -0.0783333333333 ()49° 15′ 26″ Nord 0° 04′ 42″ Ouest / 49.2572222222, -0.0783333333333 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 126 m
Superficie 5,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Périers-en-Auge

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Périers-en-Auge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Périers-en-Auge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Périers-en-Auge

Périers-en-Auge est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 138 habitants[Note 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes attestées sont Peries, Periez, Santa Maria de Piris (forme latinisée)[1].

Périers « poiriers » est attesté au Xe siècle sous la forme dialectale perier, suivi d'un -s locatif[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Ses lieux-dits et écarts sont : le Lieu Thil, le Lieu Gémare, le Fer des Champs, la Clôture, le Lieu Familly, le Lieu de Bernières, le Champ de l'Épine, Méricourt, le Lieu Manoury, le Moulin, la Cour de la Bergerie, le Valacre, la Croix Kerpin, la Mare Élan, l'École, le Lieu Gauvin, le Clos Richard et Saint-Évroult.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ? 2000 Jean-Louis Fleury    
2000 en cours Alain Fontaine[3] SE Inspecteur des impôts
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 138 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
139 104 146 101 121 129 116 130 129
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
132 121 117 117 122 124 129 131 155
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
171 154 157 139 159 155 140 121 132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
118 113 85 96 114 145 140 139 141
2011 - - - - - - - -
138 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XIXe siècle, existait sur le territoire de la commune le prieuré de Rouville et la chapelle Saint-Évrou, le tout datant du XIIIe siècle. Le prieuré et la chapelle sont abandonnés à l'état de ruines dès le XVIIIe siècle[6].

Formes attestées Rouvilla, Rotthovilla et Rodovilla. Il s'agit d'un toponyme médiéval en -ville « domaine rural » (mot issu du gallo-roman VILLA « grand domaine rural ») précédé du nom d'un personnage germanique Hrodo[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[8].
  1. Arcisse de Caumont (1859) Statistique monumentale de l'arrondissement de Pont-l'Évêque, page 95
  2. René Lepelley (1996) Étymologie des noms de communes de Normandie, éditions Charles Corlet, Presse universitaires de Caen, page 80.
  3. Réélection 2014 : « Périers-en-Auge (14160) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 mai 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 4 : Arrondissement de Pont-l'Évêque, Caen, Hardel,‎ 1862 (lire en ligne), p. 100
  7. René Lepelley (1996) Étymologie des noms de communes de Normandie, éditions Charles Corlet, Presse universitaires de Caen, page 212
  8. « Périers-en-Auge sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]