Ahun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ahun
Le monument aux morts et l'église Saint-Sylvain
Le monument aux morts et l'église Saint-Sylvain
Blason de Ahun
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Creuse
Arrondissement Guéret
Canton Ahun
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes C.I.A.T.E. du Pays Creuse-Thaurion-Gartempe
Maire
Mandat
Patrick Pacaud
2014-2020
Code postal 23150
Code commune 23001
Démographie
Gentilé Ahunois
Population
municipale
1 596 hab. (2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 05′ 14″ N 2° 02′ 45″ E / 46.0872222222, 2.0458333333346° 05′ 14″ Nord 2° 02′ 45″ Est / 46.0872222222, 2.04583333333  
Altitude Min. 331 m – Max. 564 m
Superficie 33,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de Creuse
City locator 14.svg
Ahun

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de Creuse
City locator 14.svg
Ahun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ahun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ahun

Ahun (Aiun en occitan) est une commune française située dans le département de la Creuse et la région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le bourg d'Ahun est située sur la RD 942 de Guéret à Aubusson à mi-chemin de chacune de ces villes. La Creuse longe la commune qui s'étend sur sa rive gauche et passe au pied du hameau de Busseau. Trois ruisseaux traversent la commune et se jettent dans la rivière : le ruisseau de Pognat qui prend ensuite le nom de ruisseau du Mas du Theil, le ruisseau de Félinas et le ruisseau de Lavaud qui prend ensuite le nom de ruisseau du Chezalet. Plusieurs étangs se trouvent sur le territoire communal, en particulier dans sa partie sud ; les deux plus notables sont l'étang d'Ayen et celui des Salesses. La commune est plutôt boisée, les deux principaux bois sont le bois d'Ahun et le bois Roueix.

Ahun est située à 11 km de Saint-Sulpice-les-Champs, à 13 km de Chénérailles, à 14 kmde Jarnages, à 20 km de Guéret et à 21 km de Pontarion et d'Aubusson.

Ahun est desservie par la gare de Busseau-sur-Creuse, située sur la commune dans le hameau du même nom, et est directement reliée avec les gares de Limoges-Bénédictins, de Montluçon-Ville et de Felletin.

Aux environs[modifier | modifier le code]

  • Le Moutier-d'Ahun :

Situé à 2 km d'Ahun le village de Moutier-d'Ahun est célèbre par ses superbes boiseries baroques situées dans l’église (voir la page de cette commune)

Viaduc de Busseau
  • Le village de Masgot : Masgot (ne pas prononcer le s) est situé sur la commune de Fransèches, à environ 6 km au sud d'Ahun. La curiosité de ce petit village est la présence de très nombreuses sculptures taillées dans le granit réalisées au XIXe siècle par l'un de ses habitants, François Michaud. De nos jours on peut y effectuer des stages de tailleur de pierre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne cité gallo-romaine, Acitodunum[1], située à un important carrefour de la voie romaine de Lyon à Saintes, elle possède une église et des maisons en granite.

Elle a eu un atelier monétaire sous les Mérovingiens. On y remarquait jadis une vieille forteresse appelée « château du Rocher ».

Ahun a été un ancien prieuré placé sous l'invocation de saint Silvain, saint qui a été martyrisé dans cette ville le 16 octobre 407.

Petit à petit, Ahun devient une ville libre qui obtient de ses seigneurs le droit de s'administrer elle-même par des chartes :

  • la première charte d'affranchissement est accordée en 1228 par Hugues XII, comte de la Marche.
  • Hugues XIII confirma cette charte en 1286 et permet aux habitants de se marier sans le consentement du seigneur.
  • le fils de François Ier, Charles, duc d'Orléans, comte de la Marche, ordonne une charte qui stipule que les habitants de la ville d'Ahun « ne pourront faire le charivari à aucun des habitants de ladite ville, soit mariant et remariant ; mais que celui qui se marie ou remarie en ladite ville, devra aux compagnons à marier, quatre pots de vin, quatre pains et un mets de viande, ou devra bailler cinq sols pour le dit droit en ce que lesdits compagnons ou consuls seront tenus d'accompagner lesdits mariés, allant et venant de leur maison à l'église. »

Au XIIIe siècle, Ahun a été une des sept châtellenies qui rendaient la justice au nom du comte de la Marche ; le 14 juin 1686, cette châtellenie a été cédée par Louis XIV au duc de la Feuillade en échange de Saint-Cyr.

Au village de Chantemille, il existe un vieux château féodal. En 1465, Louis Dupuis, seigneur de Chantemille, obtint du comte de la Marche la permission d'y faire faire le guet et garde jour et nuit, c'est lui qui est à l'origine du château actuel qui a été augmenté d'une aile au début du XVIe siècle. Chantemille était une cure placée sous l'invocation de sainte Radegonde ; il fut défendu au chapelain, en 1662, d'y faire aucune fonction curiale. La chapelle castrale située au château de Chantemille était en ruines vers 1590, puis restaurée en 1618 et de nouveau ruinée. Vers 1927-1930, on déblaya les ruines mettant au jour un autel gallo-romain qui servait de support à la table d’autel : « le cippe de Chantemille », il est toujours visible aujourd’hui. La partie basse de la chapelle Sainte-Radegonde, qui forme une terrasse surplombant la vallée de la Creuse, existe encore ainsi que la table d'autel du XVe siècle et deux portes en plein cintre visiblement du XVIe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Ahun.svg

Les armoiries d'Ahun se blasonnent ainsi :

Fascé d'argent et d'azur de six pièces.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 ... Patrick Pacaut[2]   -
mars 2001 mars 2008 Colette Lauvergne - -
mars 1989 mars 2001 Christianne Chaubier - -
mars 1977 mars 1989 Pierre Lamiraud - -
mars 1971 mars 1977 Camille Aumasson - -
octobre 1947 mars 1971 Marcel Arnaud - -
1944 octobre 1947 Camille Aumasson - -
1930 1944 Adrien Coursaget - -
1919 1930 Jacques Chabrol - -
mai 1912 1919 Louis Meaume - -
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 596 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 850 1 564 1 711 1 993 2 212 2 183 2 112 2 203 2 242
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 194 2 285 2 450 2 330 2 360 2 392 2 475 2 445 2 349
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 307 2 223 2 152 1 803 1 764 1 788 1 830 1 692 1 574
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 491 1 623 1 605 1 529 1 481 1 501 1 568 1 560 1 579
2011 - - - - - - - -
1 596 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Ahun comptait en 1847 2 303 habitants et 200 migrants soit 8,7 % de la population. Parmi ces 200 migrants, 200 étaient maçons[5]

Les boiseries du chœur
Le chevet de l'église
Église d'Ahun, Creuse, France. Piéta du XVe siècle

Monuments[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Entouré de prés et de bois, le lycée agricole d'Ahun, possède aussi son étang. Les élèves font passer la population du village de 1 500 hab. à plus de 2 000 hab. Les formations proposées au lycée sont les suivantes :

  • Dans le 1er cycle :
    • 4e et 3e technologiques
  • Dans l'enseignement professionnel :
    • BEPA Conduite de Production Agricole option productions animales
    • BEPA Services option services aux personnes ou secrétariat - accueil
    • BTA Commercialisation et Services option services administratifs (orientation secrétariat vétérinaire) ou services en milieu rural
    • Bac pro Conduite et Gestion de l'Entreprise Agricole option productions animale
  • Dans l'enseignement général :
    • Seconde générale et technologique
    • Bac techno série STAV sensibilisation « aménagement » ou « production »
  • Dans l'enseignement supérieur :
    • BTSA ACSE
    • BTSA Aquaculture, parfois appelé BTSA Productions aquacoles
    • BTSA Gestion et maitrise de l'eau/Gestion des services d'eau et d'assainissement
    • Licence professionnelle Gestion de Ressources et Production d'Eau
    • Licence professionnelle Gestion du patrimoine naturel

Les deux licences se font en partenariat avec l’université de Limoges

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]