Sous-Parsat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sous-Parsat
La voûte de l'église.
La voûte de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Canton Saint-Sulpice-les-Champs
Intercommunalité Communauté de communes C.I.A.T.E. du Pays Creuse-Thaurion-Gartempe
Maire
Mandat
Michel Conchon
2014-2020
Code postal 23150
Code commune 23175
Démographie
Population
municipale
136 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 23″ N 1° 58′ 51″ E / 46.0563888889, 1.9808333333346° 03′ 23″ Nord 1° 58′ 51″ Est / 46.0563888889, 1.98083333333  
Altitude Min. 486 m – Max. 647 m
Superficie 9,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de Creuse
City locator 14.svg
Sous-Parsat

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de Creuse
City locator 14.svg
Sous-Parsat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sous-Parsat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sous-Parsat

Sous-Parsat est une commune française située dans le département de la Creuse en région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Sous-Parsat est formée d'un bourg et de 7 hameaux: (La Chapelle-Pognat, Le Pont, Le Sec, Les Fayolles, Les Loges, Les Vergnettes, Mareilles).

Le Bourg est situé à 8,5 km d'Ahun.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Michel Conchon    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 136 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250 399 400 362 366 335 558 539 512
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
501 474 468 454 430 434 443 440 426
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
456 404 373 335 356 291 315 295 252
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
227 203 191 181 155 138 149 136 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments remarquables[modifier | modifier le code]

  • L'église de Sous-Parsat fut entièrement détruite sous la Révolution, elle a été reconstruite en 1870 dans le style néo-roman. D'aspect extérieur très dépouillé, elle est ornée à l'intérieur, depuis 1985, de très belles et très expressives fresques modernes dues au peintre Gabriel Chabrat. Il a représenté l'ancien et le nouveau testament en utilisant volontairement des couleurs primaires et des formes exagérées pour interpeller et créer un choc visuel. Des vitraux prolongent les différentes scènes. Outre les thèmes religieux, les comportements humains, les passions, l'exode des peuples, les persécutions... sont abordés.
La Cène
La lutte du Bien et du Mal
  • Vestiges gallo-romains : deux stèles à l'entrée de l'église, coffre funéraire dans le village.
  • Dans le bas du village se trouve un intéressant ensemble hydraulique : fontaine, lavoir, et abreuvoir.

Personnage important[modifier | modifier le code]

  • Le peintre Gabriel Chabrat, qui a décoré l'église de fresques aux couleurs vives, vit à Sous-Parsat où il a son atelier.
Il a aussi décoré de fresques avec ses élèves le collège de Chénérailles.
Il est aussi maître cartonnier, la bibliothèque du collège de Chénérailles est décorée d'une grande tapisserie qui est l'une de ses œuvres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :