Glanum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Glanum
Vue de la partie nord du site de Glanum : forum, thermes et quartier résidentiel
Vue de la partie nord du site de Glanum : forum, thermes et quartier résidentiel
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Commune Saint-Rémy-de-Provence
Coordonnées 43° 46′ 26″ N 4° 49′ 58″ E / 43.773805, 4.83276143° 46′ 26″ Nord 4° 49′ 58″ Est / 43.773805, 4.832761  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Glanum
Glanum

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Glanum
Glanum
Époque grecque puis romaine

Glanon, cité grecque vouée à un dieu guérisseur[1], avant d'être le Glanum cité antique de l'empire romain, sur la commune de Saint-Rémy-de-Provence dans les Bouches-du-Rhône. Elle a connu son apogée à l'époque du premier empereur romain Auguste. Son développement s'est appuyé sur la protection des reliefs des Alpilles, la présence d'une source (sacrée) et le voisinage de la Voie Domitienne.

La ville repose sur plusieurs strates d'occupation, que l'on peut regrouper en trois grandes périodes: période gauloise, période d'influence hellénistique, et enfin période romaine.

Localisation[modifier | modifier le code]

Glanum sur la Carte Peutinger.

Glanum est une ville sanctuaire au carrefour de deux voies antiques reliant l'Italie à l'Espagne, l'une par les Alpes. Située au sud de la ville de Saint-Rémy-de-Provence, en direction des Baux-de-Provence, la cité s'étend à l'entrée d'un défilé rocheux qui mène au mont Gaussier. À l’entrée du site, de l'autre côté de la route départementale, on aperçoit le cénotaphe des Iulii (dit à tort mausolée) et l'Arc de triomphe de Glanum, voisin de quelques mètres, qu'on appelle traditionnellement les « Antiques de Saint-Rémy-de-Provence ». Leur situation au flanc des Alpilles et leur état de conservation leur ont assuré une célébrité bien antérieure à la redécouverte tardive de la ville de Glanum.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période de l'indépendance[modifier | modifier le code]

La fondation de la ville de Glanum remonte au Premier Âge du Fer, avec un aménagement de pente au-dessus d'une source que l'on suppose avoir été très tôt un lieu de culte (associé au dieu Glan ou Glanis). De plus, les falaises des vallons escarpés des Alpilles formaient des remparts naturels, ce qui était à l'époque un atout défensif. La ville se développe considérablement au cours du IIe siècle av. J.-C. après une longue stagnation de deux siècles. En effet, dès le IVe siècle av. J.-C., le rapide développement de la ville d'Arles attire les forces vives de toute la région et des Alpilles. Mais la première moitié du IIe siècle av. J.-C. marque l'arrêt de l'expansion arlésienne et, peu à peu, les élites locales se disséminent de part et d'autre, ce qui va participer au fort développement de Glanum[2]. Le sanctuaire est protégé par une enceinte mais la ville s'étend plus largement en direction des Antiques pour la partie découverte, dans les vallons voisins et au delà du sanctuaire pour les parties encore enfouies. Le peuple des Glaniques appartenait à la confédération des Salyens.

Dans les derniers temps de l'indépendance, de véritables constructions de type grec, directement inspirées de Marseille, sont édifiées : maisons à péristyle, temple, puits à dromos... L'imitation est telle que l'on trouve également un bouleutérion et un prytanée. L'ensemble, encore bien préservé de nos jours, a pu faire croire à une occupation de la ville par les Marseillais. Il semble au contraire que la confédération des Salyens ait connu là ses derniers feux, peut-être entre la prise d'Entremont en 125/124 et le triomphe de Caecilius sur les Salyens daté de 90 av. J.-C.

Période romaine[modifier | modifier le code]

Après la défaite des Salyens face aux Romains, la ville, désormais appelée Glanum, s'intègre dans un empire romain en construction[3].

La ville intègre peu à peu des éléments essentiels de l'urbanisme romain : un réseau important d'adduction en eau avec des canalisations en plomb ainsi qu'un vaste réseau d'assainissement par des égouts. On y érigea des temples en l'honneur de l'empereur et de la famille impériale, des thermes, une basilique, une curie, un forum.

Les notables locaux purent accéder à la citoyenneté romaine grâce à la concession du droit latin dans les dernières décennies avant notre ère[4]. La ville est ainsi la capitale d'une civitas, petite circonscription territoriale jouissant d'une autonomie face à l'Empire. Ce statut de capitale prend fin vers 200, lorsque la civitas de Glanum est rattachée à une de ses voisines, probablement celle d'Avignon[5].

Le cénotaphe des Iulii, appelé communément le mausolée, qui se trouve à côté de l'arc de triomphe, exprime l'importance de la romanisation d'une partie de l'élite locale à l'époque augustéenne. On peut y lire sur sa face nord l'inscription SEX.M.L.IVLIEI.C.F.PARENTIBVS.SVEIS qui se traduit par: Sextus, Marcus et Lucius Julius, fils de Caius, à leurs parents (ndlr: ancêtres) de bonne grâce et à juste titre. La source continua à jouer un rôle important dans les cultes de la cité. Des vétérans des légions venaient faire soigner leurs blessures. Agrippa lui-même vint y faire soigner sa jambe, et en remerciement fit construire un petit temple corinthien dédié à la bonne santé, dit Temple de Valetudo. Toutefois les dieux le plus souvent attestés à Glanum sont Hercule et Silvain, ce dernier étant sans doute une interpretatio du dieu celte Sucellos[4].

Antiquité tardive et haut Moyen âge[modifier | modifier le code]

La période de prospérité de la ville s'arrête avec sa mise à sac lors des invasions barbares qui secouent la Gaule pendant la seconde moitié du IIIe siècle. Saccagée aux alentours de 270, la ville est alors abandonnée, ses pierres utilisées pour construire ce qui deviendra la ville de Saint-Rémy-de-Provence. Les vestiges de Glanum disparurent sous les alluvions s'écoulant des Alpilles voisines. Elle fut redécouverte par les archéologues au XXe siècle. Les premières fouilles débutèrent en 1921 et les grandes campagnes se déroulèrent jusqu'au début des années 1970. Depuis, les archéologues ne sont plus sur place en permanence mais reviennent de temps à autre pour de nouvelles recherches. Les dernières fouilles étaient préparatoires à la restitution du forum inauguré en 2008.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La conservation des vestiges et du mobilier des fouilles archéologiques, dans l'ancien hôtel de Sade[modifier | modifier le code]

Hôtel Renaissance, dit Sade, construit sur la place Favier, face au musée des Alpillessur les ruines d'un édifice romain (IVe siècle)[6], cette belle bâtisse a d'abord appartenu au XVe siècle et au XVIe siècle à la famille de Fos comtes de Provence dont une fille épousa un membre de la famille de Sade, branche d'Eyguières avant d'être un centre occupé par les réformés du XVIIe siècle[7].

Jusqu'en 1941, la maison servit de dépôt de peaux pour un boucher de Saint-Rémy. Achetée par l'État en 1941, après avoir été classée au titre des monuments historiques par arrêté du 7 octobre 1926[8], [9], l'hôtel renferme le mobilier archéologique trouvé à Glanum et aux environs, ainsi qu'une importante statuaire et un lapidaire abondant, constitué d'éléments architecturaux, de stèles funéraires et d'autels votifs, d'époque celto-ligure, hellénistique et gallo-romaine[10]. Sa vitrine complète parfaitement la découverte du site gallo-romain[11].

Les servitudes de protection[modifier | modifier le code]

Les sites de Glanum et des Antiques ont bénéficié de protections juridiques cohérentes et complètes, aussi bien pour la protection des vestiges que pour la protection de l’environnement et de la faune.

Les protections au titre des monuments historiques.

Ont été classés en 1925 - 1935 et 1938 : Les restes du monument dit Temple de Silvanus, quartier Saint-Paul ; Les parcelles de terrain avoisinant le temple de Silvanus ; Les terrains acquis par l'État dans le voisinage du temple de Silvanus[12], [13].

Le sol et les anciennes carrières entre Saint-Paul, Glanum et les Antiques, dites aussi Carrières Michel, Manson et Saint-Paul, ainsi que les treuils, les puits d'extraction et autres vestiges de l'exploitation situés sur et sous les parcelles ont fait l’objet d’une inscription sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques le 26 avril 1989.

Les protections au titre des sites et de la faune.

Un site coupé en deux par une route[modifier | modifier le code]

Arc de triomphe de Saint-Rémy, en 1921
Les Antiques, de l'autre côté de la route.

Trois types de problèmes se posaient pour la mise en valeur du « site de Glanum » : la présentation et la lisibilité des vestiges, l'accueil du public et la recherche de reconstitution du site dans sa globalité.

Dans un premier temps, pour rendre le monument plus parlant, il a été décidé de réaliser une restitution de l'angle du plus petit des temples géminés (les temples géminés étaient dédiés au culte des familles impériales), l'ouvrage est donc représenté en grandeur nature pour permettre aux visiteurs de se rendre compte de l'échelle des constructions initiales.

Les conditions de mise en valeur du site[22], de réalisation d’un anastylose et d’un bâtiment d’accueil bien intégré au site[23] répondent aux attentes du public.

Enfin, à l'initiative de la Caisse nationale des monuments historiques et des sites (aujourd'hui Centre des monuments nationaux), un nouveau bâtiment d'accueil, a été construit et des belvédères aménagés sur la colline surplombent le centre monumental afin d'offrir une vue panoramique du site.

Ces premiers travaux d'amélioration de l'accueil du public introduisent déjà nettement mieux, pédagogiquement, la visite.

Mais le plus difficile reste à résoudre, car le site est coupé en deux par une route départementale. L'arc de triomphe, qui solennisait l'entrée nord de la ville en évoquant la conquête de la Gaule par Rome, se trouve désormais de l'autre côté de la route. La franchissement du site par la route départementale rompt la continuité urbaine entre les Antiques et Glanum.

Des études préliminaires de faisabilité ont proposé des bases de discussion pour l'élaboration d'un réaménagement complet des sites ayant pour objectif de rétablir l'homogénéité et l'intégrité historique et archéologique du site, au moins dans ses parties essentielles.

Il prévoyait notamment un contournement routier évitant cette coupure dommageable du site archéologique, tout en éloignant le nouvel emplacement de la route de la zone des carrières, à la fois protégées au titre des monuments historiques et une zone de protection du biotope. D'autre part, il esquissait un programme global de mise en valeur posant les bases d'un dialogue pour l'amélioration de la présentation de ce site majeur[24],[25].

En s'appuyant sur l'étude préliminaire mais en la complétant de manière plus complète avec les connaissances acquises et les exigences auxquelles il faut répondre, le label "Grand site de France ” devrait pouvoir être sollicité auprès du ministre chargé des sites pour ces ensembles de grande notoriété et de forte fréquentation. Toutefois l'attribution du label est subordonnée à la mise en œuvre d'un projet de préservation, de gestion et de mise en valeur du site, répondant aux principes du développement durable[26]. Le site a également un fort potentiel pour espérer bénéficier d’une inscription sur la liste des sites archéologiques d'intérêt national où même au titre d’un atelier européen de gestion des sites archéologiques (AGESA) du Conseil de l’Europe, si un projet cohérent est élaboré avec d'autres pays qui ont à traiter le même type de doctrine à définir, pays qui interviendraient alors en réseau[27].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H. Rolland, directeur des fouilles, Glanum, Notice archéologique, Saint-Rémy de Provence, Musée Saint-Rémy de Provence,‎ 1952
  • Présentation Marie Mauron, Séquences Jean Valbonne, La Provence, Genève, Editions Minerva S.A.,‎ 1981
    Saint-Rémy-de-Provence pp. 34 à 37
  • Collectif, Conception Françoise Thurel, Travaux de restauration Saint-Rémy-de-Provence, Glanum, Aix-en-Provence, Ministère de la culture et de la francophonie, Direction régionale des affaires culturelles (Conservation régionale des monuments historiques), Réalisation Lignes Communication,‎ juillet 1993, 12 p. (ISSN 1141-507 X)
    Histoire ; Archéologie ; Mise en valeur ; Architecture ; Sculpture ; Partenaires

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Avec la collaboration de Paul Becquaire, La Provence, Paris, Éditions Atlas,‎ 1976, 64 p.
    Documentaires alpha. Retour à la civilisation gréco-latine, pp. 4 à 6 ; la Provence des monuments, pp. 6 et 7
  2. Patrice Arcelin, « Le peuplement de Alpilles durant l'âge du Fer », dans Guy Barruol (dir.) et Nerte Dautier (dir.), Les Alpilles : Encyclopédie d'une montagne provençale, éd. Les Alpes de Lumière, Forcalquier, 2009, 347 p. 143.
  3. R. Haeussler, « Beyond 'polis Religion' and sacerdotes publici in Southern Gaul » dans J.H. Richardson, F. Santangelo, Priests and State in the Roman World, Stuttgart, 2011, p. 402
  4. a et b (mul) Brochure de visite du CMN
  5. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 17-18
  6. Collectif (Conservations régionales des monuments historiques, des antiquités préhistoriques, des antiquités historiques, avec la collaboration d'A. Roth-Congès, IRAA-CNRS), Coordination générale : René Dinkel conservateur régional des monuments historiques, E. Decugnière, H. Gauthier, Suivez le guide, Monuments historiques Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur (Office Régional de la culture) et Ministère de la Culture (Direction régionale des affaires culturelles Provence-Alpes-Côte d'Azur),‎ 1986, 200 p.
    Guide présentant l'histoire des monuments historiques ouverts au public en Provence-Alpes-Côte d'Azur (traduit en allemand et anglais). pp. 113-114, Saint-Rémy-de-Provence : Glanum ; Les Antiques ; L’hôtel de Sade (rue du Parage à Saint-Rémy), voir aussi carte thématique 1. Sites et monuments antiques en PACA
  7. Hôtel particulier du XVe siècle, Classé par arrêté du 07 octobre 1926
  8. « Notice no PA00081446 », base Mérimée, ministère français de la Culture l'"hôtel de Sade", a été aménagé en musée lapidaire
  9. « Notice no PA00081453 », base Mérimée, ministère français de la Culture Baptistère
  10. Site archéologique de Glanum, page 7 : Quelques objets issus des découvertes pour illustrer le quotidien des habitants de l’époque … conservés à l’Hôtel de Sade à St Rémy de Provence
  11. Ce bel hôtel particulier est devenu le Musée Archéologique et le lieu de dépôt du mobilier et d'éléments sculptés
  12. « Notice no PA00081444 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fouilles de Glanum : temple païen ; carrière ; puits d'extraction
  13. Protections au titre des monuments historiques.
    • Les monuments historiques de Saint-Rémy-de-Provence] : Arc de triomphe ; Carrières de Glanum (Ancienns) ; Hôtel de Sade (ancien) ; Mausolée ; Mur de Marius ; Ruines gallo romaines dites de la maison Regnier ; Site archéologique de Glanum ; Site archéologique du Plateau des Antiques,…°
  14. Les protections au titre des sites sur la commune se Saint-Rémy-de-Provence.
    • La partie du plateau des Antiques à Saint-Rémy-de-Provence parcelles 733, 734, 739, 757, 758, 762p, 763p, 764, 765, 767 section F, 1927p à 1930p, 1936, 1943, 1950, 1957, 1959, 1960, 2026p, 2027 à 2029, 2031 à 2039, 2042 section E : Décret du 30 septembre 1937 = 26 hectares.
    • La partie du plateau des Antiques à Saint-Rémy-de-Provence parcelles 735 à 738, 740 à 749, 755, 756, 761, 762p, 763p, 766, 774 section F, 1944 à 1949, 2026p, 2030, 2038, 2040, 2041, 2043 à 2050 section E : Arrêté du 30 septembre 1937.
    • La partie du plateau des Antiques à Saint-Rémy-de-Provence parcelles 775 appartenant à M. Rolland et à Mme Galleron et 776, 792 et 2058 section E appartenant à la commune : Arrêté du 8 novembre 1938
  15. La protection au titre des sites : Plateau des Antiques : Site classé par décret du 30 septembre 1937 et arrêtés des 30 septembre et 8 novembre 1938 et la chaîne des Alpilles : Site inscrit le 26 juillet 1965
  16. Décret du 30 janvier 2007 portant classement du parc naturel régional des Alpilles
  17. ZICO
  18. Zone de Protection Spéciale (ZPS) Les Alpilles
  19. Zone spéciale de conservation (ZSC)
  20. 27 juillet 1998 : Zone de protection nécessaire à l’hibernation de la reproduction de chauves-souris constitué par les carrières souterraines de Saint-Rémy-de-Provence (carrière Saint-Paul, carrière Deschamp). Voir aussi : Chiroptera
  21. 1er juillet 1996 : Zone de protection de l’aigle de Bonelli sur la commune de Saint-Rémy-de-Provence (La Caume)
  22. Les réflexions des « Entretiens du Patrimoine » qui se sont déroulés à Caen en novembre 1990 sur le thème Faut-il restaurer les ruines ? Ruine historique ruine symbolique, Conservation lisibilité, Restitution Invention, Reconstruction réutilisation : p. 140 : Le site archéologique de Glanum : problématique de la mise en valeur, par Jean-Paul Jacob directeur des antiquités région Provence-Alpes-Côte d’azur ; p. 143 : Glanum : faut-il restaurer les ruines du petit temple ? par Jean-Pierre Dufoix, inspecteur général des monuments historiques, ont permis de clarifier les problèmes et de définir des principes et doctrines de conservation
  23. La maîtrise d'œuvre a été assurée par Jacques Valentin, qui avait également conçu l'archéodrome de Beaune à partir des recherches effectuées sous le contrôle de Jean-Bernard Devauges(†), alors Directeur des Antiquités de Bourgogne.
  24. René Dinkel, L'Encyclopédie du patrimoine (Monuments historiques, Patrimoine bâti et naturel - Protection, restauration, réglementation. Doctrines - Techniques - Pratiques), Paris, éditions Les Encyclopédies du patrimoine,‎ septembre 1997, 1512 p. (ISBN 2-911200-00-4)
    Chapitre VI-2 La conservation intégrée, Le site de Glanum à Saint-Rémy-de-Provence, pp 168-169; Chapitre VII Le patrimoine architectural au service de l’écologie, pp. 195 à 223; et notices Anastylose, p. 386; Paysages, pp. 1019 à 1021; Protection de la montagne et protection de la nature, p. 1083; Protection des paysages, Protection des sites naturels, p. 1084; Protection des vestiges et Protection physique des vestiges archéologiques, p 1087; Publicité, pp.1089 à 1091; Site classé, Site inscrit, Site protégé, p. 1173
  25. Plan patrimoine antique de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Saint-Rémy-de-Provence : Les Antiques
  26. Liste des Grands Sites de France et des projets en cours (Opérations Sites), Août 2012
  27. Ce type de projet porte sur la mise en valeur de sites archéologiques majeurs qui recèlent un fort potentiel de développement local, avec pour objectif de contribuer à promouvoir les conditions d’accueil, d’interprétation et de compréhension. Il a déjà été attribué pour 3 sites archéologiques importants (Arles, France - Messine, Grèce - Pompéi, Italie) travaillant en réseau dans la perspective d’une meilleure sensibilisation du public