Mazeirat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mazeirat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Creuse
Arrondissement Guéret
Canton Ahun
Intercommunalité Communauté de communes C.I.A.T.E. du Pays Creuse-Thaurion-Gartempe
Maire
Mandat
Christophe Martin
2014-2020
Code postal 23150
Code commune 23128
Démographie
Population
municipale
138 hab. (2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 35″ N 1° 58′ 55″ E / 46.1430555556, 1.9819444444446° 08′ 35″ Nord 1° 58′ 55″ Est / 46.1430555556, 1.98194444444  
Altitude Min. 330 m – Max. 459 m
Superficie 7,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de Creuse
City locator 14.svg
Mazeirat

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de Creuse
City locator 14.svg
Mazeirat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mazeirat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mazeirat

Mazeirat (Maseirac en occitan) est une commune française du canton d'Ahun, située dans le département de la Creuse en région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Creuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

À l'issue des élections municipales de mars 2008, Christophe Martin a été élu maire de la commune[1] par le nouveau conseil municipal (composé de 11 membres compte tenu de la population de la commune).

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 Alfred Richard DVG retraité
mars 2008 Christophe Martin agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des 1er adjoints successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 Christophe Martin Salarié chambre agriculture
mars 2008 Marie-Claude Furet Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des 2èmes adjoints successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 Denis Bonnet Agriculteur
mars 2008 Denis Bonnet Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 138 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
285 282 271 242 278 292 276 281 309
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
300 288 301 298 302 288 302 306 300
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
305 272 264 212 221 215 234 201 178
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
178 164 162 162 142 137 138 138 138
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village dispose d'une petite église typique, construite en pierres (granit) à l'époque romane (elle a subi d'importantes restaurations à l'époque moderne). L'édifice comporte un clocher octogonal en charpente et sa flèche se dresse sur l'extrémité occidentale de la nef. À l'ouest, s'ouvre en plein cintre un portail à deux battants alors qu'au nord, une petite porte brisée complète les entrées. À l'intérieur, une voûte en torchis enduit couvre l'unique nef. Une niche abrite les fonts baptismaux. Des vestiges d'ogives sont conservés sur les murs du chœur. Au sud, une chapelle élargit l'édifice. Une baie haute et étroite perce le chevet plat. Sur un des murs de l'édifice, on peut voir des visages gravés dans la pierre. L'église Saint-Pierre conserve un tabernacle en bois peint et ses statuettes, des statues en bois polychrome du XVIIIe siècle (saint Pierre, sainte Catherine d'Alexandrie, saint Jean), une bannière de procession moderne et une peinture sur toile du XIXe siècle, représentant la vierge à l'enfant.

Un cimetière entourait autrefois l'église, avant d'être déménagé à l'extérieur du village sur la route conduisant aux villages de Longeville et Le Breuil.

La fontaine Saint-Pierre située à la sortie du bourg de Mazeirat sur la route de Pouzeaud est consacrée au saint patron de la commune : saint Pierre es liens.

Des vestiges gallo-romains sont présents à divers endroits de la commune. On trouve les ruines de plusieurs villas dont une d'un dénommé Mazerius. Son nom est vraisemblablement à l'origine du nom du bourg.

Un rocher dans lequel des orifices ont été creusés pour disposer des vasques pouvant contenir des cendres (rituelles) est visible en plein champ sur la route de Mazeirat en direction du lieu-dit Pouzeaud en face du bois dit des Jasses (pies en patois).

La commune dispose également d'un certaine nombre de puits et de lavoirs en bon état.

Le circuit des Brandes, mis en place par l'Association la Digitale permet, sur 4 km de découvrir, la flore locale enrichie d'espèces ornementales. Des visites guidées sont proposées par l'Office de Tourisme d'Ahun.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Mazeirat est membre de la communauté de communes Creuse Thaurion Gartempe (CIATE) qui regroupe 28 communes réparties sur trois cantons (d'Ahun, Pontarion et Saint Sulpice Les Champs), soit près de 7800 habitants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :