Jean Auclair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auclair.
Jean Auclair
Image illustrative de l'article Jean Auclair
Fonctions
Ancien député de la 2e circonscription de la Creuse
Législature Xe, XIe, XIIe, XIIIe (Cinquième République)
Prédécesseur Gaston Rimareix
Successeur Aucun (suppression de la circonscription)
Maire de Cressat
En fonction depuis le
Conseiller général du canton d'Ahun
En fonction depuis le
Prédécesseur Jean-Claude Pasty
Conseiller régional du Limousin
Successeur Vincent Turpinat
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Vigeville (Creuse)
Parti politique UMP
Profession Éleveur

Jean Auclair, né le à Vigeville (Creuse), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éleveur à Cressat, négociant en bestiaux, Jean Auclair a été élu député de la Creuse (2e circonscription) en 1993 face à Gaston Rimareix. Jean Auclair a été réélu en 1997, 2002 et 2007. Il faisait partie à l'Assemblée nationale du groupe UMP ; il était auparavant inscrit au groupe RPR, bien qu'élu la première fois sous l'étiquette divers droite. Il est en outre président de la fédération UMP de la Creuse depuis la création de celle-ci en 2002.

Jean Auclair est partisan du rétablissement de la peine de mort ; en avril 2004, il est cosignataire d'un projet de loi présenté par Richard Dell'Agnola visant à « rétablir la peine de mort pour les auteurs d’actes de terrorisme »[1].

Opposé à Georges Sarre, originaire de la Creuse (Sarre est en effet né à Chénérailles)[2], Jean Auclair a été réélu député en juin 2007 au second tour de scrutin avec une confortable majorité.

Tête de liste départementale creusoise de l'UMP aux élections régionales de 2010, il signe le meilleur score de la droite en Limousin mais démissionne de son poste de conseiller régional le 12 avril, frappé par le cumul des mandats[3].

En 2011, SOS Racisme porte plainte contre lui pour ses commentaires des propos du ministre Claude Guéant « Quand on s'appelle Mohamed, on n'est pas français ? », le député avait répondu : « Si, il y en a, mais ce n'est pas tout à fait pareil parce que ça se remarque plus facilement [4]. »

Fortement menacé par la réduction de 2 à 1 du nombre de députés de la Creuse pour l'élection législative de 2012, Jean Auclair s'est associé à des propositions de loi visant à maintenir à 2 le nombre de députés de ce département d'environ 125 000 habitants. Il était candidat UMP dans l'unique circonscription de la Creuse les 10 et 17 juin 2012. Il a été battu par Michel Vergnier, le candidat du PS le 17 juin 2012.

Il est également secrétaire national de l'UMP en charge de l'Élevage. En mai 2012, il dépose plainte contre X pour menaces de mort après avoir reçu une lettre anonyme lui promettant "le même sort que Yann Piat"[5].

Détail des mandats[modifier | modifier le code]

Mandat parlementaire[modifier | modifier le code]

Député

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Conseil municipal

  • Depuis le 27/03/1977 : maire de Cressat

Conseil général

  • depuis le 10/09/1989 : conseiller général de la Creuse, élu dans le canton d'Ahun

Conseil régional

  • 21/03/2010 - 12/04/2010 : conseiller régional du Limousin

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.assemblee-nationale.fr/12/propositions/pion1521.asp
  2. George Sarre était alors maire du 11e arrondissement de Paris, présenté en vertu d'un accord entre le PS et le MRC de Jean-Pierre Chevènement)[réf. nécessaire]
  3. Le Populaire du Centre - Démission de Jean Auclair : tout sauf une surprise, 13 avril 2010
  4. « SOS Racisme: plainte contre Jean Auclair », le Figaro.fr,‎ 30 juin 2011 (consulté le 5 juillet 2011)
  5. Un député UMP menacé de mort, Le Figaro, 12 mai 2012.

Lien externe[modifier | modifier le code]