Bataille de Santiago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bataille de Santiago de Cuba
Bataille de Santiago Football pictogram.svg
Batalla de Santiago.jpg
La sortie du terrain de Giorgio Ferrini après son expulsion.
Contexte
Compétition Coupe du monde 1962
(groupe 2)
Date 2 juin 1962
Stade Estadio Nacional de Chile
Lieu Santiago (Chili)
Affluence 66 057 spectateurs
Résultat
Drapeau : Chili Chili 2 - 0[1] Drapeau : Italie Italie
Mi-temps (0 - 0) 0
Buteur(s) Drapeau : Chili Jaime Ramírez But inscrit après 73 minutes 73e
Drapeau : Chili Jorge Toro But inscrit après 87 minutes 87e
Cartons Drapeau : Italie Giorgio Ferrini Carton rouge 8e
Drapeau : Italie Mario David Carton rouge 41e
Arbitrage Drapeau : Angleterre Ken Aston

La bataille de Santiago (en italien Battaglia di Santiago, en espagnol Batalla de Santiago) est le nom donné au match de football opposant l'équipe du Chili et l'équipe d'Italie le 2 juin 1962 au stade Nacional à Santiago du Chili lors de la coupe du monde.

Le Chili, pays organisateur, remporte ce match d'une rare violence deux buts à zéro, et se qualifie pour la suite du tournoi aux dépens de son adversaire. L'arbitre de la rencontre est l'Anglais Ken Aston qui inventera quelques années plus tard les cartons jaunes et rouges[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le groupe B de la Coupe du monde de 1962 réunit le Chili, pays organisateur, l'Allemagne (championne du monde en 1954), l'Italie (double championne du monde en 1934 et 1938) et la Suisse. Lors de la première journée, Italiens et Allemands, favoris logiques, font match nul (1-1) tandis que les Chiliens battent les Suisses (3-1). Un exploit du Chili face à l'Allemagne ou l'Italie lui est nécessaire pour espérer se qualifier pour la suite de la compétition.

L'enjeu sportif important de cette rencontre est exacerbé par les articles virulents de deux journalistes italiens à l'encontre du Chili[3], victime deux ans plus tôt d'un terrible tremblement de terre qui causa d'importants dommages. La reprise de ces écrits par des journaux chiliens oblige les deux journalistes, Antonio Ghirelli et Corrado Pizzinelli, à quitter le pays avant le match. L'arbitre anglais Ken Aston, réputé pour son autorité, est désigné pour diriger ce match difficile[3].

Scène du match Chili-Italie.

La première grosse faute est commise après douze secondes de jeu[3]. Après huit minutes, l'Italien Giorgio Ferrini réplique brutalement à un tacle de l'attaquant chilien Honorino Landa et est expulsé par l'arbitre. Le joueur du Torino FC, qui refuse de sortir du terrain, provoque huit minutes d'interruption du match avant que des policiers chiliens ne fassent respecter la décision de l'arbitre[4]. Dès lors, le match devient incontrôlable, les joueurs n'arrêtant pas de se provoquer et de se brutaliser dans une ambiance particulièrement hostile contre les Italiens qui jouent un jeu extrêmement rugueux, multipliant les fautes souvent violentes comme ce coup de pied sur le gardien chilien . L'arbitre, régulièrement pris à partie par les joueurs entre contestations et insultes, les simulations, les provocations, etc. , puis un coup de poing du Chilien Leonel Sánchez adressé à Mario David répliquant à plusieurs coups de pieds de ce joueur italien alors qu'il était au sol, ce dernier se venge venant par derrière d'un coup de pied en l'air spectaculaire sur la tête d'un joueur chilien en fin de première mi-temps, ce qui lui vaut d'être expulsé à son tour.

En deuxième mi-temps, malgré la réduction à neuf des Italiens, la violence du match continue. Humberto Maschio est notamment victime d'un nouveau coup de poing, non sanctionné[5]. La police doit intervenir sur le terrain à plusieurs reprises pour séparer les deux équipes. Finalement les Chiliens Jaime Ramírez et Jorge Toro marquent et obtiennent la victoire des locaux.

Quelques heures plus tard, le présentateur David Coleman introduit la diffusion en différé du match sur la BBC de la façon suivante : « Le match que vous allez regarder est la plus stupide, la plus effroyable, la plus répugnante et la plus honteuse démonstration de football »[4].

Feuille de match[modifier | modifier le code]

bataille de Santiago
2 juin 1962
15 h 00
Chili Drapeau : Chili 2 - 0
(0 - 0)
Drapeau : Italie Italie Estadio Nacional, Santiago du Chili
Spectateurs : 66 057
Arbitrage : Drapeau : Angleterre Ken Aston

Ramírez But inscrit après 73 minutes 73e
Toro But inscrit après 87 minutes 87e

Rapport

Misael Escuti - Luis Eyzaguirre (en), Raúl Sánchez, Sergio Navarro (es) (c.), Carlos Contreras - Eladio Rojas, Jorge Toro, Leonel Sánchez - Jaime Ramírez, Honorino Landa, Alberto Fouilloux
Équipes
Carlo Mattrel - Sandro Salvadore, Enzo Robotti, Mario David Carton rouge 41e, Francesco Janich (en) - Paride Tumburus, Giorgio Ferrini Carton rouge 8e - Bruno Mora (c.), Humberto Maschio, José Altafini, Giampaolo Menichelli

Entraîneur :

Entraîneur :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Chili - Italie Match report », FIFA (consulté le 2 janvier 2011)
  2. (en) « Ken Aston – the inventor of yellow and red cards », FIFA (consulté le 2 janvier 2011)
  3. a, b et c « 1962, la violence gagne le match », sur lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 2 janvier 2011)
  4. a et b « Ces matchs qui portent un nom : la bataille de Santiago », Linternaute.com (consulté le 2 janvier 2011)
  5. (en) « The Knowledge », Guardian Online (UK),‎ 11 juin 2003 (consulté le 2 janvier 2011)