Salorno sulla Strada del Vino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Salorno)

Salorno sulla Strada del Vino
Salurn an der Weinstraße
Blason de Salorno sulla Strada del Vino Salurn an der Weinstraße
Héraldique
Salorno sulla Strada del Vino
Noms
Nom italien Salorno sulla Strada del Vino
Nom allemand Salurn an der Weinstraße
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Trentin-Haut-Adige Trentin-Haut-Adige 
Province Suedtirol CoA.svg Bolzano  
Maire Roland Lazzeri
2020-2025
Code postal 39040
Code ISTAT 021076
Code cadastral H719
Préfixe tel. 0471
Démographie
Gentilé salornesi
Population 3 842 hab. ([1])
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 00″ nord, 11° 12′ 00″ est
Altitude Min. 224 m
Max. 224 m
Superficie 3 300 ha = 33 km2
Divers
Saint patron Saint Joseph
Fête patronale 19 mars
Localisation
Localisation de Salorno sulla Strada del VinoSalurn an der Weinstraße
Localisation dans la province de Suedtirol CoA.svg Bolzano .
Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige
Voir sur la carte administrative de Trentin-Haut-Adige
City locator 14.svg
Salorno sulla Strada del Vino
Salurn an der Weinstraße
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Salorno sulla Strada del Vino
Salurn an der Weinstraße
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Salorno sulla Strada del Vino
Salurn an der Weinstraße
Liens
Site web http://www.comune.salorno.bz.it/

Salorno sulla Strada del Vino (en allemand, Salurn an der Weinstraße) est une commune italienne située dans la province autonome de Bolzano dans la région du Trentin-Haut-Adige.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 33 km2 à 224 m d'altitude, dans la petite région de Bassa Atesina (Bozner Unterland), à l'extrémité sud de la province à la frontière avec le Trentin, près de l'Adige.

Elle comprend les hameaux de Cauria (Gfrill) et Pochi (Buchholz).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Cembra Lisignago, Cortina sulla Strada del Vino, Egna, Giovo, Mezzocorona, Montagna, Capriana, Altavalle, Roveré della Luna et Magrè sulla Strada del Vino.

Transports[modifier | modifier le code]

Le centre de Salorno est traversé par la route nationale 12 qui mène au nord jusqu'au col du Brenner. L'autoroute A22 passe tout près du village. La commune est desservie par une gare ferroviaire sur la ligne du Brenner.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté au VIIIe siècle comme Salurnis dans l'Histoire des Lombards de Paul Diacre, puis Salurne en 1184-1186 et Salurn en 1288 et dérive probablement du terme pré-romain sala avec le sens de « marais »[2]. Selon une autre théorie possible, le nom de cette ville dériverait de Solis Urnae (« tombeau du soleil »), étayée par le fait que Salorno ne voit en réalité que très rarement le soleil en hiver.

Jusqu'au 11 octobre 2019, sa dénomination était uniquement Salorno / Salurn ; la loi régionale no 5 du 19 septembre 2019 a ajouté au nom sulla Strada del Vino / an der Weinstraße (« sur la route du vin »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Salorno faisait autrefois partie du diocèse de Trente, mais dès le XIIIe siècle, les comtes du Tyrol obtinrent la souveraineté du village[3]. Le Weistum rédigé en moyen haut allemand en 1403 constitue les statuts qui définissent les droits de la communauté sous le pouvoir des Habsbourg, comtes du Tyrol.

Jusqu'à la Première Guerre mondiale, Salorno faisait partie du district de Bolzano dans l'Empire austro-hongrois. À la suite de la victoire italienne scellée par le traité de Saint-Germain-en-Laye, elle fut annexée, avec l'ensemble du Tyrol du Sud au royaume d'Italie.

Pendant la période fasciste, la municipalité de Salorno est réunie avec l'ensemble de la Bassa Atesina à la province de Trente, pour faciliter son italianisation. L'usage de l'allemand en public et son enseignement sont interdits, mais la minorité germanophone s'organise en créant des classes clandestines, les Katakombenschulen dans lesquelles la langue allemande est enseignée[4].

En 1948, Salorno est rattachée à la province de Bolzano en vertu de l'accord De Gasperi-Gruber et compte tenu également de la volonté exprimée par la population germanophone de Bassa Atesina.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1921 1931 1936 1951 1961 1971 1981 1991 2001
2 6622 6542 7112 7852 7822 6322 5492 5482 938
2011 2020 - - - - - - -
3 5333 791-------
Sources : (it) Données de l'ISTAT

Langues[modifier | modifier le code]

En 2011, la population avait pour langue maternelle l'italien à 61,85 %, l'allemand à 37,74 % et le ladin à 0,4 %[5]. Salorno est l'une des cinq communes de la province de Bolzano dont la population est majoritairement italophone.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune est administrée par un conseil de dix-huit membres élus pour un mandat de cinq ans. Les dernières élections ont eu lieu en septembre 2020.

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2000 2015 Giorgio Marco Giacomozzi Liste civique  
2015 En cours Roland Lazzeri SVP  
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château de Salorno (Hardeburg) s'élève sur un éperon rocheux au sud du village. Il remonte au XIIIe siècle mais il a fait l'objet de nombreuses transformations au cours des siècles[6].

L'église Saint-André-Apôtre a été construite entre 1628 et 1640 sur les plans de l'architecte Francesco Lucchese. Le clocher, vestige d'une ancienne église médiévale, est détaché du corps de l'édifice[7].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Josef Noldin, organisateur des Katakombenschulen à Salorno sous le régime fasciste, il est déporté en 1927 sur l'île Lipari[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Popolazione Residente al 1° Gennaio 2018 », Istituto nazionale di statistica (consulté le )
  2. (de) Egon Kühebacher, Die Ortsnamen Südtirols, vol. 1, Bolzano, Athesia, (ISBN 88-7014-634-0), p. 37
  3. (de) Otto Stolz, Neumarkt und Salurn in ihren Beziehungen zur Tiroler Landesgeschichte dans Der Schlern no 20 (1946), pages 292-299
  4. (it) Milena Cossetto, Letizia Flaim, Scuole clandestine in Bassa Atesina 1923–1939, Labdoc, Bolzano, 2011.
  5. (de) (it) Censimento dellapopolazione 2011 / Volkszählung 2011, Astat Info no 38, juin 2012
  6. (it) Le château de Salorno, salorno.net sur la Wayback Machine
  7. (it) Église paroissiale de Salorno sur weinstrasse.com
  8. (it) Josef Noldin, Jugendhaus Dr. Josef Noldin, sur la Wayback Machine

Liens externes[modifier | modifier le code]