Saint-Hilaire-la-Forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Hilaire.
Saint-Hilaire-la-Forêt
La mairie en avril 2016.
La mairie en .
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton Talmont-Saint-Hilaire
Intercommunalité Communauté de communes Moutierrois-Talmondais
Maire
Mandat
Christian Baty
2014-2020
Code postal 85440
Code commune 85231
Démographie
Population
municipale
823 hab. (2014)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 56″ nord, 1° 31′ 30″ ouest
Altitude 19 m
Min. 2 m
Max. 38 m
Superficie 10,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-la-Forêt

Saint-Hilaire-la-Forêt est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal de Saint-Hilaire-la-Forêt s’étend sur 1 094 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 19 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 2 et 38 mètres[1],[2].

Commune située à 5 km de l'océan Atlantique et des villages voisins distants de 2 km (Longeville-sur-Mer ou Avrillé).

Le village est en pleine extension avec la construction récente de trois nouveaux lotissements.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de La Vineuse-en-Plaine[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'un des anciens curé de la commune fut le premier serviteur du pape Pie III.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Christian Baty[4]   agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

La commune appartient à la communauté de communes du Talmondais de 2003 à 2016.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 823 habitants, en augmentation de 34,7 % par rapport à 2009 (Vendée : 5,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
312 362 355 392 425 442 529 523 478
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
532 558 511 497 482 492 524 523 503
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
475 484 478 433 410 360 363 312 296
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
315 266 260 289 363 423 600 814 823
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (33,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,9 %, 15 à 29 ans = 9,5 %, 30 à 44 ans = 20,3 %, 45 à 59 ans = 20,9 %, plus de 60 ans = 34,5 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 15,5 %, 15 à 29 ans = 14,8 %, 30 à 44 ans = 16,4 %, 45 à 59 ans = 21,4 %, plus de 60 ans = 31,9 %).
Pyramide des âges à Saint-Hilaire-la-Forêt en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
7,8 
75 à 89 ans
9,2 
26,7 
60 à 74 ans
22,7 
20,9 
45 à 59 ans
21,4 
20,3 
30 à 44 ans
16,4 
9,5 
15 à 29 ans
14,8 
14,9 
0 à 14 ans
15,5 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le centre est composé d'un carrefour de cinq routes où l'église Saint-Hilaire (style composite, beau retable contre Réforme au chœur, une seule nef) et la mairie se font face autour d'une place ombragée.
  • Au 11, rue de La Vineuse-en-Plaine (la grand'rue), un trio de Actinidia chinensis âgé de 20 ans couvre un mur de pierre.
  • Une fontaine sacrée « La Courolle » qui jadis était un lieu de pèlerinage. Lors des années de grande sécheresse, les habitants de la commune partaient en pèlerinage, procession, pour implorer la venue de l'eau.
  • Le Centre archéologique d’initiation et de recherche sur le Néolithique (Cairn), géré par la communauté de communes du Talmondais, centré autour des menhirs et des dolmens, nombreux dans la région.
  • Le port de Biard, qui est la limite entre le Massif armoricain et le Bassin aquitain.

Industrie touristique[modifier | modifier le code]

L'un des camping trois étoiles est retenu de façon permanente par deux comités d'entreprise britanniques. Commerçants (les primeurs s'achètent chez les agriculteurs maraîchers) et habitants (242) sont donc devenus bilingues pour la plupart.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Il n'y avait plus d'école primaire depuis 1991 : la dernière année, la classe unique comportait sept élèves et l'instituteur était un adepte de Célestin Freinet.

Une nouvelle école primaire a ouvert ses portes pour la rentrée scolaire de septembre 2009 : 35 enfants, de la petite maternelle au CM2, encadrés par deux enseignantes et deux ASEM. Un service de restauration scolaire est organisé en commun entre les communes de Talmont-Saint-Hilaire, Poiroux, Saint-Hilaire-la-Forêt et l'école libre d'Avrillé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 32236 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Saint-Hilaire-la-Forêt », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Insee.
  9. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 11 juin 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :