Le Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Bernard
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Blason de Le Bernard
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton Talmont-Saint-Hilaire
Intercommunalité Communauté de communes Moutierrois-Talmondais
Maire
Mandat
Loïc Chusseau
2014-2020
Code postal 85560
Code commune 85022
Démographie
Gentilé Bernardais
Population
municipale
1 221 hab. (2014)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 20″ nord, 1° 28′ 04″ ouest
Altitude 25 m (min. : 2 m) (max. : 55 m)
Superficie 27,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Le Bernard

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Le Bernard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Bernard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Bernard
Liens
Site web Blog officiel

Le Bernard est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Ses habitants sont les Bernardais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal du Bernard s’étend sur 2 755 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 25 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 2 et 55 mètres[2],[3].

Située dans le sud de la Vendée, la commune du Bernard a une économie agro-pastorale.

Au nord, l'élevage prédomine sur des sols acides "arène granitique" au sud, les terres calcaires portent des cultures.

Proche de l'océan le tourisme y fait une apparition timide avec un camping quelques chambres d'hôtes, et la visite libre des mégalithes du Néolithique.

Cinq éoliennes ont été implantées sur la commune et produisent depuis 2008. Un parc de plusieurs éoliennes a été ensuite installé à proximité, sur la commune voisine de Longeville-sur-Mer.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Bonfond[4].

En poitevin, la commune est appelée Le Brnard[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la préhistoire, les hommes fréquentent ce territoire. Quelques silex taillés attestent de passages humains au Paléolithique, mais l'essentiel de la mise en valeur des terres s'effectue au Néolithique ou "Âge de la Pierre Polie". Dès le milieu du cinquième millénaire avant notre ère, les hommes édifient des dolmens, recouverts de terre ou tumulus pour y déposer leurs morts. Le tumulus du Pé de Fontaine appartient à cette période. Son étude et sa restauration ont été réalisés par Roger Joussaume et son équipe.

Au milieu du troisième millénaire, des dolmens différents sont construits comme celui de La Frébouchère. Ils ont un plan de type angevin. Au long couloir d'accès des dolmens atlantiques se substituent des portiques d'entrée constitués par trois pierres.

Autres monuments mégalithique: Trois dolmens de Savatole, le dolmen de la Cour du Breuil, les menhirs du Plessis...

L'époque gallo-romaine nous a laissé les thermes et les puits funéraires de Troussepoil.

L'église du bourg du Bernard est d'époque romane.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier, de sinople à la croix d'or remplie de gueules ; au deuxième et au troisième, d'or plain ; au quatrième, de sinople à l'ours en pied d'or lampassé de gueules.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise du Bernard : Spes Et Virtus.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Bernard Poussard    
mars 2008 en cours Loïc Chusseau[Note 1],[6] Divers droite agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 221 habitants, en augmentation de 23,33 % par rapport à 2009 (Vendée : 5,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
650 597 663 809 801 868 855 854 928
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
925 997 1 003 970 1 018 1 009 1 010 1 052 1 028
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
989 1 011 994 993 947 871 867 807 787
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
736 656 561 574 591 623 830 1 120 1 221
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, Le Bernard comptait 925 habitants (soit une augmentation de 47 % par rapport à 1999). La commune occupait le 10 126e rang au niveau national, alors qu'elle était au 12 799e en 1999, et le 179e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (29,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 13 %, 30 à 44 ans = 19,4 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 28,8 %) ;
  • 49 % de femmes (0 à 14 ans = 18,4 %, 15 à 29 ans = 10,6 %, 30 à 44 ans = 17,9 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 29,5 %).
Pyramide des âges à Le Bernard en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,5 
7,1 
75 à 89 ans
8,6 
21,5 
60 à 74 ans
20,4 
21,5 
45 à 59 ans
23,6 
19,4 
30 à 44 ans
17,9 
13,0 
15 à 29 ans
10,6 
17,3 
0 à 14 ans
18,4 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le dolmen de la Frébouchère.

Le dolmen de la Frébouchère est un dolmen du type angevin composée d'une grande salle (on pourrait y loger une voiture) à laquelle on accède par une un portique composé de trois pierres. Aujourd'hui ne subsistent en place que les deux piliers. Le linteau a été déposé. Sa dalle de couverture était initialement un bloc de granite estimé à 80 tonnes. À la fin du XIXe siècle, un violent orage déstabilisa le monument et la dalle se fractura. À l'époque il fut restauré par l'abbé Baudry.

On trouve de nombreux dolmens sur la commune, certains sont accessibles au public, d'autres sont dans des propriétés privées. Parmi ceux que l'on peut visiter figurent :

  • les dolmens de Savatole,
  • le dolmen de la cour du Breuil
  • le tumulus du Pé de Fontaine

Dans un tout autre registre, la commune héberge le complexe O Gliss park, 3e plus grand parc aquatique de France qui a ouvert ses portes le 25 juin 2016.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Abbé Baudry Il œuvra à la conservation, à l'étude et à la restauration d'un grand nombre de mégalithes de la commune du Bernard et des communes environnantes en informant ses congénères de l'intérêt archéologiques de ces monuments. il fut également l'auteur des fouilles des puits funéraires de Troussepoil.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des communes de Vendée, Ouest-France, Rennes, 1991 (ouvrage rédigé par les correspondants d'Ouest-France en Vendée).
  2. « Commune 29015 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  3. « Le Bernard », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Jean-Loïc Le Quellec, Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, La Crèche, Geste Éditions, coll. « Geste Poche » (no 14), , 3e éd. (1re éd. 1995), 443 p. (ISBN 2-84561-263-X), p. 39.
  6. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. http://www.insee.fr/fr/themes/donnees-locales.asp?nivgeo=COM&typesearch=territoire&codgeo=85022&ref_id=evo2010
  11. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)