Jaufré Rudel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rudel.
Jaufré Rudel
BnF ms. 12473 fol. 102v - Jaufré Rudel (2).jpg

Jaufré Rudel à cheval

Biographie
Naissance
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
BlayeVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Vers ou vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Mouvement

Jaufré Rudel, né au début du XIIe siècle (entre 1110 et 1130) à Blaye et mort selon la légende vers 1148, pendant la deuxième croisade, ou plus tard, vers 1170[1], est un troubadour aquitain de langue d'oc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Blaye: ruines du château fort des Rudel
La mort de Jaufré Rudel dans les bras de Hodierne de Jérusalem

Surnommé le prince de Blaye, ville dont il est le seigneur, il est semble-t-il actif à partir des années 1120, et prend part à la deuxième croisade (v. 1147-1149). Guillaume le troubadour a pris au père de Jaufré la forteresse de Blaye et en a détruit les murs et la tour. La forteresse n'est rendue à Jaufré que longtemps après. Roy Rosenstein fait un parallèle entre la jeunesse du comte de Blaye, dépossédé de ses biens et le troubadour de "l'amour lointain":

On peut supposer que Jaufre Rudel a pu s'être tourné vers la cour de Poitiers où le comte Guillaume, le premier troubadour dont les œuvres nous soient connues, aurait été alors son maître de poésie ainsi que son suzerain.[2].

François Pirot a suggéré que les premiers troubadours ont fréquenté la cour de Poitiers. Et pour Roy Rosenstein, il semblerait que Jaufré Rudel ait été accueilli par la cour d'Ebles II, vicomte de Ventadour, rivale de celle de Guillaume de Poitiers[3].

Selon la légende, Jaufré aurait entendu parler de la princesse de Tripoli et en serait tombé amoureux sans l'avoir vue. Pour la connaître il part pour la deuxième croisade mais tombe malade et meurt dans les bras de sa princesse[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il écrivit des chansons d'amour dans lesquelles il chante « l'amour courtois », c'est-à-dire l'amour impossible et sans espoir, en célébrant peut-être la comtesse Hodierne de Tripoli, une dame bien née et inaccessible. Il semble qu'il soit effectivement tombé amoureux d'une dame établie en Orient et que, pour des raisons matérielles ou psychologiques, cet amour soit resté un amour de loin (« amor de lonh »).

Seulement six poèmes (cançons) de Jaufré Rudèl sont parvenues jusqu'à nous, dont quatre avec des notations musicales :

L'œuvre qui nous a été transmise est très courte, mais d'une perfection inégalée. Elle demeure d'une interprétation très difficile. Jaufré Rudèl a porté à sa limite le refus du pittoresque biographique qui était déjà chez Guilhem [de Peitèus], et le caractère vague de la peinture du sentiment.[5]

Quan lo rius de la fontana
S'esclarzis, si cum far sol,
E par la flors aiglentina,
El rossinholetz el ram
Volf e refranh ez aplana
Son dous chantar et afina,
Dreitz es qu'ieu lo mieu refranba.

Quand le ruisseau de la fontaine
S'éclaircit, comme il le fait
Et paraît la fleur d'églantier
Et le rossignolet sur la branche
Lance et reprend et adoucit
Son doux chant embellit,
Il faut bien que le mien reprenne.

Postérité[modifier | modifier le code]

L'histoire de Jaufré Rudel inspira la pièce d'Edmond Rostand La Princesse lointaine et l'opéra L'Amour de loin de Kaija Saariaho, sur un livret d'Amin Maalouf.

Un poème du célèbre poète italien Giosué Carducci (Giaufredo Rudel) est consacré à l'histoire d'amour du troubadour

Il est également un personnage principal dans le roman de Mireille Calmel, Le lit d'Aliénor, paru en 2000. Il est l'amant du personnage Loanna de Grimwald.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Leclair, Roy Rosenstein, Chansons pour un amour lointain de Jaufre Rudel, édition bilingue occitan-français, présentation de Roy Rosenstein, préface et adaptation d'Yves Leclair, éditions fédérop, 2011 (ISBN 978-2-85792-200-1).
  • Michel Zink, Bienvenue au Moyen Age, Éditions des Équateurs/France Inter, 2015, chap. 16 (L'amour lointain) & 17 (Jouissance et souffrance), (ISBN 978-2-84990-375-9).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopædia Universalis, « JAUFRÉ RUDEL », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 6 janvier 2017)
  2. François Pirot Recherches sur les connaissances littéraires des troubadours occitans et catalans, Barcelone, 1972
  3. Que sait-on aujourd'hui sur le troubadour Jaufre Rudel ?, PATRIMOINE & CONNAISSANCE DE LA CIVILISATION OCCITANE[1]
  4. Camille Chabaneau Biographies des troubadours en langue provençale
  5. Robert Lafont, Trobar, 1972

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :