José María Aznar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aznar.
José María Aznar
José María Aznar en 2002.
José María Aznar en 2002.
Fonctions
Président d'honneur du Parti populaire

(12 ans, 2 mois et 17 jours)
Président Mariano Rajoy
Président du gouvernement d'Espagne

(7 ans, 11 mois et 12 jours)
Monarque Juan Carlos Ier
Gouvernement Aznar I et II
Législature VIe et VIIe
Coalition PP
Prédécesseur Felipe González
Successeur José Luis Rodríguez Zapatero
Président du Parti populaire

(14 ans, 6 mois et 1 jour)
Prédécesseur Manuel Fraga
Successeur Mariano Rajoy
Député aux Cortes Generales

(14 ans, 4 mois et 19 jours)
Élection
Réélection

Circonscription Madrid
Législature IVe, Ve, VIe et VIIe
Groupe politique Populaire
Vice-président du Parti populaire

(1 an, 2 mois et 10 jours)
Président Manuel Fraga
Président de la Junte de Castille-et-León

(2 ans, 1 mois et 21 jours)
Gouvernement Aznar
Législature IIe
Coalition APCyL
Prédécesseur José Constantino Nalda
Successeur Jesús Posada
Député aux Cortes Generales

(4 ans, 7 mois et 27 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Ávila
Législature IIe et IIIe
Groupe politique Populaire
Successeur Jesús Terciado
Biographie
Nom de naissance José María Alfredo
Aznar López
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Parti politique Parti populaire
Conjoint Ana Botella Serrano
Diplômé de Université complutense
de Madrid
Profession Inspecteur des finances
Religion Catholique

Signature de José María Aznar

José María Aznar
Présidents du gouvernement d'Espagne
Présidents de la Junte de Castille-et-León

José María Aznar López, né le à Madrid, est un homme d'État espagnol, ancien président du Parti populaire et président du gouvernement durant deux mandats, du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

José María Aznar est né à Madrid le . Il est fils de Manuel Aznar Acedo, directeur de Radio nacional de España sous le régime franquiste, et petit-fils de Manuel Aznar Zubigaray, diplomate et journaliste proche du dictateur espagnol Francisco Franco, qui fut président de l'Agence EFE.

Il suit ses études secondaires au Colegio del Pilar de Madrid. Dans sa jeunesse il appartient au Front des étudiants syndicalistes (FES), une association d'étudiants dépendant de la Phalange espagnole traditionaliste et des Juntes de l'offensive nationale-syndicaliste (FET de las JONS)[1].

Il termine ses études en droit à l'université complutense de Madrid en . Il passe avec succès les concours du corps supérieur des inspecteurs des finances de l'État (CSIHE) l'année suivante, puis il se marie en avec Ana Botella.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Il adhère en à l'Alliance populaire (AP), le parti conservateur post-franquiste fondé par l'ancien ministre Manuel Fraga.

Il se présente aux élections législatives anticipées du en tête de liste de l'AP dans la circonscription électorale d'Ávila[2]. Élu à 29 ans au Congrès des députés, il commence par siéger à la commission constitutionnelle, à la commission du Régime des administrations publiques et à la commission du contrôle parlementaire de la Radio-télévision espagnole (RTVE). Il devient deuxième secrétaire de la commission constitutionnelle et membre de la commission des Budgets en [3].

Il est nommé président de l'Alliance populaire de Castille-et-León (APCyL) le à l'occasion d'un congrès organisé à Palencia[4]. Après avoir été réélu député en , il continue de siéger à la commission des Budgets et à la commission de contrôle de la radiotélévision publique, puis il rejoint la commission de l'Économie, du Commerce et des Finances en [5].

Président de la Junte de Castille-et-León[modifier | modifier le code]

Il est investi chef de file de l'Alliance populaire aux élections autonomiques du en Castille-et-León, au cours d'une convention réunie à Burgos le en présence de Manuel Fraga[6]. Il sera accusé en de corruption dans le cadre de cette campagne : il aurait perçu des financements d'entreprises privées en échange de faveurs accordées une fois élus[7].

Dans le cadre du congrès extraordinaire de l'AP, qui suit la démission de Fraga, il apporte son soutien au vice-président sortant Miguel Herrero, qui le propose comme candidat au secrétariat général, mais leur candidature ne recueille que 27 % des voix des délégués face à celle d'Antonio Hernández Mancha lors du vote du [8]. Il accepte cependant d'intégrer le comité exécutif sur proposition d'Hernández Mancha à peine deux semaines plus tard comme simple membre[9].

Pour le scrutin autonomique, il postule en tête de liste dans la circonscription de Valladolid, se trouvant notamment opposé au président sortant de l'exécutif, José Constantino Nalda[10]. Avec 34,9 % des voix, l'AP fait élire 32 députés sur 84 aux Cortes, autant que les socialistes alors au pouvoir.

Le , José María Aznar est investi à 34 ans président de la Junte de Castille-et-León lors du second vote d'investiture par 34 voix pour, 32 voix contre et 17 abstentions[11].

Chef de file du centre droit[modifier | modifier le code]

Alors que l'Alliance populaire se prépare à réunir son IXe congrès national du au pour réélire Manuel Fraga à sa présidence, ce dernier propose José María Aznar comme vice-président aux côtés de Marcelino Oreja, Abel Matutes, Isabel Tocino et Félix Pastor[12]. À cette occasion, l'AP prend le nom de « Parti populaire » (PP).

Il indique en au journal El País qu'il pourrait accepter de postuler à la présidence du gouvernement dans le cadre des futures élections générales, à condition que le PP établisse une stratégie politique de moyen terme et que le résultat électoral, quel qu'il soit, ne soit pas utilisé contre celui qui acceptera d'être chef de file[13]. Deux mois plus tard, il fait figure de grand favori pour mener la campagne du PP, avec Oreja et Tocino[14].

Fraga le choisit officiellement le , une décision aussitôt ratifiée par le comité exécutif national du PP, qui propose à l'unanimité sa candidature à la junte directrice nationale[15]. Il est officiellement investi le par 211 voix pour et cinq votes blancs[16]. Il renonce alors à présider la Junte de Castille-et-León, une fonction qui revient à Jesús Posada deux semaines après[17].

Au cours des élections générales anticipées du , le PP remporte 25,8 % des suffrages exprimés, 107 députés sur 350 et 77 sénateurs sur 208 directement élus. Au soir du scrutin, il se félicite que sa liste ait devancé celle du président du gouvernement socialiste sortant Felipe González dans la circonscription électorale de Madrid et affirme que la nouvelle composition du Congrès des députés apporte une base solide à l'espoir que le PP soit « à court terme l'alternative de gouvernement » au Parti socialiste[18]. Il est élu le président du groupe populaire au Congrès des députés, les fonctions de porte-parole étant confiées à Rodrigo Rato[19].

Président du Parti populaire[modifier | modifier le code]

Au début du mois de , Fraga fait savoir qu'il a l'intention de céder la présidence du Parti populaire à Aznar lors d'un congrès sous un délai de deux à quatre mois[20]. Au début du mois de , il révèle avoir l'intention de supprimer les sept postes de vice-président du parti, réduire la taille du comité exécutif, confirmer Francisco Álvarez-Cascos comme secrétaire général et nommer Manuel Fraga président fondateur[21].

José María Aznar est élu président du Parti populaire le avec plus de 2 000 voix favorables et à peine douze votes blancs. Dans son discours, il revendique le rôle du PP comme alternative à la majorité socialiste et reprend des phrases clés de la campagne électorale de Felipe González en [22]. Après qu'Artur Moreno a dû démissionner pour son implication dans une affaire de détournement de fonds, il nomme Mariano Rajoy vice-secrétaire général pour les questions électorales le suivant[23].

Le mois suivant, Marcelino Oreja renonce à siéger au sein du comité exécutif et au poste de porte-parole de la délégation du PP au sein du groupe du Parti populaire européen pour dénoncer son exclusion du cercle dirigeant et de certains événements en lien avec la politique européenne[24]. Il revient sur sa décision une semaine plus tard et se voit renommé au sein de la direction du PP, Aznar précisant qu'il compte lui déléguer une partie de ses fonctions afin qu'il coordonne la politique étrangère du parti[25]. Il signe en , deux mois avant les élections municipales et autonomiques, un accord avec Jesús Aizpún qui prévoit la fusion du PP et de l'Union du peuple navarrais (UPN) sur le territoire de la Communauté forale de Navarre[26].

Du succès de 1991 à l'échec de 1993[modifier | modifier le code]

Au cours des deux scrutins locaux, le PP totalise 25,3 % au niveau des villes et 33,3 % dans les 13 communautés autonomes soumises au vote. Il fait notamment élire José María Álvarez del Manzano à Madrid et Rita Barberá à Valence[27]. Il juge alors que ce résultat est un formidable soutien à la stratégie adoptée par le Parti populaire et qu'il restaure un équilibre qui met fin à l'hégémonie socialiste[28].

Pour les élections générales anticipées du , il dispute de nouveau le pouvoir à González. À seulement une semaine du scrutin, un sondage donne au PP 0,2 points d'avance sur le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), ce qui se traduirait par un différentiel de cinq sièges au profit des conservateurs[29]. Pourtant au soir des élections, le PSOE totalise plus de neuf millions de voix, contre près de huit millions pour le PP, qui gagne tout de même 34 sièges de députés et en obtient donc 141, contre 159 aux socialistes[30]. Tandis que ses proches collaborateurs ont du mal à dissimuler leur déception, il affirme devant la presse que « l'hégémonie socialiste a été pulvérisée. À partir de cette nuit, plus rien ne ressemblera à ce que l'Espagne a connu depuis  ». Il ajoute que son parti sort de cette séquence électorale plus fort et comme une alternative plus forte[31].

Première victoire nationale avec les européennes[modifier | modifier le code]

Il propose en suivant au commissaire européen Abel Matutes d'être tête de liste du Parti populaire pour les élections européennes du , une proposition acceptée par ce dernier[32]. Il avait passé quelques semaines plus tôt un accord avec Felipe González pour que le gouvernement espagnol propose Marcelino Oreja comme nouveau commissaire européen, aux côtés du socialiste Manuel Marín[33].

Ces élections sont marquées par une nette et large victoire du PP, qui remporte 40,2 % des suffrages exprimés, soit 28 députés européens sur 64. Réunissant 7,4 millions de voix, soit plus du double que son résultat aux élections de 1989, la formation conservatrice devance le PSOE de plus d'un million de suffrages exprimés et s'impose dans 14 communautés autonomes et 59 des 72 grandes villes et capitales de province[34],[35].

1995 : attentat et grande victoire[modifier | modifier le code]

Il est la cible le d'un attentat à l'explosif perpétré par l'organisation indépendantiste basque Pays basque et liberté (ETA) : au passage de son Audi 200, un commando a activé une bombe de 80 kilos. S'il s'en sort avec de simples contusions grâce au lourd blindage de son véhicule, 19 personnes sont blessées dont une en urgence absolue et deux grièvement[36]. Au cours de son hospitalisation postérieure à l'explosion, il reçoit deux appels téléphoniques de Felipe González, un de Juan Carlos Ier, les visites du ministre de la Justice et de l'Intérieur Juan Alberto Belloch et du coordonnateur général de la Gauche unie Julio Anguita[36]. Cet attentat, dont le scénario rappelle l'assassinat en de Luis Carrero Blanco[37], président du gouvernement de Francisco Franco, intervient moins de deux mois après le meurtre par ETA de Gregorio Ordóñez, candidat du PP à la mairie de Saint-Sébastien.

Cinq semaines plus tard, l'Espagne engage un virage à droite avec une nouvelle victoire du PP à l'occasion des élections municipales et autonomiques du . En plus de se maintenir au pouvoir à Madrid, Valence, en Castille-et-León et dans les Îles Baléares, le parti d'Aznar triomphe avec la majorité absolue à l'Assemblée de Madrid, à la Députation générale de La Rioja, à l'Assemblée régionale de Murcie, dans 32 capitales de province dont Saragosse, Valladolid, Vigo ou Las Palmas de Gran Canaria, obtient la majorité relative dans la Communauté valencienne, les Asturies et huit chef-lieux provinciaux. Le PSOE accuse de nouveau un retard d'un million de voix, et ne s'impose que dans dix capitales de province et deux communautés autonomes, perdant d'ailleurs la majorité absolue dans son fief de l'Assemblée d'Estrémadure[38].

Président du gouvernement espagnol[modifier | modifier le code]

González convoque des élections anticipées le que le Parti populaire d'Aznar remporte d'une courte majorité (37,6 % des voix, 156 sièges sur 350). Pour gouverner, il doit faire appel à l'appoint de partis régionalistes basques, catalans et canariens. Il est élu président du gouvernement par les Cortes le (181 voix sur 350) et prête serment devant le roi Juan Carlos le lendemain. En 2000, il est réélu et obtient la majorité absolue aux Cortes.

Aznar et George Bush en 2003

Sur le plan économique, le gouvernement conservateur d'Aznar poursuit et accentue le programme de privatisation déjà engagé par l'administration de Felipe González, dans l'objectif de satisfaire les conditions posées par le traité de Maastricht sur l'adhésion à l'Euro[39]. Les dépenses publiques, notamment dans les domaines de la recherche et du social, sont réduites et une réforme du marché du travail est conçue.

La croissance économique moyenne de l'Espagne est durant cette période supérieure à celle des autres grands pays européens et les chiffres officiels du chômage, qui avait dépassé 20 % de la population active sous le gouvernement précédent, diminuent jusqu'aux alentours de 11 %. Cette réduction du chômage s’accompagne toutefois par le développement du travail précaire et la pression fiscale exercée sur les classes populaires s'accroit, indiquent les syndicats[40]. Par ailleurs, la réforme du travail promue par le gouvernement, comprenant une réduction des allocations-chômage et une plus grande flexibilité accordée aux entreprises en matière d'emploi, rencontre une vive opposition de la gauche et des syndicats, débouchant sur une importante grève générale en juin 2002[41].

Sur le front de la lutte antiterroriste, un pacte national (« Pacte pour les libertés et contre le terrorisme ») est signé entre le PP et le PSOE à l'initiative du secrétaire général de ce dernier, José Luis Rodriguez Zapatero (ce pacte excluait les questions de terrorisme des querelles électorales)[42], construisant un large front contre l'ETA, appuyé avec peu de nuances par la quasi-totalité de la presse nationale. Fort de cette unanimité apparente, dans laquelle certains[Qui ?] voient un déficit de la liberté d'expression et de la liberté de presse, le gouvernement promulgue le une loi sur les partis politiques, la Ley de partidos[43] qui, en mettant au ban, les partis ne condamnant pas explicitement le terrorisme, pose les bases de l'interdiction de Batasuna, parti de gauche indépendantiste supposé sympathisant d'ETA. Le quotidien Egin, également accusé de proximité avec l'organisation, est censuré.

Sur le plan international, il accentue le rapprochement avec les États-Unis dans une optique atlantiste et entretient d'excellentes relations - y compris personnelles[réf. souhaitée] - avec George W. Bush qu'il soutient contre son opinion publique lors de la guerre d'Irak en mars 2003. Son engagement dans la guerre en Irak est rejeté par une écrasante majorité d'Espagnols, des manifestations d'une ampleur jamais vue en Espagne, rassemblent plusieurs millions de personnes[44].

Le président vénézuélien Hugo Chávez l'accuse d'avoir soutenu la tentative de coup d'État menée contre lui en 2002[45] ; ce qui est certain c'est qu'Aznar n'a pas apporté son soutien explicite à Chávez[46] après les faits et que son gouvernement ne les a jamais condamnés[47]. Les relations de l'Espagne avec le Maroc se dégradent tout au long de son mandat (crise de l'îlot Persil en juillet 2002).

En 2002, le gouvernement fait l'objet de critiques pour son peu de réactivité devant le naufrage du pétrolier Prestige, considéré comme la pire catastrophe écologique vécue par l'Espagne[48].

Ayant annoncé qu'il n'effectuerait pas plus de deux mandats, il choisit Mariano Rajoy comme candidat à sa succession aux élections du . En dépit de sa décision de soutenir l'invasion de l'Irak, contre l'opinion de plus de 80 % des Espagnols, Mariano Rajoy est donné vainqueur avec une courte avance par la quasi-totalité des sondages et des médias jusqu'au , jour des attentats de Madrid. La désignation hâtive et péremptoire d'ETA comme responsable des attentats (différentes déclarations du ministre de l'Intérieur, Ángel Acebes, attribuaient jusqu'au samedi 13 mars au début de l'après-midi les attentats à ETA) est perçue par l'opinion espagnole comme une tentative de manipulation. De plus, on saura par la suite qu'Aznar avait téléphoné personnellement aux directeurs des principaux journaux espagnols pour s'assurer qu'ils accuseraient bien ETA sur leurs premières pages[49]. En trois jours, la tendance des sondages s'inverse et le PSOE de José Luis Rodríguez Zapatero remporte les élections.

Corruption du gouvernement[modifier | modifier le code]

En 2015, après une série d'affaires étalées sur plusieurs années, 11 des 14 membres que comptait le gouvernement de José María Aznar pour la période 2002-2003 sont emprisonnés ou poursuivis en justice pour des faits de trafic d'influence, de blanchiments de capitaux et de fraude fiscale. Aznar est lui-même soupçonné par la justice espagnole d’avoir bénéficié d’une caisse noire du parti entre 1990 et 1996 pour un montant de 782 695 euros[50].

Critiques[modifier | modifier le code]

Le magazine américain Foreign Policy le classe parmi les « cinq pires ex-présidents du monde » pour son comportement postérieur à sa présidence. Selon le magazine, José María Aznar se distinguerait par sa « rhétorique extrémiste » pour ses positions négationnistes sur la question du réchauffement climatique, son rejet des efforts de dialogue inter-religieux ou pour avoir déclaré que l'élection d'un afro-américain à la présidence des États-Unis conduirait à un « désastre économique prévisible »[51].

Activités économiques[modifier | modifier le code]

José María Aznar en 2010

Après sa retraite politique en 2004, José María Aznar met à profit ses réseaux et amitiés politiques pour entamer une lucrative carrière[52] de conseiller auprès d'entreprises multinationales privées comme :

  • Centaurus Capital (fonds de placement)
  • Doheny Global Group (secteur de l'énergie en Europe de l'Est)
  • JER Partners (groupe immobilier en Amérique du Sud)

Depuis le , il est administrateur (membre du "Board of Directors") de la société NewsCorp, dirigée par le milliardaire Rupert Murdoch[53]. Ce poste lui assure un salaire annuel de 148 000 [52].

Il est également professeur-associé à l'université de Georgetown de Washington.

Il donne enfin de nombreuses conférences autour du globe (27 000 € de cachet plus les frais), dans lesquelles il explique sa vision politique du monde[52].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix de l'« Homme d’État de l’année » en 2003 : « honore les dirigeants qui soutiennent la paix et la liberté, par la promotion de la tolérance, la dignité humaine et les droits de l’homme ». Prix remis par la fondation Appeal of Conscience.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lettre au directeur d'une publication phalangiste datant de 1969
  2. (es) Junte électorale d'Ávila, « Candidaturas proclamadas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado convocadas por Real Decreto 2057/82, de 27 de agosto », sur www.juntaelectoralcentral.es, (consulté le 11 août 2017).
  3. (es) Congrès des députés, « II Legislatura (1982-1986) – Aznar López, José María », sur www.congreso.es (consulté le 11 août 2017).
  4. (es) Anabel Díez, « Alianza Popular de Castilla y León cree que aún se puede cambiar el mapa autonómico », sur www.elpais.com, (consulté le 11 août 2017).
  5. (es) Congrès des députés, « III Legislatura (1986-1989) – Aznar López, José María », sur www.congreso.es (consulté le 11 août 2017).
  6. (es) Fernando Jauregui, « Fraga afirma que AP no tiene previsto celebrar en breve un nuevo congreso », sur www.elpais.com, (consulté le 11 août 2017).
  7. « Espagne: Aznar menacé par un scandale. », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  8. (es) « Hernández Mancha venció por holgada mayoría a Herrero en el congreso extraordinario de AP », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  9. (es) Juan González Ibañez, « Miguel Herrero y José María Aznar, invitados a integrarse en la nueva ejecutiva de AP », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  10. (es) Junte électorale provinciale de Valladolid, « Candidaturas proclamadas a Cortes de Castilla y León, convocadas por Decreto 74/1987 de 13 de abril. », sur www.juntaelectoralcentral.es, (consulté le 11 août 2017).
  11. (es) Javier Artacho, « José María Aznar : « Daremos ejemplo reduciendo el gasto público » », sur www.abc.com, (consulté le 11 août 2017).
  12. (es) Juan González Ibañez, « El diputado Álvarez Cascos será el próximo secretario general de AP », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  13. (es) Juan González Ibañez, « José María Aznar, dispuesto a ser el candidato del Partido Popular a la presidencia del Gobierno », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  14. (es) Juan González Ibañez, « Aznar, candidato más probable del PP para la Moncloa », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  15. (es) Juan González Ibañez, « Fraga coloca a Aznar en el camino para sucederle al frente del Partido Popular », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  16. (es) Juan González Ibañez, « Aznar dice, que el presidente del Gobierno "ha elevado el engaño a la categoria de hábito" », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  17. (es) Francisco Forjas, « Posada fue elegido presidente de Castilla y León con los votos del CDS y los populares », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  18. (es) « El PSOE obtiene su tercera mayoría absoluta », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  19. (es) Juan González Ibañez, « El PP hará "crítica constructiva" del funcionamiento del sistema electoral », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  20. (es) Juan González Ibañez, « Fraga se convertirá en presidente de honor del PP tras ceder el liderazgo a Aznar », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  21. (es) Juan González Ibañez, « Aznar suprimirá todas las vicepresidencias del Partido Popular en el congreso del 31 de marzo », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  22. (es) « Aznar sucede a Fraga con mensajes similares a los de González en 1982 », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  23. (es) Juan González Ibañez, « Aznar designa vicesecretario del PP a Rajoy, un hombre de confianza de Fraga », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  24. (es) Juan González Ibañez, « Marcelino Oreja deja la ejecutiva del PP y su cargo como portavoz en el Parlamento Europeo », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  25. (es) Juan González Ibañez, « Aznar logra que Oreja acepte su propuesta y vuelva al Comité Ejecutivo del PP », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  26. (es) Mikel Muez, « Aznar firmará hoy la fusión del PP con Unión del Pueblo Navarro », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  27. (es) « El PSOE pierde Madrid, Sevilla y Valencia deberá pactar con IU en otras grandes ciudades », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  28. (es) « El PP considera que se ha puesto fin a la hegemonía del PSOE », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  29. (es) « El PP supera en cinco escaños a los socialistas », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  30. (es) « González vence por cuarta vez con nueve millones de votos », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  31. (es) Victorino Ruiz de Azua, « Aznar: "La hegemonía socialista ha terminado" », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  32. (es) Juan González Ibañez, « Abel Matutes encabezará la candidatura del PP al Parlamento Europeo », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  33. (es) Ignacio Cembrero, « Aznar y González pactaron que Oreja releve a Matutes en la Comisión Europea », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  34. (es) Carlos Yárnoz, « Aznar gana con claridad a González », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  35. (es) « El PP fue el más votado en 59 de las 72 capitales y grandes ciudades », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  36. a et b (es) Jesús Duva, « ETA intenta asesinar a Aznar con un coche bomba », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  37. (es) « Aznar: "ETA no conseguirá doblegarnos" », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  38. (es) Carlos Yárnoz, « El PP desaloja al PSOE del poder local y autonómico », sur www.elpais.com, (consulté le 12 août 2017).
  39. « L'Espagne décrète la privatisation généraleAznar veut désengager l'Etat de toute l'économie. Et réduire le déficit budgétaire. », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  40. http://mobiroderic.uv.es/bitstream/handle/10550/52099/JVB665_c.pdf?sequence=2&isAllowed=y
  41. « La grève généraletrès suivie en Espagne », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  42. Texte de l'accord
  43. Texte de la Ley de Partidos Políticos
  44. (es) Ediciones El País, « Los organizadores cifran en más de tres millones los manifestantes en Madrid y Barcelona », EL PAÍS,‎ (lire en ligne)
  45. Chávez acusa a Aznar de haber apoyado el golpe de 2002
  46. Aznar declina expresar un apoyo explícito al presidente
  47. El Gobierno de Aznar no condenó el golpe de Estado
  48. « ESPAGNE. Le naufrage du gouvernement Aznar », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  49. 11-M: Mentira de Estado (Los tres días que acabaron con Aznar), Pepe Rodríguez, Ediciones B., Barcelona, 2004. (présentation en ligne)
  50. « La quasi totalité du gouvernement Aznar version 2002 inquiétée par la justice », sur Le Monde.fr
  51. « Foreign Policy coloca a Aznar entre los cinco peores ex presidentes del mundo », La Vanguardia,‎ (lire en ligne)
  52. a, b et c « Aquí estoy yo », reportage du quotidien El País du 28/02/2010 sur la mue de l'ex président après six ans de retraite politique (lire en ligne)
  53. News Corporation Appoints José María Aznar To Board Of Directors

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]