Manuela Carmena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manuela Carmena
Manuela Carmena, en mai 2015.
Manuela Carmena, en .
Fonctions
Maire de Madrid
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 6 jours)
Élection 24 mai 2015
Prédécesseur Ana Botella
Membre du Conseil général du pouvoir judiciaire
Biographie
Nom de naissance Manuela Carmena Castrillo
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique PCE (1965-années 1970)
Maintenant, Madrid (depuis 2015)
Diplômé de Université complutense de Madrid
Profession Juge

Signature de Manuela Carmena

Manuela Carmena
Maires de Madrid

Manuela Carmena Castrillo, née le à Madrid, est une femme politique espagnole, ancienne avocate et juge émérite du Tribunal suprême d'Espagne[1],[2],[3]. Elle est maire de Madrid depuis le après être arrivée seconde aux élections municipales sous les couleurs du mouvement Maintenant, Madrid[4] soutenu par Podemos[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une licenciatura de droit en 1965, sanctionnant cinq années d'études supérieures, elle défend les droits des travailleurs et des détenus pendant la dictature de Francisco Franco et est cofondatrice[4] et membre du cabinet d'avocats en droit du travail des Commissions ouvrières qui est le siège du massacre d'Atocha de 1977, alors qu'elle en est absente.

Premiers engagements politiques[modifier | modifier le code]

C'est également en 1965 qu'elle adhère au Parti communiste espagnol (PCE) pour lequel elle est candidate lors des élections générales de 1977[6], les premières depuis la chute de la dictature, en 23e position sur la liste menée par Santiago Carrillo, mais n'est pas élue[7], celle-ci n'obtenant que 20 sièges de députés.

Carrière dans la magistrature[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté ce parti[8], elle commence sa carrière de juge en janvier 1981[9] au cours de laquelle elle s'illustre dans la lutte contre la corruption judiciaire[10]. Elle est l'une des fondatrices de l'association professionnelle progressiste des Juges pour la démocratie (es) en 1984 et reçoit en 1986 le prix national des droits de l'homme de l'Association pour les droits de l'homme d'Espagne (APDHE)[1].

Juge d'application des peines au Tribunal d'application des peines numéro 1 de Madrid, elle est élue doyenne des juges de Madrid en 1993[2]. Elle est ensuite élue membre du Conseil général du pouvoir judiciaire, l'organe constitutionnel de direction du pouvoir judiciaire espagnol, en 1996 sur proposition de la Gauche unie. Elle termine son mandat de cinq ans en 2001.

En août 2003[11], Manuela Carmena est nommée membre du Groupe de travail sur la détention arbitraire de l'ONU[12],[13], succédant au juriste français Louis Joinet. Dans cette condition, elle se rend en Colombie, en Guinée équatoriale, au Honduras, au Nicaragua et en Afrique du Sud, et rédige plusieurs rapports de mission[14]. Elle en est par la suite, présidente-rapporteuse de mai 2008 à août 2009, date à laquelle lui succède le norvégien Mads Andenas[15].

En 2009, elle intervient dans l'affaire Tabacalera (es), une affaire de corruption impliquant le directeur général de Telefónica, en tant que juge de l'Audience provinciale (es) de Madrid, et prononce son acquittement pour prescription conjointement avec les deux autres juges[16]. Elle prend sa retraite l'année suivante.

Retraite et nouveaux engagements[modifier | modifier le code]

Elle est nommée conseillère du gouvernement basque de Patxi López (PSOE) sur les questions d'assistance aux victimes d'abus policiers, en septembre 2011. Elle est actuellement membre du comité de direction de la Fondation alternatives (es)[17], un think tank proche du PSOE, aux côtés de Felipe González et de José Luis Rodríguez Zapatero, notamment[18].

Elle fonde par ailleurs l'entreprise solidaire Yayos Emprendedores (les grands-parents entrepreneurs, en français), une entreprise de retraités chargée de commercialiser des objets créés par des détenus et des chômeurs. Cette entreprise utilise ses bénéfices pour fournir un salaire à ces travailleurs, acheter du matériel ou réinvestir dans son projet social[19].

Élections municipales de 2015[modifier | modifier le code]

Manuela Carmena pendant la campagne des municipales en avril 2015

En 2015 elle se présente comme candidate aux primaires du mouvement Ahora Madrid pour les élections municipales de la ville de Madrid et est élue tête de liste avec 63 % des voix[20].

Lors de la campagne elle est accusée de complaisance envers l'ETA par sa principale rivale, Esperanza Aguirre, ce qu'elle dément, révélant qu'elle a été l'une des cibles de cette organisation terroriste en 2000[21].

Aux élections municipales du 24 mai, la liste qu'elle mène arrive deuxième avec 31,85 % des voix et 20 sièges de conseillers municipaux, derrière la liste du Parti populaire menée par Esperanza Aguirre qui obtient 34,55 % des voix et 21 conseillers. Ces résultats permettent à Manuela Carmena de devenir maire de la capitale le 13 juin suivant, avec le soutien du PSOE, arrivé troisième avec neuf conseillers[22],[23],[24].

Mandat de maire de Madrid[modifier | modifier le code]

Investiture de l'équipe d'Ahora Madrid en juin 2015

Afin d'améliorer l'efficacité de la mairie, de la rendre plus adaptée à ses fonctions réelles et de réaliser des économies évaluées à 609 000 annuels, la municipalité supprime neuf postes à hautes responsabilités[25]. Un nouvel organe directeur de gestion interne est créé en remplacement.

Le conseil municipal prévoit aussi de débaptiser les rues, places, monuments et établissements de la capitale qui exaltent les figures du franquisme, dans le cadre de la loi sur la mémoire historique[26],[27] de 2007, que les précédentes municipalités de droite avaient refusé d'appliquer[28]. Cette loi dispose en son article 15 que les « insignes, plaques et autres objets ou mentions commémoratives qui exaltent le soulèvement militaire, la guerre civile ou la répression de la dictature devront être retirés des édifices publics ». Fin 2016 elle nomme un jardin municipal, initialement sans nom, Jardin des combattants de La Nueve, en hommage à cette compagnie de républicains espagnols qui participèrent à la libération de Paris[29].

La maire de Madrid lors d'une réunion avec Cristina Cifuentes, présidente de la Communauté de Madrid

Comme prévu pendant la campagne[30], la mairie supprime sa subvention annuelle de 61 200 à l’École de tauromachie de Madrid Marcial Lalanda[31], une somme représentant environ la moitié du budget annuel de cet établissement. Les motifs avancés de cette mesure, qui entre en vigueur fin juin 2016, sont d'une part un budget disproportionné pour une école formant environ 38 élèves par an par rapport aux budgets alloués à d'autres activités culturelles ou sportives de plus grande ampleur et, d'autre part, l'incompatibilité de ces activités avec les droits des animaux. Après avoir un temps envisagé de destiner à d'autres organismes les locaux municipaux occupés par l'école à la Venta del Batán[32], la mairie choisit d'en laisser l'usage à cette école[33]. Toujours dans l'optique de faire progresser les droits des animaux, en janvier 2017 elle fait adopter par le conseil municipal (avec les votes du PSOE et de Ciudadanos) une ordonnance interdisant les cirques avec animaux sauvages dans la capitale, aussi bien sur les terrains publics que privés[34].

Afin de lutter contre les expulsions de particuliers dans l'impossibilité de rembourser leur crédit hypothécaire, la mairie a impulsé l'ouverture d'un bureau de médiation[35].

En juin 2016, la Banque d'Espagne révèle qu'après neuf mois au pouvoir la municipalité a réduit sa dette de plus d'un milliard d'euros. Ceci correspond a une baisse de 19,7 %, ce qui en fait la meilleure progression de toutes les villes d'Espagne sur cette période[36]. Madrid reste malgré cela la ville la plus endettée du pays, avec une dette évaluée en septembre à environ 4,5 milliards d'euros[37].

Moralisation de la vie politique[modifier | modifier le code]

Sa première mesure est de baisser son salaire de 55 % et celui de ses conseillers municipaux de 41 %, cette mesure n'affectant pas les autres conseillers municipaux, du PP et du PSOE, qui restent libres d'appliquer les mêmes mesures[38].

Carmena est opposée à une « administration avec privilèges », elle décide donc de redonner l'utilisation de la loge municipale du Théâtre royal aux citoyens. La non-location des places de cette loge représentait un manque à gagner évalué à 100 000 par an pour le théâtre[39]. La maire et les conseillers de Maintenant Madrid se passeront également des loges municipales du stade Santiago Bernabéu, du centre olympique de tennis Caja Mágica, des arènes de Las Ventas, des pass VIP gratuits du Club de Campo de Madrid (es), des cartes or gratuites de l'IFEMA (es) ainsi que des places gratuites de concerts, pièces de théâtre et expositions[40].

En août 2015, elle entreprend de dépolitiser et de professionnaliser l'IFEMA (Institución Ferial de Madrid) un consortium public organisant des salons, des conventions et des congrès à Madrid, considérant que cet organisme fournissait des retraites dorées à des personnalités politiques du PP[41]. Álvarez del Manzano, ancien maire de Madrid et membre du PP, président pendant 24 ans, est remplacé à la tête de cet organisme par Luis Cueto, le coordinateur général de la mairie de Madrid. Celui-ci ne touchera pas le salaire annuel de 120 000 perçu par l'ancien président, il ne touchera que son salaire municipal et se passera d'assistants et de voitures officielles[42],[43].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (es) Crónica de un desorden: Notas para reinventar la Justicia, Alianza,
  • (es) Por qué las cosas pueden ser diferentes: Reflexiones de una jueza, Clave Intelectual,
  • Parce que les choses peuvent être différentes... (trad. Delphine Vinck), Indigène, , 160 p. (ISBN 978-23-75950-46-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) « La juez Manuela Carmena, premio nacional Derechos Humanos 1986 », sur elpais.com,
  2. a et b (es) « Una juez progresista, nueva decana de Madrid », sur elpais.com,
  3. (es) « La historia “visionaria” de Manuela Carmena », sur lamarea.com,
  4. a et b (es) « Manuela Carmena, elegida como candidata de Podemos a liderar la lista de Ahora Madrid », sur huffingtonpost.es,
  5. (es) « Manuela Carmena, cabeza de lista de Podemos+Ganemos Madrid », elmundo.es, 30 mars 2015
  6. (es) « Podemos elige a la ex juez Manuela Carmena como apuesta para el Ayuntamiento de Madrid », sur elmundo.es,
  7. (es) « Manuela Carmena, candidata de Ahora Madrid », sur abc.es,
  8. (es) « Importante descenso de la militancia comunista », sur elpais.com,
  9. (es) « La exjuez Manuela Carmena, candidata de Podemos a la Alcaldía de Madrid », sur abc.es,
  10. (es) « Primeros acuerdos judiciales para impedir las corruptelas en los juzgados », sur elpais.com,
  11. (en) « Civil and political rights, including the questions of torture and detention. Report of the Working Group on Arbitrary Detention », sur unhchr.ch,
  12. (en) « Former members of the Working Group on Arbitrary Detention », sur ohchr.org
  13. (es) « El Grupo de Trabajo contra las Detenciones Arbitrarias. Reflexiones más allá de la experiencia », sur pensamientocritico.org,
  14. A/HRC/10/21/Add.3; A/HRC/7/4/Add.3; A/HRC/4/40/Add.4; A/HRC/4/40/Add.3 et E/CN.4/2006/7/Add.3
  15. (en) « Press Release. Norwegian legal expert joins UN Group on Arbitrary Detention », sur ohchr.org,
  16. (es) « El tribunal absuelve a Alierta del 'caso Tabacalera' por haber prescrito su delito », sur elpais.com,
  17. (es) « Patronato de la Fundación », sur falternativas.org
  18. (es) « Manuela Carmena sigue como patrona de la fundación Alternativas junto a González y cargos del PSOE », sur 'vozpopuli.com',
  19. (es) « Yayos Emprendedores, una empresa con beneficio social »
  20. (es) « Manuela Carmena, cabeza de lista de Podemos+Ganemos Madrid », sur elmundo.es,
  21. (es) « Carmena revela que fue objetivo de ETA y dice que Aguirre se retrata sola », sur eldiario.es,
  22. (es) « Aguirre gana en Madrid, pero Carmena podría gobernar con el apoyo de Carmona », sur abc.es,
  23. (es) « Carmena, a punto de ser alcaldesa de Madrid junto al PSOE », sur elpais.com,
  24. (es) « Manuela Carmena se ve alcaldesa de Madrid tras hablar con Carmona », sur elmundo.es,
  25. (es) « Manuela Carmena saca la tijera: de momento, nueve jefes menos », sur elmundo.es,
  26. « Madrid veut en finir avec son passé franquiste », sur lemonde.fr,
  27. (es) « Mapa de las calles 'franquistas' de Madrid », sur elmundo.es,
  28. « La maire de Madrid souhaite en finir avec les vestiges du franquisme », sur lexpress.fr,
  29. (es) « Madrid dedicará un jardín al batallón ‘La Nueve’, que liberó París del nazismo », sur ccaa.elpais.com,
  30. (es) « Ahora Madrid eliminará las subvenciones a espectáculos taurinos y escuelas de tauromaquia », sur elboletin.com,
  31. (es) « Carmena quita la subvención a la escuela de toreo madrileña », sur ccaa.elpais.com,
  32. (es) « El Ayuntamiento retirará la subvención a la Escuela de Tauromaquia », sur madrid.es,
  33. (es) « La Escuela de Tauromaquia seguirá en El Batán », sur elmundo.es,
  34. (es) « El Ayuntamiento de Madrid prohibirá los circos con animales », sur elmundo.es,
  35. « Manuela Carmena, maire de Madrid depuis 100 jours », sur rtbf.be,
  36. (es) « Carmena reduce la deuda del Ayuntamiento de Madrid un 20% », sur publico.es,
  37. (es) « Carmena reduce la deuda del Ayuntamiento en 1.000 millones en un año », sur ccaa.elpais.com,
  38. (es) « Carmena solo bajará el sueldo a sus concejales », sur ccaa.elpais.com,
  39. (es) « Carmena cede el palco municipal al Real, que ingresará 100.000 euros », sur cultura.elpais.com,
  40. (es) « Carmena renuncia también a los privilegios en el Club de Campo, Ifema, palcos de fútbol y teatros », sur 20minutos.es,
  41. (es) « Así son los privilegios de los altos cargos de Ifema », sur eldiario.es,
  42. (es) « Manuela Carmena retira la presidencia de Ifema a Álvarez del Manzano y pone al frente a su sobrino », sur 'vozpopuli.com',
  43. (es) « Carmena ‘jubila’ a Manzano tras 24 años como presidente de Ifema », sur ccaa.elpais.com,

Article connexe[modifier | modifier le code]