T. Rex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir T-Rex.

T. Rex

Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Rock 'n' roll, folk rock, glam rock, rock psychédélique
Années actives 1967 - 1977
Labels Reprise, Relativity, Polygram, T. Rex, Regal Zonophone, Fly Records, Spectra Records
Composition du groupe
Anciens membres Marc Bolan, Steve Peregrin Took, Mickey Finn, Bill Legend, Steve Currie, etc. (voir #Membres)

T. Rex est un groupe de rock britannique créé à la fin des années 1960 à Londres par le chanteur Marc Bolan. Tout d'abord nommé Tyrannosaurus Rex, le nom est raccourci en 1970 pour coïncider avec un changement de style dans la musique du groupe : il passe d'un folk expérimental à un rock plus électrique qui va tout de suite séduire un large public au Royaume-Uni. Avec les morceaux Ride a White Swan, Hot Love et Get It On, T. Rex se hisse en tête des ventes en Grande-Bretagne et annonce l'avènement du glam rock.

Les albums Electric Warrior et The Slider, parus respectivement en 1971 et 1972, rencontrent un succès de masse : la T. Rexmania devient le premier phénomène musical à atteindre une telle ampleur en Grande-Bretagne depuis la séparation des Beatles. Les disques du groupe sont produits par Tony Visconti qui collabore aussi durant la même période avec un autre musicien glam-rock, David Bowie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe se forme autour de Marc Bolan en août 1967 : il ne joue qu'une seule fois en quatuor, à l'Electric Garden de Covent Garden à Londres, avant de se dissoudre peu de temps après. Bolan garde cependant avec lui le percussionniste Steve Peregrin Took. Tyrannosaurus Rex se produit ensuite en duo, jouant une musique folk avec des paroles s'inspirant de la mythologie de Tolkien.

La combinaison de la guitare acoustique de Bolan et de ses gémissements félins avec les tablas de Steve Took leur permet de s'installer dans la scène underground alors en pleine effervescence. L'animateur de la BBC John Peel se lie d'amitié avec le groupe et les emmène assister à des concerts. Peel apparaitra plus tard sur une de leurs chansons[1], lisant un texte écrit par Bolan. Un autre collaborateur clef du groupe est le producteur Tony Visconti, qui supervise la majorité de leurs albums. Celui-ci compose des arrangements de cordes qui donnent un climat particulier aux morceaux. Un changement de personnel survient avant l'enregistrement de A Beard of Stars : Took est remplacé par un nouveau percussionniste, Mickey Finn.

En 1970, Bolan et Finn, rejoints par le batteur Bill Legend et le bassiste Steve Currie, enregistrent désormais sous le nom T. Rex. Ils jouent une musique plus pop, susceptible de drainer un public plus large. Le hit-single Ride a White Swan montre cette nouvelle voie musicale. L'album T. Rex marque un net changement avec des titres plus électriques comme Jewel.

C'est avec l'album Electric Warrior publié en 1971 que T-Rex devient un phénomène culturel en Angleterre. La chanson Cosmic Dancer sera reprise par la suite par l'ex-chanteur des Smiths, Morrissey.

En 1972, à la suite d'un différend avec sa maison de disques[2], Bolan décide de sortir la compilation Bolan Boogie qui regroupe une sélection de titres de Tyrannosaurus Rex et T. Rex, comportant notamment des faces B chères au chanteur comme la reprise de Summertime Blues d'Eddie Cochran. La même année, The Slider réitère le succès grâce au single Metal Guru qui atteint la première place des charts anglais. Le point culminant de la tournée qui suit, se déroule à Londres, à la Wembley Pool : le concert est capté sur pellicule par Ringo Starr pour la vidéo Born to Boogie[2].

Après un nouveau succès remporté avec le titre 20th Century Boy, le groupe connaît un net fléchissement de popularité dès 1973. L'envie de percer aux États-Unis pousse Marc Bolan à amorcer un tournant artistique avec le recours à des chœurs soul, assurés par des choristes américaines. Marc Bolan veut étoffer le son de T. Rex, car les Américains sont réticents au glam rock. L'album Tanx bénéficie de bonnes critiques, mais le public américain ne lui réserve pas l'accueil escompté. La tournée est couverte par les médias locaux, mais T. Rex n'arrive pas à s'imposer.

Après quelques disques moins audacieux selon les journalistes[3], Bolan retrouve un certain élan en 1975 avec le single Dreamy Lady, accompagné d'une vidéo où il apparaît avec un look évoquant avec des années d'avance celui de Siouxsie Sioux[4],[5], une chanteuse qui reprendra plus tard avec son groupe Siouxsie and the Banshees, le titre 20th Century Boy. Avec l'avènement du punk dès 1976, Bolan connaît un regain d'intérêt mais un an plus tard, il meurt dans un accident de voiture. Le groupe disparaît avec lui.

Des décennies plus tard, T. Rex séduit un nouveau public avec le film Billy Elliot, dans lequel les personnages principaux écoutent en boucle les disques du groupe. Le manga 20th Century Boys de Naoki Urasawa, tire aussi son nom de leur chanson.

Discographie anglaise[modifier | modifier le code]

Tyrannosaurus Rex[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1968 : Debora (UK #34)
  • 1968 : One Inch Rock (UK #28)
  • 1969 : Pewter Suitor
  • 1969 : King of the Rumbling Spires (UK #44)
  • 1970 : By the Light of a Magical Moon

T. Rex[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Membres[modifier | modifier le code]

  • Marc Bolan : chant, guitare (1967-1977)
  • Steve Peregrin Took : percussions (1967-1969)
  • Mickey Finn : percussions (1969-1974)
  • Steve Currie : basse (1970-1976)
  • Bill Legend : batterie (1970-1973)
  • Jack Green : guitare (juillet-novembre 1973)
  • Gloria Jones : claviers, chœurs (1973-1976)
  • Davy Lutton : batterie (1973-1976)
  • Dino Dines : claviers (1973-1977)
  • Miller Anderson : guitare (1976-1977)
  • Herbie Flowers : basse (1976-1977)
  • Tony Newman : batterie (1967-1977)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tyrannosaurus Rex et John Peel sur la chanson Romany Soup de l'album Unicorn (1969).
  2. a et b Patrick Eudeline. T-Rex. Best (magazine), février 1983, n°175. P71
  3. voir le texte du biographe Mark Paytress dans le livret du cd Futuristic Dragon
  4. Mark Paytress (Biographe de Bolan). Voir le texte qu'il a rédigé pour la réédition cd de l'album Futuristic Dragon.
  5. T-Rex Dreamy Lady, passage dans l'émission Supersonic la vidéo qui évoque selon le biographe Mark Paytress le look qu'aura par la suite plusieurs stars anglaises de la fin des 70's

Lien externe[modifier | modifier le code]