Let It Bleed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Let It Bleed

Album de The Rolling Stones
Sortie 5 décembre 1969
Enregistré 16 - 17 novembre 1968, 10 février - 2 novembre 1969
Olympic Studio, Elektra Records et Sunset Sound Recorders
Durée 42:21
Genre Rock
Auteur-compositeur Jagger/Richards
Producteur Jimmy Miller
Label Decca / ABKCO (UK)
London Records / ABKCO (US)
Critique

Albums de The Rolling Stones

Singles

Let It Bleed est le huitième album du groupe de rock anglais The Rolling Stones, sorti le 5 décembre 1969 et produit par Jimmy Miller. Il est le dernier album studio du groupe édité par le label Decca et le seul auquel six membres officiels du groupe ont participé, Brian Jones étant remplacé par Mick Taylor au milieu des sessions.

Historique[modifier | modifier le code]

La totalité de l'album fut enregistrée en 1969, à l'exception de la chanson You Can't Always Get What You Want, dont les sessions d'enregistrements commencèrent les 16 et 17 novembre 1968, avant même la sortie de Beggars Banquet, aux Olympic Studios de Londres avec le producteur Jimmy Miller et l'ingénieur du son en chef Glyn Johns[2].

À partir du 10 février 1969, les Stones, la plupart du temps sans Brian Jones, reviennent aux Olympic Studios pour commencer l'enregistrement de leur huitième album studio[3]. Il y resteront un premier temps jusqu'à fin mars et travailleront principalement sur les titres Love in Vain, Sister Morphine et Honky Tonk Women.

Début avril, Mick et Keith prennent quelques jours de vacances à Positano en Italie, ils en profitent pour composer Midnight Rambler et Monkey Man avant de retourner en studio à partir du 17 avril[3].

C'est le 31 mai que Mick Taylor rejoint les Stones, et le 8 juin que Brian Jones et les Stones se séparent définitivement, faisant de Mick Taylor son remplaçant officiel. Brian Jones n'apparaît en fait que sur deux titres : il joue de l'autoharpe sur You Got the Silver et des percussions sur Midnight Rambler [4], pendant que Mick Taylor, qui n'intervient également que sur deux titres, joue de la guitare sur Country Honk et Live with Me ainsi que sur le single Honky Tonk Women enregistré durant les sessions de Let It Bleed.

Country Honk, la version country de Honky Tonk Women, fut en fait enregistrée en premier et c'est sous l'impulsion de Mick Taylor que les Rolling Stones décidèrent d'en enregistrer une version plus rock qui sortit en 45-tours. Le single sort le 4 juillet, et si le titre ne figure pas sur l'album, sa face B est You Can't Always Get What You Want dans sa version raccourcie (5 minutes au lieu de 7 minutes 30). Le jour suivant, le groupe donnera son fameux concert gratuit à Hyde Park avant que ses membres se séparent pour l'été[3].

Il faudra attendre la mi-septembre, pour voir leur retour en studio à Londres (sans Mick Jagger). La fin de l'enregistrement se fera à Los Angeles fin octobre dans les studios Elektra et Sunset Sound Recorders où l'album sera mixé. Le groupe restera aux États-Unis pour effectuer une tournée pendant laquelle l'album sortira sur le territoire américain, le 29 novembre 1969. Lorsqu'il sort en Europe, 6 jours plus tard, les Stones travaillent déjà sur son successeur Sticky Fingers dans les studios Muscle Shoals à Florence en Alabama[3].

Keith Richards, que l'on avait déja entendu chanter sur le morceau Connection en duo avec Mick Jagger sur l'album Between the Buttons, ainsi que sur le premier couplet de Salt of the Earth sur Beggars Banquet, prend pour la toute première fois la place de chanteur principal sur You Got the Silver.

Décédé dans la nuit du 2 au 3 juillet 1969 dans sa piscine, Brian Jones est quant à lui mort trop tôt pour voir le résultat de sa dernière collaboration avec les Stones

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Analyse du contenu[modifier | modifier le code]

Album de transition entre Brian Jones et son successeur Mick Taylor (lesquels n'apparaissent que sporadiquement), Let It Bleed contient plusieurs standards du groupe, depuis le menaçant Gimme Shelter (nommé Gimmie Shelter sur la pochette de l'album) à l'épique You Can't Always Get What You Want, en passant par Midnight Rambler et la reprise du Love in Vain de Robert Johnson.

Pochette et disque[modifier | modifier le code]

Parution et réception[modifier | modifier le code]

Cet album se classera à la première place des charts britanniques[5] le 20 décembre 1969 détronant pour une semaine l'album des Beatles, Abbey Road. En France aussi il atteindra la première place des charts où il restera classé pendant 53 semaines[6]. Aux États-Unis, il se classa 3e au Billboard 200[7].

Le magazine Rolling Stone place l'album en 32e position de ses classements en 2003 et en 2012 des 500 plus grands albums de tous les temps[8].

Il est également cité dans l'ouvrage de référence de Robert Dimery Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie ainsi que dans un grand nombre d'autres listes[9].

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites et composées par Mick Jagger et Keith Richards, sauf mention contraire.

No TitreAuteur Durée
1. Gimme Shelter 4:36
2. Love in VainRobert Johnson 4:19
3. Country Honk 3:07
4. Live with Me (en) 3:31
5. Let It Bleed (en) 5:27
6. Midnight Rambler 6:53
7. You Got the Silver 2:52
8. Monkey Man (en) 4:10
9. You Can't Always Get What You Want 7:33

Personnel[modifier | modifier le code]

The Rolling Stones[modifier | modifier le code]

Musiciens supplémentaires[modifier | modifier le code]

Certifications[modifier | modifier le code]

Pays Ventes Certification Date
Drapeau du Canada Canada[10] Disque de platine Platine 100 000 + 01/07/1978
Drapeau des États-Unis États-Unis [11] 500 000 + Disque d'or Or 24/11/1969
1 000 000 + Disque de platine Platine 20/10/1989
2 000 000 + 2 x Disque de platine Platine 20/10/1989
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[12] 300 000 + Disque de platine Platine 02/07/1999

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richie Unterberger, « Let It Bleed : Review », Allmusic (consulté le 5 août 2018)
  2. timeisonourside.com/chronologie 1968
  3. a b c et d timeisonourside.com/chronologie 1969
  4. Comme indiqué sur la pochette interne du 33 tours original.
  5. official charts.com/rollingstones/albums
  6. infodisc.fr/détails par albums
  7. allmusic.com/let it bleed/awards
  8. (en) Rolling Stone, « 500 Greatest Albums of All Time », Rolling Stone,‎
  9. « Acclaimed Music », sur www.acclaimedmusic.net (consulté le 5 août 2018)
  10. musiccanada.com/gold platinum/search/let it bleed consulté le 14 janvier 2017
  11. RIAA Database/goldplat/search consulté le 22 mai 2013
  12. beatzenith.com/rollingstones/certified sales consulté le 22 mai 2013

Liens externes et sources[modifier | modifier le code]