Festival punk de Mont-de-Marsan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le « festival punk » de Mont-de-Marsan est un festival de musique punk rock qui s’est tenu à cinq reprises dans les Arènes du Plumaçon à Mont-de-Marsan dans les Landes, entre 1976 et 1986. La première édition fut le tout premier festival punk en Europe, un mois avant celui du 100 Club à Londres[1]. Ce festival est né de l’initiative de Marc Zermati, directeur du label Skydog Records . Il est accompagné pour l’organisation de Pierre Thiollay, Larry Debay, le montois André-Marc Dubos , Alain Lahana, Michel Ponge, Philip Pelegry et Dominique Rethaller[1],[2].

1976 : première édition[modifier | modifier le code]

La première édition du festival s’est déroulée le , de midi à trois heures du matin, contre l’avis du préfet et du maire de l'époque qui redoutaient des débordements[1] [3]. Cette première mouture du festival rassembla, selon les sources, entre 600 et 1500 personnes[1],[4]. La seule formation réellement punk à s’y produire était The Damned. Les autres artistes programmés étaient surtout des groupes de pub rock ou de rock français. Les groupes anglais firent le trajet en bus, ce qui occasionna quelques frictions[5].

Les Sex Pistols refusèrent d’y participer, ne voulant pas partager l’affiche avec Eddie and the Hot Rods. Ils n’étaient pas non plus en bon termes avec Marc Zermati.

Ian Curtis, futur chanteur de Joy Division, vint avec sa femme Deborah assister au festival depuis Manchester[5].

Programmation[modifier | modifier le code]

1977 : seconde édition[modifier | modifier le code]

Cette fois, le festival s’étale sur deux jours, les 5 et , rassemblant 4 000 spectateurs[6]. Plusieurs groupes punks sont présents.

Programmation[2][modifier | modifier le code]

Premier jour[modifier | modifier le code]

Deuxième jour[modifier | modifier le code]

The Jam et Electric Callas, qui étaient aussi à l’affiche, ne purent finalement pas jouer[2]. Le festival de 1977 rassembla autour de 4 000 spectateurs[2],[4]. Il fit l'objet d'un film documentaire par Jean-François Roux nommé Hot Cuts From Mont-de-Marsan. Le lendemain, un concert de Lou Reed, sans aucun lien avec l’organisation du festival, se déroulait dans les mêmes arènes, permettant de prolonger la fête.

Rééditions[modifier | modifier le code]

En 1978, les autorités empêchèrent le festival d’avoir lieu et celui-ci fut "délocalisé" à La Rochelle. Il a fallu que les organisateurs attendent l'arrivée du nouveau maire, Philippe Labeyrie, en 1983 pour que renaisse le festival, à Mont-de-Marsan, pour trois ultimes éditions : en 1984, 1985 et 1986. Il était alors plus rock, le punk étant un peu passé de mode. The Pogues et Nina Hagen y participèrent[1]. Toutefois, sans soutien financier de la ville, le festival disparut après la cinquième édition.

À l’été 2016, un concert d’Eddie and the Hot Rods et Bijou sur la place de la mairie de Mont-de-Marsan commémora les 40 ans du premier festival [7].

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Thierry Saltet, Le massacre des bébés skaï, Julie Éditions , 2013

Alain Gardinier , Punk Sur la Ville! Atlantica Editions , 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

https://www.facebook.com/1392629650970967/photos/a.1392661370967795.1073741828.1392629650970967/1538237939743470/?type=3&theater

http://gonzai.com/revisionnisme-punk-au-mont-de-marsan/

http://culturebox.francetvinfo.fr/musique/rock/punk-sur-la-ville-un-livre-sur-le-premier-festival-punk-de-lhistoire-157621

http://www.bretagne-actuelle.com/le-massacre-des-bebes-skai-/livres/essai/557-1-19