Ouverture à la concurrence du transport ferroviaire en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carte de l'évolution de la libéralisation ferroviaire dans les différents pays de l'Union européenne (en 2013) :
  • Monopole ou quasi-monopole
  • Émergent : Absence de concurrence
  • En cours de libéralisation : Concurrence limitée à certaines lignes [1]
  • Concurrence : L'ouverture à la concurrence est effective [2]

L'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire en France, ou la libéralisation du transport ferroviaire en France, désigne couramment la politique qui permet à différentes sociétés de commercialiser leurs services de transport ferroviaire pour les voyageurs et pour le fret, en mettant progressivement fin au monopole de la SNCF créée en 1937 par fusion des sociétés publiques et privées. Cette ouverture est conduite dans le cadre de la réglementation communautaires de l'Union européenne, en particulier plusieurs séries de directives et de règlements regroupés en quatre paquets ferroviaires[3].

La transposition des textes européens et la définition des modalités précises de l'ouverture à la concurrence sont du ressort de l’État. L'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ARAFER), aujourd'hui Autorité de régulation des transports (ART), veille au bon fonctionnement, notamment économique, du secteur et à l'équité entre les opérateurs.

Les entreprises ferroviaires circulant sur le réseau français peuvent être publiques ou privées, françaises ou étrangères.

Pour le directeur de SNCF Réseau l'ouverture à la concurrence induira une réduction des frais de structure et une meilleure productivité, ce qui permettra de faire baisser les coûts de manière à rester compétitifs avec l'avion et la route[4],[5].

Contexte[modifier | modifier le code]

Réglementation[modifier | modifier le code]

Les directives 2001/12/CE, 2001/13/CE et 2001/14/CE (« premier paquet ferroviaire ») ont ouvert les services de fret ferroviaire international à la concurrence, en établissant un cadre précis et transparent pour l’allocation des capacités sur l’infrastructure et sa tarification, et en prévoyant l’établissement d’un organisme de contrôle dans chaque État membre.

Le deuxième paquet ferroviaire adopté le par la Commission européenne a permis d'instaurer des règles d'interopérabilité et de fonctionnement, sous l'égide d'une agence ferroviaire européenne, située à Lille et Valenciennes.

Avec le troisième paquet ferroviaire[6], adopté en , la Commission européenne a proposé de poursuivre la réforme du secteur ferroviaire en ouvrant à la concurrence les transports internationaux de passagers au sein de l'Union européenne, à l'échéance de 2010.

En Grande-Bretagne, Allemagne et Suède où la concurrence sur le fret est effective, le fret ferroviaire enregistre des hausses régulières du trafic à la différence de la France et de l’Espagne [7].

Le 1er juillet 2016, l'ARAFER s'est opposé par un avis défavorable au projet de décret qui marque l’achèvement de la transposition de la directive 2012/34/UE dite « Refonte » visant à assurer un accès transparent et non discriminatoire aux installations reliées au réseau ferroviaire et à renforcer l’indépendance de leurs exploitants. Cette opposition s'accompagne d'une proposition d'amendement [8].

Cette opposition se base sur les dispositions générales applicables à l’ensemble des installations de service :

  • sur le périmètre des installations soumises à régulation (exclusions du champ d’application du décret no 2012-70 du 20 janvier 2012 & fourniture du courant de traction) ;
  • les conditions d’accès aux installations de service (services offerts par les exploitants & refus opposés par les exploitants d’installations de service)
  • les obligations relatives à la tarification des installations de service (obligations comptables & l’établissement de devis par les exploitants d’installations de service & la publication et la communication des tarifs) ;
  • la consultation de l’Autorité par les exploitants d’installations de service (calendrier de l’avis conforme sur la fixation des redevances & consultation de l’Autorité sur les aspects techniques et contractuels de l’accès aux installations de service).

Elle se base aussi sur les dispositions spécifiques à certaines installations de service :

  • les gares de voyageurs (le directeur des gares de voyageurs & les spécificités des redevances en gares & le cas particulier des quais) ;
  • les terminaux de marchandises ;
  • les stations d’approvisionnement en combustible ;
  • les installations d’entretien et les autres infrastructures techniques.

Gestion des sillons[modifier | modifier le code]

L'ouverture à la concurrence pose la question de l'attribution des sillons horaires. L'annulation d'un sillon peut perturber certaines sociétés ferroviaires, notamment pour le fret[9]. Cette question a notamment intéressé les sociétés Euro Cargo Rail, Voies ferrées locales et industrielles (VFLI, filiale de la SNCF), Europorte(filiale de Getlink) et T3M[10] en 2014.

La gestion des sillons est effectuée au travers d'un mécanisme financier (de bonus-malus lié à la performance). Ce mécanisme doit inciter le gestionnaire d'infrastructure SNCF Réseau à améliorer la qualité des sillons attribués en ayant un meilleur prévisionnel des travaux et les candidats souhaitant acquérir ces sillons à les restituer dès que l'usage devient inutile. Ce mécanisme SIPH doit être mis en place à l'horizon 2019[9].

Source Arafer[9].


Concurrence dans le transport des marchandises[modifier | modifier le code]

Locomotives de la compagnie ECR, circulant sur le réseau français

En droit, l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de fret en France s'est faite en deux étapes :

  • 7 mars 2003 : ouverture du transport international de fret[11] avec une première circulation en juin 2005[12] ;
  • 31 mars 2006 : ouverture du transport intérieur de fret[11], complétant ainsi l'ouverture du marché du fret.

L'ouverture en droit a été suivie dans les faits :

Depuis, plus d'une vingtaine d'entreprises ferroviaires ont circulé sur le réseau ferré de façon à honorer leurs contrats de transport avec les chargeurs (industriels, logisticiens, coopératives agricoles, etc.).

Début 2012, les entreprises ferroviaires concurrentes de Fret SNCF assurent 20 % du transport ferroviaire de marchandises en France[13].

En 2016, il apparaît que le transport ferroviaire en France bénéficie de tarifs très largement inférieurs à la moyenne européenne, alors qu'il existe une obligation européenne de justesse des prix en fonction des coûts réels. Pour répondre à ces obligations européennes, l’État a décidé de baisser progressivement les subventions dans ce secteur de marché. Le but est à un terme de dix années d'obtenir un fonctionnement de marché où «le prix correspondra à la prestation». Ainsi, les péages du fret ferroviaire doivent augmenter entre 2018 et 2027. L'augmentation serait de l'ordre de 4,6 % annuel, soit environ 56,8 % sur dix ans (hors inflation)[14].

Le manque à gagner pour SNCF Réseau reste compensé sur la période transitoire ; en 2016, cela correspond à 90 millions d'euros. Les autres subventions seront reconduites : jusqu'en 2020 pour l'aide publique de 10 millions d'euros annuels pour rénover des voies dont le seul usage est le fret ; reconduction en 2018 de 10 millions d'euros annuels pour le transport combiné (rail-route) ; et de 20 millions d'euros pour des travaux de réduction du bruit liés à la circulation des trains de fret[14].

Le 8 décembre 2016, Euro Cargo Rail principale société de transport ferroviaire de fret, détenant 18 % des parts de marché, lance un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), après avoir perdu 25 millions d'euros en 2016. Le PSE s'inscrit dans une réorganisation visant à la fermeture de 7 des 28 agences et à la suppression de 300 emplois. Trois difficultés sont invoquées : l'enchérissement de prix des sillons, la qualité des sillons, la concurrence du transport routier exacerbées par la suppression de la Taxe nationale sur les véhicules de transport de marchandise[15].

Transport de voyageurs[modifier | modifier le code]

Ouverture progressive[modifier | modifier le code]

Voiture de la compagnie Thello, à Paris-Gare-de-Lyon.

Comme dans le transport de marchandises, l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs en France se réalise en plusieurs étapes :

  • 13 décembre 2009 : ouverture du transport international de voyageurs, avec possibilité de cabotage[16].
  • Le transport intérieur de voyageurs n'est pas encore ouvert à la concurrence.

À ce jour, seule la compagnie Thello propose ses services aux voyageurs. Il s'agit de trains de nuit entre Paris et Venise[17] ainsi que de trains de jour entre Marseille et Milan. L'ouverture à la concurrence du transport intérieur fait l'objet de nombreuses discussions.

Nathalie Kosciusko-Morizet, alors ministre de l'Écologie et des Transports du gouvernement Fillon, avait annoncé une expérimentation dès 2014 de l'ouverture du transport régional[18], sans donner de calendrier pour les services à grande vitesse. En 2012, Frédéric Cuvillier, ministre des Transports du gouvernement Jean-Marc Ayrault, annonce que le transport intérieur ne sera pas ouvert à la concurrence avant 2019, date butoir fixée par l'Union Européenne[19].

La loi no 2009-1503 prévoit un calendrier spécifique pour l'ouverture à la concurrence des services franciliens de transport ferroviaire (RER, Transilien, et RER de la RATP), en prévoyant le maintien des monopoles de la SNCF et de la RATP jusqu'au 31 décembre 2039[20],[21].

En 2015, la SNCF fait face à l'ouverture à la concurrence des autocars provoquée par la Loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques dite « loi Macron ». La SNCF prévoit de perdre 200 millions d'euros du fait de cette concurrence [22], qui vient s'ajouter à la concurrence des avions et des voitures[23].

Plusieurs formes de concurrence sont envisagées :

  • le libre accès qui concerne des trains grandes lignes de type TGV. Il est réservé aux sociétés ayant l'envergure pour prendre les risques inhérents à ces transports ;
  • les concessions des Intercités par l'État et les concessions des TER par les régions permettent à des opérateurs publics ou privés de se positionner sur le marché sans prendre de risques, les investissements comme l'achat des trains étant à la charge des régions[24].

Pour le président de la SNCF, l'ouverture à la concurrence pose certaines questions[25]:

  • vente des deux types de billets au guichet,
  • trains ayant accès à la maintenance grande vitesse
  • accès aux gares
  • accès aux meilleurs quais
  • règles de priorité des trains

L'ARAFER considère que l'ouverture à la concurrence peut être contrastée en termes de tarif, en augmentant les prix plus vite que l'inflation sur les lignes non rentables conventionnées, mais en diminuant les prix sur les lignes rentables[26].

Trains de nuit[modifier | modifier le code]

En février 2016, Alain Vidalies, secrétaire d’État aux Transports, a déclaré que l’État allait se désengager de six des huit lignes de nuit « Intercités de nuit » exploitées par la SNCF dès le . Il appelle ainsi les concurrents à proposer de « nouveaux schémas d’exploitation innovants »[27].

Avec une fréquentation en baisse de 25 % depuis 2011, pour transporter 3 % des passagers Intercités, ces trains de nuit génèrent 25 % du déficit de la branche (perte de 340 millions d’euros annuel). Pour le ministre, il s'agit d'un modèle « épuisé sur le plan économique », qu'il qualifie de « boulet » pour la SNCF[27].

Pour Jean Ghedira, le directeur de la branche Intercités, « Le produit est désuet et perd beaucoup d’argent. Pour 1 euro de recette, j’ai presque 2 euros de perte. De plus, il est compliqué à faire circuler. La nuit, les travaux sont nombreux sur les voies. ». Pour lui, il faut « repenser l’offre », dans ce contexte d’ouverture à la concurrence où il voit « une opportunité à saisir »[27].

Certaines lignes prendront fin au premier octobre 2016, l'offre proposée par Transdev n'ayant pas été acceptée par l'État[28].

Intercités[modifier | modifier le code]

Certaines lignes de « trains d'équilibre du territoire » (TET), appelées Intercités par la SNCF, sont également inscrites dans une logique d'ouverture à la concurrence. Ainsi, le premier avis préalable au lancement d'un appel d'offres est publié en , pour un lot de deux lignes dont le nouvel opérateur devrait être choisi en 2022 : Nantes – Bordeaux et Nantes – Lyon. Chaque année, ces deux lignes, pour lesquelles l'État verse 25 millions d'euros de subventions, transportent un million de voyageurs[29].

Expérimentations régionales[modifier | modifier le code]

Si le dernier moment est attendu, l'ouverture à la concurrence est prévue fin 2019 pour les lignes régionales de type trains régionaux et fin 2021 pour les lignes à grande vitesse (trains à grande vitesse). Toutefois, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, souhaite une ouverture à la concurrence qui commence rapidement par une période d'expérimentation qui pourrait se dérouler sur la période 2017-2019. Il souhaite se positionner sur le low cost et sur l'environnement, en évitant notamment de faire de l'avion. Les offres existantes Ouigo (TGV), OuiCar (voiture) et Ouibus (autocar) pourraient ainsi être complétées par des offres Intercités ou TER[30].

Guillaume Pepy s'attend à une « concurrence très belle » :

Le choix d'une ou plusieurs lignes pour expérimenter la concurrence est envisagée. L'article de loi L1224 du code du travail en permettant le transfert des cheminots à la société concurrente qui prendra la suite de la ligne exploitée jusqu'alors par la seule SNCF, devrait faciliter l'ouverture à la concurrence[31].

En 2016, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a décidé de ne pas renouveler un contrat de dix ans qui doit se terminer en décembre 2016 sur le marché des TER de la région d'un montant de 291 millions d'euros annuels. Cette région souhaite accélérer l'ouverture à la concurrence dès 2019 pour devenir une « région pilote ». Pour cela, la région s’inscrirait dans un groupement européen de coopération territoriale qui associerait au moins Monaco et la région italienne de Ligurie. L'offre alternative pourrait s'articuler autour d'une composante ferroviaire avec la société italienne Thello, et une composante routière avec les « autocars régionaux » (LER Provence-Alpes-Côte d'Azur) et les « bus à haut niveau de service ». L'hypothèse d'une gestion en régie publique est même à l'étude pour éviter le monopole de la société nationale de chemins de fer, certains TER sont supprimés par manque de conducteurs[32].

L'expérimentation pose la question du périmètre des appels d’offre[33] : l'ouverture à la concurrence porte-t-elle sur toutes les voies? porte-t-elle sur les infrastructures ? Qu'adviendra-t-il des 28000 agents SNCF affectés aux services TER ?

La région Bourgogne-Franche-Comté, envisage de nouveaux opérateurs pour 10 % des lignes TER alors que la région Pays-de-la-Loire envisage 10 à 12 % des lignes TER. Toutefois, ceci nécessite une nouvelle loi[33].

La région Corse n'est pas concernée par l'ouverture à la concurrence car le train n'y est pas géré par la SNCF, mais par les CFC, une société d'économie mixte[33].

Pour l'ouverture à la concurrence régionale — dès décembre 2019 — le principe de transfert obligatoire du personnel a été posé par l'Union des transports publics et ferroviaires[34].

Régions de France s'est positionné sur cette question en recommandant une loi « girondine » permettant notamment l'existence de régie ou société publique locale. L'association souhaite que l'ouverture ne se fasse pas au détriment du personnel ou des intérêts du service public. Elle souhaite aussi que la loi fixe le socle minimal des données souhaitées. En ce qui concerne les systèmes de billetterie et d’informations des voyageurs multimodaux, régions de France souhaite des architectures régionales plutôt qu’une plateforme nationale[35].

Les régions souhaitent également la mise en place d'un système de titre unique de transport indépendamment de la modalité de transport utilisée[36].

La région Grand Est souhaite ouvrir certaines lignes à la concurrence dès 2022[36].

Transports en commun en Île-de-France[modifier | modifier le code]

La ligne T9, première ligne de tramway non opérée par la RATP.

L'ouverture à la concurrence de l'exploitation des lignes de transport en commun en Île-de-France est programmée en 2024 pour les lignes de bus, 2029 pour les tramways, 2039 pour les lignes de métro et RER existantes. Les lignes nouvelles, mises en service à partir de 2020, seront mises en concurrence par l'autorité organisatrice Île-de-France Mobilités dès leur ouverture : tramways T9 et T10, CDG Express, ligne 15 sud du Grand Paris Express[37],[38]etc. Le , l'exploitation du T9 est attribuée à Keolis[39].

Dans le cadre de l'ouverture à la concurrence du réseau ferré existant d'île-de-France, IDFM décide en du calendrier des lignes Transilien. Le premier lot remis en jeu comprend la ligne T11 Express, le T4 et la navette Esbly-Crécy, afin de désigner en 2022 un opérateur dont l'activité doit débuter en décembre 2023[40].

Grande vitesse[modifier | modifier le code]

En raison du quatrième paquet ferroviaire européen, adopté fin 2016 à une courte majorité au Parlement européen, les lignes TGV (qui représentent 10 % du trafic en France) doivent être ouvertes à la concurrence à partir de 2020[41]. Pour la grande vitesse, l'ouverture à la concurrence commerciale est donc prévue en , et la mise en service en 2021[42].

En France, la rentabilité du TGV en France est inférieure au coût moyen du capital et deux TGV sur trois perdent de l'argent[42].

Pour le président de la SNCF, peu de sociétés commercialiseront des lignes de transport à grande vitesse si les problèmes de rentabilité ne sont pas réglés, notamment[42] :

  • le financement de l'infrastructure et de la dette du gestionnaire de l'infrastructure, SNCF Réseau ;
  • la cherté et la hausse continue des péages ;
  • le choix de financer la rénovation du réseau par le TGV.

Pour lui, l'augmentation continue des péages oblige à réduire de plus en plus le nombre de trains circulant[42].

En 2018, pour lutter contre cette augmentation des péages et assainir la compagnie ferroviaire et le gestionnaire du réseau, le gouvernement français annonce reprendre 35 milliards d'euros de dette de la SNCF en 2020 et 2022[43].

Le président de la SNCF souhaite également que les règles du jeu soient équitables, afin de ne pas être défavorisé face à ses concurrents[42], car :

  • l'opérateur historique paye en France des cotisations de retraite de 14 %, supérieures à celles d'un opérateur privé ;
  • la SNCF a l'interdiction de licencier tout salarié au statut de cheminot ;
  • la fiscalité est plus lourde que pour les opérateurs privés ;
  • des obligations de service public ne sont pas compensées (certains arrêts TGV, emploi local).

Guillaume Pepy préfère l'open access, où tous les opérateurs sont autorisés à opérer sur une ligne donnée. À l'inverse, Hervé Maurey et Louis Nègre sont davantage en faveur d'un système de franchise[44] : des lots de voies ferrées sont attribuées, normalement par appel d'offres[42]. Parmi les lignes d'une même franchise, certaines peuvent être rentables et d'autres moins[25]. Le système de concession offre plus de liberté aux entreprises, mais réduit le contrôle du gérant de réseau (dans ce cas, la SNCF). Le système de concession est donc généralement comme une première étape vers le privatisation du rail.

Candidats grandes lignes[modifier | modifier le code]

Flixtrain[modifier | modifier le code]

En 2019, Flixtrain, opérateur privé et filiale de la société allemande FlixMobility (qui a lancé les FlixBus), propose de créer cinq liaisons : Paris-Nord – Bruxelles-Nord, Paris-Bercy – Lyon-Perrache, Paris-Bercy – Nice (train de nuit), Paris-Bercy – Toulouse et Paris-Austerlitz – Bordeaux. Ces liaisons, assurées en trains classiques, seraient similaires au service Intercités de la SNCF[45] (mais sans participation de l'État comme autorité organisatrice de transports).

En , l'entreprise annonce le report sine die de son entrée en France face aux coûts annoncés pour l'utilisation du réseau. Plus aucune date n’est avancée pour ce développement[46].

Renfe[modifier | modifier le code]

En , la compagnie nationale espagnole Renfe annonce vouloir proposer des liaisons sans partenariat avec la SNCF dès 2020.

L'opérateur dispose d'ores et déjà de matériel à grande vitesse opérant en France, via ses rames S-100, et envisage de se focaliser sur le sud de la France ainsi qu'entre Lyon et Marseille[47].

À partir du 13 décembre 2021, la Renfe veut proposer cinq allers-retours en TGV low-cost par jour entre Lyon et Marseille via Avignon[48].

Thello[modifier | modifier le code]

L'opérateur italien Trenitalia souhaite proposer, courant 2020, des trains à grande vitesse entre Paris et Milan via sa filiale Thello (qui opère d'ores et déjà en France)[47],[49]. Des tests de rame ETR1000 spécialement modifiées pour le réseau français ont eu lieu dès fin 2019.[50]

En parallèle, l'opérateur ambitionne aussi de se positionner sur des liaisons Paris – Bruxelles et Paris – Bordeaux, avec du matériel Zefiro du constructeur Bombardier[51].

Railcoop[modifier | modifier le code]

Railcoop, nouvel opérateur ferroviaire sociétarial (SCIC), a annoncé une réouverture de la liaison Bordeaux St-Jean - Lyon-Part-Dieu pour juin 2022[52] avec 3 aller-retour quotidiens, dont un de nuit[53]. Contrairement au trajet historique, il dessert Gannat mais pas Clermont-Ferrand à cause de la fermeture du tronçon entre Ussel et Clermont-Ferrand. Un itinéraire de substitution par Aurillac en cas de travaux de nuit a également été déposé[54].

Des horaires ont également été notifié à l'ART pour juin 2022 sur les liaisons Lyon-Part-Dieu - Thionville [55] et Toulouse-Matabiau - Rennes[56], sans plus d'annonces en octobre 2020.

Controverses[modifier | modifier le code]

Débats politiques[modifier | modifier le code]

En novembre 2016, la société Thello dit vouloir une loi ou un texte réglementaire qui permette de transporter des voyageurs TER avec du cabotage. La société Transdev indique être intéressé par une part de gâteau qui serait supérieure à un million de train.km[57].

Pour le secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies,« L'ouverture à la concurrence est prévue pour 2023 et d'ici là, il faut une expérimentation ; et l'expérimentation elle-même nécessite une loi ». Au contraire, l'ancien secrétaire d'État aux Transports de 2007 à 2010, Dominique Bussereau considère que « Rien ne nous oblige à passer par la case expérimentation. Il faut aller le plus vite possible »[57].

Alain Juppé travaille à des propositions sur les transports de manière que les régions puissent expérimenter l'ouverture à la concurrence. Pour sa famille politique, une ordonnance permettrait de généraliser la reprise du personnel dans le cadre d'une délégation de service public[57].

La transition se fera sur des lignes dédiées comme la ligne Digne-Gap et la ligne Marseille-Aix, et l'ajout de lignes d'autocar ou d'autobus sur Cannes-Grasse ainsi que sur Aix-Marseille, démarche anticipée par la loi Macron[57].

En décembre 2016, le parlement européen adopte le « quatrième paquet ferroviaire » qui vise à ouvrir à la concurrence les lignes nationales à partir de 2020-2021 et les lignes régionales à partir de 2023, sauf exceptions[58].

Pour les sénateurs Hervé Maurey et Louis Nègre de la Commission du Développement durable, des Infrastructures, de l'Équipement et de l'Aménagement du territoire, la politique d'ouverture à la concurrence doit éviter que certaines sociétés se partagent la lucrative ligne Paris-Lyon alors que la SNCF devrait assumer des lignes rurales déficitaires[59].

En mars 2018, la ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne, présente le projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire. Le projet de loi contient huit articles. Les articles 1er à 5 autorisent le gouvernement de prendre des ordonnances, afin de faire évoluer le groupe public ferroviaire pour l'adapter à l'arrivée de la concurrence et améliorer sa performance. Ce projet de loi permet également de définir les conditions de l'ouverture à la concurrence, dans le cadre de la transposition des textes européens issus principalement du « quatrième paquet ferroviaire »[60].

Coûts sociaux[modifier | modifier le code]

Au niveau social, des changements sont également prévus : la SNCF a un coût d'exploitation des trains plus élevé que ses concurrents.[57].

Les propositions de loi des sénateurs Hervé Maurey et Louis Nègre proposent que les cheminots gardent leurs rémunérations et garanties d'emploi, mais que les nouveaux entrants négocient la polyvalence ou l'organisation du travail. Le sujet est potentiellement explosif pour les syndicats[61],[62].

La CGT cheminots dénonce le démantèlement de la SNCF[63].

Pour les journalistes de multinationales.org, l'ouverture à la concurrence ferroviaire permet de baisser les salaires des employés[64].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Quatre expériences européennes  : bénéfices de l’ouverture », sur AFRA, (consulté le 8 septembre 2020).
  2. http://www.senat.fr/rap/r08-220/r08-2208.html
  3. « Etapes réglementaires et avancement de la libéralisation ferroviaire européenne | Transport & Distribution », sur transport.sia-partners.com (consulté le 9 octobre 2017)
  4. La Rédaction, « Ferroviaire : l'ouverture à la concurrence devrait faire baisser les coûts », TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone,‎ (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2016)
  5. « Quand SNCF Réseau vante les atouts... de la concurrence », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2016)
  6. consulter le troisième paquet ferroviaire : http://ec.europa.eu/transport/rail/package2003/doc/com140-fr.pdf
  7. Page 22 - CEMT : Évolution des transports 1970 - 2004. le rapport est accessible en ligne : ici [PDF]
  8. Avis no 2016-094 du 8 juin 2016 portant sur le projet de décret relatif à l’accès aux installations de service reliées au réseau ferroviaire et aux services et prestations fournis par les exploitants d’installations de service, et portant iverses dispositions en matière de transport ferroviaire
  9. a b et c Étude thématique. La mise en œuvre de la réforme ferroviaire : état des lieux du régulateur octobre 2016
  10. « Meilleure utilisation du réseau ferré : l'Arafer précise le système d'incitations réciproques entre SNCF Réseau et les opérateurs ferroviaires - ART », sur ART (consulté le 8 septembre 2020).
  11. a et b « La libéralisation des transports ferroviaires dans l'Union européenne », sur www.senat.fr (consulté le 29 juin 2017)
  12. « Départ contrarié pour le premier train de fret privé », (consulté le 6 janvier 2013)
  13. « Euro Cargo Rail, le trublion du fret ferroviaire français qui bouscule la SNCF », (consulté le 6 janvier 2013)
  14. a et b Entreprises & Finance Services Transport & Logistique, Fret ferroviaire : pourquoi les péages vont (fortement) augmenter http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/fret-ferroviaire-pourquoi-les-peages-vont-fortement-augmenter-605652.html
  15. « Transport aérien > Fret ferroviaire : Euro Cargo Rail lance un plan social », sur www.wk-transport-logistique.fr (consulté le 13 décembre 2016)
  16. « 18 mai 2009 : Ouverture à la concurrence du secteur ferroviaire », (consulté le 6 janvier 2013)
  17. « Thello premier concurrent de la SNCF vers Venise » [archive du ], (consulté le 6 janvier 2013)
  18. « L'ouverture à la concurrence des TER testée dès 2014 », (consulté le 6 janvier 2013)
  19. « Le monopole de la SNCF en France sera préservé jusqu'en 2019 », (consulté le 6 janvier 2013)
  20. « La SNCF face au train de la concurrence », (consulté le 6 janvier 2013)
  21. « Article 5 de la loi n°2009-1503 du 8 décembre 2009 relative à l'organisation et à la régulation des transports ferroviaires et portant diverses dispositions relatives aux transports »
  22. « Ce que la SNCF prévoit de perdre face aux autocars », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juin 2017)
  23. Avec les péages des 4 nouvelles LGV, le TGV est "dans l'impasse" Par Fabrice Gliszczynski http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20150215trib889e1d2b2/avec-les-peages-des-4-nouvelles-lgv-le-tgv-est-dans-l-impasse.html
  24. Qu’est-ce que l’ouverture du rail à la concurrence ? www.lemonde.fr/economie/article/2015/10/08/qu-est-ce-que-l-ouverture-du-rail-a-la-concurrence_4785614_3234.html
  25. a et b AFP, « Le monopole du rail, bientôt un vieux souvenir », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2020).
  26. Le Point.fr, « L'Arafer dresse un portrait flatteur des marchés ferroviaires libéralisés en Europe », sur lepoint.fr, (consulté le 8 septembre 2020).
  27. a b et c Trains de nuit : l’État se désengage et fait appel à la concurrence
  28. Antoine Decléty, « Trains de nuit: sauf repreneur, quatre lignes sur huit seront fermées le 1er octobre », sur Le Figaro,
  29. Valérie Collet, « L'État lance l'ouverture à la concurrence de deux lignes Intercité », sur lefigaro.fr, (consulté le 9 janvier 2019).
  30. La SNCF anticipera l'ouverture à la concurrence
  31. « Après les TGV Ouigo, la SNCF étudie des Intercités et des TER low-cost ! », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2016).
  32. PACA. Estrosi ouvre la porte à la concurrence pour les trains régionaux...
  33. a b et c « TER : ces régions qui ouvrent leurs voies à la concurrence », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2017)
  34. Valérie Collet, « Les cheminots devront travailler hors de la SNCF », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le 8 septembre 2020).
  35. « Ouverture à la concurrence des TER : les régions posent leurs conditions », sur La Gazette des communes (consulté le 8 septembre 2020).
  36. a et b Nils Wilcke, « SNCF: L'ouverture à la concurrence des TER dans le Grand Est inquiète »,
  37. « Transdev et Keolis à l’assaut des transports du Grand Paris », lejournaldugrandparis.fr, (consulté le 26 mai 2018).
  38. « 2018/S 092-209815 - Avis de concession », sur ted.europa.eu, (consulté le 22 mai 2018).
  39. [PDF] « Déliberation - 2019/215 : Attribution du contrat de DSP Tram 9 – Bord de l’Eau », (consulté le 23 juillet 2019)
  40. Marc Taubert, « Certaines lignes du réseau ferré francilien mises en concurrence dès 2023 », sur francetvinfo.fr, (consulté le 10 décembre 2020)
  41. (en) « Le gouvernement prépare l'ouverture des lignes TGV à la concurrence - EconomieMatin », sur economiematin.fr (consulté le 8 septembre 2020).
  42. a b c d e et f « Journal économique et financier », sur La Tribune (consulté le 8 septembre 2020).
  43. Marc Vignaud, « SNCF : pourquoi l'État reprend 35 milliards de dette »
  44. http://thewestcoastsportsblog.com/2017/06/30/40-des-horaires-de-trains-vont-changer-d-s-samedi-sncf/
  45. « Ouverture des trains à la concurrence : Paris Austerlitz - Bordeaux parmi les lignes concernées », sur sudouest.fr, (consulté le 8 septembre 2020).
  46. Marc Fressoz, « Flixbus renonce à venir concurrencer la SNCF avec Flixtrain », sur busetcar.com, .
  47. a et b « Qui sont les 3 nouveaux concurrents de la SNCF ? », sur tourhebdo.com, .
  48. Marie-Audrey Lavaud, « Des TGV espagnols bientôt en gare d'Avignon sur la ligne Lyon-Marseille », sur francebleu.fr, (consulté le 8 septembre 2020).
  49. (en) « Thello bids to run Milano – Paris high speed service », sur www.railwaygazette.com,
  50. (en) « First ETR1000 trainsets arrive in France for testing », sur Railway Gazette, (consulté le 27 octobre 2020)
  51. « Trenitalia commande des Zefiro », sur railpassion.fr, .
  52. La Montagne, « La coopérative ferroviaire Railcoop envisage de rouvrir la ligne Bordeaux-Lyon dès 2022 », (consulté le 27 octobre 2020)
  53. Autorité de Régulation des Transports, « Notification d'horaire Bordeaux-Lyon »
  54. ART, « Horaire Bordeaux-Lyon via Aurillac » (consulté le 27 octobre 2020)
  55. ART, « Horaire Lyon - Thionvill »
  56. ART, « Horaire Toulouse - Rennes » (consulté le 27 octobre 2020)
  57. a b c d et e « La concurrence lorgne les TER en Paca », LaProvence.com,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2016)
  58. « Les eurodéputés ont adopté le volet « marché » du 4ème paquet ferroviaire », sur ARAFER.fr, (consulté le 24 juillet 2017)
  59. Hugo Soutra, « Anticiper l’ouverture à la concurrence du ferroviaire », sur Courrier des maires, (consulté le 24 juillet 2017)
  60. « N° 764 - Projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 8 avril 2018).
  61. Valérie Collet, « Une proposition de loi sur la table pour libéraliser le transport ferroviaire », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 25 juin 2017)
  62. Michel Waintrop, « Les trains régionaux en ordre de marche avant la concurrence », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2020).
  63. Myriam Guillaume, « Découpé par activité, le service public ferroviaire déraille », sur la marseillaise.fr, (consulté le 24 juillet 2017)
  64. Stéphane Ortega, « Comment la SNCF a créé des centaines de filiales pour mieux préparer la libéralisation du transport ferroviaire », (consulté le 24 juillet 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]