Isilines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Isilines
Image illustrative de l'article Isilines
Logo d'Isilines

Image illustrative de l'article Isilines

Situation Drapeau de la France France
Type Interurbain
Entrée en service 10 juillet 2015
Lignes 17
Gares 128
Propriétaire Transdev
Exploitant Transdev
Site internet www.isilines.fr

Isilines est un réseau français de lignes régulières d'autocar interurbain à grande distance, créé en 2015 par le groupe Transdev dans le contexte de la libéralisation du transport longue distance par autocar en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Isilines est une marque de Transdev créée en 2015 en prévision de l'adoption de la loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, parfois nommée « loi Macron », supprimant le monopole de service public qu'avait la SNCF pour le transport régulier de passagers à longue distance. Isilines a commencé son exploitation le 10 juillet 2015 par des « services occasionnels » tous les jours sur 17 lignes en attendant la publication du décret d'application de la loi Macron[1],[2].

Un an après son lancement, Isilines a transporté 500 000 passagers sur ses 20 lignes[3]. Les tarifs bas, 3,30 centimes d'euros par kilomètre, et le faible taux de remplissage des autocars, 30 %, ne permettent pas au réseau d'être rentable[3]. En août 2016, Isilines introduit la possibilité de paiement par Bitcoin, il s'agit alors de la première compagnie de transport par autocar à accepter ce moyen de paiement[4],[5].

En septembre 2016, Isilines et le Paris Saint-Germain signent un partenariat, pour trois saisons sportives, qui confère à Isilines le transport des équipes de football et de handball du club (masculines, féminines et jeunes) ainsi que des supporters des équipes du club en France et en Europe[6]. Dans le cadre de ce partenariat, le réseau Eurolines, marque de Transdev pour les liaisons européennes, est utilisé pour le transport en Europe[6].

Réseau[modifier | modifier le code]

Lors de son lancement, le réseau compte 17 lignes en France et dessert 50 destinations[7]. Transdev espère exploiter près de 300 autocars à partir de 2017 et transporter 5 millions de passagers[7]. En juin 2016, son réseau se compose de 29 lignes, soit près de 850 liaisons[3]. Ces 29 lignes sont exploitées avec 130 autocars dont le taux de remplissage est en moyenne de 30 %[3]. Avec ses 29 lignes, Isilines possède le réseau d'autocar le plus étoffé en France[8] mais n'est que le troisième opérateur en termes de nombre de passagers derrière FlixBus et Ouibus[9].

Comme ses deux concurrents, Isilines ouvre des lignes saisonnières pour relier les stations de sports d'hiver, 2 lignes sont ouvertes à l'hiver 2015 et 9 lignes en 2016[10].

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Séverin Graveleau, « Nantes-Paris en car, avec les exclus du train », sur lemonde.fr, (consulté le 9 août 2015)
  2. « Isilines déjà sur les routes, mais en transport occasionnel | Ville, Rail & Transports », sur www.ville-rail-transports.com (consulté le 9 août 2015)
  3. a, b, c et d Laury-Anne CHOLEZ, « Autocars Isilines : un marché prometteur, mais loin d'être rentable », sur tourmag.com, (consulté le 4 septembre 2016)
  4. Florence Guernalec, « isilines propose le paiement en bitcoin », sur Mobilicités, (consulté le 4 septembre 2016)
  5. Author JP Buntinx, « Isilines Accepts Bitcoin Payments For International Bus Travel », sur NEWSBTC, (consulté le 4 septembre 2016)
  6. a et b « Avec Isilines, le PSG s'offre ses « cars Macron » officiels », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Sébastien Pommier, « Avec "Isilines", Transdev tire le premier dans la bataille des autocars », sur lexpress.fr, (consulté le 9 août 2015)
  8. Robert Viennet, « Isilines étoffe son réseau et noue un accord avec Voyages-sncf.com », sur Mobilicités, (consulté le 4 septembre 2016)
  9. Marie Nicot, « Un an plus tard, la concentration express des "bus Macron" - leJDD.fr » (consulté le 4 septembre 2016)
  10. Elodie Tymen, « La bataille des autocars se joue aussi sur les trajets vers les stations de ski », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]