Trainline (Europe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la société mère, voir Trainline (Royaume-Uni).
Trainline
logo de Trainline (Europe)

Création Mai 2009
Fondateurs Jean-Daniel Guyot, Martin Ottenwaelter, Valentin Surrel
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan Les voyages en train commencent bien avec Trainline.
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Jean-Daniel Guyot (président), Daniel Beutler (directeur général)
Actionnaires Trainline[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Agence de voyages en ligne
Produits Billets de train
Société mère Trainline
Effectif 60 (2016)
Site web trainline.eu

Trainline (précédemment Capitaine Train[2] puis Captain Train[3]) est un intermédiaire de commerce, une agence de voyages française, consacré à la vente en ligne de billets de train et de bus en Europe. Via son application web et ses applications mobiles, il permet d'acheter les billets de plusieurs compagnies européennes aux tarifs fixés par ceux-ci et en prenant en compte leurs cartes de fidélité, supports de billets électroniques, et bons de paiement.

L’entreprise est fondée en à la suite de l'ouverture de la SNCF à d'autres revendeurs en ligne que sa filiale Voyages-sncf.com. Le service est accessible au public depuis octobre 2012[4], après deux ans d'accès privé puis sur invitation en version bêta[5],[6] ; d'abord uniquement disponible comme application web, il s'est muni d'applications mobiles pour iOS fin octobre 2013[7],[8] et Android en mars 2014[9],[10]. Chaque mois, plus de 16,5 millions de personnes visitent les sites et les applications Trainline. Trainline se positionne comme leader européen indépendant de la vente de billets de train.

Service[modifier | modifier le code]

Le service est ouvert à tous et offre la possibilité de se créer un compte utilisateur, dans lequel sont mémorisées pour chaque client ses conditions d'achat (tarification liée à l'âge, cartes de fidélité) ainsi que ses préférences et habitudes de voyage (confort, passagers et destinations récurrents). Il permet ensuite de consulter les trajets disponibles entre deux gares du réseau desservi par les transporteurs ferroviaires proposés, et de réserver, acheter ou annuler les billets correspondants. Les billets dématérialisés, lorsque disponibles, sont privilégiés aux billets physiques traditionnels. Les bons de paiement ou coupons de réduction proposés par les transporteurs sont pris en charge pour le paiement.

Le service est accessible via une application web, compatible avec les navigateurs de tablettes (sous iOS ou Android)[11], ou par des applications mobiles pour smartphones sous iOS ou Android[10].

Les transporteurs ferroviaires proposés sont (par ordre chronologique) la SNCF, avec ses filiales Ouigo, iDTGV et OUIBUS, la Deutsche Bahn, Eurostar, Thalys, Lyria, Thello, NTV, Trenitalia, Trenord, HKX, la Renfe, SNCB, CFL, NS, OBB, CFF et WESTbahn. Le réseau desservi couvre donc intégralement la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Suisse, l'Autriche, Monaco, et s'étend dans tous leurs pays frontaliers (Angleterre, Danemark, Suède, Pologne, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Slovénie, Croatie, Portugal). Le service est disponible en français, anglais, allemand, italien et espagnol.

Le service est dépendant des systèmes de réservation des transporteurs, qu'il utilise pour toute recherche ou transaction ; il se place en intermédiaire de commerce entre transporteurs et passagers, et ne détient donc pas de billets qu'il achèterait et revendrait. Les tarifs sont directement ceux pratiqués par les transporteurs, sans frais de service, et Trainline se rémunère grâce à une commission du transporteur sur les achats effectués.

Historique[modifier | modifier le code]

L’entreprise Capitaine Train est créé par trois jeunes ingénieurs[12], Jean-Daniel Guyot, Martin Ottenwaelter et Valentin Surrel qui, trouvant que Voyages-sncf.com n'était pas assez intuitif, avaient pour but de créer un service sans publicité, facile d'utilisation.

Condamnation de la SNCF[modifier | modifier le code]

Le 5 février 2009, l'Autorité de la concurrence rend une décision condamnant la SNCF à une amende de 5 millions d'euros ainsi qu'à mettre à égalité toutes les agences de voyages et Expedia à 500 000 euros d'amende pour infraction à l'article L. 420-2 du Code du Commerce[13].

Cette condamnation résulte d'une longue procédure engagée depuis le par la société Karavel-Promovacances, rejointe par Lastminute.com le et par Switch le . Ces trois sociétés ont saisi l'Autorité de la Concurrence (alors Conseil de la Concurrence) pour pratiques anti-concurrentielles de la part de la SNCF visant à favoriser ses filiales Voyages-sncf.com et Expedia.

Cette condamnation entraîne une baisse importante des licences d'accès à Ravel[Quoi ?] et à Résarail (systèmes de réservation de la SNCF) et un volontarisme un peu plus important du côte des équipes de la SNCF.

Le projet Capitaine Train est lancé trois jours plus tard, le . L’entreprise Élégantes Solutions SAS (qui devient Capitaine Train SAS puis Captain Train SAS) est fondée en mai 2009.

Accès aux systèmes de réservation de la SNCF[modifier | modifier le code]

Logo de 2009 à septembre 2015

Le projet prend peu à peu forme mais l'élément central du système est manquant : un accès aux systèmes de la SNCF. Dès lors commence un parcours du combattant pour les trois cofondateurs.

En mai 2009, Capitaine Train obtient un agrément SNCF et une licence d'agence de voyages. Les négociations avec la SNCF concernant l'accès aux systèmes de réservation. Au mois de décembre, un accès de test à Ravel Gold[Quoi ?] est accordé par la SNCF. Capitaine Train avait convenu avec VSCT (Voyages-sncf.com Technologies) une mise en production et donc un contrat d'accès à Résarail pour juin 2010.

Ravel Gold ne permet pas d'effectuer des opérations d'après-vente et donc ne permet pas à l'agence d'annuler les billets ou d'effectuer des modifications sur le dossier. En , Capitaine Train tente d'obtenir l'accès en production à Ravel Gold[14]. Cette demande reste sans réponse.

Le 1er juin 2010, une nouvelle version de Voyages-sncf.com est lancée. Capitaine Train profite de l'occasion afin de communiquer auprès du grand public ce qui lui permet d'obtenir un rendez-vous le 3 juin. Un contrat d'accès à Ravel Gold est signé et 6 semaines plus tard, à la mi-juillet, cet accès est effectif[15].

Lancement[modifier | modifier le code]

En octobre 2010 débute une bêta privée réservée à la famille des développeurs. La bêta est par la suite ouverte sous invitation[12],[6] en mars 2011.

En août 2011, Capitaine Train vend les billets iDTGV[12], puis les billets Lunéa[16] dès décembre 2011.

Une levée de fonds d'1,4 M€ est réalisée en février 2012.

Extension en Europe[modifier | modifier le code]

Logo de septembre 2015 à septembre 2016

En mai 2012, Capitaine Train vend les billets de la Deutsche Bahn pour des trajets en Allemagne et en France.

Une seconde levée de fonds de 2,5 M€ a lieu en juin 2013.

L’application sort en octobre 2013 pour iOS et en mars 2014 pour Android.

En juillet 2014, le site vend les billets Thello.

Capitaine Train lève 5,5 millions d'euros auprès d'investisseurs en décembre 2014, dont Xavier Niel et Pierre Bonelli[17].

En septembre 2015, l’entreprise adopte un nom anglicisé, Captain Train et un nouveau logo[2].

La version bêta de Captain Train for Business est lancée en octobre 2015.

Rachat par Trainline[modifier | modifier le code]

Le la société britannique Trainline rachète Captain Train, appuyée par le fonds Kohlberg Kravis Roberts & Co. pour un montant estimé par les commentateurs comme proche des 200 millions d'euros[18]. Le service Captain Train est renommé Trainline en septembre 2016[3].

À la suite d'un accord avec Renfe, la société revend en juin 2016, les trajets de 15 opérateurs ferroviaires européens, pour 23 000 gares dans 20 pays[19]. Trainline permet de vendre l'intégralité des billets du Benelux, de la Suisse et de l'Autriche en vendant les billets de la SNCB, NS, CFL en octobre 2016. Trainline intègre l'offre des bus espagnols ALSA à la même période.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Captain Train racheté par son concurrent britannique »
  2. a et b « Notre nom prend l’Eurostar » sur le blog de Captain Train
  3. a et b «  Captain Train change de nom pour devenir Trainline » sur le blog de Trainline Europe
  4. Le site ouvre ses portes au public, sur le blog de Capitaine Train, 8 octobre 2012
  5. Histoire, sur le site web de Capitaine Train
  6. a et b Capitaine Train, la start-up qui révolutionne la vente de billets de train sur Internet, communiqué de presse de Capitaine Train, 2 avril 2011
  7. L’application iPhone Capitaine Train est disponible sur l’App Store, sur le blog de Capitaine Train, 30 octobre 2013
  8. L’application Capitaine Train est disponible, bye-bye Voyages-sncf.com !, sur Gizmodo, 4 novembre 2013
  9. Capitaine Train débarque sur Android !, sur le blog de Capitaine Train, 25 mars 2014
  10. a et b L’application Capitaine Train est disponible sur Android, sur Gizmodo, 25 mars 2014
  11. Capitaine Train sur l’iPad et les tablettes Android, sur le blog de Capitaine Train, 30 avril 2013
  12. a, b et c Capitaine Train signe avec la Deutsche Bahn, communiqué de presse de Capitaine Train, 14 mai 2012
  13. Décision du 5 février 2009 relative à des pratiques mises en œuvre par la SNCF et Expedia Inc. dans le secteur de la vente de voyages en ligne, sur le site web de l'Autorité de la concurrence
  14. Voyages-sncf : une agence saisit l'Autorité de la concurrence, sur l'Écho touristique, 3 juin 2010
  15. "Capitaine Train" rame pour lancer son site, freinée par Voyages-SNCF, sur TourMaG.com, 7 juin 2010
  16. Lunéa, les trains de nuit sur Capitaine Train, sur le blog de Capitaine Train, 19 décembre 2011
  17. Le futur
  18. « Captain Train racheté par son concurrent britannique », sur Les Echos Business (consulté le 15 mars 2016)
  19. www.itespresso.fr/captain-train-sillonne-rail-espagnol-132170.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]