Croix hosannière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hosanna (homonymie) et Croix (homonymie).
Croix hosannière à Moëze (Charente-Maritime).

Les croix hosannières dites « hosannaire » ou encore « croix de l'hosannaire » sont des édicules funéraires construits entre le XIIe et XVIe siècles plus particulièrement dans l'ouest de la France.

La croix hosannière se distingue de la lanterne des morts par l'absence de système d'éclairage.

La plus classique et monumentale est d'une hauteur pouvant atteindre 10 mètres de haut. Elle est posée sur un soubassement constitué d'un gradin circulaire en pierres. La colonne est pleine, généralement cylindrique et surmontée d'une croix. Elle surmontait souvent une fosse commune ou un ossuaire. Ces croix se retrouvent en abondance dans le Poitou, les Charentes, en Gironde, Dordogne jusqu'en Auvergne, Bretagne et Normandie.

Bien qu'il n'existe pas d'inventaire exhaustif de ces monuments, il semblerait qu'il en existe un peu plus d'une centaine sur l'ensemble du territoire.

Plusieurs croix de ce type sont nimbées, notamment sur le littoral cauchois, en Limousin ou en Auvergne. On les appelle souvent abusivement croix celtiques.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme hosannière viendrait peut-être de l'exclamation hébraïque Hosanna qui servit au XIVe siècle à désigner le dimanche des Rameaux (Dominica Hosanna). L'hosanne (ou ozanne), buis sacré, était déposé à cette occasion dans certaines régions (sud des Deux-Sèvres, ouest de l'Indre, nord-ouest de la Creuse, nord de la Haute-Vienne et de la Charente), au pied de la croix, pratique encore courante en Limousin avant 1914, ou constituait lui-même une croix tressée (Poitou), dite croix hosannière[1],[2],[3].

Liste de croix hosannières (non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Charente[modifier | modifier le code]

Charente-Maritime[modifier | modifier le code]

  • Allas-Bocage
  • Aulnay, croix du XIVe siècle, située dans le cimetière, classée MH depuis le 20 mars 1929.
  • Chermignac
  • Gibourne, croix du XIIe siècle, située dans le cimetière.
  • Moëze, croix du XVIe siècle, située dans le cimetière, classée MH depuis le 12 juillet 1886.
  • Nieul-le-Virouil, croix hosannière située sur la place de l'église, classée MH depuis le 23 février 1925.
  • Tesson, Croix du XVe siècle, située à l'entrée de l'ancien cimetière

Côtes-d'Armor[modifier | modifier le code]

Dordogne[modifier | modifier le code]

Eure[modifier | modifier le code]

Finistère[modifier | modifier le code]

Gironde[modifier | modifier le code]

Ille-et-Vilaine[modifier | modifier le code]

Indre[modifier | modifier le code]

Indre-et-Loire[modifier | modifier le code]

Loiret[modifier | modifier le code]

Haute-Marne[modifier | modifier le code]

Mayenne[modifier | modifier le code]

Oise[modifier | modifier le code]

Orne[modifier | modifier le code]

Sarthe[modifier | modifier le code]

Seine-Maritime[modifier | modifier le code]

Seine-et-Marne[modifier | modifier le code]

Deux-Sèvres[modifier | modifier le code]

Vendée[modifier | modifier le code]

Vienne[modifier | modifier le code]

Haute-Vienne[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Michelin, Guide vert Limousin, Berry, MFPM, Michelin (ISBN 978-2-06-715409-4, lire en ligne), p. 67
  2. Atlas linguistique, Gilliéron et Edmont, in Mémoires de la Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, vol. 26, imp. Le Cante, (lire en ligne), p. 433
  3. Mémoires - Société archéologique et historique de la Charente, (lire en ligne), lxxi

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]