Saint-Jory-de-Chalais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jory (homonymie).

Saint-Jory-de-Chalais
Saint-Jory-de-Chalais
L'église Saint-Georges de Saint-Jory-de-Chalais.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Thiviers
Intercommunalité Communauté de communes Périgord-Limousin
Maire
Mandat
Bernard Vauriac
2014-2020
Code postal 24800
Code commune 24428
Démographie
Gentilé Saint-Georgiens
Population
municipale
579 hab. (2016 en augmentation de 0,7 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 56″ nord, 0° 53′ 59″ est
Altitude Min. 178 m
Max. 304 m
Superficie 31,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Jory-de-Chalais

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Jory-de-Chalais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jory-de-Chalais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jory-de-Chalais

Saint-Jory-de-Chalais est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est intégrée au parc naturel régional Périgord Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Jory-de-Chalais est irriguée du nord au sud par trois cours d'eau : au centre la Côle, et de chaque côté, ses affluents la Queue d'âne en limite ouest et le Touroulet à l'est.

Le bourg, établi en bordure du Touroulet, est situé, en distances orthodromiques, dix kilomètres au nord de Thiviers et onze kilomètres à l'est de Saint-Pardoux-la-Rivière, au croisement des routes départementales 77 et 98.

Au sud-est, la commune est bordée par la route nationale 21, axe qui relie Limoges aux Pyrénées centrales.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Jory-de-Chalais
Saint-Saud-Lacoussière Mialet
Saint-Jory-de-Chalais Chalais
Saint-Paul-la-Roche
Saint-Martin-de-Fressengeas Saint-Romain-et-Saint-Clément Thiviers

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée au bourg de Saint-Jory-de-Chalais en français et occitan.

Le nom de la commune, sous une forme occitane, fait référence à saint Georges, martyr chrétien au IVe siècle, et Chalais correspond au village voisin[1].

En occitan, la commune porte le nom de Sent Jòri de Chalés[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La « Pierre Levée », dolmen près du lieu-dit Jalinie, démontre une présence ancienne sur le territoire communal[1].

La première mention écrite connue du lieu remonte à la fin du XIIe siècle sous la forme Sanctus Georgius de Chalesio[1].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Saint Jory de Chalaix.

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Chalais-la-Montagne[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Jory-de-Chalais a, dès 1790, été rattachée au canton de Jumilhac qui dépendait du district d'Excideuil. En 1800, les districts sont supprimés. Le canton est alors rattaché à l'arrondissement de Nontron[3].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 1995, Saint-Jory-de-Chalais intègre dès sa création la communauté de communes du Pays de Jumilhac-le-Grand dont elle est le siège. Celle-ci est renommée le en communauté de communes des Marches du Périg'Or Limousin Thiviers-Jumilhac, et son siège social est fixé à Thiviers[4] puis en octobre 2017 en communauté de communes Périgord-Limousin[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1983[6] (réélu en mars 2014[7]) En cours Bernard Vauriac PS Cadre commercial
Conseiller régional
Président de la communauté de communes du pays de Jumilhac-le-Grand, puis de la communauté de communes des Marches du Périg'Or Limousin Thiviers-Jumilhac (depuis 2004)

Jumelages[modifier | modifier le code]

Huit des neuf communes de l'ancienne communauté de communes du Pays de Jumilhac-le-Grand, dont Saint-Jory-de-Chalais, sont jumelées avec la municipalité allemande de Romrod depuis 2012, La Coquille l'étant depuis 1990[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 579 habitants[Note 1], en augmentation de 0,7 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2181 0081 0321 1941 2141 4271 2951 4361 368
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3691 3281 3341 2241 3051 3971 4681 5461 536
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5471 5461 5411 2981 3081 2411 0501 0141 022
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
978943827677600596626575579
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[12], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 220 personnes, soit 38,6 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (31) a augmenté par rapport à 2010 (23) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 13,8 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte 61 établissements[13], dont vingt-six au niveau des commerces, transports ou services, treize dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, neuf dans la construction, neuf relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et quatre dans l'industrie[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 331.
  2. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 12 novembre 2013.
  3. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. [PDF] « Arrêté no 2016/095 portant modification des statuts de la communauté de communes du Pays de Jumilhac-le-Grand », Préfecture de la Dordogne, 14 décembre 2016, p. 165-169.
  5. [PDF] « Arrêté no 24-2017-10-23-002 portant modification des statuts de la communauté de communes des Marches du PériG'or Limousin, Thiviers-Jumilhac », Préfecture de la Dordogne, octobre 2017, p. 170-172.
  6. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 28 août 2014.
  7. À Saint-Jory-de-Chalais, Sud Ouest édition Périgueux du 2 avril 2014, p. 21.
  8. Philippe Pagès, Bientôt les 25 ans du comité de jumelage], sur Sud Ouest du 30 octobre 2014, p. 19.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. Dossier complet - Commune de Saint-Jory-de-Chalais (24428) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 12 janvier 2019.
  13. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 12 janvier 2019).
  14. Dossier complet - Commune de Saint-Jory-de-Chalais (24428) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 12 janvier 2019.
  15. Panneau d'information sur la place de l'église à Saint-Jory-de-Chalais
  16. Livre d'Or de l'Institut catholique de Paris
  17. Plaque dédiée aux MplF qui se situe dans le cloître de la maison Saint Sixte de Reims, maison qui fut celle du grand Séminaire