Tosny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tosny
Tosny
Panorama sur la Seine et Tosny.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Canton Gaillon
Intercommunalité Communauté de communes Eure-Madrie-Seine
Statut Commune déléguée
Maire délégué Valérie Lepy
2017-2020
Code postal 27700
Code commune 27647
Démographie
Gentilé Tosnysiens
Population 660 hab. (2014 en augmentation de 0 % par rapport à 2009)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 07″ nord, 1° 22′ 25″ est
Altitude Min. 7 m
Max. 78 m
Superficie 15,02 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Les Trois Lacs
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte administrative de l'Eure
City locator 15.svg
Tosny

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Tosny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Tosny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Tosny

Tosny (prononcé Toni) est une ancienne commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Depuis le , elle est une commune déléguée de la commune nouvelle nommée Les Trois-Lacs.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une partie du lieu-dit « Le Roule » est rattachée à la commune. Aubevoye et Villers-sur-le-Roule se partagent les autres démembrements.

Les îles sur la Seine Bonnet, La Tour et Gringord sont rattachées à la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Todeniaco en 1014, Toteneio en 1035, Toeneium en 1125 [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Louis-Étienne Charpillon et l'abbé Caresme relatent en détails l'histoire de la commune [2].

L'important château du XIIe siècle auquel il est fait allusion en introduction est celui de Boutavant sur l'île La Tour, qui n'aura d'existence que quelque 5 années.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie déléguée de Tosny.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
ca 1850   Jean-Jacques Potel    
Les données manquantes sont à compléter.
    M. Zabiau    
1983 2001 Espanita Cortez    
    Jean-Jacques Potel    
mars 2001 2014 Gérard Potel UMP  
mars 2014 31/12/2016 Valérie Lepy UMP-LR  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 660 habitants, en augmentation de 0 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
318286246305391401388377338
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
335319345329318304299320268
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
271283265236226217212218206
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
233303362362446569608676660
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château en façade, rue Saint-Sulpice.
    Le château en façade, rue Saint-Sulpice.
    Le château, côté bois - façade droite, avec pavillon.
    Le château, côté bois - façade avec l'un des deux pavillons octogonaux.
    Église Saint-Sulpice [7],[8] : à l'intérieur de l'église Saint-Sulpice, on peut découvrir un monument funéraire représentant les gisants de Richard de Coëtlogon, le seigneur de Tosny et de sa femme, Marguerite de Pillavoine. Cet élément de mobilier, classé monument historique le 18 décembre 1998 (Logo monument historique Classé MH (1998))[9], date de la seconde moitié du XVIe siècle. Les gisants doubles ont été redécouverts après la Seconde Guerre mondiale par un employé communal, cachés sous le plancher de l'église. L'œuvre est de très belle facture, rarissime dans la région et intacte.
  • Château, inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel [10]
    Parc de 14 hectares. Propriété d'une personne morale. Alexandre Déséguin, maire de Pressagny-l'Orgueilleux de 1820 à 1830, en fut propriétaire. En 1841, il est propriété de M. de Courteuil [11].
Tour, route 176,  Inscrit MH (1978)

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site classé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 770
  2. Louis-Étienne Charpillon et l'abbé Caresme - Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure, t. 2 - [1].
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Annuaire des cinq départements de la Normandie - Eure - 1896 - pages 43-44, par Adolphe Vard », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 9 octobre 2016)
  8. « Église Saint-Sulpice », notice no IA00017756
  9. Notice no PM27001943, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « Château », notice no IA00017759
  11. Voyage historique et pittoresque du Havre à Rouen, sur la Seine, en bateau à vapeur, par Joseph Morlent, page 70 [2]
  12. « Moulin Gardon », notice no IA00017758.
  13. « Édifice fortifié », notice no IA00017755.
  14. « Ancien moulin à vent », notice no PA00099589.
  15. « La boucle de la Seine dite de Château-Gaillard à Les Andelys, Aubevoye, Bernières-sur-Seine, Bouafles, Courcelles-sur-Seine, Muids, La Roquette, Le Thuit, Tosny, Venables, Vézillon, Villiers-sur-Le-Roule », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 4 août 2017).