Nieul-le-Virouil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nieul (homonymie).
Nieul-le-Virouil
Vue générale du village.
Vue générale du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Canton Jonzac
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute-Saintonge
Maire
Mandat
Roland Boussion
2014-2020
Code postal 17150
Code commune 17263
Démographie
Gentilé Nieulais
Population
municipale
587 hab. (2013)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 33″ Nord 0° 31′ 46″ Ouest / 45.4091666667, -0.529444444444
Altitude Min. 28 m – Max. 80 m
Superficie 22,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Nieul-le-Virouil

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Nieul-le-Virouil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nieul-le-Virouil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nieul-le-Virouil

Nieul-le-Virouil est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Le site, habité dès la préhistoire, fut au début de notre ère un lieu de communication et d'échange par sa proximité des voies romaines qui reliaient Saintes, Bordeaux et Périgueux. Au Moyen Âge, ce fut encore un lieu de passage pour les pèlerins cheminant vers Compostelle. Le village était sous le contrôle des seigneurs de Pons, qui jouèrent notamment un rôle clef dans la guerre de Cent Ans du fait de leur situation à la frontière des deux zones d'influence, celle du roi de France et celle du roi d'Angleterre, duc d'Aquitaine. À la Renaissance, la Saintonge fut une terre d'élection pour la Réforme protestante, mais aussi un terrain où les guerres de religion ont fait rage.

À la même époque, cette province a été aux avant-postes de l'implantation des colonies françaises d'Amérique du Nord, et les habitants de Nieul ont pleinement participé à ces mouvements. Sous la Révolution Française, le village a connu une métamorphose profonde et le premier afflux de Vendéens chassés de leur province à feu et à sang. D'autres viendront à la fin du XIXe siècle lors de la dévastation d'une grande partie du vignoble par le phylloxéra qui a induit le passage d'une économie viticole vers une économie agricole de labours et pâturages et vers un exode rural massif.

Touchée, comme toutes les communes françaises, par la Première Guerre mondiale, Nieul sera aux premières loges de la deuxième du fait de sa situation à l'arrière-pays du mur de l'Atlantique.

Nieul-le-Virouil : avenue du Tarnac.
Nieul-le-Virouil : place de l'Église.
Rue de la République, Nieul-le-Virouil.

Aujourd'hui le village amorce une renaissance, avec le développement du tourisme en Charente-Maritime.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Nieul-le-Virouil.

Nieul-le-Virouil est une commune de Haute Saintonge[1] dans le département de la Charente-Maritime en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. Elle se situe dans le midi atlantique, dans le Grand Sud-Ouest français.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de huit autres communes :

Communes limitrophes de Nieul-le-Virouil
Saint-Sigismond-de-Clermont Guitinières Saint-Hilaire-du-Bois
Consac Nieul-le-Virouil Saint-Simon-de-Bordes
Saint-Dizant-du-Bois Mirambeau Allas-Bocage

Relief[modifier | modifier le code]

Les collines de Mirambeau.

Les paysages de la commune sont composés de terres cultivées, de terres boisées et de vallées[2],[3]. La commune est située au nord-est des champagnes calcaires de Mirambeau, qui sont les contreforts des collines de la Double Saintongeaise. La nature des sols est pour 78% constituée de terres de doucins et de landes de la bordure aquitaine[4], et pour 22% de champagnes ou aubues[2]. Le relief, légèrement vallonné, est caractérisé par une altitude qui varie de 28 à 80 m, avec une moyenne de 40 m[5], selon un gradient d'ouest en est. Le nord et l'est de la commune sont dans le périmètre de la forêt de la Lande.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Tarnac à Nieul-le-Virouil

Le bourg de Nieul-le-Virouil est traversé à l'est, selon un axe sud-nord par le Tarnac (ou Font-Maigret[6] ou ruisseau de Fanioux[7]), long de 10,7 km, qui prend sa source à Soubran et se jette dans la Maine (ou la Rochette), elle-même affluent gauche de la Seugne moyenne[8]. Deux ponts permettent de traverser la rivière dans le bourg, avenue du Tarnac et rue de la République.

Les limites de la commune sont en grande partie dessinées par les cours d'eau :

La commune est rattachée à la circonscription du bassin Adour-Garonne[9],[10], suivant les lignes de partage des eaux.

La rive droite de l'estuaire de la Gironde se situe 13 km plus à l'ouest à vol d'oiseau (commune de Saint-Thomas-de-Conac). Le port fluvial le plus proche est celui de Vitrezay (18 km).

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte des crus du vignoble de Cognac
Prairie, Nieul-le-Virouil

Avec une superficie de 22,64 km2, Nieul-le-virouil est la commune la plus étendue du canton de Jonzac. Les terres agricoles occupent 77% du sol . Les forêts et les milieux semi-naturels en représentent 23%[2],[11]. Les terres viticoles sont situées dans le territoire des vignobles de Cognac . Cependant, après l'épidémie de phylloxéra de 1872, puis la classification en 1938 en zone de «Bons Bois»[12],[13] des crus de Cognac, plusieurs épisodes successifs d'arrachage des vignes ont abouti à leur remplacement progressif par des parcelles de polyculture et des prairies [11].

Climat[modifier | modifier le code]

La zone est soumise à un climat océanique aquitain avec des hivers doux, des étés tempérés et des précipitations élevées en automne et en hiver. La tempête Martin, le 27 décembre 1999, a causé d'importants dégâts dans la commune (toitures, cheminées, arbres arrachés).

En dehors des événements extrêmes que constituent les tornades, la vitesse moyenne des vents a été jugée favorable à l'implantation d'une ferme éolienne de six machines sur les communes de Nieul-le-Virouil et Allas-Bocage[14]. Ce projet, à l'étude, s'inscrit dans le Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) de la région Poitou-Charentes, arrêté le 29 septembre 2012, dans le cadre du Grenelle de l'Environnement[14].

Article connexe : Climat de la Charente-Maritime.

Hameaux et lieux-dits d'habitation[modifier | modifier le code]

Outre le bourg, le territoire de la commune compte plusieurs hameaux et lieux-dits : la Bergerie, le Virouil, Chez Coudoin, Chez Gentet, Chez Guédon, Chez Massias, les Salles, les Grandes, les Roumades, les Petites, le Château, la Pradelle, Bois-Robin, les Hilairet.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée d'est en ouest par la route départementale (RD 699) qui contourne le bourg par le sud et mène notamment jusqu'à Jonzac[15].

De 1896 à 1938, Nieul-le-Virouil fut desservie, au nord, par la ligne de tramway Saintes-Saint-Fort-sur-Gironde-Jonzac de la compagnie des Chemins de Fer Économiques des Charentes (CFEC)[16],[17],[18]. Les rails ont été déposés par les troupes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale pour être utilisés comme matériaux de construction du mur de l'Atlantique.

À l'ouest[modifier | modifier le code]

La route nationale 137 (RN 137) reliant Saint-Malo à Bordeaux longe la limite ouest de la commune, à 3 km du bourg. Elle est accessible soit en suivant la RD 699 jusqu'au lieu-dit du Pérou, sur le territoire de la commune de Saint-Dizant-du-Bois, soit par le lieu-dit de la Bergerie, sur la commune de Nieul-le-Virouil. La sortie « Mirambeau » (no 37) de l'autoroute A10 qui relie Paris à Bordeaux est à 6 km.

À l'est[modifier | modifier le code]

La gare de Jonzac est à 9 km : elle est située sur la voie ferrée Nantes-Bordeaux où circulent les Intercités Nantes-Bordeaux-Toulouse. Une navette d'autocars Pons -Jonzac- Meux -Barbezieux-Angoulême assure la liaison avec la ligne de TGV Paris-Bordeaux.

L'aérodrome de Jonzac-Neulles est à 13 km.

La commune de Nieul-le-Virouil. Insee code 17263.

Distances[modifier | modifier le code]

Villes Distance (km)[19]
Cognac 43
Royan 55
Saintes 56
Angoulême 68
Bordeaux 78
Rochefort 94
La Rochelle 121
Périgueux 152
Limoges 170
Poitiers 189
Bayonne 264
Nantes 285
Tours 287
Toulouse 317
Paris 522

Toponymie[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom résulte de l'association de deux toponymes distincts : Nieul et le Virouil.

Nieul[modifier | modifier le code]

Avant que l'orthographe et la prononciation en soit définitivement fixées au début du XXe siècle, plusieurs graphies sont attestées dans les archives : Nieuil, Nieuilh, Nieuille, Nieulle, Nyeulle. Ce terme régional désigne une nouvelle clairière, une terre nouvellement défrichée, un essart[20]. Il est dérivé de novio (adj. gallo-romain dérivé du latin novo = nouveau) et de -ialo (suffixe gaulois signifiant la clairière)[21],[22].

Nieul-le-Virouil est la plus méridionale des neuf communes qui partagent le toponyme Nieul/Nieuil/Nieulle, toutes situées dans la même région linguistique entre Loire et Gironde, correspondant au domaine poitevin-saintongeais :

Le Virouil[modifier | modifier le code]

Le nom désigne une ancienne forteresse médiévale mentionnée à partir du XIIe siècle sous la forme Viroul, puis Virouilh. Plusieurs étymologies ont été proposées :

  1. de viridis, is, e (Lat., adj.) : verdoyant. Cette étymologie est notamment proposée par l'abbé Belliard[6] : « il est bon de ne pas oublier que le site très pittoresque offrait alors un ensemble de bois et de prairies toujours verts qu'au Moyen Âge on appelait Viridarium et Viria qui est resté à l'habitation seigneuriale ». Il est à noter, parmi les étymologies avancées par l'abbé Belliard, que si Viridarium qui signifie « jardin, verger » est bien dérivé de viridis (vert), en revanche le mot gaulois Viria, dérive du latin Viriola, « bracelet d'homme », qui en français contemporain a donné virole[23] ;
  2. de virouiller (Franç. anc., v.) : tournoyer, s'agiter comme une girouette. Cette étymologie est aussi mentionnée par l'abbé Belliard[6] : « M. Lesson donne une autre explication : au Moyen Âge, un donjon à girouette s'appelait Vireuille, de là le nom de Virouil (en patois de l'ouest, Charentes, Vendée, virouner c'est tourner en rond) ». Le mot français virer vient lui-même du bas latin virare qui signifie tourner, faire tournoyer[24] ;
  3. de veroil (Franç. anc., XIIIe siècle, n.m.) : verrou, « pièce de fer fixée sur une porte ou une fenêtre et qui, poussée dans une gâchette, empêche d'ouvrir »[25]. Cette hypothèse est notamment avancée par Robert Colle[26] cité par B. Sebileau[27] : « Virouil c'est-à-dire le verrou... Le verrou dont il est question était constitué de deux châteaux féodaux, l'un au sud (forteresse de Nieul), l'autre au nord (forteresse du Virouil) qui contrôlaient les routes qui traversaient la région ». À cette dernière hypothèse on peut néanmoins objecter que les deux châteaux n'ont exercé leur gouvernement sur la région que l'un après l'autre et que rien n'atteste que celui de «Nieuil», édifié à partir du XVIe siècle, ait été une forteresse (voir la section « Histoire »). En outre, verrou se dit couroull, travoull ou taroull en saintongeais[28]; corrilh ou ferrolh en occitan[29].

Langue saintongeaise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saintongeais.
Carte représentant l'aire linguistique du saintongeais dans les Charentes et le Nord-Gironde
Aire linguistique du saintongeais.

La commune est située dans l'aire linguistique du saintongeais, un dialecte faisant partie de la famille des langues d’oïl, branche des langues romanes, qui comprend également le français, l’angevin le picard et le poitevin, avec lequel il est souvent regroupé dans un domaine plus vaste, le poitevin-saintongeais. Il présente des éléments de vocabulaire commun avec l'occitan, longtemps parlé dans la région et qui est toujours en usage dans les régions avoisinantes au sud et à l'est (Charente occitane, Périgord, Guyenne).

Le saintongeais a fortement influencé l’acadien et en conséquence, par ricochet, le cadien et le québécois, ce qui s'explique par la proportion importante d'émigrants issus de la région vers la Nouvelle-France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

À l'instar de nombreux endroits habités à partir de la préhistoire en Charente-Maritime, le site de Nieul-le-Virouil a été habité dès le paléolithique moyen (- 40 000 à - 50 000 ans) comme en témoignent les pierres taillées trouvées à l'occasion de travaux de creusement[27]. Au sud de la commune, au lieu-dit de la Pradelle, en bordure du Tarnac ont été découverts par l'archéologue et aviateur Jacques Dassié, une enceinte et un fossé datés du néolithique (5 000 av. J.-C.)[27]. Émile Maufras [Note 1]dans sa «carte préhistorique du département de la Charente-Inférieure»[31] (1877), mentionne la présence d'un menhir à Nieul-le-Virouil. Certains toponymes sur le territoire de la commune pourraient fournir des éléments pour localiser l'emplacement de pierres levées : le Bois de la Borne, le Petit Moine, le Chail, les Rocs [32].

Antiquité et Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les voies romaines[modifier | modifier le code]

Le site de Nieul-le-Virouil est à proximité du tracé de la voie romaine de Saintes à Bordeaux et non loin de la voie qui reliait Saintes à Perigueux (Ie et IIe siècles), dont on peut encore voir des vestiges à Neuillac, près de Jonzac.

L'industrie potière[modifier | modifier le code]

Durant le Haut Moyen Âge, Nieul-le-Virouil se situait dans une région de production de poteries : des vestiges de fours de potier ont été trouvés sur le site de Bois-Robin, au sud de la commune, mais aussi à Soubran (site de la Grande Lande) et à Mirambeau (site de Petit Niort). Le site de Bois-Robin est à une centaine de mètres du Tarnac, sur un sol argileux légèrement incliné vers l'est, favorisant l'écoulement des eaux pluviales. Deux fours ovoïdes permettaient la fabrication de vases d'argiles d'un type uniforme : cruche à deux anses et bec verseur[33]. Ce type de poterie semble avoir été produit de manière continue de l'antiquité jusqu'à l'époque du Haut Moyen Âge, comme en témoigne la datation des sites de Mirambeau, Soubran et Nieul-Le-Virouil[33].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle[modifier | modifier le code]

Style roman saintongeais : l'église Saint-Séverin, Nieul-le-Virouil.

Nieul-le-Virouil se situe en bordure immédiate de la voie de Tours à Bordeaux[34], la via Turonensis, qui menait des pèlerins de toute l'Europe de l'Ouest vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Comme beaucoup de communes de Saintonge, le bourg de Nieul est bâti autour d'une église de style roman[35], dont les premiers éléments de construction datent des XIe et XIIe siècles, époque où le pèlerinage a été particulièrement actif dans la région.

Le fief du Virouil et les seigneurs de Pons[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, Agnès d'Angoulême, dame d'Oléron et du Viroul (Virouil), veuve d'Aichard, seigneur de Clermont et Mirabel (Mirambeau) épouse vers 1170, en secondes noces, Geoffroy III, seigneur de Pons[36],[37].

Dans sa Lettre Macédoinique[38], apostrophe dans laquelle il démontre, avec humour, sa filiation avec l'antique et prestigieuse maison de Pons, le marquis de La Châtaigneraye rapporte, en 1838, le contenu d'un acte notarié daté de 1200, conservé dans les archives de sa famille, qui dispose que Renaud de Pons (futur Renaud II), aîné du second mariage d'Agnès, aurait eu en partage le « château ou maison forte de Viroul qu'on appelait la Barbenchière (Barbacanis), ce qui était dessous, ainsi que tout le vieux Plassac (Plaisamentum) », lesquels biens provenaient de sa mère. « De terra siquidem quam habebat ex parte matris suae tale fecit testamentum quod Reginaudo de Ponte quem prius suscepit de Gaufrido de Ponte, dedit receptum de Virolio, hoc est de Barbacanis infra cum toto veteri Plaisamento[38]. » Le terme de barbacanis, que le marquis traduit par le nom propre de Barbenchière indiquait sans doute que la forteresse du Viroul était dotée d'une barbacane, élément de fortification percé de fenêtres étroites, protégeant un point stratégique (porte, passage, pont-levis)[39] qui permettait à une garnison de se regrouper à couvert, pour organiser les attaques et les replis[40]. Le donjon était probablement coiffé d'une girouette si l'on en croit l'une des étymologies proposées de Viroul/Virouilh (voir le paragraphe Toponymie).

Le titre de « seigneur du Viroul » a, par la suite, été accordé plusieurs fois à des cadets de la maison de Pons, ainsi le deuxième fils de Renaud II, Raimond, ou encore le fils cadet de Renaud IV, Geoffroy (1254-1317) dit « Le Viroul » avant qu'il n'hérite de tous les droits sur la vicomté de Turenne en 1289, puis qu'il devienne seigneur de Pons sous le nom de Geoffroy V[41],[42]

Les conquêtes anglaises en France (1382-1453). D'après C. Colbeck «The public schools historical atlas», 1905. University of Texas at Austin.

Renaud VI (vers 1343-1426), seigneur de Pons et de Viroul joua un rôle clef pendant la guerre de Cent Ans, son territoire se trouvant en effet à la limite des zones d'influence du roi de France, au nord, et du roi d'Angleterre, duc d'Aquitaine, au sud[42].

Article connexe : Histoire de Pons.

La forteresse du Virouil restera une châtellenie des très puissants seigneurs de Pons jusqu'au XVIe siècle[43]. Antoine de Pons meurt en 1586 laissant une maison profondément divisée par les guerres de Religion[44]. Le frère cadet d'Antoine, Jacques de Pons, baron du Viroul, et son épouse Claude de Saint Gelais, meurent quant à eux sans laisser d'enfant. La forteresse du Virouil est détruite en 1586 par un incendie[27] au cours de la huitième guerre de Religion. Le Virouil n'apparaîtra plus désormais parmi les fiefs des seigneurs de Pons.

En 1771, les ruines du château sont mentionnées par le marquis de Nieul, Claude-Arnould Poute, parmi ses possessions[27] et en 1794 (le 19 ventôse de l'an II), est vendue comme Bien national « une pièce de terre et pré appelée le ci-devant château du Virouil [...] . Il y a sur cette terre une ancienne tour et des mazurails estimés à 200 livres»[27].

Les ruines de la forteresse, d'un diamètre de 175 mètres[27], seront progressivement désassemblées pour construire d'autres édifices de Nieul-le-Virouil. Le donjon a été rasé en 1812[6]. En 1903, des vestiges des fondations étaient encore visibles au lieu-dit du Virouil, au nord du bourg, entre la route de Guitinières et la voie ferrée qui conduisait alors à Jonzac[27].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

La châtellenie de Nieul[modifier | modifier le code]

La chute de la forteresse du Virouil va favoriser le développement d'une petite châtellenie voisine, connue dès le début du XVIe siècle, sous le nom de châtellenie « de Nieuil » ou « de Nyeulle », où elle apparaît comme patrimoine de Dame Philippe Suyrot de Quissarme, qui l'a obtenue, par échange de titres de rentes, d'Antoinette de Pons, vicomtesse de Turenne, épouse d'Antoine de La Tour d'Auvergne, cousine d'Antoine, seigneur de Pons[27] et arrière grand-mère de Turenne, général en chef de Louis XIII et de Louis XIV.

Après l'acquisition des droits sur la châtellenie de Nieul, Dame Phillippe épouse Nicolas Arnoul, seigneur de Chantillac, conseiller au Parlement de Bordeaux[27]. La châtellenie de Nieuil est alors, selon toute probabilité, installée au centre du bourg peut-être là où se trouve la maison à tour tronquée en bordure de l'actuelle place de l'église[27] connue comme la maison Barraud.

En 1591, Pierre Arnoul, petit fils de Nicolas Arnoul, s'installe dans le château de Nieul, récemment édifié à 500 mètres au sud du bourg[45]. La famille possède en outre une autre maison dans le bourg, dotée d'une tour ronde à toit conique, sise à l'angle des rues aujourd'hui dénommées rue Basse et rue de la République, qui fut rasée dans les années 1960 pour construire la cour de l'école[6],[27].

Après six générations de transmission patrilinéaire, Marie Arnoul, fille de Léon, épouse en 1671 François Poute, chevalier, seigneur de Château-Dompierre en Basse Marche[27]. Les seigneurs de Nieul changent alors de patronyme et de blason. Claude-Arnould Poute (-) né à Nieul, sera le dernier à y résider. Engagé cependant dès l'adolescence dans la marine royale, il passe l'essentiel de sa vie en mer ou dans les ports militaires de Rochefort et Toulon[27]. Il participe notamment avec le marquis de La Fayette à la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique[46],[47]. En , menacé comme la plupart des aristocrates, par les événements révolutionnaires, le contre-amiral Claude-Arnould Poute émigre pour prendre un commandement dans l'armée des Princes. En 1803, de retour d'exil il demande à être réintégré dans ce qui reste de ses biens de la Charente-Inférieure. Le château de Nieul ayant été vendu comme Bien national en 1794[27], il s'installe à Poitiers, où il passera les dernières années de sa vie.

De 1825 à 1945, le château de Nieul servit de ferme et de résidence à une famille de propriétaires, agriculteurs, les Delafenestre dont deux furent maires de Nieul-le-Virouil. Le château fut ensuite abandonné et laissé à l'état de ruine. Racheté en 1999, il a depuis été restauré[27].

Le commerce du bois et la merranderie[modifier | modifier le code]

Merrains destinés à la fabrication des tonneaux.

La forêt de Saintonge participe au commerce des vins de Bordeaux en lui fournissant une grande partie des fûts et des barriques[48]. Au milieu du XVIe siècle, Nieul-le-Virouil est l'une des paroisses les plus actives de la région dans la production du couldre (cercles de tonneau) et du merrain. En 1540, on n'y compte pas moins d'une dizaine de tonneliers qui livrent leurs barriques aux ports de Bordeaux et de La Rochelle [48].

La Réforme[modifier | modifier le code]

Du fait de l'influence maritime et commerciale des pays du nord de l'Europe, la Saintonge, l'Aunis, le Poitou et l'Angoumois sont rapidement exposés aux thèses de la religion réformée. Jean Calvin lui-même séjourne à Poitiers et à Angoulême en 1534, sous la protection d'amis et de sympathisants, dont le prêtre Louis du Tillet. Son passage semble avoir influencé durablement certains membres des élites sociales et intellectuelles locales et des régions avoisinantes. On estime qu'en 1576, près des trois-quarts de la population d'Aunis et de Saintonge sont convertis au protestantisme[49]. La maison de Pons, précocement acquise aux idées de la réforme, va se partager entre les deux camps, catholique et protestant, et ces dissensions seront contemporaines du démembrement d'une partie de son territoire.

Article connexe : Histoire de Pons.
Une châtellenie protestante[modifier | modifier le code]

À la même époque, le second seigneur de Nieul (Nieuil), Bertrand Arnoul, né vers 1520, fils de Nicolas, lui aussi conseiller au parlement de Bordeaux à partir de 1551, se convertit au protestantisme sous l'influence de sa première épouse, Jehanne de Mendosse[27]. Avec lui une partie des habitants de la commune, de toutes conditions, deviennent protestants[37]. Leur fille, Marie Arnoul, épouse Antoine de Sainte-Maure[50], seigneur de Jonzac et Mosnac, lui aussi converti au protestantisme.

Au cours de la première guerre de Religion (1562-1563) la domination huguenote se traduit dans la région par des actes iconoclastes dirigés contre les églises. Une tentative de saccage de l'église Saint-Séverin de Nieul-le-Virouil est menée par une petite troupe dont le chef est le notaire de Courpignac, Pierre Ruaud. Bertrand Arnoul, seigneur de Nieul, lui-même converti au protestantisme, poursuit pourtant les délinquants, et obtient leur condamnation à mort par contumace, assortie d'une amende et d'une restitution des biens dérobés[27].

Le Château de Nieul (Nieul-le-Virouil).

Huit guerres de Religion vont ainsi se succéder en France en l'espace de quarante ans, voyant la domination de l'un ou l'autre parti. C'est au cours de la dernière que la forteresse du Virouil est incendiée lors d'un affrontement entre la branche protestante de la maison de Pons qui détient la place et la Sainte Ligue qui est à la reconquête de la région. Et c'est à cette époque, en 1591, que Pierre Arnoul, fils de Bertrand, termine l'édification du château de Nieul. Pierre est ouvertement calviniste mais va pourtant se convertir au catholicisme pour rester conseiller au Parlement de Bordeaux comme son père et son grand-père[27].

Après la révocation de l'édit de Nantes[modifier | modifier le code]
Carré protestant de l'ancien cimetière de Nieul-le-Virouil.

Le , Louis XIV signe l'édit de Fontainebleau qui révoque l’édit de Nantes par lequel Henri IV, en 1598, avait octroyé une certaine liberté de culte aux protestants. Beaucoup de protestants vont s'exiler, en Europe ou en Amérique, d'autres se convertir au catholicisme.

Au XVIIIe siècle, subsiste à Nieul-le-Virouil une communauté protestante, minoritaire. À leur mort, ses membres sont inhumés dans la partie nord du cimetière « entre la chapelle Saint Joseph et la façade de l'église »[6]. Le clergé catholique s'efforce d'extirper ce qui reste « d'hérésie » et suscite des abjurations publiques. L'abbé Belliard, curé de Nieul-le-Virouil en 1903, en donne sa version d'après les registres de ses prédécesseurs : « L'apostasie ayant été publique, la réparation devait l'être également. Après une rétraction en forme, faite et signée en présence du curé et de plusieurs témoins, le converti se rendait à l'église et là agenouillé devant l'autel où repose le Saint-Sacrement, en présence de tous les fidèles, il répondait à voix haute aux questions qui lui étaient posées […] Après cette profession de foi, le pénitent prenait place dans l'assemblée qui traduisait sa joie en un vibrant magnificat. Les registres ont conservé les noms de ces convertis et la date de leur retour. » Suivent 18 noms de convertis à la religion catholique, 12 femmes et 6 hommes, entre 1702 et 1780. « Tous sont restés fidèles à leur serment, excepté Moyse Lys qui avait épousé Suzanne Boysbellaud de la paroisse de Jonzac. Le curé enregistre ainsi son décès : "Le 22 de janvier 1730, à deux heures après minuit, est décédé Moyse Lys, âgé de 73 ans. Après nous être transporté deux diverses fois en sa maison pour lui offrir les secours de notre ministère et les sacrements de l'Église, il nous a déclaré qu'il voulait mourir dans la religion calviniste, en présence de sa famille et la nuit du mesme jour a esté ensevely dans son jardin, auprès de sa femme, tous les deux ayant fait autrefois abjuration pour se marier et ensuite tous les deux relapses. Lacaze, curé". […] En 1780, date de la dernière abjuration publique, le protestantisme ici agonisait et en 1863, au moment où le Conseil municipal délibérait pour fixer le prix des concessions de terrain du nouveau cimetière, M. le Maire constatait que "la partie réservée aux Protestants était plus que suffisante puisque cette religion ne comptait plus dans la commune que quatre membres très avancés en âge"[6]. »

La Nouvelle-France[modifier | modifier le code]

La Nouvelle-France (1748).

En 1603, Pierre Dugua de Mons et Samuel de Champlain, deux navigateurs saintongeais, explorent le fleuve Saint-Laurent. Ils vont fonder les premières colonies françaises d'Amérique du Nord : La Nouvelle-France[51],[52]. À leur suite, une émigration française, issue essentiellement des régions de l'ouest de la France et en particulier de la Saintonge, va se produire surtout à partir des années 1630. De nombreux Saintongeais partiront aussi vers le Nouveau Monde dans les années 1760, avec Le marquis de Lafayette, à l'occasion de la guerre d'indépendance des États-Unis.

Les habitants de Nieul-le-Virouil participeront à ces mouvements, comme en témoigne l'abbé V. Belliard : « À la fin du XVIIIe siècle et dans la première moitié du XIXe siècle, il y a eu d'assez nombreuses émigrations de France vers l'Amérique. J'ai relevé dans les registres ou dans quelques actes, le nom de quatre habitants de Nieuil partis à cette époque soit à la suite de M. le Marquis de Lafayette, pour la guerre de l'Indépendance, soit à la recherche de la fortune. Ce sont : Cazaud, il se trouve à la Martinique en 1768. Bernard Pierre, Glémet Louis, Moufflet Pierre, en Amérique en 1791. Ils ont sans doute là-bas créé une famille ou mis la main sur des pépites d'or[6]. »

La franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

L'activité maritime va favoriser l'implantation de la franc-maçonnerie dans la région. Les premières loges de la Rochelle sont fondées dans les années 1740[53] et comptent parmi les premières de France. La loge de « l'Accord Parfait » à Rochefort, fondée dans les années 1770 est la plus ancienne loge française encore en activité[54]. Elle fut fréquentée par des militaires et navigateurs fameux tels que le marquis de La Fayette ou l'explorateur La Pérouse[54]. Mais d'autres loges se sont constituées aussi plus à l'intérieur des terres (Saintes, Saint-Jean-d'Angély, Barbezieux) qui joueront un rôle actif et influent au cours de la Révolution française et tout au long du XIXe siècle[53],[55].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

La Constitution civile du clergé[modifier | modifier le code]

Curé de Nieuil de 1787 à 1792, l'abbé Jean-Baptiste-Antoine Deaubonneau termine ainsi le registre de l'année 1789 : « Cette année un hiver plus rigoureux que celui de 1709. Une disette universelle dans le royaume. Les États généraux »[6].

À la suite du décret de l'Assemblée Nationale sur la constitution des municipalités, les « habitants citoyens actifs de la paroisse »[Note 2] de Nieul-le-Virouil se réunirent le pour former leur municipalité. L'église fut choisie comme lieu de réunion et le curé, M. Deaubonneau, comme président de séance (« le péril clérical n'étant pas encore inventé, les électeurs ne craignirent pas de lui donner ainsi un témoignage d'estime », commente l'abbé Belliard)[6]. Après plusieurs jours de délibération, furent élus un procureur de la commune, le curé M. Deaubonneau, et un maire, M. Barraud, notaire royal, commandant de la Garde nationale, qui bien qu'ayant obtenu tous les suffrages, jugea sa fonction incompatible avec la charge et suscita un autre tour de scrutin qui désigna M. Chauvin. À ceux-ci s'adjoignirent cinq officiers municipaux et douze notables, la réunion des dix-neufs élus formant le conseil général de la commune[6].

En 1791, les prêtres furent mis en demeure de prêter serment à la Constitution civile du clergé. Plus rétif sur la forme que sur le fond, l'abbé Deaubonneau prit l'initiative de prononcer un discours en chaire, dans son église, après la lecture de l'Évangile : « Je jure de veiller avec soin sur les fidèles que l'Église m'a confiés, d'être fidèle à la Nation, à la Loy et au Roy, et de maintenir de tout mon pouvoir la constitution du royaume décrétée par l'Assemblée Nationale et acceptée par le Roy, dans ce qui concerne le temporel, exceptant formellement ce qui est du spirituel. » Néanmoins, à l'issue de la messe, le maire lui fit remarquer que le serment contenait des restrictions et n'était pas conforme au décret. Le , l'abbé Deaubonneau accepta de se rendre au greffe de la maison commune et de signer le serment à la Constitution dans la formule préconisée par l'Assemblée Nationale[6].

M. Deaubonneau se montra, au début de son mandat, plutôt zélé puisqu'il alla jusqu'à commettre un acte de vandalisme sur sa propre église en taillant au marteau les armes qui surmontaient la petite porte et faisant badigeonner la litre seigneuriale peinte tout autour de la nef[6]. Le , il dit un office solennel pour le repos de l'âme du défunt Mirabeau.

L'abbé Deaubonneau retracta cependant son serment en et partit en exil à Londres. Il rentra en France après la Révolution et termina sa vie comme curé de Cozes.

La Terreur[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Bréard, né à Québec (Nouvelle-France) en 1751, maire de Marennes, député de la Charente-Inférieure fut membre de la Convention nationale et du premier Comité de salut public, organisé autour de Danton. Il vota la mort du roi Louis XVI et appuya le 15 avril 1794 le décret de Saint-Just qui ordonnait l'expulsion des nobles. Il proposa également l'expulsion des prêtres réfractaires mais participa cependant au coup d'état du 9 thermidor qui provoqua la chute de Robespierre et de ses partisans.

À Nieul-le-Virouil, le château fut pillé après le départ en exil du marquis Claude-Arnould Poute de Nieul. Une grande partie des archives et des biens furent brûlés. Un Comité de salut public fut élu le , dont le rôle était de veiller à l'enracinement des idées révolutionnaires dans la population. La dénonciation des comportements et propos « non républicains » était encouragée. Le notaire Jean Barraud[56] en fut le président bien qu'il eut fort à faire avec sa propre famille[6]. « Alors que le actes de Jean Barraud tendaient à faire oublier ses relations avec les anciens châtelains — notaire royal et procureur de la terre de Nieul, il avait été le financier et homme de loi de l'ancien marquis —, pour préserver sa famille, ses biens, sa situation et sa personne, des conséquences fâcheuses qui auraient pu en résulter, sa femme, sincèrement attachée aux exilés et à ses croyances religieuses, de caractère plus crâne et plus indépendant, lui créait bien des préoccupations. Les jours de décadi, elle affectait de ne pas prendre part aux réunions publiques du « Temple de la Vérité » [l'église Saint Séverin]. Pour en accentuer son mépris, assise devant sa porte et en négligé, elle tricotait, cousait, reprisait son linge, sans laisser passer l'occasion d'une fine et mordante répartie[6]. »

Les réfugiés des guerres de Vendée[modifier | modifier le code]

Bataille de Cholet, 1793
La déroute de Cholet, par Jules Girardet, 1883.

Les guerres de Vendée vont provoquer l'exode d'environ 50 000 Vendéens dans les régions avoisinantes, notamment la Saintonge[57]. Beaucoup s'installeront définitivement sur leur terre d'exil. C'est de cette époque que date la première vague d'implantation de familles d'origine vendéenne à Nieul-le-Virouil.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Après la Réforme et la Révolution, la Charente-Maritime allait une fois de plus être en première ligne du débat religieux en France au cours de la Troisième République. L'implantation ancienne de la franc-maçonnerie, en conflit de plus en plus ouvert au cours du XIXe siècle avec l'église catholique, et l'influence du parti radical-socialiste participent à l'enracinement des idées républicaines et la déchristianisation de la société[58]. Une figure emblématique de cette époque est Émile Combes (1835-1921), qui a a souvent séjourné à Nieul-le-Virouil dans la maison Barraud[59].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]
Monument aux Morts, place de l'église, Nieul-le-Virouil

À l'instar de nombreuses communes de France, Nieul-le-Virouil a payé un lourd tribut à la Première Guerre mondiale comme en témoigne le monument aux morts sur la place de l'église qui affiche 28 noms, pour une commune qui comportait alors 800 habitants environ .

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Au cours de la Troisième République, à la suite d'Émile Combes, des parlementaires de la Charente-Inférieure du groupe radical-socialiste, tels que Fernand Larquier et René Carré-Bonvalet se sont particulièrement illustrés dans la défense du monde rural. Ce dernier, né René Carré, originaire du Doubs, devint propriétaire-viticulteur à Nieul-le-Virouil, en prenant la suite de Jules Bonvalet, à la tête du domaine de Lessy. Il fut député de la Charente Inférieure de 1914 à 1919[60], membre des commissions de l'Agriculture et des Travaux publics au parlement. Il fut ensuite élu conseiller général et sénateur de la Charente Inférieure de 1934 à 1945.

Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En zone occupée depuis l'armistice du , la région de Jonzac et Mirambeau est stratégique pour l'armée allemande. Cette région de l'arrière pays du littoral atlantique est une zone interdite aux civils de l'intérieur des terres afin de permettre aux occupants d'organiser leur défense et ce qui deviendra le mur de l'Atlantique.

Jonzac accueille une Kreiskommandantur (kommandantur d'arrondissement) de laquelle dépend un service de surveillance chargé de lutter contre les actes de malveillance à l'encontre des occupants[61].

Cadran solaire, place de l'église, Nieul-le-Virouil.

Le logement de plusieurs soldats allemands est imposé à Nieul-le-Virouil. Deux d'entre eux dorment dans une dépendance contiguë à la maison Barraud. Afin de leur faire sentir qu'ils sont loin d'être les bienvenus, les propriétaires ignorent leurs requêtes alimentaires (des œufs) et construisent une cloison en bois pour les isoler, ce qui ne leur permet d'entrer et sortir que par la fenêtre[59]. En face de leur chambre sont garés trois chars dans une grange, au no 17 de ce qui est maintenant la route des Frênes. Durant l'hiver 1941-1942, particulièrement rigoureux, l'un des chars dérape sur la chaussée verglacée et percute, au coin de la place, la façade de la maison Barraud qui en porte encore l'impact, sous le cadran solaire.

De nombreux jeunes hommes des environs sont enrôlés dans le dépôt de munition des carrières d'Heurtebise à Jonzac dans le cadre du Service du travail obligatoire (STO) . Le 30 juin 1944, deux jeunes résistants, Pierre Ruibet et Claude Gatineau, qui se sont fait embaucher pour travailler dans les carrières, font exploser le dépôt[62],[63].

André Mercier, de Nieul-le-Virouil, s'engage dans le maquis de Dordogne[64], alors qu'il n'a pas dix-huit ans, le 6 juin 1944. Il est tué dans un combat le 27 juillet à Lespinasse, lieu-dit situé sur la commune de Tursac. Sa tombe, dans le cimetière de Nieul-le-Virouil est surmontée d'une colonne brisée . Une plaque à sa mémoire a été posée sur le monument aux morts[65].

Les bouleversements de l'économie agricole et leurs conséquences démographiques[modifier | modifier le code]
L'épidémie de phylloxéra[modifier | modifier le code]

En 1872, le vignoble de Nieul-le-Virouil est dévasté, comme toute la région, par une invasion de phylloxéra. Malgré des tentatives de réimplantation de la vigne[6], le paysage agricole en demeurera profondément modifié. La région des « Bois », en périphérie des vignobles de Cognac produisait en effet une eau-de-vie annuelle, dépendant directement des vendanges, sans stock [66]. Les viticulteurs de cette zone ont été particulièrement vulnérables à l'épidémie qui a détruit leurs vignes, sans recours. Beaucoup ont été contraints de vendre leur terre ou de la reconvertir. L'exode rural a été brutal et massif.

L'immigration vendéenne[modifier | modifier le code]

Cette situation a été un appel d'air pour les paysans de Vendée, alors en surpopulation qui ont immigré nombreux dans les Charentes dans les années 1890-1910, convertissant en grande partie les vignobles en terres de labour et d'élevage. Les nouveaux arrivants n'ont cependant pas comblé le déficit démographique puisque les recensements soulignent une perte de plus de 200 habitants (soit 20% de la population) en moins de 30 ans de 1876 à 1901 (voir l'histogramme de l'évolution démographique). Une nouvelle vague d'immigration vendéenne dans les années 1945-1965 a complété les précédentes[66]. Malgré tout, l'érosion du nombre d'habitants s'est poursuivie pour atteindre son niveau le plus bas au début des années 1980.

La lente métamorphose d'une société agricole[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1980, la courbe démographique descendante s'est inversée grâce à l'installation de ménages salariés du secteur tertiaire, travaillant dans les villes des environs, en particulier à Jonzac, sous-préfecture voisine. À ceci s'ajoute l'acquisition de maisons de campagne, soit par des retraités qui deviennent des résidents permanents, soit pour un usage de résidence secondaire (11% des logements[67]) par des citadins et des ressortissants d'autres pays d'Europe de l'Ouest, au premier rang desquels les Britanniques [68]. Des projets multi-service associatifs [69] tentent de remplacer la disparition des commerces de proximité (boulangerie, épicerie, café).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[70].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Du point de vue administratif, la commune fait partie de l'arrondissement de Jonzac[71] dans le département de la Charente-Maritime en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et de la communauté de communes de la Haute-Saintonge. Avant la réforme territoriale de 2014, elle faisait partie du canton de Mirambeau.

Mairie de Nieul-le-Virouil

Du point de vue électoral, la commune fait partie de la quatrième circonscription de la Charente-Maritime depuis le redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010 et, depuis la réforme territoriale de 2014 du canton de Jonzac.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[72],[73]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1791 Hector Chauvin   Avocat
1791 1795 Charles Barraud Jacobin[6] Feudiste, arpenteur
1795 1803 Jean Barraud Jacobin[6] Notaire
1804 1805 Jean Lys Bonapartiste[6] Propriétaire
1806 1811 Pierre Vaurigaud Bonapartiste[6] Marchand et fabricant d'étoffes
1811 1813 Antoine Alexandre Dumas Royaliste[6]  
1813 1816 François Augé Royaliste[6] Notaire
1816 1825 Antoine Alexandre Dumas Royaliste[6]  
1826 1827 Paul François Guillot Lapuisade Royaliste[6]  
1828 1830 Jean Pierre Brisson Royaliste[6]  
1830 1840 François Augé Royaliste[6] Notaire
1841 1847 Jean Pierre Brisson Royaliste[6]  
1848 1857 Eugène Roche Bonapartiste[6] Avocat
1858 1862 Jacques Victor Blancfontenille Bonapartiste[6] Notaire
1863 1865 Jean Étienne Delafenestre Bonapartiste[6] Propriétaire[74]
1865 1878 Jean Toulouze   Propriétaire
1878 1880 Georges Julien-Derbeau    
1882 1886 Émile Toulouze Radical[6] Propriétaire
1886 1925 Angel Pierre Delafenestre Rad.[6] Propriétaire
1925 1945 Baptiste Bluteau    
1945 1959 Anynthe Constantin   Agriculteur
1959 1971 André Carré-Bonvalet   Propriétaire
1971 1983 Émile Vias   Agriculteur
1983 1989 Pierre Lucazeau DVG Receveur des PTT
1989 1995 Robert Burgaud SE Employé de distillerie
1995 en cours
(au 31 juillet 2015[75])
Roland Boussion PRG Exploitant agricole retraité[76]

Résultats des élections nationales et locales depuis 2001[modifier | modifier le code]

Les résultats des élections sont marqués par un taux d'abstention croissant et une montée du Front National, en particulier lors des scrutins européens et régionaux [77].

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales/départementales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la mise en application de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Nieulais[78].

En 2013, la commune comptait 587 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 139 1 250 1 212 1 182 1 255 1 185 1 150 1 137 1 083
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 090 1 109 1 110 1 084 1 092 1 030 946 876 907
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
867 912 832 850 848 855 801 726 701
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
685 660 577 530 547 562 560 575 584
2013 - - - - - - - -
587 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[79] puis Insee à partir de 2004[80].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2012, la population de Nieul-le-Virouil est plus jeune que la moyenne départementale[67]. Les moins de 15 ans y représentent 18,7% de l'ensemble pour une moyenne de 16% en Charente Maritime[81] et de 15,7% en Europe occidentale[82]. Parallèlement le taux de personnes de plus de 60 ans (26,5 %) est inférieur à la moyenne départementale (31,1 %). Le sex ratio est proche de 1:1 (297 hommes / 295 femmes). Le déficit de la classe d'âge des 15-29 ans est expliqué par l'éloignement pour la poursuite d'une formation ou la recherche d'un premier emploi[83],[84].

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2012, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,1 %, 15 à 29 ans = 12,3 %, 30 à 44 ans = 20,5 %, 45 à 59 ans = 22,9 %, 60 à 74 ans = 14,7 %, 75 à 89 ans = 9,6 %, 90 ans ou plus = 0 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 17,2 %, 15 à 29 ans = 11,7 %, 30 à 44 ans = 20,3 %, 45 à 59 ans = 22 %, 60 à 74 ans = 15,8 %, 75 à 89 ans = 12,4 %, 90 ans ou plus = 0,7 %).
Pyramide des âges à Nieul-le-Virouil en 2012 en pourcentage[85]
Hommes Classe d’âge Femmes
90 ans ou +
0,7 
9,6 
75 à 89 ans
12,4 
14,7 
60 à 74 ans
15,8 
22,9 
45 à 59 ans
22 
20,5 
30 à 44 ans
20,3 
12,3 
15 à 29 ans
11,7 
20,1 
0 à 14 ans
17,2 
Pyramide des âges de la Charente-Maritime en 2012 en pourcentage[86]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90 ans ou +
1,8 
9,2 
75 à 89 ans
12,6 
18,6 
60 à 74 ans
19,2 
20,4 
45 à 59 ans
20,4 
18 
30 à 44 ans
17,2 
16 
15 à 29 ans
13,9 
17 
0 à 14 ans
15 

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012, le taux de chômage (9,7%)[67] est un peu inférieur à la moyenne nationale (10,6%)[87]. Parmi les personnes de plus de 15 ans ayant un emploi (41,7% des habitants de la commune), 80,6% sont des salariés (68,4% sont fonctionnaires ou en CDI)[67]. Les non-salariés sont soit des indépendants (11,3% des actifs ayant un emploi), soit des employeurs (6,5%)[67]. Les actifs sont 85,2% à travailler dans une autre commune[67]. Le revenu moyen par foyer fiscal est de 1 599 €/mois en 2013 pour moyenne nationale de 2 129 €/mois[88].

Logement[modifier | modifier le code]

La grande majorité des logements sont des maisons individuelles (96,5 %), comportant 4 pièces ou plus (80,1 %). Ces maisons sont le plus souvent des résidences principales (80,7 %), dont 38,8 % ont été construites depuis 1946[67],[89]. Les occupants sont propriétaires dans 79 % des cas[67]. Les résidences secondaires représentent 11 % de l'ensemble des logements [67], ce qui est inférieur à la moyenne en Charente-Maritime (21 % en 2007)[68] mais supérieur à la moyenne des communes hors littoral (8,3 %)[68]. Huit pour cent du total des logements demeurent vacants [67].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Poitiers, en Zone A du calendrier scolaire ; elle administre une école maternelle et une école élémentaire qui accueillent une cinquantaine d'élèves en 2015-2016[90].

Les établissements d'enseignement secondaire les plus proches se situent à Mirambeau (6 km), Jonzac (10 km) et Saint-Genis-de-Saintonge (12 km) : il s'agit des collèges[90] Didier Daurat à Mirambeau, Léopold Dussaigne à Jonzac, Maurice Chastang à Saint-Genis-de-Saintonge et des lycées[90] Jean Hyppolite à Jonzac, du lycée professionnel agro-viticole Le Renaudin à Jonzac et du lycée agricole privé Saint-Antoine à Saint-Genis-de-Saintonge.

Les universités les plus proches sont l'université de Bordeaux (80 km) et l' université de La Rochelle (120 km).

Santé[modifier | modifier le code]

La commune voisine de Mirambeau dispose de deux cabinets médicaux, de deux pharmacies et d'un cabinet de chirurgie dentaire et orthodontie. Elle propose en outre un service d'aide à domicile pour personnes âgées ou handicapées[91].

L'hôpital le plus proche est le centre hospitalier de Jonzac[92]. L'offre de soin à Jonzac comprend aussi plusieurs cabinets de médecins généralistes et spécialistes (cardiologie, dermatologie, gynécologie, ophtalmologie, ORL, pneumologie, psychiatrie, rhumatologie), des cabinets de kinésithérapeutes, un laboratoire d'analyses médicales, plusieurs pharmacies, un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), et bien sûr la station thermale.

Le centre hospitalier universitaire de Bordeaux (80 km) est directement accessible par l'autoroute A10.

Sport[modifier | modifier le code]

Terrain de football, Nieul-le-Virouil.
Le boulodrome, Nieul-le-Virouil

Les équipements sportifs dont dispose la commune sont un terrain de football, un boulodrome et un relais étape de randonnée équestre[93]. Les associations sportives sont l'ASGN, association sportive de Guitinières-Nieul-le-Virouil, qui propose un club de football et diverses autres activités telles que des randonnées pédestres[69] et une ACCA, association communale de chasse agréée[94].

Culte[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Séverin, qui a fait l'objet de travaux de restauration récents, n'est plus utilisée qu'occasionnellement pour des cérémonies ou des concerts. Elle est aujourd'hui rattachée à la paroisse Saint-Martin de Mirambeau, qui fait partie du diocèse de La Rochelle et Saintes[95].

Cimetière de Nieul-le-Virouil.

Le cimetière a été situé devant l'église jusqu'en 1863. Il est, depuis, installé à l'ouest du bourg, route des Frênes.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'association « L'élan de Nieul » a pour objectif la promotion culturelle, la création et le complément d'animations[69]. Chaque année, sont notamment organisés une brocante (VID'A BROC) en août et un marché de Noël en décembre.

L'église Saint-Séverin a accueilli en 2012 et 2013 le spectacle estival « Les Nuits Romanes » organisé par la région Poitou-Charentes pour mettre en valeur le patrimoine architectural roman[96],[97],[98].

La commune dispose d'une salle municipale polyvalente.

Marchés[modifier | modifier le code]

Parmi les marchés les plus proches, sont ceux de Mirambeau, Jonzac, Saint-Genis-de-Saintonge[99],[100].

Hébergement touristique[modifier | modifier le code]

Plusieurs gîtes ruraux et chambres d'hôtes peuvent accueillir des visiteurs[69].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église Saint-Séverin, Nieul-le-Virouil.

L'église Saint-Séverin[modifier | modifier le code]

Saint-Séverin est une église de style roman, dont les premiers éléments de construction datent des XIe et XIIe siècles, avec des ajouts et des remaniements plus tardifs (XVe et XIXe siècles)[101]. La partie la plus ancienne est le clocher recouvert d'un dôme de pierre taillé en écaille dit clocher en pomme de pin, dont on trouve des exemples approchants en Saintonge (abbaye aux Dames de Saintes, église N.-D. de l'Assomption de Fenioux)[102] mais qui rappelle surtout les dômes d'inspiration byzantine observés en Poitou, Angoumois et Périgord (église N.-D.-la-Grande de Poitiers, cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême, cathédrale Saint-Front de Périgueux). Cinquante-quatre marches mènent à son sommet qui abrite la cloche «Marie», installée et baptisée en 1859[6]. La corniche est ornée de modillons à figures humaines, animales et végétales. Au-dessous du chœur se trouve une crypte ossuaire qui était utilisée pour la conservation des ossements exhumés pour laisser place à de nouvelles inhumations dans l'église. La chapelle Saint-Joseph, au nord, a gardé son style roman d'origine. Elle est ornée d'une petite abside qui abritait les fonts baptismaux. La chapelle de la Vierge, au sud, a été remaniée au XVIIe siècle.

Clocher et modillons, église Saint-Séverin, Nieul-le-Virouil.
Modillon (détail), église Saint-Séverin, Nieul-le-Virouil.

L'église Saint-Séverin fut plusieurs fois menacée de destruction. En 1568, au début de la troisième guerre de religion, elle ne fut épargnée que sur ordre du seigneur de Nieul, Bertrand Arnoul, conseiller au Parlement de Bordeaux, pourtant lui-même protestant. Endommagée au cours de la Révolution, laissée à l'abandon au début de XIXe siècle, elle a été restaurée en 1866 à l'initiative du maire Jean Toulouze[96] . L'église est classée monument historique depuis le 30 juillet 2002[101].

La croix hosannière[modifier | modifier le code]

Croix hosannière et façade de l'église Saint-Séverin, Nieul-le-Virouil.

La croix hosannière, de style gothique ogival [103], fut probablement érigée au XVe siècle [69]. Elle est située sur la place de l'église, à l'endroit où se trouvait autrefois le cimetière. Il s'agit d'une croix de pierre sculptée posée sur un soubassement constitué de sept marches. Elle est haute de 8 mètres, environ. Tout comme l'église, elle fut épargnée pendant les guerres de Religion, en particulier en 1568 sur ordre de Bertrand Arnoul, seigneur de Nieul. Elle est classée monument historique depuis le 23 février 1925 [104]

Le monument aux morts[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Nieul-le Virouil a été érigé sur la place de l'église au lendemain de la première guerre mondiale. L'édifice en pierre, en forme d'obélisque posé sur un piédestal, est surmonté d'un coq gaulois de bronze. Sur la face antérieure de l'obélisque est sculptée une palme, symbole antique de victoire et symbole chrétien de résurrection [105]. Sur le piédestal ont été posées trois plaques de marbre. Sur la plus grande sont gravés les 28 noms de nieulais morts pendant la première guerre mondiale[106]. En bas à gauche une plaque a été posée à la mémoire d'André Mercier (1926-1944) tué dans le maquis de la Dordogne; en bas à droite est posée une plaque en mémoire de Pierre-Michel Chasseloup (1929-1949) tué pendant la guerre d'Indochine à Ai-Nang au Tonkin [106].

Le château de Nieul[modifier | modifier le code]

Le château a été édifié pendant les guerres de religion en 1591 par Pierre Arnoul, seigneur de Nieul. Vendu en 1793 comme Bien national, converti en domaine agricole, il est ensuite parti à l'abandon avant d'être racheté en 1999 pour être rénové (voir le paragraphe "Histoire"). Il abrite notamment aujourd'hui un gîte rural.

Le lavoir et le pont sur le Tarnac[modifier | modifier le code]

Nieul-le-Virouil : le lavoir au bord du Tarnac.
Pont de la rue du Tarnac, Nieul-le-Virouil.

Le lavoir de Nieul-le-Virouil se trouve sur la rive droite du Tarnac, à cinquante mètres environ au sud d'un pont de pierre qui prolonge la rue du Tarnac, reconstruit en 1851[6], dans la partie sud-est du bourg. Ses murs de pierre supportent une charpente en bois soutenant un toit de tuiles romanes, au-dessus d'un bassin maçonné[107]. Le lavoir a été restauré en 1998 grâce à un chantier de jeunesse international, dans le cadre d'un partenariat entre la commune de Nieul-le-Virouil, la Communauté de communes de la Haute-Saintonge et l'association « Solidarités Jeunesse Poitou-Charentes »[108].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Outre les lieux et monuments situés sur le territoire de la commune, on peut citer à proximité : Mirambeau à 6 km, le château de Plassac à 6 km, Jonzac à 10 km, l'estuaire de la Gironde à 15 km, le port de Vitrezay à 18 km, Pons à 19 km et les vignobles dont est issue l'eau-de vie de Cognac . La plage littorale la plus proche (Meschers-sur-Gironde) est à 45 km.

Article connexe : Tourisme en Charente-Maritime.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Renaud VI (vers 1343-1426), seigneur de Pons et de « Viroul », joua un rôle clef dans le dénouement de la guerre de Cent Ans aux côtés du connétable Du Guesclin.
  • Henri de La Tour d'Auvergne, dit Turenne (1611-1675), général des armées de Louis XIII et Louis XIV, était l'arrière-petit-fils d'Antoinette de Pons qui avait cédé la châtellenie de « Nieuil » à la famille Arnoul.
  • Claude-Arnould Poute (1730-1806), sénéchal de Saintonge, officier de marine qui participa à la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique. Né au château de Nieul, il fut le dernier seigneur à y résider.
  • Émile Combes (1835-1921), homme politique, a souvent séjourné à Nieul-le-Virouil.
  • Victor-Emmanuel Belliard (1860-1949), curé de Nieul-le-Virouil de 1894 à 1904, historien de la Charente-Maritime[6],[109].
  • René Carré-Bonvalet (1875-1953), homme politique, fut propriétaire-viticulteur à Nieul-le-Virouil.
  • André Mercier (1926-1944), résistant, tué dans le maquis de la Dordogne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • V. Belliard, Nieul-le-Virouil, Souvenirs du temps passé, Javarzay-Chef-Boutonne, Imp. J. Poyaud, 1903.
  • R. Colle, Châteaux, manoirs et forteresses d'Aunis et de Saintonge, Rupella, 1984.
  • J. Dassié, Archéologie aérienne : patrimoine archéologique et touristique des Charentes, Alan Sutton, 2001.
  • F. Ducluzeau, Histoire des Protestants Charentais, Paris, Le Croît Vif, 2000.
  • J. Dupont et F. Eygun, Saintonge romane, Zodiaque, 1979.
  • I. Guillen et A. Guillen, Reflets de Haute-Saintonge, Paris, Le Croît Vif, 2013.
  • G. Havard et C. Vidal, Histoire de l'Amérique française, Champs_histoire, 2014.
  • P.-A. Jônain, Dictionnaire du patois saintongeais, Hachette livre BnF, 2013.
  • G.-M. Lenn, Les réfugiés des guerres de Vendée de 1793 à 1796, La Crèche, Gestes éditions, 2003.
  • F. Masgnaud, Franc-maçonnerie et franc-maçons en Aunis et Saintonge sous l'Ancien Régime et la Révolution, La Rochelle, Rumeur des Âges, 1989.
  • J. Mathieu, La Nouvelle France : les français en Amérique du Nord au XVIe - XVIIIe siècle, Presses de l'Université de Laval, 2003.
  • G. Merle, Emile Combes, Fayard, 1995.
  • H. Noguères, Alerte à Jonzac, film 1h27, ORTF 1967.
  • B. Sebileau, Nieul-le-Virouil, son château, ses seigneurs, Paris, Le Croît Vif, 2008.
  • M. Seguin, Histoire de l'Aunis et de la Saintonge, tome 3 : Le début des temps modernes 1480-1610, sous la direction de Jean Glénisson, Geste éditions, 2005
  • A. Serex et L. Leroux, Le chemin de Tours vers Saint Jacques de Compostelle, Éditions Déclics, 2009.
  • C. Soulard, Connaître la Haute-Saintonge, Sud-Ouest, 2014.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Émile Maufras né à Pons en 1851, décédé à Marseille en 1925, notaire, historien, archéologue, il a notamment publié plusieurs ouvrages sur l'époque néolithique[30]
  2. On désignait par citoyen actif « tous les hommes travaillant de leur esprit ou de leurs bras. La loi ne mettait à l'écart que les domestiques au service de la personne et les simples manœuvres qui, dépourvus de toute propriété ou revenu, gagnaient moins de 21 sous par jour » (Taine)[6].
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Soulard, Connaître la Haute-Saintonge, Sud-Ouest, , 80 p. (ISBN 2817701569).
  2. a, b et c « Nieul-le-Virouil - Mon Environnement en Poitou-Charentes », sur macommune.observatoire-environnement.org (consulté le 25 octobre 2015).
  3. Isabelle Guillen, Amar Guillen, Reflets de Haute-Saintonge, Paris, Le Croît-Vif, , 144 p. (ISBN 2361994305).
  4. « Terres de doucins et landes de la bordure aquitaine - Biodiversité en Poitou-Charentes », sur www.biodiversite-poitou-charentes.org (consulté le 25 octobre 2015).
  5. « Village de Nieul-le-Virouil », sur CartesFrances.fr.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai et aj Victor Belliard, Nieul le Virouil, souvenirs du temps passé, Javarzay-Chef-Boutonne, Imprimerie J. Poyaud, , 368 p. (lire en ligne).
  7. « Sandre Portail national d'accès aux référentiels sur l'eau | Fiche cours d'eau », sur services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 20 décembre 2015)
  8. « Site Natura 2000 Haute Vallée de la Seugne ».
  9. « SIEAG - Portail des Données sur l'Eau du Bassin Adour-Garonne », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le 21 décembre 2015)
  10. fred, « Le bassin Adour-Garonne », sur www.eau-adour-garonne.fr,‎ (consulté le 21 décembre 2015)
  11. a et b « Occupation du sol (Occupation du sol) | SIGORE, cartographie en Poitou-Charentes », sur cartographie.observatoire-environnement.org (consulté le 15 novembre 2015)
  12. « Carte des crus du Cognac interactive », sur www.cognac.fr (consulté le 15 novembre 2015)
  13. « Liste des communes par circonscription », sur ugvc (consulté le 15 novembre 2015)
  14. a et b « 26/10/2015 Ferme éolienne sur les communes de Allas-Bocage et Nieul-le-Virouil / Consultation du public / Consultation du public et commissions consultatives / Environnement, risques naturels et technologiques / Politiques publiques / Accueil - Les services de l'État en Charente-Maritime », sur www.charente-maritime.gouv.fr (consulté le 9 novembre 2015)
  15. « www.villedejonzac.fr », sur www.villedejonzac.fr (consulté le 22 novembre 2015)
  16. « Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes - Le réseau ferroviaire », sur dossiers.inventaire.poitou-charentes.fr (consulté le 28 octobre 2015).
  17. « Réseau des Chemins de fer Economiques des Charentes », sur rue_du_petit_train.pagesperso-orange.fr (consulté le 31 octobre 2015).
  18. « Liste des chemins de fer secondaires | facs », sur www.trains-fr.org (consulté le 31 octobre 2015).
  19. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 19 novembre 2015)
  20. Jean-Michel Hermans, Analyse des toponymes de la Basse Saintonge, de l'Aunis et du sud Poitou. Contribution à l'étude de la culture mégalithique à partir des toponymes. Essai de paléolinguistique., ([coutras.free.fr/telechargement/ToponymeJuillers.DOC lire en ligne]).
  21. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Genève, Librairie Droz, .
  22. Auguste Longnon, Les Noms de Lieux de la France, .
  23. « VIROLE : Définition de VIROLE », sur www.cnrtl.fr (consulté le 6 novembre 2015).
  24. « VIRER : Définition de VIRER », sur www.cnrtl.fr (consulté le 6 novembre 2015).
  25. « VERROU : Définition de VERROU », sur www.cnrtl.fr (consulté le 6 novembre 2015).
  26. Robert Colle, Châteaux, manoirs et forteresses d'Aunis et de Saintonge, Rupella, .
  27. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s Bernard Sebileau, Nieul le Virouil, son château, ses seigneurs, Le Croît Vif, 2008.
  28. « Dicciounaere poetevin-séntunjhaes> françaes | Dictionnaire français> poitevin-saintongeais », sur dicopoitevin.free.fr (consulté le 5 novembre 2015).
  29. « panOccitan.org - L'Occitan de communication », sur www.panoccitan.org (consulté le 5 novembre 2015).
  30. Sébastien Pourtaud et Yves Olivet, Dolmens, menhirs, tumulus et pierres de légendes de Charente-Maritime, Saintes, Le Croît vif, , 232 p. (ISBN 978-2-36199-529-4)
  31. Emile Maufras, « Note sur une carte préhistorique du département de la Charente-Inférieure », Matériaux pour une histoire primitive et naturelle de l'homme, série 2e, vol. 12,‎ , p.361
  32. Sébastien Pourtaud et Yves Olivet, Dolmens, menhirs, tumulus et pierres de légendes de Charente-Maritime, Saintes, Le Croît vif, , 232 p. (ISBN 978-2-36199-529-4)
  33. a et b Michel Provost, Carte Archéologique de la Gaule 17/1, Paris, Fondation Maison des Sciences de l'Homme, .
  34. Anthony Serex, Léonnard Leroux, Le chemin de Tours vers Saint-Jacques de Compostelle, Editions Déclics, , 107 p. (ISBN 2847681663).
  35. Jean Dupont, François Eygun, Saintonge romane, Zodiaque, , 414 p. (ISBN 2736901576).
  36. P-D Rainguet, Études historiques sur l'arrondissement de Jonzac, Arlot, 1864.
  37. a et b Pierre Sénillou, Pons à travers l'histoire, Université Francophone d'Eté, Bordessoules, Saint-Jean-d'Angély, 1990.
  38. a et b Jean-Baptiste-François-Auguste de La Châtaigneraye, Lettre macédoinique à MM. les co-opérateurs de l'omnisana intitulé Maisons Historiques de France, où entre autres matières on pourra voir quelque chose de nouveau sur l'origine de Robert le Fort, auteur de la race dite capétienne ; le tout entrelardé de bribes drolatiques, généalogiques, poétiques, diplomatiques, juridiques, dynastiques, etc., Paris, Téchener, , 92 p. (lire en ligne).
  39. « Château fort | Dictionnaire Visuel », sur www.ikonet.com (consulté le 13 novembre 2015)
  40. « BARBACANE : Définition de BARBACANE », sur www.cnrtl.fr (consulté le 6 novembre 2015).
  41. Jean-Baptiste-Pierre de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume, et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la Maison de France., Paris, Arthus Bertrand, 1822-1833, 12 vol. in-4 p. (lire en ligne).
  42. a et b « pons », sur jm.ouvrard.pagesperso-orange.fr (consulté le 2 novembre 2015).
  43. Marc Seguin, Le protestantisme à Pons au XVIe siècle, in F. Ducluzeau (dir.), Histoire des protestants charentais, Le Croît Vif, 2000, p. 56.
  44. « Pons et la propagation de la Réforme », sur Sires de Pons.
  45. H. Beauchet-Filleau et Ch de Chergé, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, 2e ed., tome 1, Impr. Oudin et Cie, 1891.
  46. « Armorial des chevaliers de l'ordre de Saint-Lazare de Jérusalem ayant eu un rôle en Aunis et Saintonge », sur Sancti Lazari. Cercle de recherches historiques de l'antique ordre militaire et hospitalier de Saint-Lazare de Jérusalem.
  47. « Officiers de marine de l'ordre de Saint-Lazare de Jérusalem », sur Ecole Navale
  48. a et b Marc Seguin, Histoire de l'Aunis et de la Saintonge, vol. 3 : Le début des temps modernes 1480-1610, La Crèche, Geste éditions, , 428 p. (ISBN 2845612176)
  49. « Le protestantisme en Poitou-Charentes | Musée virtuel du Protestantisme », sur www.museeprotestant.org (consulté le 24 octobre 2015).
  50. « sainte_maure », sur jm.ouvrard.pagesperso-orange.fr (consulté le 22 novembre 2015)
  51. Jacques Mathieu, La Nouvelle France : les français en Amérique du Nord au XVIe-XVIIIe siècle, Les Presses de l'Université de Laval, .
  52. Gilles Havard, Cécile Vidal, Histoire de l'Amérique française, Champ_histoire, .
  53. a et b Francis Masgnaud, Franc-maçonnerie et francs-maçons : en Aunis et Saintonge sous l'Ancien Régime et la Révolution, La Rochelle, Rumeur des âges, .
  54. a et b « Rochefort Francs-maçons : un temple maçonnique classé | FranceRegion.fr », sur www.franceregion.fr (consulté le 8 novembre 2015).
  55. Marcel Auche, Les Francs-Maçons de la Révolution, Bonneuil-en-Valois, Editions de la Hutte, .
  56. Roger Clouet, « Lettres de Gilbert des Aubineaux et du conventionnel Vinet au citoyen Jean Barraud, notaire à Nieuil-le-Virouilh (Charente-Inférieure). », Ann. histor. de la Revol.,,‎ , p. 58-70.
  57. Guy-Marie Lenne, Les réfugiés des guerres de Vendée de 1793 à 1796, La Crèche, Geste éditions, , 326 p. (ISBN 2845611005).
  58. Francis Masgnaud, Franc-Maçonnerie et francs-maçons en Charente-Inférieure, de la Ire à la IIIe République, Mougon, .
  59. a et b d'après Maître Yves Salmon, notaire à Mirambeau (1987).
  60. « René Carré dit Carré-Bonvalet », sur Assemblée Nationale
  61. « Département de la Charente-Maritime en 1939-1945 », sur www.ajpn.org (consulté le 25 octobre 2015).
  62. « La sape du mur de l'Atlantique », sur Université Paul-Valéry Montpellier.
  63. « Alerte à Jonzac », sur Ina.
  64. Patrice Rolli, La Dordogne dans la Seconde Guerre Mondiale. Chronique des années noires du Mussidanais et de l'Ouest de la Dordogne, Editions l'Histoire en Partage, .
  65. « MémorialGenWeb Résultat patronymique », sur www.memorialgenweb.org (consulté le 25 octobre 2015).
  66. a et b « La migration des Vendéens en Haute-Saintonge : conférence de François Julien-Labruyère. », sur Nicole Bertin Infos.
  67. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Insee - Chiffres clés : Commune de Nieul-le-Virouil (17263) », sur www.insee.fr (consulté le 26 octobre 2015).
  68. a, b et c Olivier Aguer, Eric Vergeau, « Les résidences secondaires : une composante du développement et de l'attractivité de la région. », Décimal, Insee Poitou-Charentes, no 288,‎ (lire en ligne)
  69. a, b, c, d et e Le site de l'association « L'élan de Nieul ».
  70. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  71. « Décret n° 2014-269 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Charente-Maritime », sur Legifrance (consulté le 13 novembre 2015)
  72. « Charente Maritime : archives en ligne », sur Archives départementales de la Charente-Maritime
  73. 210 ans dans l'histoire de la mairie - Liste des maires, publication de la mairie de Nieul-le-Virouil, 2000.
  74. Acte de naissance d'Angel Pierre Delafenestre, Clion, 3 mars 1842, sur Ministère de la Culture, Archives nationales, site de Fontainebleau, cote 19800035/141/17889, en ligne sur Leonore_fr.
  75. « 120 personnes ont assisté au concert gospel », sur le site du quotidien Sud Ouest,‎ (consulté le 8 novembre 2015).
  76. « Roland Boussion, maire sortant, présente sa liste », sur le site du quotidien Sud Ouest,‎ (consulté le 8 novembre 2015)
  77. (fr) Ministère de l'Intérieur, « Les résultats », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats (consulté le 29 mai 2016)
  78. Les gentilés de Charente-Maritime.
  79. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  80. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  81. « Insee - Département de La Charente-Maritime (17) - Dossier complet », sur www.insee.fr (consulté le 22 novembre 2015)
  82. « Insee - Population - Population par âge », sur www.insee.fr (consulté le 22 novembre 2015)
  83. « Démographie et mobilité - Limousin », sur www.insee.fr (consulté le 22 novembre 2015)
  84. « Poitou-Charentes : une population qui croît à l’horizon 2040 en dépit d’un solde naturel négatif », sur www.insee.fr (consulté le 22 novembre 2015)
  85. « Structure de la population à Nieul-le-Virouil en 2012 », sur [1] (consulté le 22 novembre 2015)
  86. « Résultats du recensement de la population de la Charente-Maritime en 2012 », sur [2] (consulté en 22novembre 2015)
  87. « Insee - Indicateur - La hausse du taux de chômage se poursuit au quatrième trimestre 2012 », sur www.insee.fr (consulté le 19 novembre 2015)
  88. « Salaire à Nieul-le-Virouil (17150, Charente-Maritime) », sur www.journaldunet.com (consulté le 2 décembre 2015)
  89. « Nieul-le-Virouil : évolution des parcelles bâties », sur pegase-poitou-charentes.fr (consulté le 3 décembre 2015)
  90. a, b et c « Annuaire : présentation des écoles, collèges, lycées, etc. », sur le site du ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (consulté le 8 novembre 2015).
  91. AEM.
  92. Site du centre hospitalier de Jonzac.
  93. « Le sport - Communauté de communes de Haute-Saintonge », sur www.haute-saintonge.net (consulté le 11 novembre 2015)
  94. « Sportives | Maison du Tourisme du pays de Mirambeau », sur Maison du Tourisme du pays de Mirambeau (consulté le 11 novembre 2015)
  95. « Paroisse Saint Martin Mirambeau à MIRAMBEAU », sur Eglise info (consulté le 11 novembre 2015)
  96. a et b « Nuits romanes 2012 : Nieul-le-Virouil », sur nuits_romanes.poitou-charentes.fr
  97. « Nuits romanes 2013 : programme », sur nuits_romanes.poitou-charentes.fr
  98. Les Nuits Romanes.
  99. « Nieul-le-Virouil tourisme, attractions et à voir aux alentours de Nieul-le-Virouil(17) », sur www.fr.francethisway.com (consulté le 5 janvier 2016)
  100. « Foires et Marchés | Maison du Tourisme du pays de Mirambeau », sur Maison du Tourisme du pays de Mirambeau (consulté le 5 janvier 2016)
  101. a et b « Eglise Saint-Séverin », sur Base Mérimée. Ministère de la Culture, France.
  102. « Nieul-le-Virouil, Saint-Séverin », sur Art Roman Modillons et Peintures Romanes
  103. « L'architecture gothique. », sur www.cosmovisions.com (consulté le 27 février 2016)
  104. « Croix de cimetière, Nieul-le-Virouil », sur Base Mérimée, Ministère de la Culture, France.
  105. « Monuments aux morts — GeneaWiki », sur fr.geneawiki.com (consulté le 5 juin 2016)
  106. a et b « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le 5 juin 2016)
  107. « Lavoirs de France »
  108. « La Maison des Bateleurs », sur bateleurs.solidaritesjeunesses.org (consulté le 27 décembre 2015)
  109. « Victor Belliard (1860-1949) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 5 juin 2016)