Cerizay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Cerisay.
Cerizay
Blason de Cerizay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Bressuire
Canton Cerizay
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bocage bressuirais
Maire
Mandat
Johnny Brosseau
2008-2014
Code postal 79140
Code commune 79062
Démographie
Population
municipale
4 697 hab. (2011)
Densité 253 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 20″ N 0° 39′ 48″ O / 46.8222, -0.6633 ()46° 49′ 20″ Nord 0° 39′ 48″ Ouest / 46.8222, -0.6633 ()  
Altitude Min. 143 m – Max. 217 m
Superficie 18,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cerizay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cerizay

Cerizay est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Poitou-Charentes.

Les habitants de Cerizay s'appellent Cerizéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Cerizay située dans le nord-ouest des Deux-Sèvres, à 14 km de Bressuire comme de Pouzauges en Vendée et à 35 km de Cholet, s’étend sur les rives vertes d’un petit ruisseau qui, coulant est-ouest, se jette à quelques kilomètres dans la Sèvre nantaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’origine du nom serait gallo-romaine. Le centre de la ville était, au Moyen Âge, situé au pied du château féodal. Les deux dernières tours de ce château ainsi que son ancienne chapelle romane du XIIe siècle sont démolies lors de la construction, en 1890, de l’église actuelle.

La litre ou ceinture d'armoiries du chœur de la chapelle présentait les blasons des seigneurs du XVIIe siècle, dont celui du maréchal de Maillé-Brezé. On s’aperçut lors de la construction de la nouvelle église de l’existence d’un cimetière mérovingien près de la chapelle, des sarcophages en pierre coquillière ayant été mis au jour.

Jehanne Maingot de Surgères, fille de "très noble sire Jacques de Surgères, seigneur de Cerizay", épousa Gaston 1er de Montferrand, seigneur de Langoiran, était la fille de Jacques de Surgères, seigneur de la Houlière, Cérizay, et Saint-Paul, et de dame Renée de Maillé.

Cerizay a eu aussi pour seigneur Pierre Fuzeau de Cerizay, vicomte de Cerizay (1750-1810). Malheureusement pour lui, en août 1792, la ville de Cerizay est pillée par les paysans des villages environnants en insurrection contre le nouveau régime et ses biens lui sont volés. Cette révolte paysanne qui s'achèvera avec l'affaire du "Moulin de Cornet" à Bressuire, préfigure ce que sera quelques mois plus tard la première "Guerre de Vendée".

Lorsque Napoléon devient empereur, le vicomte de Cerizay demande la restitution de ses biens et à faire partie de la noblesse d'Empire ; mais Napoléon Ier refuse sa requête et considérant qu'il n'est plus assez riche pour rester dans la noblesse, lui retire sa particule; ensuite l'ex-vicomte portera le nom de Fuzeau, ainsi que ses descendants; la famille logera au début du XXe siècle dans le château de la vicomtesse d'Oiron.

Le 25 août 1944, une colonne allemande revenant de la côte, bombarde et mitraille la ville faisant 5 victimes parmi la population et détruisant 172 maisons.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur au chêne d’or mouvant de la pointe, chargé d’un écusson de gueules fretté de vair de six pièces, au comble bastillé aussi d’or chargé de cinq flammes aussi de gueules issant de cinq créneaux[1].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 2008 Jean Grellier PS député
mars 2008   Johnny Brosseau[2] PS Directeur d'association

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 697 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 600 928 899 1 063 1 009 1 145 1 230 1 316 1 430
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 374 1 457 1 541 1 800 1 817 1 863 1 972 2 020 2 011
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 949 1 921 1 940 1 816 1 922 1 950 1 972 1 991 2 100
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 855 3 582 4 687 4 881 4 787 4 589 4 591 4 591 4 697
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre, monumentale construction néogothique.
  • L'église Saint-Pierre, érigée de 1892 à 1896 (gros œuvre) et consacrée en 1930. De style néogothique, ce grand vaisseau de pierre se base sur un plan en croix latine. Les trois tympans de la façade sont ornés de céramiques réalisées en 1966.

Économie[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le football reste un sport important dans la commune depuis la fin du 19e siècle. Le Cercle olympique de Cerizay fut en 1977 au palmarès du championnat de division d'honneur de la ligue du Centre-Ouest[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

la litre de l'église : Abbaye de la Sainte-Trinité de Mauléon de Dom Fourier BONNARD P: 15

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :