Blain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blain (homonymie).
Blain
Les bords du canal de Nantes à Brest et le château de Blain.
Les bords du canal de Nantes à Brest et le château de Blain.
Blason de Blain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant-Ancenis
Canton Blain
Intercommunalité Communauté de communes de la région de Blain
Maire
Mandat
Jean-Michel Buf
2014-2020
Code postal 44130
Code commune 44015
Démographie
Gentilé Blinoise, Blinois
Population
municipale
9 595 hab. (2014)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 37″ nord, 1° 45′ 44″ ouest
Altitude Min. 7 m
Max. 44 m
Superficie 101,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Blain

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Blain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blain
Liens
Site web http://www.ville-blain.fr/

Blain est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Blain dans le département de la Loire-Atlantique

Situation[modifier | modifier le code]

Blain est situé à 40 km au nord de Nantes, sur le canal de Nantes à Brest et à proximité de la forêt domaniale du Gâvre. La commune est baigné par l'Isac.

Les communes limitrophes sont Fay-de-Bretagne, Notre-Dame-des-Landes, Héric, La Chevallerais, La Grigonnais, Vay, Le Gâvre, Guenrouet et Bouvron.

Ancien carrefour de voies romaines, Blain joue un rôle commercial important entre Nantes, Redon et l'Anjou. Le canal de Nantes à Brest sépare la localité du château dont la première construction remonte à 1104.

En voiture, Blain est à 25 minutes de la périphérie Nantaise, à 50 minutes de Rennes, à 20 minutes de Savenay et 45 minutes de Saint-Nazaire[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Blaen en 1090[réf. nécessaire], et sous une forme latine Castrum Bableni (le « camp de Blain ») dès 1123[2].

Son nom breton est Blaen[3].

Blaen en breton signifie « sommet, faîte, hauteur »[4].

Blain possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale, écrit Blaen selon l'écriture ELG ou Blin ou Byein selon l'écriture MOGA. En gallo, plusieurs prononciations ont été relevées : [blɛ̃], [bjɛ̃ː] et [bjœ̃ː][5],[6]. La transformation des « bl » en « by » est un trait typique du gallo[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Blain est une ancienne cité gallo-romaine, réputée pour ses nombreux vestiges retrouvés lors de fouilles. La majorité des pièces retrouvées sont visibles dans le musée de la commune.

Blain situé entre Nantes et Rennes, Nantes et Redon, au milieu du pays des Namnètes était un lieu qui convenait pour l'établissement d'un poste militaire en terre conquise. Les Romains ne manquèrent pas de l'utiliser à cette fin. Plus tard, les Francs comprirent, eux aussi, l'importance de cette position stratégique. Mais à l'encontre des Romains qui préféraient les endroits élevés, pouvant servir en même temps de postes d'observation, ils établirent une fortification sur les bords de l'Isac, là même peut-être où les Celtes s'étaient cantonnés.

Cette fortification connue dans l'Histoire sous le nom de Castrum-Bableni fut à l'origine, comme toutes les autres fortifications de cette époque, un ouvrage assez simple : deux rangées de douves larges et profondes se terminant sur la rivière en fer à cheval ; enserré dans ces douves, un terrain surélevé avec les déblais ; au milieu une très vaste butte avec palissades et donjon en bois : tel en était l'aspect. Elle fut plusieurs fois détruite et relevée avec les perfectionnements que les temps apportaient.

En l'année 1108, Alain Fergent, duc de Bretagne, possédait Blain, et s'y comportait en maître ; il y faisait construire un château d'une réelle importance militaire. Lorsque les Bretons se furent emparés du pays, ils prirent possession de cette fortification et y établirent un de leurs capitaines. Ce chef, seigneur du lieu en 1090, se nommait Guégon. Ce fut cette fortification qu'Alain Fergent convertit en véritable château fort. Pour ce travail, il fit appel à tous les vassaux du domaine « n'étant pas éloignés de plus de six lieues ». Le granite fut amené de Vigneux et du Temple-de-Bretagne ; le calcaire coquillier de Campbon ; le grès quartzeux, qui fournit les revêtements intérieurs et extérieurs (les tours et des courtines), provint d'un gisement à proximité. Cette construction ne cessa d'être remaniée : les Clisson et les Rohan qui en devinrent les possesseurs, véritables bâtisseurs, y apportèrent leur contribution.

Blain possédait 12 frairies qui ont joué un grand rôle dans l'histoire blinoise.

Pendant les guerres de Vendée les restes des armées vendéennes en déroute traversèrent la ville vers Bouvron, abandonnant derrière eux des monceaux de cadavres. Ils y restèrent 3 jours, l'église fut rouverte et la messe célébrée.

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795.

En 1892, une nouvelle église Saint-Laurent, de style néogothique fut bâtie, elle dut rester sans clocher jusqu'en 1959, date à laquelle un clocher en pierre fut construit par l'architecte Yves Liberge, le petit-fils de l'architecte de l'édifice.

La ville fut occupée par les Allemands et libérée au cours du mois d'août 1944, mais elle resta proche de la ligne de front de la Poche de Saint-Nazaire et fut bombardée par les Allemands. Les canons américains étaient placés au château de la Groulais et au bord de la forêt du Gâvre. La batterie A du 908th Field Artillery Battalion y stationnera entre le et le .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De vair chargé d'un croissant de gueules.
Commentaires : Blason de Guy de Blain (sceau de 1123) porté aux Croisades par les barons de Pontchâteau et dévolu à la branche cadette de Blain. Confirmé par le roi LouisXIV en 1660 lors de l'érection de Blain en marquisat. En usage depuis 1924 (délibération municipale en 1967).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2008 Gilles Heurtin[8] Divers droite dentiste, conseiller général
mars 2008 mars 2014 Daniel Leroux PS enseignant
mars 2014 en cours Jean-Michel Buf Divers droite cadre bancaire
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Élections à Blain.

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Blain sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Blain Maire Jean-Michel Buf 2014 2020
Cantonales Blain Conseiller général Marcel Verger 2015
Législatives 6e circonscription Député Yves Daniel
Régionales Pays de la Loire Président du conseil régional Jacques Auxiette 2015
Présidentielles France Président de la République François Hollande

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, Blain est une ville isolée qui est le centre d'un bassin de vie. Elle fait partie de l'aire urbaine et de la zone d'emploi de Nantes[9]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « peu dense » : 92 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 8 % dans des zones « très peu denses »[10].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 9 595 habitants, en augmentation de 3,35 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 085 4 500 4 215 4 476 4 899 4 553 5 441 5 896 6 170
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 502 6 781 6 865 6 825 6 807 6 660 6 728 6 787 6 601
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 618 6 737 6 625 5 962 5 880 5 978 5 851 5 801 5 659
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
6 531 7 052 7 153 7 366 7 434 7 731 8 171 9 284 9 595
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[15], pour le recensement 2004 : base Cassini de l'EHESS.)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,6 %) est en effet supérieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[16],[17],[18]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[16],[17],[18].

Pyramide des âges à Blain en 2013 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,4 
7,1 
75 à 89 ans
9,5 
13,3 
60 à 74 ans
15,2 
20,4 
45 à 59 ans
18,6 
20,6 
30 à 44 ans
20,3 
16,1 
15 à 29 ans
14,9 
21,9 
0 à 14 ans
20,1 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Économie[modifier | modifier le code]

Nombre d'entreprises :

au 1er janvier 2004 286
Industrie 28
Construction 40
Commerce et réparations 75
Services 143

dont 10 salariés et plus : 19

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

En football, l'Entente Sportive de Blain réside au Stade Jean Leflour.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Blain est jumelée avec les communes suivantes :

  • Drapeau de la Roumanie Rebrişoara (Roumanie) depuis 1999. Située au nord de la Roumanie, elle compte 5 500 habitants. D'abord adoptée par la ville de Blain, puis parrainée ;
  • Drapeau du Royaume-Uni Royal Wootton Bassett (Royaume-Uni) depuis 2000. Elle se situe en pleine campagne au sud-ouest de Londres et compte près de 13 000 habitants. L'origine de Royal Wootton Bassett date du VIIe siècle, elle doit son nom actuel à Alan Bassett qui, au XVIIIe siècle, fit agrandir son village de Wootton. Pour célébrer cet événement, deux canards colvert, baptisés Wootton et Bassett, ont été placés par la suite dans l'étang près de la mairie, et y ont donné naissance à de nombreux canetons ;
  • Drapeau du Portugal Alcoutim (Portugal) depuis 2005 (14 juillet).

Des représentants des communes se visitent régulièrement afin de maintenir une entente entre les communes. Un monument a été installé pour célébrer ces jumelages près de la mairie, aux abords de l'étang. Une pierre sculptée mentionne les dates des jumelages.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Bizeul, Dictionnaire du patois du canton de Blain, 1988
  • Abbé Durand, Notes historiques sur la paroisse de Saint-Émilien-de-Blain, 1941
  • G. Locu, Blain et sa région : aperçu historique et touristique, 1975

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Et serait à 10 minutes de l'éventuel aéroport international de Notre-Dame-des-Landes.
  2. Jean-Pierre Brunterc’h, « Puissance temporelle et pouvoir diocésain des évêques de Nantes entre 936 et 1049 », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, t.LXI, 1984, p. 34.
  3. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  4. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Editions Jean-paul Gisserot (ISBN 2877474828, lire en ligne), p. 57
  5. « ChubEndret — Motier d non d'endret », Chubri (consulté le 9 décembre 2016)
  6. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013).
  7. S. Jouin, « Communauté et diversité en Pays Gallo », Cahier des Annales de Normandie, , p. 165-182
  8. Réélu en mars 2001.
  9. « Commune de Blain (44015) », Insee (consulté le 29 août 2017).
  10. « La grille communale de densité », Insee (consulté le 29 août 2017), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Blain 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  16. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Blain - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  17. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee.
  18. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee.