Fay-de-Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fay-de-Bretagne
Fay-de-Bretagne
Monument aux morts 14-18.
Blason de Fay-de-Bretagne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant-Ancenis
Intercommunalité Communauté de communes d'Erdre et Gesvres
Maire
Mandat
Claude Labarre
2020-2026
Code postal 44130
Code commune 44056
Démographie
Gentilé Fayens
Population
municipale
3 647 hab. (2018 en augmentation de 5,86 % par rapport à 2013)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 56″ nord, 1° 47′ 25″ ouest
Altitude Min. 18 m
Max. 87 m
Superficie 64,81 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Nantes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Chapelle-sur-Erdre
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Fay-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Fay-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fay-de-Bretagne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fay-de-Bretagne
Liens
Site web http://www.faydebretagne.fr/

Fay-de-Bretagne est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Fay-de-Bretagne dans le département de la Loire-Atlantique.

Fay-de-Bretagne est située à 25 km au nord-ouest de Nantes et 7 km au sud de Blain.

Les communes limitrophes sont Blain, Notre-Dame-des-Landes, Vigneux-de-Bretagne, Le Temple-de-Bretagne, Malville, Savenay et Bouvron.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fay-de-Bretagne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nantes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 116 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (95,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (47,4 %), terres arables (26,9 %), prairies (18,8 %), forêts (3,7 %), zones urbanisées (2,1 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,8 %), cultures permanentes (0,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Fay en 1287, Fail et Fait en 1305[8].

L'origine du nom de Faye est issu du bas latin fagetu qui signifie « hêtraie »[9].

Fay-de-Bretagne possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Faè (écriture ELG)[10].

Le nom breton de la commune est Faouell[11]. La double toponymie (français et breton) est d'ailleurs visible sur les panneaux d'entrée du bourg.

Fay prend le nom de Fay-de-Bretagne entre 1921 et 1926.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien fief du duché de Bretagne, qui dépendait de la seigneurie de Blain, et qui était cédé aux nobles vassaux. Un manoir et de nombreux moulins résistent encore.

Transports[modifier | modifier le code]

En 1965, Fay-de-Bretagne participait aussi au lancement du projet de nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes. En 1974, une ZAD (zone d’aménagement différé) a vu le jour pour une étude urbanistique approfondie. En 2010, cet aéroport était programmé pour 2017. Mais au deuxième semestre 2012, la ZAD (zone d’aménagement différé) de Notre-Dame-des-Landes devient ZAD (zone à défendre) où les zadistes (agriculteurs, altermondialistes, anti-capitalistes et écologistes) ont depuis empêché la construction du futur aéroport (gâchis environnemental et financier). Le 17 janvier 2018, le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est officiellement abandonné[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
novembre 1947 mars 1977 Henry Nayel[Note 3]   Médecin
mars 1977[13] mars 1989 Laurent Sicard[Note 4]    
mars 1989 juin 1995 René Bernard DVD Conseiller général du canton de Blain (1992 → 1998)
juin 1995 mars 2008 Gérard Portais[Note 5]    
mars 2008 mars 2014 Édith Sardais   Comptable retraitée
mars 2014 En cours Claude Labarre[Note 6] DVG Assistant social retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Budget[modifier | modifier le code]

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[14]
Évolution de la fiscalité
Taxe d'habitation 18,41 % 18,41 % 18,41 % 18,41 % 18,41 % 18,41 % 18,69 %
Foncier bâti 15,05 % 15,05 % 15,05 % 15,05 % 15,05 % 15,05 % 15,28 %
Foncier non bâti 34,18 % 34,18 % 34,18 % 34,18 % 34,18 % 34,18 % 34,69 %
Taxe professionnelle 0,00 % 0,00 % 0,00 % 0,00 % 0,00 % 0,00 % 0,00 %
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, Fay-de-Bretagne fait partie de l'aire urbaine et de la zone d'emploi de Nantes et du bassin de vie de Blain. Elle n'est intégrée dans aucune unité urbaine[15]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « peu dense » : 88 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 12 % dans des zones « très peu denses »[16].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 1871, la commune cède une partie de son territoire, conjointement avec Héric, pour permettre la création de Notre-Dame-des-Landes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2018, la commune comptait 3 647 habitants[Note 7], en augmentation de 5,86 % par rapport à 2013 (Loire-Atlantique : +6,31 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 1002 7142 7573 2033 4833 6113 7124 0604 312
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 2624 5474 8173 6693 5753 5523 5403 4643 570
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 5213 4093 2552 9282 7862 7222 5812 2492 267
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 1722 1091 9472 1752 3882 4912 8013 2303 568
2018 - - - - - - - -
3 647--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,2 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[21],[22],[23]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[21],[22],[23].

Pyramide des âges à Fay-de-Bretagne en 2013 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
1,6 
5,4 
75 à 89 ans
8,0 
10,4 
60 à 74 ans
10,9 
17,5 
45 à 59 ans
16,6 
25,3 
30 à 44 ans
23,2 
15,4 
15 à 29 ans
15,1 
25,9 
0 à 14 ans
24,5 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Patrimoine et culture locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin, de style néogothique, construite, tout comme la majeure partie des églises de cette région, à la fin du XIXe siècle (voir église de Blain). Belles rosaces et jolis vitraux.
  • Pont Romain : pont datant du Moyen Âge, partiellement détruit, sa structure est encore visible dans la campagne fayenne.[où se situe ce pont, a-t-il une dénomination ?]
  • Château de Launay-Bedeau (vestiges) : C'était un château situé dans le hameau de Launay. C'était simplement une tour entourée de remparts. Lors des combats de la Poche de Saint-Nazaire, il se trouvait sur la ligne de front. Ses toitures furent endommagées et il fut rasé en dépit du patrimoine médiéval qu'il représentait. Les pierres furent utilisées pour construire une ferme, une porcherie et empierrer des chemins. Les seuls restes visibles à ce jour sont un seuil de porte, un tabernacle de chapelle et les majestueuses douves du château. Pierre Bedeau, conseiller et médecin du roi Henri iV, par son alliance à Marguerite Blanchard de Fay-de Bretagne, est à l'origine du complément Bedeau au nom du village, initialement appelé Launay.
  • Stèle Loïc Merlant : stèle érigée en mémoire de ce résistant nantais, fusillé à Fay-de-Bretagne par les Allemands. Une cérémonie a lieu chaque année au mois de septembre sur le site de la stèle.
  • Site de la Madeleine : parc arboré, il a été créé sur le bord de la départementale 16. Il comprend deux étangs gérés par la société de pêche « la Gaule blinoise », et un complexe culturel nommé « espace Madeleine », celui-ci est composé de deux salles ; une salle en gradin type théâtre de 238 places et une salle polyvalente de 300 places avec scène et cuisines. Le site est également équipé de sanitaires et tables de pique-nique.
  • Croix du Grand Mérimont.
  • Le circuit automobile de Loire-Atlantique est implanté sur le territoire de la commune.
  • Le monument aux morts est situé dans le cimetière communal (lat. : 47.416196956277, long. : -1.789518892765). La liste des soldats décédés des deux guerres se trouve sur le relevé no 32792 du site MémorialWebGen.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier, d'argent à un arbre arraché de sinople accompagné de sept mouchetures d'hermine de sable, trois en chef et quatre en pointe 2 et 2 ; au second, de gueules à un croissant de vair.
Commentaires : Devise : Fac semper vir. (Bepred ober evel un den.) (Agir toujours en homme.)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélu en 1953, 1959, 1965, 1971 et 1977.
  4. Réélu en 1983.
  5. Réélu en 2001.
  6. Réélu en 2020
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 280..
  10. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013).
  11. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  12. https://www.francebleu.fr/amp/infos/transports/video-notre-dame-des-landes-50-ans-de-lutte-1513612883
  13. « M. Laurent Sicard élu maire », Ouest-France,‎ .
  14. Ministère des finances, « Comptes communaux de Fay de Bretagne », sur finances.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2017).
  15. « Commune de Fay-de-Bretagne (44056) », Insee (consulté le 30 août 2017).
  16. « La grille communale de densité », Insee (consulté le 30 août 2017), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. a b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Fay-de-Bretagne - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  22. a b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  23. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).