Vigneux-de-Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vigneux.
Vigneux-de-Bretagne
Le parc du château de la Bretonnière.
Le parc du château de la Bretonnière.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant-Ancenis
Canton La Chapelle-sur-Erdre
Intercommunalité Communauté de communes d'Erdre et Gesvres
Maire
Mandat
Joseph Bézier
2014-2020
Code postal 44360
Code commune 44217
Démographie
Population
municipale
5 722 hab. (2014)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 37″ nord, 1° 44′ 14″ ouest
Altitude Min. 24 m – Max. 92 m
Superficie 54,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Vigneux-de-Bretagne

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Vigneux-de-Bretagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vigneux-de-Bretagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vigneux-de-Bretagne
Liens
Site web http://www.vigneuxdebretagne.fr/

Vigneux-de-Bretagne est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. Elle fait partie de la Bretagne historique.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vigneux
Les documents anciens donnent les versions suivantes : Vigneuc et Vigno en 1038, Vigneu en 1287, Vignou en 1308, Vigneu en 1452, 1472 et en 1475, Vigneuf en 1477, Vigneu en 1731[1].

Le nom de Vigneux-de-Bretagne vient du latin Vinea (vigne), une explication assez largement répandue, « c'est un pays où abonde la vigne ». Elle est fondée sur le fait que le territoire de Vigneux a par le passé comporté des parcelles plantées de vigne[2].

Son nom en breton est Gwinieg-Breizh[1].

C'est durant le Xe siècle que le vieux breton transforme le uu en gu (comme à Guichen ou Guipry par exemple). C'est entre le Xe et le XIe siècle que le vieux breton transforme le o ou a en eu. Grâce à cela, on peut dire qu'on a arrêté de parler breton à Vigneux plutôt vers la fin du Xe siècle. En Ille-et-Vilaine existe une commune s'appelant Vignoc qui a dû oublier le breton avant Vigneux car le o n'a pas eu le temps de se transformer en eu. Cependant, de nombreuses communes ont conservé l'écriture -ac (Callac, Carnac, Boulvriag, Muzillac) alors que le breton y est encore parlé de nos jours. Il s'agit peut-être d'un indice de la date de création de la paroisse.

La Pâquelais
Le nom (anciennement orthographié « La Paclais »), viendrait du mot « patelin » (attesté par l'altération « pasquelin »), petit pâturage, et serait apparu dès l'an 840[2].

L'étymologie qui voudrait que La Pâquelais (autrefois Pasque-Lez c'est-à-dire « près de Pâques ») soit liée aux pratiques religieuses de ses habitants, alors en majorité protestants, n'a donc aucun lien avec cette période de l'histoire locale[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble[modifier | modifier le code]

Vers l’an 840, Lambert, usurpateur du comté de Nantes, s’arrête quelques jours avec ses troupes à La Paquelais.

La bienheureuse Françoise d’Amboise y séjourna : une croix dite « de la Bonne Duchesse » a été élevée en souvenir d'elle à l’entrée du bourg en 1868.

Un acte signé au temps de l’évêque Benoît de Nantes (1079-1115) sous le règne d’Alain Fergent, duc de Bretagne (1084-1112), faisait don du fief de la Boissière en Vigneux au chapitre de Saint-Pierre pour le rachat des âmes des seigneurs.

La paroisse de Vigneux date du XIIIe siècle, partagée en six frairies :

  • Frairie du bourg : Saint-Martin
  • Frairie de La Biliais Deniaud : Saint-Joseph
  • Frairie de la Roche : Saint-Pierre
  • Frairie du Buron : Saint-Charles
  • Frairie de la Jambinière : Saint-Jean.

En 1489, la duchesse Anne de Bretagne séjourne quelques semaines à la Paquelais, le Maréchal de Rieux, son tuteur, lui interdisant l’entrée de Nantes, il cherche à la marier de force au seigneur d'Albret. Elle traverse, à cette occasion, le pont Auduc, édifié sur le Gesvres à la Paquelais en 1330. On rapporte qu’elle fit ferrer ses chevaux à l’envers pour tromper ses poursuivants.

En 1581, le premier curé de Vigneux, Jean Legrand s’installe.

En 1595, l’église primitive de Vigneux fait l’objet de travaux d’agrandissement. Au cours de ces travaux, la statue équestre de Saint-Martin est enfouie dans les fondations du bâtiment. Elle n’en sortira que 260 années plus tard.

Pendant près d’un siècle (fin XVIe siècle jusqu’à la révocation de l’édit de Nantes, le 17 octobre 1685), le protestantisme divise la communauté religieuse.

Durant la Révolution, l’ordre fut maintenu dans la paroisse par Joseph François Rose Ollivier, curé constitutionnel. Mais en 1793, l’église de Vigneux fut pillée et vendue.

En 1800, la grande majorité des maisons rurales de la commune est construite à cette époque. Elles utilisent le granit extrait des nombreuses carrières vignolaises. Ces mêmes carrières contribuent largement à façonner des quartiers de Nantes.

En 1850, commencent les travaux de l’église de La Paquelais.

En 1860, l’église de Vigneux, datant de 1595, est démolie et reconstruite au même endroit. On retrouvera alors dans les fouilles la statue équestre de Saint-Martin, patron de la paroisse. Cette statue se trouve actuellement dans le porche de l’église.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790  ? Charles-René Ollivier    
1799 1801 Rémi Nicaise    
1801 1804 Jean Ricordeau   cultivateur
1804 1811 M. Sotin de La Géraudière   notaire
1812 1820 Jean-Baptiste Hersart de La Nuguy    
1821 1828 Pierre Ménager    
1828 1830 M. Espivent de Perran    
1830 1833 Olivier des Préauderies    
1833 1837 Théophile Ceineray   notaire, petit-fils de Jean-Baptiste Ceineray
1837 1840 François Deniaud    
1840 1844 René Chatellier fils    
1844 1848 Edward Moncourt   notaire
1848 1858 Eugène Sotin-Géraudière    
1858 1869 Théophile Ceineray    
1870 1870 Jean Deniaud    
1870 1871 François Bernard   aubergiste
1871 1874 Alexandre de Monti de Rezé Légitimiste  
1874 1888 Jean Deniaud    
1888 1888 Pierre Bernard    
1888 1892 François Joulain    
1892 1919 Jean Deniaud   ancien secrétaire de mairie
1919 1920 Pierre Menet    
1920 1955 Eugène Deniaud    
1925 1935 Henri Martin    
1935 1945 Jean Saulnier   commerçant
1945 1971 Guillaume Hersart de la Villemarqué Divers droite  
1971 mars 1989 Nicole Hersart de la Villemarqué Divers droite épouse du précédent
mars 1989 mars 2008 Claude Ménager[Note 1] Divers droite  
mars 2008 2014 Philippe Trotté Divers gauche[3]  
2014 en cours Joseph Bézier Divers droite  
Les données manquantes sont à compléter.

Budget[modifier | modifier le code]

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[4]


Évolution de la fiscalité
Taxe d'habitation 20.37% 21.59% 21.59% 21.59% 21.59% 21.59% 21.59%
Foncier bâti 30.37% 33.85% 33.85% 33.85% 33.85% 33.85% 33.85%
Foncier non bâti 49.94% 50.94% 50.94% 50.94% 50.94% 50.94% 50.94%
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Vigneux-de-Bretagne dans le département de la Loire-Atlantique.

Situation[modifier | modifier le code]

Vigneux-de-Bretagne est située sur le Sillon de Bretagne, à environ 20 km au nord-ouest de Nantes.

Les communes limitrophes sont Notre-Dame-des-Landes, Treillières, Orvault, Sautron, Saint-Étienne-de-Montluc, Cordemais, Le Temple-de-Bretagne et Fay-de-Bretagne.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Vigneux-de-Bretagne est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

La commune compte deux bourgs distincts : le bourg de Vigneux et celui de La Pâquelais.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 5 722 habitants, en augmentation de 6,71 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 464 2 585 2 201 2 632 2 695 2 734 2 771 3 009 3 026
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 112 3 093 3 307 3 290 3 435 3 369 3 399 3 390 3 371
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 255 3 170 3 063 2 542 2 456 2 374 2 261 2 131 2 109
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 941 1 926 2 274 3 183 4 026 4 712 5 165 5 514 5 722
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,5 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[10],[11],[12]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[10],[11],[12].

Pyramide des âges à Vigneux-de-Bretagne en 2013 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
1,0 
3,6 
75 à 89 ans
6,7 
12,6 
60 à 74 ans
12,9 
24,5 
45 à 59 ans
22,8 
20,6 
30 à 44 ans
21,6 
16,3 
15 à 29 ans
15,1 
22,4 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Économie[modifier | modifier le code]

La commune compte une zone industrielle : la zone des quatre nations. Elle est concernée par le projet d'aéroport du grand ouest.

Article détaillé : Projet d'aéroport du Grand Ouest.

Vie de la commune[modifier | modifier le code]

Vigneux abrite le golf de Nantes situé au sud de la commune en limite de celle de Sautron, à moins de 5 kilomètres au sud-est du bourg.

Clubs sportifs[modifier | modifier le code]

  • AGPV : le club de gymnastique avec de très hauts niveaux mais aussi des niveaux pour les plus petits.
  • ESV : le club de football de Vigneux-de-Bretagne, accueillant l'U17 CUP successeur de l'eurofoot chaque année.
  • Les fous volants : Club de badminton.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Châteaux privés :
    • Château de la Bretonnière (XVIe au XVIIIe siècles), ancien relais de chasse des ducs de Rohan qui remonterait au XVe siècle[13]. Il accueille des réceptions, des séminaires et des repas festifs (mariages…)[14].
    • Château du Buron
    • Château du Bois-Rignoux
      En 1870, la famille Cossé, prospères industriels nantais, fait édifier, sur trente hectares de bois et prairies agrémentées de deux étangs, une belle maison de maître et sa chapelle attenante. En 1962, elle appartient à M. et Mme Egonneau, négociants en porcs, qui la vendent ensuite à la Caisse primaire d'assurance maladie de Nantes pour en faire une maison de convalescence[15].
  • Plusieurs moulins, dont le moulin neuf, remis en état de marche depuis mi-2005.
  • Écomusée rural de La Paquelais.
  • Étang du Choizeau, mis en eau en 1968 au cœur du bourg, il remplace des jardins potagers qui se trouvaient auparavant à cet endroit et qui étaient traversés par le ruisseau du Choizeau[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Poulizac, Vigneux la belle, Association du Petit Patrimoine de Vigneux, 2006.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1995 et 2001.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  2. a, b et c « Histoire de Vigneux », sur http://www.vigneuxdebretagne.fr (consulté le 24 février 2016)
  3. Yan Gauchard, Rémi Barroux, « Les batailles de Notre-Dame-des-Landes », Le Monde, publié le 24 novembre 2012
  4. Ministère des finances, « Comptes communaux de VIgneux de Bretagne », sur finances.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2017).

  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Vigneux 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 16 décembre 2016).
  10. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Vigneux-de-Bretagne - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  11. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  12. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  13. Le château de la Bretonnière sur le site de Vigneux-de-Bretagne
  14. Site officiel du château de la Bretonnière
  15. Cf. Site Vigneux
  16. « Sites naturels - L’étang du Choizeau », sur www.vigneuxdebretagne.fr (consulté le 24 février 2016)