Forces armées cubaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Forces armées révolutionnaires
Fuerzas Armadas Revolucionarias
Emblème des Forces Armées Révolutionnaires
Emblème des Forces Armées Révolutionnaires
Fondation 1960
Branches armée de terre
marine
forces aériennes
paramilitaires
Commandement
Président Miguel Díaz-Canel
Ministre de la défense Général de corps Leopoldo Cintra Frias
Main-d'œuvre
Âges militaires 17
Disponibles au service militaire 3 134 622 hommes
3 022 063 femmes
Aptes au service militaire 1 929 370 hommes
1 888 498 femmes
Actifs 85 000 (2011)
Budgets
Budget 3,8 % du PIB (2006)
Industrie
Fournisseurs nationaux Drapeau de Cuba Union de Industrias Militares (en)
Fournisseurs étrangers Drapeau de l'URSS Union soviétique (de 1960 à 1991)
Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Drapeau de la Russie Russie(depuis 1992)
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Articles annexes
Histoire Débarquement de la baie des Cochons
Guerre civile angolaise
Guerre sud-africaine de la frontière
Guerre érythréenne d'indépendance
Guerre de l'Ogaden
Invasion de la Grenade

Les forces armées cubaines, officiellement Forces armées révolutionnaires (en espagnol : Fuerzas Armadas Revolucionarias) sont divisées en une armée de terre (« Ejercito Revolucionario »), une armée de l'air (« Defensa Anti-Aérea Y Fuerza Aérea Revolucionaria ») et une marine de guerre (« Marina de Guerra Revolucionaria »), auxquelles s'ajoutent des forces paramilitaires.

Les forces armées ont longtemps été la plus puissante institution de Cuba avec une grande majorité de hauts fonctionnaires et diplomates provenant de ses rangs et les généraux de haut rang sont censés avoir un rôle crucial dans tous les scénarios imaginables de succession du fait de leur fidélité au Parti communiste cubain. L'armée contrôle 60 % de l'économie à travers la gestion de centaines d'entreprises dans des secteurs économiques clés. Elle était également le pilier historique régime castriste. En effet, Raul Castro soulignait le rôle des militaires en tant que « partenaire du peuple » dans de nombreux discours.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1958, le régime de Fulgencio Batista entretient une armée forte de 40 000 hommes. Les forces armées révolutionnaires sont fondées au lendemain de la révolution cubaine. Dès son entrée à la Havane, en janvier 1959, Fidel Castro commande à l'étranger 50 000 fusils et mitrailleuses. En 1960 l'armée cubaine comporte, selon une estimation du New York Times, 240 000 militaires. En 1961, Jacques Grignon Dumoulin du Monde Diplomatique évoque dans un article : « la plus grande force armée d'Amérique latine ». Le service militaire devient obligatoire à partir de 1963[1].

Les États-Unis instaurent un embargo sur les armes, conduisant Cuba à chercher à s'équiper auprès des États européens. Ces derniers subissent des pressions de la part du gouvernement américain afin qu'ils ne livrent pas l’armement commandé, même si celui-ci avait déjà été payé par l’État cubain avant le renversement de Fulgencio Batista[2].

Le pays reçoit par la suite d'importantes aides militaires et financières de la part de l'URSS afin de développer son armée[3].

En juillet 1959, le commandant en chef de l'armée de l'air cubaine, Pedro Luis Díaz Lanz, s'enfuit de Cuba et se réfugie aux États-Unis. Il témoigne devant le Sénat américain concernant « l'infiltration communiste dans tous les rouages de l'État cubain » dont l'armée et la police[4].

En 1961, elle participe à la défense de Cuba lors du débarquement de la baie des Cochons contre des exilés cubains anti-communistes soutenus par la CIA. En 1963, un contingent de 686 hommes, avec aviation, blindés, et artillerie, est dépêché en Algérie pendant la guerre des Sables.

Dans les années 1960, les forces armées cubaines assurent l'encadrement des Unités militaires d'aide à la production.

En 1965, à la demande de Ahmed Sékou Touré, Fidel Castro envoie des militaires en Guinée pour assurer un rôle de police et de protection du président Sékou Touré[5].

Dans les années 1970, si la menace d'une invasion américaine s'est éloignée, Cuba reste contrainte de maintenir ses forces armées à un niveau élevé, ne pouvant se permettre de relâcher la surveillance des côtes où débarquent régulièrement des commandos de saboteurs. Le développement économique est ainsi entravé par la mobilisation pour la défense nationale d'hommes et de ressources qui pourraient être utilement employés dans l'agriculture ou dans l'industrie[6].

Elle s'engage par la suite fortement à son niveau du côté de l'Armée soviétique dans divers conflits en Afrique tels que la guerre civile angolaise (jusqu’à 50 000 militaires dans ce pays dont 4 300 mourront[7]), en Érythrée et en Éthiopie[8].

1 500 soldats cubains auraient également participé du côté des forces arabes contre Tsahal lors de la guerre du Kippour en 1973. En 1983, 24 soldats cubains trouvent la mort lors de l'invasion de la Grenade par les forces armées des États-Unis qui visait à renverser le gouvernement grenadin communiste.

Équipement[modifier | modifier le code]

Armée de terre[modifier | modifier le code]

Camion militaire logistique KamAZ de l'armée cubaine lors du 50e anniversaire de la révolution cubaine en 2009.

L'essentiel du matériel cubain date de la guerre froide. L'infanterie est équipée de Makarov PM,d'AKM-59 (un dérivé du classique et célèbre fusil d'assaut AK-47), de RPK, PKM, SKS, SVD, RPG-7 et également de SPG-9.

Le T-55 reste le blindé le plus utilisé par l'armée cubaine, soit en tant que char d'assaut, soit en tant qu'artillerie automotrice (plus de 1 200 exemplaires en stock), auxquels s'ajoutent le BMP-1 (400 exemplaires) et le PT-76.

Depuis la chute de l'URSS, Cuba souhaite acquérir du matériel auprès du Venezuela et de la Russie post-communiste en signant divers contrats. Elle acquiert également des missiles balistiques Hwasong-5 auprès de la Corée du Nord.

Les effectifs de l'armée cubaine sont de 85 000 hommes selon une estimation en 2011, toutes branches confondues. Par ailleurs, une étude publiée en 2006 affirme que 3,8 % du PIB est réservé aux forces armées[9]. Le taux de disponibilité des matériels depuis la fin du soutien soviétique est très bas.

Armée de l'air[modifier | modifier le code]

Cocarde de l'armée de l'air cubaine.
MiG-21 au-dessus du détroit de Floride.
Hawker Sea Fury exposé au Musée de l'intervention à Playa Girón.

L'armée de l'air cubaine (Defensa Anti-Aérea Y Fuerza Aérea Revolucionaria) est principalement équipée d'aéronefs soviétiques produits par la firme Mikoyan-Gourevitch. Bien qu'il n'y ait peu d'informations concernant celle-ci, un coup d'œil sur Google Earth aux coordonnées 22*52'28.40" N 82*30'26.04" W permet de voir ce qui semble être 8 MiG-21, 19 MiG-23, 2 MiG-29 et 1 Mi-8 à la base aérienne de San Antonio de los Baños située au sud-ouest de La Havane[10].

Aéronef Origine Type Version Total livres Total en service
Avion de combat
Mikoyan-Gourevich MiG-21 Fishbed Drapeau de l'URSS Union soviétique chasseur MiG-21MF
MiG-21UM
60
10
7
5
Mikoyan-Gourevich MiG-23 Flogger Drapeau de l'URSS Union soviétique chasseur multi-rôles MiG-23MF/MS
MiG-23ML
MiG-23UB
21
21
5
19
21
2
Mikoyan-Gourevich MiG-29 Fulcrum Drapeau de l'URSS Union soviétique chasseur multi-rôles MiG-29B
MiG-29UB
14
2
5
1
Mil Mi-8 Hip Drapeau de l'URSS Union soviétique hélicoptère de transport/d'attaque Mi-8T
Mi-8TKV
20
20
6
7
Mil Mi-17 Hip-H Drapeau de la Russie Russie hélicoptère de transport/d'attaque Mi-17 16 8
Mil Mi-24 Hind Drapeau de l'URSS Union soviétique hélicoptère d'attaque Mi-24D 20 17
Antonov An-24 Coke Drapeau de l'URSS Union soviétique avion-cargo An-24 20 4
Antonov An-26 Curl Drapeau de l'URSS Union soviétique avion-cargo An-26 17 3
Yakovlev Yak-40 Codling Drapeau de l'URSS Union soviétique transport de VIP Yak-40 8 3
Iliouchine Il-62 Drapeau de l'URSS Union soviétique transport de VIP Il-62 1 1
Iliouchine Il-96 Drapeau de la Russie Russie transport de VIP Il-96 3 3
Aero L-39 Albatros Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie avion d'attaque L-39C 30 8
Zlin Z-326 Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie avion d'entraînement Z-326T 60 20

Marine de guerre[modifier | modifier le code]

Patrouilleur de classe Turya de la marine cubaine en 1984.

La marine de guerre cubaine participe au théâtre américain de la Seconde Guerre mondiale, lorsqu'un de ses patrouilleurs (le CS-13) coule le U-176 dans le golfe du Mexique le 15 mai 1943.

Après la révolution, elle devient la Marina de Guerra Revolucionaria. En 1984, elle dispose de 9 000 hommes dont un millier de fusiliers marins. Ces navires de combat sont [11]:

  • 3 sous-marins de la classe Foxtrot transférés en février 1979, janvier 1980 et février 1984 ;
  • 2 frégates de la classe Koni transférés en septembre 1981 et février 1984 ;
  • 15 patrouilleurs divers ;
  • 13 patrouilleurs lance-missiles classe Osa II transférés entre 1977 et 1982 ;
  • 5 Osa I transférés entre 1972 et 1973 ;
  • 6 torpilleurs classe P-6 transférés en 1962 ;
  • 12 torpilleurs classe P-4 transférés en 1962 et 1964 ;
  • 9 hydroptères classe Turya transférés entre 1979 et 1983.

En 2011, son effectif est de 2 000 hommes dont 500 fusiliers marines. Elle se compose a cette date d'une vingtaine de navires, principalement des patrouilleurs dont 7 de classe Osa II et ses plus gros bâtiments sont deux chalutiers de haute-mer espagnols de 3 200 t convertis en frégates de la classe Rio Damuji (en)[12]. Les sous-marins Foxtrot ont été réformés . En 2020, elle dispose entre d'un sous-marin de poche de 21 m de long et de 100 tonnes de classe Delphin[13] et de petits bateaux de conception locale.

Économie[modifier | modifier le code]

Pour l'historienne Jeannine Verdès-Leroux, Fidel Castro utilisa des ressources financières importantes pour construire une force armée capable de soutenir sa volonté de jouer un rôle international de premier plan. Ces financements « eussent sans aucun doute été utiles à l'île dont la misère est toujours imputée au seul impérialisme américain »[14].

L'industrie touristique cubaine est sous la coupe de l'armée à travers la gestion de « compagnies aériennes, hôtels, restaurants, marinas, agences de location de véhicules ou grands magasins ». Le conglomérat touristique Gaviota fait partie du Gaesa, dont le président en 2017 est le colonel Luis Alberto Rodríguez López-Calleja, par ailleurs ancien gendre de Raúl Castro[15].

Politique[modifier | modifier le code]

Participation au régime castriste[modifier | modifier le code]

Du 16 au 19 avril 2021 se tient le VIIIe congrès. Le président Miguel Diaz-Canel remplace Raúl Castro comme premier secrétaire du Comité central du Parti. Le Bureau politique, plus haute instance du Parti, comprends 14 membres. Quatre sont des militaires en fonction ou à la retraite: Alvaro Lopez Miera est ministre des armées, Lazaro Alvarez est ministre de l'Intérieur, Luis Alberto Rodríguez López-Calleja dirige le groupe d'entreprises de l'armée Gaesa et enfin José Ricardo Guerra, secrétaire du Conseil des ministres[16],[17],[18].

Purges[modifier | modifier le code]

Huber Matos, une des principales figures de la révolution cubaine, s'oppose à l'orientation qu'il juge « trop communiste » du gouvernement et démissionne de l'armée. Arrêté le , il est jugé avec les officiers qui lui sont restés fidèles et condamné à 20 ans de prison pour trahison et sédition, une sentence qu'il purgera au jour près, avant d'être libéré le [19].

Arnaldo Ochoa Sánchez, ex-commandant du corps expéditionnaire cubain en Angola et héros de la Révolution, est arrêté le avec plusieurs de ses officiers. Accusé de corruption et de trafic de drogue, il est condamné à mort et fusillé le 13 juillet, à la suite d'un procès très médiatisé. De nombreuses personnes ont évoqué la possibilité que ce procès ne soit qu'un coup monté par Fidel Castro, pour se débarrasser d'un général devenu trop encombrant[20].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Verdès-Leroux 1989, p. 464 et 465.
  2. Hernando Calvo Ospina, « L'énigme de « La Coubre » », sur Le Monde diplomatique,
  3. « La Baie des Cochons (batailles & blindés) & la genèse de l'arme blindée castriste », sur Conops, (consulté le 30 juin 2015)
  4. Serge Raffy, Castro l'infidèle, page 325
  5. Verdès-Leroux 1989, p. 462
  6. Claude Julien, « Une révolution moins « héroïque » mais plus soucieuse des réalités », sur Le Monde diplomatique,
  7. « L’Angola, la grande aventure africaine de Fidel Castro – Jeune Afrique », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2020).
  8. Jacques Lévesque La guerre d’Angola et le rôle de Cuba en Afrique. Études internationales, 1978.
  9. (en) International Institute for Strategic Studies, The military balance 2007, London, Routledge, , 451 p. (ISBN 978-1-857-43437-8), p. 70
  10. Google Earth coordonnées 22*52'28.40" N 82*30'26.04" W
  11. Jean Labayle-Couhat, Flottes de combat 1986, Édition maritimes & d'outre-mer, , 890 p. (ISBN 2-7373-2887-X), p. 225
  12. Bernard Prézelin, Flottes de combat 2012, Éditions maritimes et d'outre mer, , 1468 p. (ISBN 9782737350214), p. 402-403.
  13. (en) H I Sutton, « Mystery of the Cuban Navy's midget sub », sur http://www.hisutton.com/, (consulté le 15 mai 2020).
  14. Verdès-Leroux 1989, p. 465.
  15. Trump durcit le ton sur Cuba, marque la rupture avec Obama La Croix, 17 juin 2017
  16. Miguel Diaz-Canel prend la tête du Parti communiste à Cuba. Radio Canada, 19 avril 2021.
  17. Miguel Díaz-Canel succède à Raul Castro à la tête du Parti communiste cubain. Franceinfo Guadeloupe, 19 avril 2021.
  18. Miguel Díaz-Canel Bermúdez elected as first secretary of the Communist Party of Cuba Central Committee. Granma, 19 avril 2021.
  19. Elizabeth Burgos Condamner et punir : le système pénitencier cubain.
  20. L'affaire Ochoa, un procès stalinien à Cuba, reportage réalisé par Igor Leon, 1997

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]