Tupolev Tu-134

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un aéronef
Cet article est une ébauche concernant un aéronef.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Tu-134
Vue de l'avion.
Vue de l'avion

Rôle Transport de passagers
Constructeur Drapeau : URSS Tupolev
Équipage 3 - 4
Premier vol
Retrait Toujours en service
Dimensions
Longueur 37,10 m
Envergure 29,00 m
Hauteur 9,02 m
Aire alaire 127,3 m²
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 27,96 t
Max. au décollage 47,6 t
Passagers 72 - 84
Motorisation
Moteurs 2 turboréacteurs Soloviev D-30
Performances
Vitesse de croisière maximale 850 km/h
Vitesse maximale 900 km/h
Autonomie 1 900 – 3 000 km
Altitude de croisière 11 900 m

Le Tupolev Tu-134 (Code OTAN Crusty) est un avion civil biréacteur soviétique, similaire au Douglas DC-9 américain. Il était l'un des avions les plus utilisés par les pays du Pacte de Varsovie. Le nombre de ces aéronefs actuellement en service est en diminution à cause des normes de limitation des nuisances sonores.

Le modèle a été en service à long terme dans quelque 42 pays, avec certaines compagnies aériennes européennes prévoyant jusqu'à 12 décollages et atterrissages quotidiens par avion. En plus du service régulier de passagers, il a également été utilisé dans différents rôles par différentes armées de l'air, pour formation des pilotes et navigation; et pour des projets de recherche et tests de l'aviation. Au cours des dernières années, un certain nombre de Tu-134 ont été convertis pour être utilisés comme transports VIP et jets d'affaires. Un total de 852 Tu-134 ont été construits de toutes les versions (y compris des exemplaires de banc d'essai) avec Aeroflot comme plus grand utilisateur; En 1995, le Tu-134 avait transporté 360 millions de passagers pour cette compagnie.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la suite de l'introduction de moteurs montés sur pylônes sur le fuselage arrière par le Français Sud Aviation avec la Caravelle, les fabricants d'avions de ligne à travers le monde se sont précipités pour adopter la nouvelle configuration. Ses avantages sont un écoulement d'air plus propre sur les ailes exemptes de nacelles et pylônes et bruit en cabine diminué. Par contre placer de lourds moteur à l'arrière créé des difficultés avec l'emplacement du centre de gravité par rapport au centre de poussée, qui était au niveau des ailes. Pour faire de la place pour les moteurs, l'empennage a dû être déplacé sur la queue, qui devait être plus forte et donc plus lourde, ce qui aggrave encore la disposition de la queue-lourde.

Lors d'une visite de 1960 à la France, le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev a été tellement impressionné par le calme de la cabine de la Caravelle, que le , l'OKB Tupolev a reçu une directive officielle pour créer le Tu-124A avec une disposition similaire des moteurs. L'exigence a également été motivée par la nécessité de remplacer le lent, et vieillissant Il-14 à moteur à pistons sur les lignes intérieures. En 1961, la compagnie aérienne soviétique d'État , Aeroflot, a mis à jour ses spécifications augmenter la charge utile et la capacité en passagers.

Le premier prototype Tu-124A, SSSR-45075, a effectué son premier vol le . Puis, le , le prototype britannique BAC One-Eleven, qui avait une disposition similaire, s'est écrasé avec la perte de tout l'équipage (en), lors d'un test des propriétés de décrochage de l'avion. L'avion était entré en cabré : le stabilisateur surélevé est resté pris dans le sillage turbulent produit par les ailes (deep stall), qui ont empêché la récupération du décrochage. En conséquence, l'empennage sur Tu-124A a été agrandi de 30% pour une plus grande efficacité de contrôle.

Les moteurs au début de la productionTu-134 n'avaient pas d'inverseur de poussée, ce qui donnait que l'avion était l'un des rares avions de ligne à utiliser un parachute de freinage pour l'atterrissage. La majorité de l'électronique embarquée fonctionne sur courant continu. La ligne des premiers avions de ligne soviétiques était dérivée directement du bombardier stratégique Tupolev Tu-16, et le Tu-134 avait un nez de verre pour le navigateur et un train d'atterrissage équipé de pneus basse pression pour permettre le fonctionnement des aérodromes sans revêtement.

La production de série de l'appareil débuta en 1966 pour se terminer en 1984 après la construction de 852 exemplaires. En juillet 2011, 104 appareils étaient encore en service[1]. À l'origine de l'avion avait 56 sièges dans une configuration de classe unique, ou 50 sièges dans une configuration deux classes.

En 1968, Tupolev a commencé à travailler sur une version améliorée Tu-134 avec une capacité de 72 places avec un groupe auxiliaire de puissance dans la queue. En conséquence, la portée maximale a été réduite de 3 100 kilomètres à 2 770 kilomètres. Les moteurs D-30 mis à niveau avec dorénavant un inverseur de poussée, remplaçant le parachute encombrant. Le premier Tu-134A, converti à partir d'un Tu-134 de production, a effectué son premier vol le et son premier vol commercial le . Une version améliorée, le Tu-134B a été mis en production en 1980, avec la position du navigateur finalement abandonné, et le nombre de places a été augmenté à 96 sièges. On a commencé ensuite développer un Tu-134D avec une poussée accrue du moteur, mais le projet a été annulé.

L'appareil connut un grand nombre d'accidents puisque 72 appareils furent détruits[1],[2],[3].

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

En septembre 1967, le Tu-134 a effectué son premier vol régulier de Moscou à Adler. Le Tu-134 est le premier avion de ligne soviétique à recevoir la certification internationale de l'Organisation internationale de l'aviation civile, qui lui a permis d'être utilisé sur les lignes internationales. Grâce à cette certification, Aeroflot a utilisé la plupart de ses Tu-134S sur les lignes internationales. En 1968, les premiers clients à l'exportation, Interflug en Allemagne de l'Est et LOT Polish Airlines ont acheté le Tu-134. Au printemps 1969, le Tu-134 a été présenté au salon aéronautique de Paris.

À partir de 1972, Aeroflot a commencé à placer le Tu-134 dans le service domestique à Bakou, Erevan, Kiev, Chisinau, Krasnodar, Leningrad, Omsk, Riga, et Sotchi à partir de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo.

Dans ses premières années, le Tu-134 a développé une réputation de fiabilité et d'efficacité, surtout en comparaison avec les conceptions soviétiques précédentes. Cependant, après l'établissement de normes de bruit plus sévères dans les règlements de l'OACI en 2002, le Tu-134 a été interdit dans la plupart des aéroports occidentaux européens à cause de son niveau élevé de bruit. Début 2006, 245 Tu-134 étaient toujours en activité, dont 162 en Russie. Cependant, après un accident mortel de mars 2007, et à l'instigation du ministre russe des Transports Igor Levitin (en), Aeroflot a annoncé qu'il serait retiré de sa flotte, et le dernier Tu-134 a été retiré du service le . Cependant, certains sont encore dans les opérations dans des filiales d'Aeroflot sur les lignes locales en Russie. Le Tu-134 a également trouvé une nouvelle vie comme un jet d'affaires beaucoup ayant un intérieur coûteux installé. Les coûts élevés du carburant et de l'entretien vont de plus en plus limiter le nombre utilisé.

En juin 2011, en réponse à l'accident du Vol 9605 de RusAir qui a abouti à 47 morts, le président russe Dmitri Medvedev a ordonné la préparation de retrait du Tu-134 d'ici 2012. Beaucoup de Tu-134S ont été conservés comme monuments commémoratifs dans les aéroports dans l'ex-Union soviétique.

Variantes[modifier | modifier le code]

Tupolev Tu-134A avec son radar et son nez vitré.
Tu-134 UBL
Tu-134BSh "Marina Raskova" sur le tarmac de la base aérienne de Tambov.
Tu-134
La version avec le nez vitré. La première série avait une capacité de 64 passagers, capacité qui fut par la suite augmentée à 72. La désignation d'origine était Tu-124A.
Tu-134A
Seconde version avec des moteurs plus puissants, une avionique améliorée et une capacité de 84 passagers. Toutes les variantes A ont été construites avec le nez distinctif vitré et le dôme radar sous l'avant de l'appareil, mais quelques-uns furent modifiés au standard B avec le radar placé dans le radôme de nez.
Tu-134A-2
Le nez vitré a été remplacé.
Tu-134A-3
Seconde série, équipée de deux moteurs plus puissants, des turbofans Soloviev D-30.
Tu-134A-5
Version la plus récente.
Tu-134B
Seconde série, 80 sièges, le radar est placé dans le radôme de nez supprimant ainsi le nez vitré. Quelques modèles B ont des réservoirs de carburant adaptés sous le fuselage pour accroître leur rayon opérationnel. Ils sont alors visibles sous la forme d'un bulbe important.
Tu-134B-1
Tu-134B-3
Pouvant accueillir jusque 96 passagers.
Tu-134BV
Modèle de travail pour la navette spatiale russe.
Tu-134LK
Version d’entraînement pour les cosmonautes.
Tu-134UBL
Avion d’entraînement pour les équipages des bombardiers supersoniques Tupolev Tu-160 Blackjack
Tu-134BSh
Version équipée du radar du Tu-22M dans le nez, pour l’entraînement à la navigation.
Tu-134SKh
Version pour la collecte d'information.

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

Quelque 69 Tu-134 ont été détruits dans des accidents et des guerres.

Date Tail number Crash site Casualties Brief description
Drapeau de l'URSS СССР-45076 Drapeau de l'URSS Près de l'aéroport de Tchkalovski (en) 8/8 Crash du second prototype pendant les essais en vol.
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie YU-AHZ Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie près de Rijeka, Croatie 78/83 Le vol 130 d' Aviogenex s'est écrasé en approche de l'aéroport de Rijeka situé sur l'île de Krk, atterrissage brutal dans de mauvaises conditions météorologiques[4],[5].
Drapeau de la Hongrie HA-LBD Drapeau de l'URSS Kiev, Ukraine 49/49 Le vol 110 de Malev Airlines s'est écrasé près de l'aéroport international Boryspil, Kiev dans le mauvais temps, après deux approches manquées, une panne de générateur a obligé l'équipage à passer sur batteries.
Drapeau de l'URSS СССР-65668 Drapeau de la Jordanie Amman 7+2/84 Échec du décollage, écrasé dans les bâtiments.
Drapeau de l'Allemagne de l'Est DM-SCD Drapeau de l'Allemagne de l'Est Leipzig 27/34 Le pilote a omis de vérifier le taux de descente, s’écrase à l'atterrissage. Plus tard il a été condamné à 5 ans de prison pour négligence les autres membres d'équipage ont été condamnés à trois ans.
Drapeau de l'URSS CCCP-65639 Drapeau de la Finlande Helsinki (hijacking) 0/74 Un vol régulier de Petrozavodsk à Leningrad a été détourné par Gennadi Sheludko et Alexandr Zagirnyak qui a tenté de le détourner vers la Suède, mais l'avion a atterri à Helsinki. Les pirates de l'air se sont rendus le lendemain et ont été extradés vers l'Union soviétique.
Drapeau de la Bulgarie LZ-TUB (en) Drapeau de la Bulgarie près de Sofia, Bulgarie 73/73 le vol de Balkan Bulgarian Airlines s'est écrasé lors de la montée à partir de l'aéroport de Sofia, près du village de Gabare, Bulgarie.
Drapeau de l'URSS 65301 Drapeau de l'URSS près de Liepāja 4/5 L'avion surchargé a manqué son atterrissage par mauvais temps
Drapeau de l'URSS СССР-65816, СССР-65735 Drapeau de l'URSS Near Dniprodzerjynsk, Ukraine 96/96 + 84/84 Deux Tu-134S Aeroflot sont entrés en collision près de Dneprodzerzhinsk, Ukraine.
Drapeau de l'URSS CCCP-65687 Drapeau de l'URSS Severomorsk, Russia 18/19 Un avion de test du gouvernement soviétique s'est écrasé à l'atterrissage. Le pilote avait ignoré les avertissements de descente trop rapide, il est entré en collision avec la tour de radio.
Drapeau de l'URSS CCCP-65129 Drapeau de l'URSS Almaty 90/90 Le pilote a ignoré l'altimètre, crash du Vol Aeroflot no 5463 à l'atterrissage
Drapeau de l'URSS CCCP-65807 (en) Drapeau de l'URSS Tbilissi 8/NA Échec de détournement : avion détruit lorsque les commandos ont pris d'assaut le cockpit.
Drapeau de la Bulgarie LZ-TUR Drapeau de la Bulgarie Sofia, Bulgaria 50/50 Le Tupolev Tu-134 de Balkan Bulgarian Airlines s'est écrasé en approche de l'aéroport de Sofia.
Drapeau de l'URSS CCCP-65910 Drapeau de l'URSS Minsk, Biélorussie 58/80 L'équipage n'a pas réussi à dégivrer les ailes avant le décollage, causant un accident.
Drapeau de l'URSS CCCP-65856 Drapeau de l'URSS près de Lviv 15+ 79/79 Mid-air entre en collision avec un An-24 militaire
Drapeau de l'URSS CCCP-65120 Drapeau de l'URSS Syktyvkar, Russia 54/94 Un incendie incontrôlé dans la soute arrière a conduit à un accident du Vol Aeroflot 2306.
Drapeau du Mozambique C9-CAA (en) Drapeau de l'Afrique du Sud Mbuzini (en), Afrique du Sud 34/44 Le jet présidentiel mozambicain s'écrase en approche pendant un orage à cause d'une panne du GPWS.
Drapeau de l'URSS CCCP-65766 Drapeau de l'URSS Kouïbychev (oblast de Novossibirsk), Russia 70/94 Un atterrissage très dur du vol 6502 Aeroflot a causé l'effondrement du train d'atterrissage l'avion s'est brisé en plusieurs morceaux. Le pilote a été condamné à six ans de prison.
Drapeau de l'URSS CCCP-65795 Drapeau de l'Allemagne de l'Est Berlin, Allemagne de l'Est 72/82 Après avoir été autorisé à atterrir sur la piste 25L à l'aéroport de Schönefeld, le vol Aeroflot de Minsk a commencé l'approche de la piste 25R fermée pour travaux. Tout en essayant de passer à la bonne piste, l'avion a heurté des arbres et s'est écrasé[6].
Drapeau de l'URSS CCCP-65675 Drapeau de l'URSS Sourgout, Russia 20/51 Erreur de l'équipage lors de la transition de l'ILS approche visuelle atterrissage, l'avion s'écrase à la droite de la piste.
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam VN-A102 Drapeau de la Thaïlande Bangkok, Thaïlande 76/90 Le vol Vietnam Airlines 831 s'est écrasé alors qu'il tentait une approche ILS par mauvais temps, lorsque le capitaine n'a pas réussi à exécuter une interruption dapproche à l'altitude de décision.
Drapeau de l'URSS CCCP-65951 Drapeau de l'URSS Pervoouralsk, Russia 27/72 Un incendie dans la soute a entraîné un atterrissage d'urgence.
Drapeau de la Russie CCCP-65058 Drapeau de la Russie Ivanovo, Russia 84/84 Crashed en fin de piste en tentant approche ILS.
Drapeau de la Géorgie CCCP-65893 Drapeau de la Géorgie Soukhoumi, Georgia 27/27 En septembre 1993, trois avions Transair Georgia ont été abattus en Abkhazie.
Drapeau de la Russie CCCP-65976 Drapeau de la Russie Zhukovsky, Moscow Oblast, Russia 7/7 Collision en vol avec des bombardiers Tu-25M pendant un vol de formation
Drapeau de la Russie CCCP-65617 Drapeau du Nigeria Lagos,Nigeria 16/80 Dépassement de la piste sous une pluie torrentielle
Drapeau de l'Azerbaïdjan 4K-65703 Drapeau de l'Azerbaïdjan Nakhichevan, Azerbaïdjan 44/82 Une erreur de maintenance a conduit à une double panne moteur quand le vol 56 d'Azerbaïdjan Airlines a décollé, provoquant l'accident.
3 September 1997 Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam VN-A120 Drapeau du Cambodge Phnom Penh, Cambodge 65/66 Vietnam Airlines Vol 815 est descendu en dessous de sa trajectoire d'approche sur une approche de non-précision. Malgré les avertissements des autres membres de l'équipage que l'engin était trop bas, le capitaine a poursuivi l'approche, résultant dans l'accident.
Drapeau de la Russie RA-65080 Drapeau de la Russie Buchalki, Russia 44/44 Quarante et une minutes après son décollage de l'Aéroport de Moscou-Domodedovo, l'avion a disparu des radars. Des témoins ont rapporté avoir vu une explosion dans le ciel, et épave a été localisée peu de temps après. Une enquête ultérieure a révélé que l'avion avait été détruit par une bombe terroriste, comme le Tu-154 le même jour.
Drapeau de la Russie RA-65021 Drapeau de la Russie Samara, Russie 6/57 Un Tu-134 d'UTair s'est écrasé à environ 400 mètres avant la piste par mauvais temps en raison d'une erreur de contrôle de la circulation aérienne. L'avion a ensuite rebondi et s'est retourné.
Drapeau de la Russie RA-65691 Drapeau de la Russie Petrozavodsk, Karelia, Russia 47/52 Après des problèmes techniques essayant d'atterrir dans un épais brouillard, et incapable d'atteindre l'aéroport de Petrozavodsk, le Vol RusAir 9605 a tenté d'atterrir sur une route à 2 km de l'aéroport à 1955 UTC (2355 MSD). L'avion s'est renversé et a pris feu après avoir heurté le sol. Il y a des spéculations que le pilote peut s’être trompé et pris l'autoroute pour la piste
Drapeau du Kirghizistan EX-020 Drapeau du Kirghizistan Och, Kyrgyzstan 0/79 L'avion appartenait à la Kirghizistan Air Company. Un atterrissage difficile dans des conditions météorologiques marginales conduit une aile à cisailler. L'avion a quitté la piste où il se retourna sur un de ses côtés. Un incendie a alors commencé sans faire de victimes[7],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le Tu-134, avion emblématique de l'époque soviétique – Infographie », RIA Novosti,‎ (consulté le 6 juillet 2011)
  2. Cf. (de) Uta Keseling, « Absturz einer Tupolew bei Berlin - eine Katastrophe und viele Lügen », Berliner Morgenpost, no 16 décembre 2007,‎ (lire en ligne)
  3. Cf. Jens Blankennagel, « Gedenken an den Absturz vor 25 Jahren », Berliner Morgenpost, no 11 décembre 2011,‎ (lire en ligne)
  4. « ASN Aircraft accident Tupolev 134A YU-AHZ Rijeka Airport (RJK) », sur aviation-safety.net (consulté le 11 octobre 2015)
  5. « : Новости ИТАР-ТАСС Урал », sur www.tass-ural.ru (consulté le 11 octobre 2015)
  6. (en) « ASN Aircraft accident Tupolev 134A CCCP-65795 Berlin-Schönefeld Airport (SXF) », sur aviation-safety.net (consulté le 11 octobre 2015)
  7. (en) « Tu-134 passenger plane crashes in Kyrgyzstan »
  8. (en) « Accident: Altyn T134 at Osh on Dec 28th 2011, hard landing, gear collapse and plane rolled on back », sur avherald.com (consulté le 11 octobre 2015)