Yakovlev Yak-40

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un aéronef
Cet article est une ébauche concernant un aéronef.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Yakovlev Yak-40
Vue de l'avion.
Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : URSS Yakovlev
Équipage 3
Premier vol 16 octobre 1966
Dimensions
Longueur 20,36 m
Envergure 25 m
Hauteur 6,50 m
Aire alaire 70 m²
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 9,4 t
Max. au décollage 16 t
Passagers 32
Motorisation
Moteurs 3x Ivchenko AI-25
Poussée unitaire 14,7 kN
Performances
Vitesse maximale 550 km/h
Autonomie 1 800 km
Altitude de croisière 8 100 m

Le Yakovlev Yak-40 (Code OTAN : Codling) est un petit avion de transport régional trimoteur de la société soviétique puis russe Yakovlev.

Son premier vol date de 1966. Il a été mis en service en septembre 1968 par l'Aeroflot.

Développement[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, les lignes internationales et nationales de la compagnie aérienne nationale soviétique Aeroflot étaient exploitées par des avions de ligne à réacteurs ou turbopropulseurs mais leurs services locaux, dont beaucoup opéraient des aérodromes en herbe, étaient exploités par des avion obsolètes à moteur à pistons tels que l'Iliouchine Il-12, Il-14 et Lissounov Li-2[1]. L'Aeroflot voulait remplacer ces avions âgées par un avion à turbine, le bureau d'étude Yakovlev étant chargé de concevoir le nouvel avion. Une haute vitesse n'était pas requise mais l'avion devrait fonctionner en toute sécurité et de manière fiable à partir d'aéroports mal équipés avec une piste courte (moins de 700 m (2300 pi)) non goudronnée et dans de mauvaises conditions météorologiques[2].

Yakovlev a étudié deux modèles à turbopropulseurs et réacteurs pour répondre à l'exigence, et aussi le décollage et atterrissage vertical (ADAV) avec réacteurs de substentation dans le fuselage ou dans les nacelles montées sur l'aile, mais finalement ils se sont arrêtés sur un tri-réacteur ailes droites emportant de 20 à 25 passagers. Les moteurs devaient être la nouvelle turbine AI-25 (en) développée par Ivtchenko à Zaporijia en Ukraine[3].

Conception[modifier | modifier le code]

Le Yak-40 est monoplan, ailes basses cantilever avec des ailes droites, une grande queue en T (en) et un train tricycle rétractable. La cabine des passagers est à l'avant de l'aile, avec le fuselage arrière court portant les trois turboréacteurs à double flux, avec deux moteurs montés sur de courtes poutres sur le côté du fuselage et un troisième moteur dans le fuselage arrière, avec une entrée d'air dorsale en S, qui fait office de groupe auxiliaire de puissance, pour permettre le démarrage des moteurs sans appui au sol sur les aérodromes non équipés[4],[5]. Les trois moteurs AI-25 (en) sont des moteurs à deux arbres donnés pour à 14,7 kN. Les moteurs ont pas de jetpipes et initialement pas inverseurs de poussée[6],[7].

Le fuselage pressurisé a un diamètre de 2,4 m. Pilote et co-pilote sont assis côte-à-côte dans le poste de pilotage de l'avion, La cabine passagers a une disposition classique de 24 à 27 passagers sur trois sièges de front, 32 passagers peuvent être transportés avec un passage à quatre sièges de front. Les passagers entrent dans l'avion par un escalier ventral escamotable à l'arrière du fuselage[7],[8].


L'aile est équipée avec un grand bord de fuite à volets à fente, mais n'a pas d'autres dispositifs hypersustentateurs, se fondant sur la faible charge alaire de l'avion pour donner les performances de décollage et d'atterrissage courts obligatoires. Les ailes se joignent à l'axe de l'avion, avec le longeron principal allant d'un bout d'une aile à l'autre. Les réservoirs de carburant sont intégrés aux ailes avec une capacité de 3 800 litres. L'avion a un grand aileron arrière en flèche à 50 degrés pour reculer le stabilisateur et compenser le fuselage court vers l'arrière. L'empennage horizontal est lui-même droit[5],[9].

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Le premier des cinq prototypes construits a effectué son vol inaugural le [7]. La production a été lancée à l'usine de Saratov Aviation en 1967 et la certification de type soviétique accordée en 1968[5]. Le premier passager transporté le 30 septembre 1968 par Aeroflot[9]. En 1974, une nouvelle version a été lancée, avec une autonomie augmentée, la porte avant sur le côté droit du fuselage a changé de place - elle était situé conjointement avec le sixième hublot.

En 1975, la dernière mise à niveau du Yak-40 a eu lieu - le nombre de fenêtres de la cabine côté droit a changé de neuf à huit.

Quant la production a pris fin en novembre 1981, l'usine de Saratov avait produit 1011 avions. En 1993 les Yak-40 exploités par Aeroflot avait transporté 354 millions de passagers[10]. En plus d'être l'acteur principal des opérations locales d'Aeroflot, desservant 276 destinations domestiques en 1980, le Yak-40 a été également un succès à l'exportation. En plus le Yak-40 est le premier avion russe/soviétique obtenir le certificat de vol en Italie et en l'Allemagne de l'Ouest. Il a été présenté dans 75 pays du monde, y compris aux États-Unis, où des commandes de Yak-40 ont été faites.

Un total de 130 ont été exportés vers l'Afghanistan, l'Angola, la Bulgarie, le Cambodge, Cuba, la Tchécoslovaquie, la Guinée équatoriale, l'Éthiopie, l'Allemagne, le Guatemala, le Honduras, la Hongrie, l'Italie, le Laos, Madagascar, les Philippines, la Pologne, la Syrie, le Viêt Nam, la Yougoslavie et la Zambie[5],[10].

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Yak-40 - Le premier modèle de production.
  • Yak-40-25 conversion militaire avec le nez d'un MiG-25 R et installation de SRS-4A ELINT.
  • Yak-40 Akva (Aqua) - conversion militaire avec sonde de nez, des capteurs, et brouilleur actif.
  • Yak-40D (Dal'niy - longue distance) - avec portée de vol augmentée.
  • Yak-40EC - version d'exportation.
  • Yak-40 Fobos (Phobos) - conversion militaire avec deux dômes dorsaux de visualisation et une fenêtre amovible de chaque côté.
  • Yak-40K - fret / convertible / combi avec une grande porte de chargement. Produit en 1975-1981.
  • Yak-40 Kalibrovshchik - conversion militaire de surveillance une «ferme» de la lame, dipôles et antennes planes.
  • Yak-40L - Version proposée avec deux Lycoming LF507-1N, un programme conjoint entre Skorost et Textron (maintenant Allied-Signal) Lycoming. La conception originale aurait eu une aile avec une légère flèche.
  • Yak-40 Liros - conversion militaire avec sonde de nez portant capteurs données.
  • Yak-40M - Projet de version allongée de 40 places passagers.
  • Yak-40 M-602 - banc d'essai en vole avec un turbopropulseur tchécoslovaque M 602 installé dans le nez.
  • Yak-40 Meteo - conversion militaire avec des antennes dipolaires multipolaire.
  • Yak-40P - Yak-40L avec de grandes nacelles saillie en avant des ailes.
  • Yak-40REO - conversion militaire avec grand canot ventrale pour linescan IR. Lateral observation blister sur le côté droit.
  • Yak-40 Shtorm - conversion militaire avec plusieurs sondes et capteurs sur les parois latérales avant.
  • Yak-40TL - Projet version améliorée, devant être propulsée par trois turboréacteurs Lycoming LF 507 .
  • Yak-40V - version Export motorisée avec par trois turboréacteurs AI-25T.

opérateurs[modifier | modifier le code]

Opérateurs civils[modifier | modifier le code]

Yak-40 des Forces aériennes serbes.
Atterrissage d'un Yak-40 de la Force aérienne tchèque.
Yak-40 Polet Airlines au décollage.
Yak-40 Tajik Air.

En août 2013, un total de 45 avions Yakovlev Yak-40 sur 1011 sont encore en service. La navigabilité de plusieurs Yak-40 de plus petites compagnies charter russe et d'Asie centrale est incertaine, tout comme les allées et venues d'un avion Air Libya Tibesti (en) après la guerre civile. La plupart des avions en service aujourd'hui ont été reconfigurés pour les services VIP-charter, avec moins de dix restant en service régulier de passagers. Opérateurs connus sont:

Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan
Drapeau de l'Angola Angola
Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaijan
Drapeau de la Bolivie Bolivie
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Drapeau de Cuba Cuba
Drapeau de la République tchèque Czech Republic
  • Gouvernement de la République tchèque
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Drapeau de l'Égypte Égypte
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
  • General Air – ancien exploitant
Drapeau de la Grèce Grèce
Drapeau du Guatemala Guatemala
Drapeau du Honduras Honduras
  • Rollins Air – ancien exploitant
Drapeau de la Hongrie Hongrie
  • Malév – ancien exploitant
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan
Drapeau du Kirghizistan Kirghizistan
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la Libye Libya
Drapeau de la Lituanie Lithuania
Drapeau de la Moldavie Moldova
Drapeau des Philippines Philippines
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de la Slovaquie Slovakia
  • Government of Slovakia
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Drapeau de la Syrie Syrie
Drapeau du Tadjikistan Tadjikistan
Drapeau du Turkménistan Turkménistan
Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Drapeau de l'Ouzbékistan Uzbekistan
Drapeau du Venezuela Venezuela
  • Oriental de Aviación
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam

Opérateurs militaires[modifier | modifier le code]

Un Yak-40 de armée de l'air polonaise sur l'aéroport de Bruxelles en 2005.
Yakovlev Yak-40.svg
Drapeau de l'Angola Angola
Force aérienne nationale angolaise – ancien exploitant
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Bulgarian Air Force (en) – ancien exploitant
Drapeau de Cuba Cuba
Forces armées cubaines – trois en service
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Czechoslovakian Air Force (en) – ancien exploitant
Drapeau de la République tchèque République tchèque
Force aérienne tchèque – deux en service
Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est
Force aérienne de l'armée populaire nationale – ancien exploitant
Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie
Ethiopian Air Force (en) – 1 en service
Drapeau de la Guinée équatoriale Guinée équatoriale
Military of Equatorial Guinea (en) – avion présidentiel
Drapeau de la Guinée-Bissau Guinée-Bissau
Forces armées de la Guinée-Bissau – ancien exploitant
Drapeau de la Hongrie Hongrie
Armée de l'air hongroise – ancien exploitant
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan
Forces armées kazakhes – 1 en service
Drapeau du Laos Laos
Lao People's Liberation Army Air Force (en) – ancien exploitant
Drapeau de la Lituanie Lituanie
Lithuanian Air Force (en) – ancien exploitant
Drapeau de Madagascar Madagascar
Forces armées de Madagascar – 2 en service
Drapeau de la Pologne Pologne
Force aérienne de la République polonaise – ancien exploitant
Drapeau de la Russie Russie
Armée de l'air russe – 1 en service
Drapeau de la Serbie Serbie
Armée de l'air serbe – ancien exploitant
Drapeau de la Syrie Syrie
Armée de l'air syrienne – jusqu'à 6 en service
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Soviet Air Force (en) – ancien exploitant
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam
Force aérienne populaire vietnamienne – ancien exploitant
Drapeau du Yémen Yémen
Yemen Air Force (en) – deux en service
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Yugoslav Air Force (en) – ancien exploitant
Drapeau de la Zambie Zambie
Zambian Air Force (en) – ancien exploitant
Drapeau du Zimbabwe Zimbabwe
Air Force of Zimbabwe (en) – ancien exploitant

Les accidents et les incidents notables[modifier | modifier le code]

  • Le , le vol W-4 d'Aeroflot, un Yak-40 (CCCP-87690), a heurté le Mont Airy-Tash, 56 miles au nord-est de Leninabad (maintenant Khujand), Tajik SSR à 2 100 m d'altitude à la suite d'une erreur de pilotage, tuant tous les 21 à bord[14],[15].
  • Le , le vol 608 d'Aeroflot, un Yak-40 (CCCP-87778), s'écrase en approche de l'aéroport de Bratsk après une perte de contrôle causée par un vent cisaillant, tuant tous les 18 à bord[16].
  • Le , le vol Aeroflot X-167, un Yak-40 (CCCP-87602), retombe sur la piste de l'aéroport de Semipalatinsk pendant le décollage en raison d'une erreur de l'équipage, tuant tous les trente-deux à bord[17],[18].
  • Le , le vol Aeroflot N-166, un Yak-40 (CCCP-87579), est écrasé près de Kiev en raison d'une possible incompétence de l'équipage, tuant tous les vingt-neuf à bord[19].
  • Le , le vol Aeroflot E-15, un Yak-40 (CCCP-87415) a frappé le mont Mtirala, Montagnes du Caucase, au cours d'une remise des gaz à l'aéroport Chorokh par mauvais temps, tuant tous les 41 à bord[20].
  • Le , le vol Aeroflot A-53, un Yak-40 (CCCP-87323), est entré dans un courant descendant et presque décroché et ensuite s'est écrasé en approche de l'aéroport de Krasnovodsk (en) du à une erreur du pilote et aux conditions météorologiques défavorables, tuant vingt-trois des vingt-huit occupants dans le pire accident aérien à l'époque au Turkménistan[21],[22].
  • Le , le vol Aeroflot 31, un Yak-40 (CCCP-87772) allant de l'aéroport de Rostov (en) à l'aéroport de Kertch, est entré en collision en plein vol avec le Vol 7957 d'Aeroflot, un Antonov An-24 (CCCP-46518), au-dessus de la mer Noire à 37 km d'Anapa en raison de la violation des règles de séparation, l'erreur des deux équipages d'avions et probablement du contrôle au sol. Tous les 18 occupants du Yak-40 et 46 personnes à bord de l'An-24 sont mort[23].
  • Le , le vol Aeroflot 1080, un Yak-40 (CCCP-87437), s'écrasé lors de la montée initiale à partir de l'aéroport Koltsovo après une panne moteur causée par le givre, tuant tous les 38 à bord[24],[25].
  • Le , un Yak-40K de TAAG Angola Airlines (D2-TYC) est écrasé près de Matala (Angola) (en), tuant tous les 19 à bord; l'avion pourait avoir été abattu par un Shenyang J-6 Zambien [26].
  • Le , le vol Aeroflot W-88, un Yak-40 (CCCP-87689), a heurté le flanc d'une montagne 44 km au nord-ouest de l'aéroport de Douchanbé en raison d'erreurs de navigation de l'équipage essayant d'éviter la mauvaise Météo, tuant tous les 29 à bord[27],[28].
  • Le , le vol Aeroflot B-652, un Yak-40 (CCCP-87455) allant de l'Aéroport Irkutsk à l'Aéroport Ilimskiy (en), est entré en collision dans les airs avec un hélicoptère Mi-8 (CCCP-22268) en vol d'entraînement approchant de son aéroport de destination. Le site supposé de la collision est survenue dans les nuages. Touts les 33 à bord du Yak-40 et sept occupants du Mi-8 ont été tués, ce qui en fait le troisième incident de Yak-40 le plus meurtrier à l'époque[29],[30].
  • Le , le vol Aeroflot 505, un Yak-40, s'écrase au décollage de l'aéroport de Yuzhny après avoir rencontré une turbulence de sillage d'un Iliouchine Il-76 qui avait décollé une minute avant, tuant les neuf à bord.
  • Le , le vol Aeroflot 29674, un Yak-40 (CCCP-87549), panne moteurs numéro 1 et 3 au décollage à l'aéroport de Nizhnevartovsk (en). Le moteur numéro 2 a également connu quelques problèmes, mais est reparti alors que les moteurs un et trois ont finalement échoué. L'avion en panne s'est écrasé tuant 27 des 31 à bord. La cause possible est une erreur de l'équipage[31],[32].
  • Le , à l'aéroport de Sofia, un Yak-40 LZ-DOK d'Hemus Air s'écrase au décollage. Tout le trafic civil avait été arrêté quelques minutes avant en raison du départ du Tupolev Tu-154 du leader bulgare Todor Jivkov. Après ce délai, le contrôle du trafic aérien autorisé LZ-DOK au décollage à Varna, en demandant à l'équipage d'accélérer leur départ. L'équipage n'a pas réglé la course correctement et a commencé le décollage à partir du milieu des 3 000 m de piste. L'avion n'a pas décollé et a dépassé le seuil de piste et a pris feu, tuant 29 de 37 à bord.
  • Le , le vol Aeroflot E-35D, un Yak-40 (CCCP-87453) voyageant de l'aéroport de Zvartnots, Armenian SSR à Stepanakert s'est écrasé sur une montagne à 22 km de sa destination tuant tous les 46 à bord. La cause était probablement une erreur de pilotage (descente prématurée)[33],[34].
  • Le , le vol 474 de Vietnam Airlines (en) avec 31 passagers et membres d'équipage vol deHo Chi Minh City-Tan Son Nhat International Airport à l'aéroport de Nha Trang touche des obstacles durant l'approche tuant tous sauf un passager. Des conditions météorologiques défavorables pourraient avoir été impliqués.
  • Le , un Yak-40 de Tajik Air (87995) un vol non régulier qui a été fortement surchargé avec 81 passagers et cinq membres d'équipage a dépassé la piste au décollage à l'aéroport de Khorog et s'est écrasé dans la rivière Panj. L'équipage a été tué et quatre passagers ont survécu. L'équipage a peut-être été obligé de surcharger l'avion. Ceci est le pire accident impliquant un Yak-40 ainsi que l'accident le plus grave au Tadjikistan.
  • Le , un avion Expresso Aéreo (OB-1559), piloté par deux Russes et un péruvienne[35], a frappé le mont Carpish six minutes après avoir quitté Tingo María, Pérou pour Lima. Les 31 occupants ont été tués[36].
  • Le , un vol Cheremshanka Airlines de l'aéroport de Krasnoyarsk, en Russie à Tura n'a pas pu atterrir à Tura cause du mauvais temps alors été dérouté à Vanavara. Il a manqué de carburant en raison d'erreurs de l'équipage et du contrôle au sol et s'est écrasé alors qu'il tentait un atterrissage d'urgence sur une rivière à 41 km de Vanavara. Tous les 28 passagers et membres d'équipage ont été tués[37].
  • Le , un autre avion péruvien (OB-1 569) appartenant à la compagnie aérienne régionale amazonienne Servicios Aéreos Amazónicos, qui desservait la ligne Trujillo - Saposoa (en) - Juanjuí (en) - Tocache (en) - Lima, s'est écrasé dans la rivière Saposoa après avoir dépassé la piste d'atterrissage de la ville du même nom. L'avion s'est soit écrasé à cause de fortes pluies rapporté à l'époque soit en raison d'un passage de piétons accidentellement sur la piste ou les deux raisons à la fois. Sur les 31 occupants, 26 passagers et 5 membres d'équipage, 5 passagers et 1 membre d'équipage sont morts[38],[39],[40].
  • Le , un Semeyavia Yakovlev Yak-40 a dépassé la piste à l'atterrissage à l'aéroport de Semey, Kazakhstan . Il a eu aucun décès parmi les 14 passagers et quatre membres d'équipage à bord, mais l'avion a été endommagé au-delà de la réparation[41].
  • Le 17 mai 2001, un vol Faraz Qeshm Air a quitté Téhéran, Iran en direction de l'aéroport de Gorgan, Iran transportant trente personnes, y compris le ministre des Transports iranien Rahman Dadman, deux sous-ministres et sept autres membres du parlement a été contraint de se détourner en raison du mauvais temps et a été découvert par la suite écrasé dans les montagnes de l'Elbourz, Iran. Tous à bord ont péri[42].
  • Le , Vol 1154 d'Uzbekistan Airways, un Yak-40 (UK-87985) partant de l'aéroport de Termez, en Ouzbékistan pour l'aéroport international de Tachkent, en Ouzbékistan, transportant 37 passagers et membres d'équipage, s'est écrasé; l'équipage n'a pas réussi à descendre pour l'approche à temps. Trouvant la piste trop courte pour atterrir, une remise des gaz a été tentée, mais a échoué. L'avion a touché le sol à la fin de la piste et l'aile gauche a heurté un bâtiment en béton, avec le crash qui a suivi le feu s'est déclaré, tuant tous à bord[43].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Développement lié

Références[modifier | modifier le code]

  1. John Stroud 1968, p. 269–270.
  2. Bill Gunston et Yefim Gordon 1997, p. 185.
  3. Bill Gunston et Yefim Gordon 1997, p. 185–186.
  4. John Stroud 1968, p. 270–272.
  5. a, b, c et d Yefim Gordon, Dmitriy Komissarov et Sergey Komissarov 2005, p. 303
  6. Bill Gunston et Yefim Gordon 1997, p. 187.
  7. a, b et c Taylor 1976, p. 448–449.
  8. John Stroud 1968, p. 272–273.
  9. a et b Bill Gunston et Yefim Gordon 1997, p. 186–187.
  10. a et b Bill Gunston et Yefim Gordon 1997, p. 189.
  11. Beek Air, current fleet: http://www.bekair.com/sections/flot
  12. a et b Ottenhof, 1996, p. 418
  13. Ottenhof, 1996, p. 419
  14. CCCP-87690
  15. (ru) « Катастрофа Як-40 Таджикского УГА в районе Ленинабада », airdisaster.ru (consulté le 13 août 2015)
  16. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 CCCP-87778 Bratsk Airport (BTK) », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  17. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 CCCP-87602 Semipalatinsk Airport (PLX) », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  18. (ru) « Катастрофа Як-40 Казахского УГА близ аэропорта Семипалатинска », airdisaster.ru (consulté le 13 août 2015)
  19. (ru) « Катастрофа Як-40 Украинского УГА близ Киева », airdisaster.ru (consulté le 13 août 2015)
  20. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 CCCP-87475 Batumi-Chorokh Airport (BUS) », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  21. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 CCCP-87323 Krasnovodsk Airport (KRW) », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  22. (ru) « Катастрофа Як-40 Азербайджанского УГА близ Красноводска », airdisaster.ru (consulté le 13 août 2015)
  23. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 CCCP-87772 Anapa (Black Sea) », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  24. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 CCCP-87437 Sverdlovsk-Koltsovo (SVX) », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  25. (ru) « Катастрофа Як-40 Казахского УГА близ а/п Кольцово », airdisaster.ru (consulté le 13 août 2015)
  26. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40K DT-TYC Matala », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  27. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 CCCP87689 Dushanbe », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  28. (ru) « Катастрофа Як-40 Таджикского РПО ГА близ Душанбе », airdisaster.ru (consulté le 13 août 2015)
  29. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 CCCP-87455 Zheleznogorsk-Ilimskiy », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  30. (ru) « Столкновение Як-40 и Ми-8 ВС УГА в районе г.Железногорск-Илимский », airdisaster.ru (consulté le 13 août 2015)
  31. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 CCCP-87549 Nizhnevartovsk Airport (NJC) », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  32. (ru) « Катастрофа Як-40 Приволжского УГА в районе Нижневартовска », airdisaster.ru (consulté le 13 août 2015)
  33. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 CCCP-87433 Stepanakert », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  34. (ru) « Катастрофа Як-40 Армянского УГА близ Степанакерта », airdisaster.ru (consulté le 13 août 2015)
  35. « Peru Tragedia Aérea », El Tiempo.com,‎ (lire en ligne)
  36. « ASN Aircraft Accident Yakovlev OB-1559 Tingo Maria », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  37. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 RA-87468 Vanavara », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  38. http://aviation-safety.net/database/record.php?id=19941105-0
  39. http://www.baaa-acro.com/1994/archives/crash-of-a-yakovlev-yak-40-in-saposoa-8-killed/
  40. http://www.apnewsarchive.com/1994/Plane-Crashes-in-Peruvian-Jungle-At-Least-20-Injured/id-f45bcb9f15e7dc59446f79933bb2309b
  41. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 UN-87233 Semipalatinsk Airport (PLX) », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  42. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 EP-TQP Sari », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)
  43. « ASN Aircraft Accident Yakovlev 40 UK-87985 Tashkent Airport (TAS) », Aviation Safety Network (consulté le 9 octobre 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :