Tupolev Tu-154

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tupolev Tu-154
Un Tu-154M d'une compagnie aérienne russe en 2013.
Un Tu-154M d'une compagnie aérienne russe en 2013.

Rôle Transport de passagers
Constructeur Drapeau : URSS Tupolev
Équipage 3
Premier vol
Coût unitaire 45 000 000 USD
Production 1968-2013
Variantes Tu-154M
Dimensions
Image illustrative de l’article Tupolev Tu-154
Longueur 47,9 m
Envergure 37,55 m
Hauteur 11,40 m
Aire alaire 201,5 m2
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 55,3 t
Max. au décollage 90 t
Passagers 158 - 180
Motorisation
Moteurs 3 turboréacteurs Kouznetsov NK-82
Poussée totale 279,6 kN
Performances
Vitesse de croisière maximale 850 km/h
Vitesse maximale 950 km/h
Autonomie 6 600 km
Altitude de croisière 11 900 m

Le Tupolev Tu-154 (en russe : « Туполев Ту-154 »), code OTAN : « Careless », est un avion de ligne triréacteur soviétique conçu au milieu des années 1960. Avec son empennage en T caractéristique et ses trois moteurs installés en position rapprochée à l'arrière du fuselage, il n'est pas sans rappeler son cousin américain de chez Boeing, le 727. La production en série de l'appareil s'est terminée en février 2013[1].

Conception[modifier | modifier le code]

Tupolev Tu-154 de l’Aeroflot en 2006 en vol.

En 1964, les avions commerciaux soviétiques tels que les Tupolev Tu-104, les Antonov An-10 et les Iliouchine Il-18 devenaient trop vieux et devaient être remplacés par un appareil pouvant transporter 120 personnes sur plus de 6 600 km et décoller et/ou atterrir sur des pistes sommaires d'une longueur de 2 000 m environ. C'est le bureau d'étude Tupolev avec Sergueï Mikhailovitch Yeger puis Dimitri Markov qui fut chargé du projet. Le nouvel appareil, lancé en 1971, était en réalité un Tupolev Tu-134 rallongé tri-réacteur. Il fut équipé de trois circuits hydrauliques, de becs de bord d'attaques (à l'avant des ailes) et de volets à triple fente.

Le premier prototype décolla le , les constructions commencèrent en août 1970 à Kouïbychev, et Aeroflot, la première compagnie à en être équipée, fut livrée en janvier 1971. La compagnie soviétique commença à utiliser l'avion pour du transport de fret, puis pour des vols commerciaux avec des passagers en juillet 1971. Le , le premier vol international eut lieu vers Prague. L'avion était très prisé des pilotes expérimentés car il offrait un vaste choix de possibilités de pilotage.[2]

Production[modifier | modifier le code]

L'appareil fut produit en 926 exemplaires dont 320 Tu-154M (version qui vola à partir de 1982) et 606 Tu-154A/154B ; 166 ont été vendus hors d'URSS. La production annuelle maximale a eu lieu en 1980 avec 76 appareils.

De 2001 à 2012, neuf exemplaires sont produits. Néanmoins, à partir des années 2000, l'exploitation de l'avion s'est progressivement réduite[2]. En juillet 2012, les compagnies aériennes russes comptaient au total 94 Tu-154[3]. L'avion aurait dû être progressivement retiré à partir des années 1990 pour être remplacé par le Tupolev-204 mais la production en série de ce dernier a pris beaucoup de retard[2]. Les Tupolev-154 ne sont plus exploités par Aeroflot depuis décembre 2009[4].

Les numéros de série constructeur (s/n) sont[5]:

  • KH1 pour le prototype
  • 001 → 605 pour les Tu-154A et Tu-154B
  • 701 → 1020 pour les Tu-154M
  • (les s/n 998, 999 et 1002 n'ont pas été terminés)

Variantes[modifier | modifier le code]

Tupolev Tu-15M de surveillance électronique de la force aérienne chinoise en 2014.

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

Le Tu-154 de la Force aérienne de la République polonaise qui s'écrasera le 10 avril 2010 avec le président polonais Lech Kaczynski.

Il y a eu 70 accidents et incidents sérieux impliquant le Tu-154 depuis sa mise en service à 2016. Trente d'entre eux n'ont pas fait de victime. Concernant les incidents fatals, six résultent d'actions terroristes ou militaires incluant un tir de missile accidentel par l'Ukraine, plusieurs atterrissages en hiver sur des pistes mal préparées ou mal entretenues, des surcharges cargo, ainsi que des abordages en vol en raison de fautes du contrôle de la navigation aérienne. D'autres incidents ont résulté de problèmes mécaniques, comme notamment deux cas de panne sèche en vol, ainsi que des erreurs répétées de pilotage. Une légende urbaine régulièrement entretenue classe cet appareil comme le pire des avions de ligne de cette catégorie, et le présente comme ayant un taux d'accidents plusieurs fois supérieur à ses équivalents occidentaux.

Selon Aviation Safety Netwok[7], le Tupolev Tu-154 a été impliqué depuis sa mise en service dans le décès de 3081 personnes, pour 70 accidents ou incidents[8] Contrairement à ce que sa réputation laisse présager, le Tu-154 n'affiche pas un taux d’accidents hors-norme, en regard par exemple des 172 accidents ou incidents du Boeing 707 qui ont tué 3 213 personnes[9]. (pour parler d'un appareil d'époque a peu près équivalente, et avec des volumes de production relativement équivalents;Tu-154: 926 produits Boeing 707: 1010 produits[10]).

  •  : deux personnes ont été tuées et des dizaines blessées lors de l'atterrissage d'urgence d'un Tupolev 154, avec plus de 150 personnes à bord, à l'aéroport de Moscou-Domodedovo[14].
  • Le , un Tu-154B explose à la suite d'un incendie avant son décollage pour Moscou sur la piste de l'aéroport de Sourgout (nord-est de l'Oural). Trois personnes sont tuées[15]. À la suite de cet incident, le ministère russe des transports a recommandé de mettre les Tupolev 154-B hors service jusqu'à éclaircissement des causes du crash[16].
  •  : Crash en mer Noire d'un Tu-154 de la force aérienne russe ayant 92 personnes à bord dont des membres des Chœurs de l'Armée rouge et notamment le directeur de cette célèbre formation, Valéry Khalilov. L'appareil venait de Moscou et se rendait en Syrie après avoir fait escale à Adler[17],[18]. Il n'y a aucun survivant. Moscou suspend tous les vols de ce type d'avion.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://french.ruvr.ru/2013_02_19/La-production-de-Tu-154-terminee-a-Samara/
  2. a b et c (en) « Accident Archives | Bureau of Aircraft Accidents Archives », sur www.baaa-acro.com (consulté le 27 août 2018)
  3. 3 octobre 2012, « Tu-154: production et histoire de l'avion légendaire », sur RIA Novosti (consulté le 8 octobre 2012)
  4. http://aviactu.info/?q=node/735
  5. http://russianplanes.net
  6. (en) Andrew Tate, « PLAAF deploys 40 aircraft to western Pacific in show of strength », sur Jane's Information Group, (consulté le 30 décembre 2016).
  7. Harro Ranter, Aviation Safety Network, « Aviation Safety Network > », sur aviation-safety.net (consulté le 27 août 2018)
  8. Harro Ranter, « Aviation Safety Network > ASN Aviation Safety Database > Type index > ASN Aviation Safety Database results », sur aviation-safety.net (consulté le 27 août 2018)
  9. Harro Ranter, « Aviation Safety Network > ASN Aviation Safety Database > Type index > ASN Aviation Safety Database results », sur aviation-safety.net (consulté le 27 août 2018)
  10. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://active.boeing.com/commercial/orders/displaystandardreport.cfm?cboCurrentModel=707&optReportType=AllModels&cboAllModel=707&ViewReportF=View+Report
  11. Accident d'un Tu-154 le 24 janvier 2010
  12. Le président polonais meurt dans un accident d'avion, article sur Le Monde.fr
  13. L'avion présidentiel crashe, État-Major décapité, article sur Bruxelles2.eu
  14. Deux morts et des dizaines de blessés dans un atterrissage d'urgence en Russie, article sur Le Monde.fr
  15. Trois morts dans l'explosion d'un Tupolev en Russie, article sur Le Monde.fr
  16. Le Ministère russe recommande l'arrêt des vols des TU154B, Article sur Crash-Aerien.aero
  17. « Un avion militaire russe avec 92 personnes à bord s’écrase dans la mer », sur https://francais.rt.com/, (consulté le 25 décembre 2016)
  18. « Crash en mer Noire : les recherches continuent, l'enquête progresse », sur http://www.lefigaro.fr/, (consulté le 27 décembre 2016)