Élections législatives françaises de novembre 1946

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élections législatives françaises de novembre 1946
Corps électoral et résultats
Votants 19 578 126
78,1 %  −3,7
USSR stamp M.Thorez 1965 6k.jpg PCF – Maurice Thorez
Voix 5 430 593
28,26 %
 +2,3
Députés élus 182  +29
Georges Bidault.jpg MRP – Georges Bidault
Voix 4 988 609
25,96 %
 −2,3
Députés élus 173  +7
Guy Mollet Archief.PNG SFIO – Guy Mollet
Voix 3 433 901
17,87 %
 −3,3
Députés élus 102  −26
Clemenceau, Michel (cropped).jpg Parti républicain de la liberté – Michel Clemenceau
Voix 2 487 313
12,94 %
 +0,1
Députés élus 72  −6
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Rassemblement des gauches – Jean-Paul David
Voix 2 136 152
11,12 %
 −0,5
Députés élus 69  +17
Représentation de l'assemblée
Diagramme
Gouvernement
Sortant Élu
Bidault I
Tripartisme (MRP, PCF, SFIO)
Blum III
Tripartisme (PCF, MRP, SFIO)
Législature élue
Ire de la IVe République

Les élections législatives se déroulent le et sont les premières de la IVe République nouvellement instaurée.

Résultats[modifier | modifier le code]

Les élections sont marquées par une victoire sans précédent du Parti communiste : avec 28,3 % des suffrages exprimés, le PCF enregistre le meilleur score de son histoire et emporte 182 sièges, soit près d'un tiers des effectifs de l'Assemblée nationale.

Le MRP perd des électeurs mais reste tout de même le deuxième parti de l'assemblée, loin devant la SFIO qui supporte de moins en moins bien la concurrence communiste : elle perd 26 sièges (et ce malgré l'augmentation du nombre total de sièges à pourvoir) et plus de 750 000 électeurs. Le RGR reste stable, tout comme la droite, et l'Union gaulliste, mal organisée, ne pourra entrer au Parlement, et ce malgré le prestige de son leader, discrédité par la promulgation du nouveau traité constitutionnel qui avait rencontré sa franche opposition.

Malgré une indiscutable prépondérance des 3 partis dominants, les groupes parlementaires ont tendance à se multiplier et l'opposition est de plus en plus hétéroclite.

Le nombre de sièges à pourvoir est de 627.

Il y a 6,8 % de femmes députées[1].

Chiffres[modifier | modifier le code]

Participation Nombre de personnes  % des inscrits +/-
Inscrits 25 083 039 100 % -
Votants 19 578 126 78,1 % -3,7 en diminution
Abstentions 5 504 913 21,9 % +3,8 en augmentation
Suffrages exprimés 19 216 375 76,6 % -3,6 en diminution
  • Résultats :
Partis Sièges +/-  % des sièges suffrages exprimés  % des votes
PC & apparentés 182 +29 en augmentation 29,0 % 5 430 593 28,3 %
MRP 173 +7 en augmentation 27,6 % 4 988 609 25,9 %
SFIO 102 -26 en diminution 16,3 % 3 433 901 17,8 %
Modérés (droite) 72 -6 en diminution 11,5 % 2 487 313 12,9 %
RGR 69 +17 en augmentation 11,0 % 2 136 152 11,1 %
Union gaulliste 0 0 en stagnation - 585 430 03,0 %
Divers 29 +20 en augmentation 04,6 % 154 377 00,8 %

Composition de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Partis Sièges
Parti communiste français 182
Mouvement républicain populaire 173
Section française de l'Internationale ouvrière 102
Parti républicain, radical et radical-socialiste 43
Parti républicain de la liberté 38
Républicains indépendants 29
Union démocratique et socialiste de la Résistance 26
Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques 8
Non-inscrits 12
Total 627

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Magazine Le Monde 2 des 18-19 avril 2004, page 89.

Annexe[modifier | modifier le code]