Bibliothèque universitaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BU.

Une bibliothèque universitaire (BU) est une bibliothèque rattachée à une université. Les documents et les services présents dans la bibliothèque universitaire peuvent ainsi servir à la double mission des universités, l'enseignement et la recherche.

Toutefois, une université peut avoir, en plus d'une bibliothèque universitaire, d'autres bibliothèques rattachées à une faculté (UFR en France), un laboratoire, un centre de recherche ou un institut. D'autre part, une bibliothèque peut avoir une double fonction, nationale et universitaire, ou publique et universitaire (Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, bibliothèque communautaire et inter-universitaire de Clermont-Ferrand).

Une bibliothèque utilisée par plusieurs universités peut être qualifiée de bibliothèque interuniversitaire (BIU).

Salle de lecture de la Bibliothèque universitaire de Graz
La salle de lecture de la B.U. Médecine (Université Montpellier 1), une des plus riches de France[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire des bibliothèques universitaires est liée à celle des universités. Les bibliothèques universitaires sont donc nées au Moyen Âge et les fonds de nombreux établissements ont pour origine les collections constituées dès cette époque. En France, c'est le cas de l'ancienne bibliothèque de la Sorbonne dont les fonds anciens sont répartis entre l'actuelle bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et la Bibliothèque nationale de France.

Après avoir commencé avec des manuscrits, les bibliothèques universitaires ont très vite adopté les ouvrages imprimés. C'est surtout au XIXe et au XXe siècles siècles que se développe une édition plus proprement universitaire, aussi bien par les ouvrages de cours que par les documents de recherche et les thèses. C'est la raison pour laquelle il faut attendre cette époque pour que les bibliothèques universitaires acquièrent une documentation spécifique.

Au XIXe siècle, les bibliothèques universitaires allemandes se sont beaucoup développées, et la France a suivi avec un certain retard. C'est l'extension des études supérieures, surtout à partir des années 1950 qui a introduit de grands changements dans les bibliothèques universitaires. Toutefois, l'augmentation de la population étudiante a été prise en compte un peu tard, et la modernisation des bibliothèques a pris du retard, que les pouvoirs publics se sont ensuite efforcés de combler.

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

Les bibliothèques universitaires sont, avec les universités, présentes dans le monde entier. L'activité traditionnelle de ces bibliothèques se poursuit : acquisitions d'ouvrages imprimés, abonnements, traitement intellectuel et matériel des collections, conservation, prêt et communication des documents. Toutefois, la documentation électronique prend un poids croissant dans l'activité du personnel et le budget des bibliothèques universitaires. Celles-ci assurent donc de plus en plus d'autres missions :

  • activités culturelles : organisation de colloques, expositions...
  • services d'aide aux usagers
  • formation des usagers à la recherche documentaire
  • développement de services en ligne et de bibliothèques virtuelles.

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Article connexe : Bibliothèques aux États-Unis.

Les universités américaines sont réputées pour leurs bibliothèques universitaires de qualité. Les plus importantes d'entre elles, datant en général de la période coloniale, ont accumulée d'importantes collections. Elles emploient plusieurs centaines de personnes et leurs fonds atteignent la taille de ceux de la Bibliothèque nationale de France : 15 millions de livres à Harvard[1] (la deuxième du monde), 10 millions à l'université de l'Illinois, 9,3 millions à Columbia, 7 millions à Cornell, 6 millions à Brown, etc. La bibliothèque principale est souvent ouverte 24h / 24 (à Columbia par exemple). Les bibliothèques universitaires les plus prestigieuses possèdent également des manuscrits anciens et des livres rares : Butler Library (Columbia), Université de Pennsylvanie, etc.

En France[modifier | modifier le code]

Sauf exception, chacune des universités françaises a au moins une bibliothèque universitaire. La réglementation[2] prévoit dans chaque université la constitution d'un service commun de la documentation (SCD), qui regroupe les bibliothèques universitaires et peut associer d'autres bibliothèques, dépendant des composantes de l'université.

On compte en France 480 implantations de bibliothèques (soit 7 sites en moyenne par université)[3].

Le SCD est placé sous l'autorité du président de l'université, il est dirigé par un directeur qui a généralement le grade de conservateur des bibliothèques et administré par un conseil documentaire dont le rôle est purement consultatif. Les décisions, notamment budgétaires, relèvent du conseil d'administration de l'université.

Le budget des bibliothèques universitaires (hors personnel) est essentiellement attribué par l'État, à hauteur de 85 % globalement, 10 % environ provenant des droits de bibliothèques acquittés par les étudiants et 5 % de recettes diverses. Depuis la loi relative aux libertés et responsabilités des universités, les universités bénéficiant de l'autonomie élargies (toutes en 2012) rémunèrent directement leur personnel sur leur budget, y compris le personnel de bibliothèque.

Coopération interuniversitaire[modifier | modifier le code]

Plusieurs universités peuvent s'associer pour gérer leur documentation en commun, ou décider de mettre en commun certaines activités documentaires. Elles peuvent alors créer un Service interétablissement de coopération documentaire (SICD) mais aussi constituer un établissement public spécifique et autonome, ou encore un groupement d'intérêt public.

Un SICD peut aller jusqu'à se substituer aux SCD des universités.

Cette formule de coopération est en particulier mise en œuvre à Paris et dans la banlieue avec plusieurs bibliothèques interuniversitaires. Elle existe aussi dans certaines villes universitaires de province avec deux SICD à Grenoble, et un dans chacune des villes de Bordeaux, Montpellier, Toulouse et Lyon. À Strasbourg coexistent le SCD de l'Université et la Bibliothèque nationale et universitaire, établissement public à caractère administratif qui coopère avec l'Université de Strasbourg.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, p.366
  2. Code de l'éducation, art. D. 714-28 à D. 714-40, issus de la codification du décret du 23 août 2011 relatif aux bibliothèques et autres structures de documentation des établissements d'enseignement supérieur créées sous forme de service commun.
  3. « Des bibliothèques universitaires ouvertes plus longtemps », sur /www.enseignementsup-recherche.gouv.fr,‎ 8 avril 2010

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]