Muséum-aquarium de Nancy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MAN.
Muséum-Aquarium de Nancy
Illustration.
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Nancy
Adresse 34 rue Sainte-Catherine
54000 Nancy
Coordonnées 48° 41′ 41″ N 6° 11′ 18″ E / 48.694722, 6.18833348° 41′ 41″ Nord 6° 11′ 18″ Est / 48.694722, 6.188333  
Informations générales
Date d’inauguration 1933
Collections 57 aquariums
zoologie
Nombre d’œuvres 500 espèces aquatiques vivantes
568 espèces naturalisées
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 95 280 (2012)
Site web www.museumaquariumdenancy.eu

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Muséum-Aquarium de Nancy

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Muséum-Aquarium de Nancy

Géolocalisation sur la carte : Nancy

(Voir situation sur carte : Nancy)
Muséum-Aquarium de Nancy

Le Muséum-Aquarium de Nancy, souvent abrégé en MAN, est un établissement patrimonial de culture scientifique conjointement géré par la Communauté urbaine du Grand Nancy et par l'Université de Lorraine.

Ce muséum d'histoire naturelle comporte des collections zoologiques et paléontologiques ainsi que des collections vivantes, essentiellement ichtyologiques.

Le rez-de-chaussée du bâtiment possède trois galeries d’aquariums, avec les galeries Nautilus et Calypso, ainsi que la salle bateau. Cet étage accueille aussi un espace d’exposition temporaire et un amphithéâtre. Au premier étage, se situent la galerie de zoologie et un autre espace d’exposition.

Situation[modifier | modifier le code]

Le Muséum-Aquarium de Nancy se trouve au cœur de Nancy, au 34, rue Sainte-Catherine, axe reliant la Place Stanislas et la Porte Sainte-Catherine. À l'arrière du bâtiment s'étend l'ancien jardin botanique de Nancy, dénommé jardin Dominique Alexandre Godron. Le muséum est desservi à 300 mètres par la station « Division de fer », sur la ligne 1 du tramway de Nancy. Un stationnement gratuit est possible le long du Canal de l'Est et du port de plaisance, à proximité de la porte Sainte-Catherine.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'édifice abritant le musée, construit en 1933, est de style Art déco. Il a été conçu par l’architecte nancéien Jacques André. L’œuvre est notablement inspirée par les travaux de l’architecte américain Franck Lloyd Wright. Condition nécessaire à la bonne conservation de collections d’histoire naturelle, le bâtiment présente une façade sans fenêtre, complètement aveugle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Stanislas Leszczynski, duc de Lorraine, prend la décision en 1752 de procéder à la création d'un Collège Royal de Médecine, en provenance d'anciens fonds privés régionaux. Ces premières collections du cabinet d’histoire naturelle de Nancy, d'où descend le Muséum-Aquarium, sont issues plus précisément du rassemblement de dix-sept cabinets de curiosités, souvent d’amateurs éclairés et comprenant divers éléments hétéroclites tels que des antiquités, des fossiles, des herbiers, des animaux naturalisés, ou même des médailles anciennes. Outre cette activité de conservation, le collège dispense des cours d’anatomie, de botanique et de chirurgie. Les fonds, composées d’herbiers, de minéraux, de fossiles ou de représentants de divers taxons de vertébrés, sont utilisés pour l’enseignement. Les premières collections ont été réunies dès la fin du XVIIIe siècle, mais ont été ensuite hébergées dans différents sites.

En 1798, l’École Centrale de la Meurthe est créée et s’installe, avec les collections d’histoire naturelle, dans l’actuel bâtiment de la bibliothèque municipale de Nancy. Six années plus tard, en 1804, les Écoles centrales sont substituées par les lycées et l’apprentissage des sciences naturelles est abandonné. Les collections sont alors mises de côté, conservées mais stockées dans de mauvaises conditions. Il ne reste plus aujourd’hui que quelques objets.

Les collections continuent à s’enrichir et restent gérées par plusieurs conservateurs, naturalistes reconnus, comme Pierre Remy Willemet, Émile Braconnot, Alexandre de Haldat du Lys, Soyer-Willemet, Dominique-Alexandre Godron. C'est seulement en 1854, année de création de la faculté des sciences de Nancy, que renaîtra et se développera le cabinet d’histoire naturelle[1].

L'université de Nancy, en plein développement, emménagera au début des années 1860 dans le Palais de l’Université, sis place Carnot. Les collections d’histoire naturelle, composées de minéralogie et géologie lorraine, d’anatomie comparée, d’anthropologie, de zoologie, et d’herbiers, y occupent trois salles et sont régulièrement ouvertes au grand public.

Nouveau bâtiment[modifier | modifier le code]

C’est avec l’action déterminante de Lucien Cuénot, nommé directeur du cabinet d’histoire naturelle en 1898 que le muséum va prendre sa forme contemporaine. En effet, les collections se sont tellement enrichies que la place manque et un nouveau déménagement des collections s’avère nécessaire. Ainsi, au début du XXe siècle, les collections du musée d’histoire naturelle sont éparpillées sur plusieurs sites dans la ville : les collections de géologie, minéralogie et paléontologie quittent le Palais de l’Université pour l’ancien séminaire, rue de Strasbourg. Les responsables des collections botaniques préparent leur déménagement vers le jardin botanique, sis rue Sainte-Catherine, à proximité de la Place Stanislas et de la Porte Sainte-Catherine.

Cuénot proposa la construction d'un bâtiment neuf pour abriter l'Institut de zoologie, à côté de l’Institut de Botanique, construit quelques années auparavant. C’est ainsi qu’en 1933, les collections de zoologie et l’Institut de Zoologie emménagent dans un bâtiment neuf.

Le début des années 1970 marque l'apparition d'aquariums tropicaux sous la direction de Bruno Condé[2], précisément placés au rez-de-chaussée de l'édifice. D'un unique bac présent en 1971, le nombre s'accroit jusqu'à 72 bacs, deux ans plus tard. En 2012, on dénombre 57 aquariums répartis de la façon suivante : 23 aquariums d’eau douce tropicale, 29 aquariums d’eau de mer tropicale, un aquarium d’eau de mer tempérée et un aquarium d’eau saumâtre. Sont exposées environ 80 espèces de vertébrés d’eau douce appartenant à 35 familles, 110 espèces de vertébrés d’eau de mer appartenant à 30 familles ainsi que de nombreux non vertébrés comme des échinodermes, des mollusques et des crustacés.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2004, le Muséum-Aquarium obtient le classement Musée de France, appellation nationale qui garantit aux collections du muséum davantage de protection puisque celles-ci deviennent légalement imprescriptibles et inaliénables.

Une nouvelle galerie de zoologie est inaugurée en 2005. Conçue autour de l’arbre généalogique de Lucien Cuénot, la galerie aborde la classification du vivant. Une sélection de prés de 600 animaux a été restaurée avec soin et mis en place, mettant en avant la diversité zoologique mondiale.

En 2011 et 2012, les galeries d’aquariums subissent une modernisation et certaines collections patrimoniales intègrent les espaces des galeries d'aquariums. Le lien entre collections vivantes et d'histoire naturelle apparaît clairement.

Créé en 1933 puis rénové en 2013, l’amphithéâtre Lucien Cuénot accueille de nombreuses manifestations, principalement en lien avec la culture scientifique et technique. Son accès se fait par la rue Godron. L’amphithéâtre comporte 210 places. Il est accessible aux personnes à mobilité réduite ainsi qu’aux personnes malentendantes munies d’une boucle magnétique.

Collections[modifier | modifier le code]

Collections d'histoire naturelle[modifier | modifier le code]

Les collections d'histoire naturelle comprennent environ 18 000 spécimens naturalisés sur 140 000 spécimens au total dont 600 sont actuellement exposés[3] ; les collections sont de nature variée : mammifères, insectes, collections d'ethnologie, d'ostéologie, animaux naturalisés, collections sèches ou en fluide. La plupart de ces spécimens sont très anciens et ont été naturalisés à la fin du XIXe siècle.

Collections vivantes[modifier | modifier le code]

Le Muséum-Aquarium présente 57 aquariums accessibles au public. Les nouveaux animaux qui arrivent passent systématiquement par la salle de quarantaine. En effet le transport et le conditionnement fragilisent les animaux, les rendant plus sensibles aux maladies. S’il y a lieu, des traitements sont administrés soit par voie orale soit par balnéation.

Les aquariums[modifier | modifier le code]

Les aquariums sont majoritairement de forme panoramique. Le corps des aquariums est en résine de polyester. La filtration est indépendante pour chaque aquarium, ce qui permet de n’avoir aucune interférence entre les aquariums, autant d’un point de vue physico-chimique que d’un point de vue sanitaire. Fonctionnant 24 heures sur 24, la stérilisation partielle par ultra-violet réduit la charge d‘agents pathogènes pouvant exister dans l’eau. Les puissances des lampes sont adaptées aux volumes des aquariums.

Pour les aquariums d’eau de mer, le décor est composé de « pierres vivantes » et de coraux. Les sables de fond sont des sables de corail de différentes granulométries. En ce qui concerne l’eau douce, les sables utilisés varient en fonction des populations (de corail pour les aquariums demandant une eau plutôt dure, de Loire pour une eau douce ou acide). Pierres, plantes et racines de tourbière constituent les décors.

Nancy étant éloigné des mers et des océans, l’eau de mer est artificiellement reconstituée à partir d’eau et de sel synthétique spécifique.

Les espèces présentées sont originaires des eaux tropicales et représentatives de l’ensemble de cette zone. Les espèces d'eau douce sont issues de lacs et cours d'eaux d'Amérique, d'Asie, d'Afrique et de Madagascar. Les organismes vivant dans l'eau saumâtre proviennent des côtes du Pacifique et de l'Asie. Les récifs coralliens sont issus de la Mer Rouge, des Caraïbes, de l'Inde et du Pacifique.

Le développement et les études effectuées sur les poissons électriques constitue une des spécificités du Muséum-Aquarium.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

En 2012, 95 280 personnes ont visité le Muséum-Aquarium. Le graphique ci-dessous montre l'évolution de la fréquentation du musée de 1967 et 2012 :

Fréquentation du Muséum-Aquarium de Nancy de 1967 à 2012.gif

Actions pédagogiques[modifier | modifier le code]

Scolaire[modifier | modifier le code]

Le Muséum-Aquarium de Nancy propose des visites guidées pour tous les niveaux scolaires, de la maternelle au lycée que ce soit en lien avec les espaces permanents (galeries d’aquariums et de zoologie) ou d’expositions temporaires. Des fiches d’activités pour une visite en autonomie sont téléchargeables sur le site internet.

Enfants[modifier | modifier le code]

Le premier dimanche de chaque mois, des visites commentées sont proposées pour les enfants de trois à six ans. Les enfants de sept à onze ans peuvent suivre des animations pendant les petites vacances scolaires.

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Chaque année, une exposition pluridisciplinaire est présentée au public : « Corps en images » (2013-2014) ; « Parce Queue » (2012-2013) ; « De crépuscule en crépuscule » (2011-2012) ; « Biodiversité à une limace disparue » (2010) ; « homme-femme : de quel sexe êtes-vous ? » (2009) ; « 2 mois- 2 artistes » (2008) ; « Les envahisseurs » (2007-2008) ; « Crotte alors ! » (2006). Depuis 2012, en parallèle plusieurs expositions, artistiques ou de culture scientifique et technique, sont présentées dans la galerie de l’Astrolabe ; en octobre 2013, ce sont des collégiens qui y exposèrent le résultat de leurs recherches sur le Grand nord, la faune et le climat à travers une quinzaine de panneaux[4].

Galeries[modifier | modifier le code]

Galerie de zoologie[modifier | modifier le code]

Galeries d'aquariums[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Riston, V. (1884) - « Muséum d'histoire naturelle de Nancy », Feuille des jeunes naturalistes, 14e année, no 158, Paris, p. 27-29
  2. (fr) « In memoriam Bruno Condé (1920 - 2004) », sur le site du Centre international de myriapodologie (CIM) hébergé au Museum national d'histoire naturelle (MNHN) (consulté le 29 octobre 2013)
  3. L'Est Républicain - Transfert des réserves du Museum-Aquarium de Nancy vers les Réserves communes
  4. (fr) Les collégiens savourent leur célébrité, Article de presse paru dans L'Est républicain, édition de Nancy, du 17 octobre 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catalogue Corps en images
  • COLORIE le Muséum-Aquarium de Nancy (livre de coloriage)
  • Inventaire illustré des animaux à queue
  • Autour des collections
  • Promenons-nous au Muséum-Aquarium
  • Homme-femme : de quel sexe êtes-vous ?
  • Les envahisseurs
  • Salon national des artistes animaliers

Documents pédagogiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]