Toyota Land Cruiser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une Toyota Land Cruiser Série 9
Rally Dakar, 1992

Les Toyota Land Cruiser sont des véhicules à quatre roues motrices conçus et distribués par Toyota. C'est un symbole sur le marché du tout-terrain. Ce véhicule a été la première voiture particulière Toyota à être exportée hors du Japon.

Sur certains marchés, notamment Européen ou Australien, on distingue le Land Cruiser V8 du Land Cruiser Prado (moteur essence 4 litres V6 ou moteur KD 3 litres Diesel). Aux USA, seul le Land Cruiser V8 est distribué.

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1951 : Première version du tout-terrain Land Cruiser. Son moteur est un 6 cylindre 3,4 litres.
  • 1956 : Remplacement du moteur par un 3,9 litres.
  • 1972 : Le Land Cruiser se dote de deux nouveaux Diesel de 3 litres et 3,6 litres.
  • 1975 : Nouveau moteur essence 4,2 litres.
  • 1980 : Arrivée de la version break équipée de deux Diesel de 3,4 et 4 litres et d'un moteur essence de 4,2 litres.
  • 1984 : Nouveau moteur essence 4 litres.
  • 1989 : Sortie du Land Cruiser 80 doté d'un moteur essence de 4,5 litres et d'un Diesel de 4,2 litres.
  • 2000 : Sortie d'une version innovante avec plus d'options. Il est équipé de 4 roues motrices permanentes et d'un dispositif HAC (assistance au démarrage en côte).

Ces véhicules, souvent armés de mitrailleuses ou de canons sans recul, sont utilisés par plusieurs armées et mouvements de guèrilla.

Signification des modèles Land Cruiser[modifier | modifier le code]

La codification des Land Cruiser s'explique de la façon suivante[1] :

  • Les lettres précédant le « J » définissent le type de motorisation
  • La lettre « J » signifie qu'il s'agit d'un véhicule tout-terrain
  • Les chiffres définissent le type de châssis dans la série concernée (série 4, 6, 7, etc.)

Les motorisations que vous pourrez trouver :

  • B : moteur atmosphérique diesel 4 cylindres produit à partir de 1974.
  • F : moteur essence 6 cylindres produit entre 1953 et 1993 (1er moteur 6 cylindres essence de Toyota produit entre 1950 et 1953).
  • H : moteur atmosphérique diesel 6 cylindres produit entre 1972 et 1989
  • L : moteur diesel 4 cylindres produit à partir de 1984
  • R : moteur essence 4 cylindres produit entre 1984 et 1995
  • KZ : moteur diesel 4 cylindres Turbo à injection indirecte produit à partir de 1993
  • HZ : moteur diesel 6 cylindres à injection indirecte produit à partir de 1990
  • FZ : moteur essence 6 cylindres produit à partir de 1992
  • RZ : moteur essence 4 cylindres produit à partir de 1996
  • VZ : moteur essence V6 produit à partir de 1996
  • UZ : moteur essence V8 produit à partir de 1998
  • PZ : moteur diesel 5 cylindres à injection indirecte produit entre 1990 et 1994
  • HD : moteur diesel 6 cylindres Turbo à injection directe produit à partir de 1989
  • KD : moteur diesel 4 cylindres Turbo à injection électronique directe et common rail produit à partir de 2000 (moteur D4D)
  • VD : moteur diesel V8 4,5 litres produit à partir de 2008 équipant les Land Cruiser séries 200

Les différents modèles[modifier | modifier le code]

Modèle FJ et BJ (1951 - 1955)[modifier | modifier le code]

Toyota Jeep BJ
Marque Toyota
Années de production 1951 - 1955
Chronologie des modèles
Série 2 Suivant


  • BJ (1951-1955) : 6 cylindres, essence 3,4 litres, 85 ch - chassis Jeep


Série 2 (1955 - 1960)[modifier | modifier le code]

Toyota Land Cruiser Série 2
Marque Toyota
Années de production 1955 - 1960
Moteur et transmission
Moteur(s) 6 cylindres en ligne
Puissance maximale 125 ch
Transmission BV Manuelle
Chronologie des modèles
Précédent FJ et BJ Série 4 Suivant

La série 20 apparait en 1955. Son design a été « civilisé » pour être destiné à l'exportation. Elle est dotée du 3,9 litres moteur type F à essence développant 125 ch.

En 1958, la production du FJ25 débute au Brésil devenant les premiers véhicules Toyota construits en dehors du Japon. Il s'agissait de versions modifiées de la Série 20, baptisées Bandeirante. En 1959, ces véhicules sont exportés en Australie. Ils sont principalement utilisés à l'usage de transport de minerai et de construction de barrages.

Série 4 (1960 - 1984)[modifier | modifier le code]

Toyota Land Cruiser Série 4
Toyota Land Cruiser

Marque Toyota
Années de production 1960 - 1984
Chronologie des modèles
Précédent Série 2 Série 5 Suivant

Différentes versions :

  • BJ40 (1973) : 4 cyl. diesel 3 litres 80 ch - court, hard top ou bâché
  • BJ42 (1982) : 4 cyl. diesel 3,4 litres 90 ch - court, hard top ou bâché
  • BJ43 (1973) : 4 cyl. diesel 3 litres 80 ch - moyen bâché ou Break 3 portes
  • BJ45 (1976) : 4 cyl. diesel 3 litres 80 ch - long pick-up, break 3 ou 5 portes
  • BJ45 (1983) : 4 cyl. diesel 3,4 litres 90 ch - long pick-up, break 3 ou 5 portes
  • BJ46 (1982) : 4 cyl. diesel 3,4 litres 90 ch - moyen bâché ou Break 3 portes
  • FJ40 (1969) : 6 cyl. essence 4 litres 125 ch - court hard top ou bâché
  • FJ40 (1975) : 6 cyl. essence 4,2 litres 135 ch - court hard top ou bâché
  • FJ45 (1976) : 6 cyl. essence 4,2 litres 135 ch - long pick-up, break 3 ou 5 portes
  • HJ45 (1976) : 6 cyl. diesel 3,6 litres 95 ch - long pick-up, break 3 ou 5 portes

Série 5 (1967 - 1980)[modifier | modifier le code]

Toyota Land Cruiser Série 5
Toyota Land Cruiser

Marque Toyota
Années de production 1967 - 1980
Chronologie des modèles
Précédent Série 4 Série 6 Suivant

Différentes versions :

  • FJ55V (1967) : 6 cylindres, diesel 3,9 litres, 123 ch - long break 5 portes
  • FJ56V (1975) : 6 cylindres, diesel 4,2 litres, 135 ch - long break 5 portes

Série 6 (1980 - 1990)[modifier | modifier le code]

Toyota Land Cruiser Série 6
Toyota Land Cruiser

Marque Toyota
Années de production 1980 - 1990
Chronologie des modèles
Précédent Série 5 Série 7 Suivant

Différentes versions :

  • BJ60 (1980) : 4 cylindres, diesel, 3,4 litres 90 ch - long break 5 portes
  • HJ60 (1980) : 6 cylindres, diesel, 4 litres 105 ch - long break 5 portes
  • HJ61 (1988) : 6 cylindres, turbo diesel, 4 litres 136 ch - long break 5 portes
  • FJ60 (1980) : 6 cylindres, essence, 4,2 litres 135 ch - long break 5 portes
  • FJ62 (1988) : 6 cylindres, essence, 4 litres 155 ch - long break 5 portes

Série 7 (1985 -)[modifier | modifier le code]

Différentes versions :
Serie Heavy

  • Court
    • BJ70 (1984) : 4 cyl. diesel 3,4 litres, 90 ch - bâché ou break 3 portes
    • BJ71 (1987) : 4 cyl. turbo diesel 3,4 litres, 123 ch - break 3 portes
    • PZJ70 (1990) : 5 cyl. diesel 3,5 litres, 115 ch - bâché ou break 3 portes
    • FJ70 (1985) : 6 cyl. essence 4 litres, 155 ch - bâché ou break 3 portes
    • HZJ70 (1990) : 6 cyl. diesel 4,2 litres, 130 ch - bâché ou break 3 portes
    • HZJ71 (1999) : 6 cyl. diesel 4,2 litres, 130 ch - bâché ou break 3 portes
    • FZJ70 (1992) : 6 cyl. essence 4,5 litres, 215 ch - break 3 portes
    • FZJ71 (1999) : 6 cyl. essence 4,5 litres, 215 ch - break 3 portes
    • GRJ71 (2010) : V6 essence 4,0 litres, 275 ch - break 3 portes
  • Moyen
    • BJ73 (1984) : 4 cyl. diesel 3,4 litres, 90 ch - hard top
    • BJ74 (1987) : 4 cyl. turbo diesel 3,4 litres, 123 ch - hard top
    • HZJ73 (1990) : 6 cyl. diesel 4,2 litres, 130 ch - hard top
    • HZJ74 (1999) : 6 cyl. diesel 4,2 litres, 130 ch - hard top
    • FJ73 (1985) : 6 cyl. essence 4 litres, 155 ch - hard top
    • FZJ73 (1992) : 6 cyl. essence 4,5 litres, 215 ch - hard top
    • FZJ74 (1999) : 6 cyl. essence 4,5 litres, 215 ch - hard top
  • Semi Long
    • PZJ77 (1990) : 5 cyl. diesel 3.5 litres, 115 ch - break 5 portes
    • HZJ77 (1990) : 6 cyl. diesel 4.2 litres, 130 ch - break 5 portes
    • HZJ76 (1990) : 6 cyl. diesel 4.2 litres, 130 ch - break 5 portes
    • VDJ76 (2007) : V8 turbo diesel 4.5 litres, 205 ch - break 5 portes
    • GRJ76 (2010) : V6 essence 4,0 litres, 275 ch - break 5 portes
  • Long
    • BJ75 (1985) : 4 cyl. diesel 3,4 litres, 90 ch - pick-up ou break 3 portes
    • HJ75 (1985) : 6 cyl. diesel 4 litres, 105 ch - pick-up, cab-châssis ou break 3 portes
    • HZJ75 (1990) : 6 cyl. diesel 4,2 litres, 130 ch - pick-up, cab-châssis ou break 3 portes
    • PZJ75 (1990) : 5 cyl. diesel 3,5 litres, 115 ch - pick-up, cab-châssis ou break 3 portes
    • FZJ78 (1999) : 6 cyl. essence 4,5 litres, 215 ch - break 3 portes
    • HZJ78 (1999) : 6 cyl. diesel 4,2 litres, 130 ch - break 3 portes
    • VDJ78 (2007) : V8 turbo diesel 4.5 litres, 205 ch - break 3 portes
    • FJ75 (1985) : 6 cyl. essence 4 litres, 155 ch - pick-up, cab-châssis ou break 3 portes
    • FZJ75 (1993) : 6 cyl. essence 4,5 litres, 215 ch - pick-up, cab-châssis ou break 3 portes
    • GRJ78 (2010) : V6 essence 4,0 litres, 275 ch - break 3 portes
  • Super Long
    • HZJ79 (1999) : 6 cyl. diesel 4,2 litres, 130 ch - long pick-up ou cab-châssis
    • HZJ79 (2007) : V8 turbo diesel 4,2 litres, 130 ch - long pick-up ou cab-châssis

Serie Light

  • Court
    • RJ70 (1985) : 4 cyl. essence 2,4 litres, 105 ch - bâché ou break 3 portes
    • LJ70 (1985) : 4 cyl. diesel VM 2,4 litres, 72 ch - bâché ou break 3 portes
    • LJ71 (1986) : 4 cyl. turbo diesel VM 2,4 litres, 86 ch - bâché ou break 3 portes
    • LJ71 (1991) : 4 cyl. turbo diesel VM 2,4 litres, 90 ch - bâché ou break 3 portes
    • KZJ71 (1993) : 4 cyl. turbo diesel 3 litres, 125 ch - bâché ou break 3 portes
  • Moyen
    • LJ73 (1985) : 4 cyl. diesel VM 2,4 litres, 72 ch - hard top
    • LJ74 (1986) : 4 cyl. turbo diesel VM 2,4 litres, 86 ch - hard top 3 portes
    • LJ74 (1991) : 4 cyl. turbo diesel VM 2,4 litres, 90 ch - hard top 3 portes
    • KZJ73 (1993) : 4 cyl. turbo diesel 3 litres, 125 ch - hard top 3 portes
    • KZJ74 (1993) : 4 cyl. turbo diesel 3 litres, 125 ch - hard top 3 portes
  • Semi Long
    • LJ78 (1990) : 4 cyl. turbo diesel VM 2.4 litres, 98 ch - break 5 portes
    • KZJ78 (1993) : 4 cyl. turbo diesel 3 litres, 125 ch - break 5 portes
    • LJ79 (199?) : 4 cyl. diesel 2.8 litres, 91 ch - break 5 portes

Série 1986 Le LJ 70/73[modifier | modifier le code]

Une série de 4X4 fort sympathique, qui a toujours les faveurs actuellement des amateurs de 4X4. Les modèles 1986, Ces 4X4 ont les phares ronds.Ce sont des modèles robuste avec en général une cylindrée 2.4L (Soit : 2LT), ils ont en revanche des problèmes de carrosserie qui rouille facilement, surtout au niveau des ailes et des bas de caisse.

Série 8 (1990 - 1998)[modifier | modifier le code]

Toyota Land Cruiser Série 8
Toyota Land Cruiser

Marque Toyota
Années de production 1990 - 1998
Moteur et transmission
Puissance maximale 170 ch
Boîte de vitesses Manuelle 5 vitesses
ou automatique
Poids et performances
Poids à vide 2 320 kg
Vitesse maximale 172 km/h
Dimensions
Longueur 4 820 mm
Largeur 1 930 mm
Hauteur 1 850 mm
Chronologie des modèles
Précédent Série 7 Série 9 Suivant

Lors du Salon international de l'automobile de Genève 1990, Toyota présente à l'Europe sa nouvelle génération de Toyota Land Cruiser SW, la série 80, motorisée par un moteur essence de quelque 156 chevaux. Mais quelques mois plus tard arrivait la version diesel destinée au marché français.

En 1989, les HJ61 sont achetés principalement pour leur polyvalence : grand break, usage familial, moteur puissant, tout en conservant de vraies capacités en tout-terrain. Au fil du temps, la demande s'est en effet orientée vers un véhicule aux caractéristiques plus adaptables et plus semblables à celles d'une berline. Cette série connaîtra des modifications mineures mais régulières, tout en allant dans le sens d'un luxe supérieur. Finalement, ces évolutions transformeront la série 60, populaire s'il en est, en une nouvelle présentée en octobre 1989 : la série 80.

La transition de la lignée des séries 6x à celle des séries 8x sera bien plus radicale que lors du passage des séries 5x aux séries 6x. Un certain nombre de nouvelles technologies sont en effet adoptées (transmission permanente, ressorts hélicoïdaux, blocages de pont), si bien que le changement sera cette fois plus révolutionnaire. L'objectif clairement déclaré est d'être à l'avant-garde en termes de technologie et de luxe.

Au-delà de son style rappelant celui d'une berline pour sa face avant, ses pneus larges et ses boucliers enveloppants lui confèrent un effet imposant et ne seront pas sans évoquer un luxueux navire capable de courir la campagne. Il s'agissait bel et bien d'une rupture par rapport à la tradition du 4x4 japonais traditionnel. Pour autant, ces équipements resteront ceux d'un authentique tout-terrain, avec de l'espace prévu dans le tableau de bord pour installer des systèmes spécifiques aux 4x4, ou encore des barres de toit pour le montage d'une galerie.

Long de 5 mètres et large de 2, il proposera trois types de moteur : un diesel atmosphérique, un diesel turbo-compressé et un essence (dont les 2 derniers évolueront avec le temps). Tous les modèles sauf un, bénéficieront d'essieux rigides à ressorts hélicoïdaux à l'avant et à l'arrière ainsi que d'une transmission 4x4 permanente.

En 1995, les moteurs Diesel des versions européennes seront fortement remaniés et passeront de 12 soupapes à 24 soupapes doté de vannes EGR pour anticiper les normes antipollutions. Après une première version dont la puissance sera inférieure aux 12S, le 24S atteindra les 170 ch dès 1996 le tout sans présence d'intercooler.

En août 1996, tous les modèles adopteront l'ABS et des coussins gonflables de sécurité (« airbags ») de série.

La série 80 était née dans un environnement favorable, celui du boom économique. Toutefois, elle ne souffrira pas lorsqu'il touchera à sa fin. Sa période de règne durera neuf ans, avec toujours plus de luxe, jusqu'à son remplacement définitif en janvier 1998 par le Land Cruiser Série 100 (Station Wagon dans la dénomination officielle française). Le passage à la génération suivante, s'accomplira alors que la série 80 bénéficiait toujours d'un grand potentiel de popularité, un peu comme à l'époque où le HJ61 avait cédé la place au HDJ80.

Il en résulte une forte cote d'amour en occasion notamment auprès des personnes voyageant à bord de véhicules tout-terrain. Dotés de ponts rigides à l'avant et à l'arrière et d'un moteur très fiable et puissant, ce véhicule possède des capacités de franchissement impressionnantes sur les versions possédant des blocages des différentiels du pont avant, de la boîte de transfert et du pont arrière. Associé à sa gamme de vitesse courtes, ce véhicule s'avère très agile en tout-terrain malgré son poids que ce soit dans le sable, la boue ou sur les pistes.

Pour sa polyvalence, ses caractéristiques, l'absence d'électronique indispensable à son fonctionnement qui le rend réparable un peu n'importe où sur le globe sans matériel sophistiqué, il est considéré par certains voyageurs comme un des véhicules tout-terrain les plus aboutis qui aient jamais été produits pour des particuliers.

Différentes versions :

  • HDJ80 (1990) : 6 cylindres turbo diesel, 4,2 litres, 167 ch - long break 5 portes
  • HDJ80 (1994) : 6 cylindres turbo diesel, 4,2 litres, 160 ch - long break 5 portes
  • HDJ80 (1996) : 6 cylindres, turbo diesel, 4,2 litres, 170 ch - long break 5 portes
  • FJ80 (1990) : 6 cylindres, essence, 4 litres, 155 ch - long break 5 portes
  • FZJ80 (1993) : 6 cylindres, essence, 4,5 litres, 205 ch - long break 5 portes
  • HZJ80 (1993) : 6 cylindres, diesel, 4,2 litres, 130 ch - long break 5 portes

Série 9 (1996 - 2002)[modifier | modifier le code]

Toyota Land Cruiser Série 9
Toyota Land Cruiser

Marque Toyota
Années de production 1996 - 2002
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres en ligne
Boîte de vitesses Manuelle 5 vitesses
ou automatique
Chronologie des modèles
Précédent Série 8 Série 10 Suivant

Différentes versions :

  • LJ90 (1997) : 4 cyl. diesel 2,4 litres, 90 ch - court break 3 portes
  • KZJ90 (1997) : 4 cyl. turbo diesel 3.0 litres, 125 ch - court break 3 portes
  • KDJ90 (2001) : 4 cyl. turbo diesel 3.0 litres, 163 ch - court break 3 portes
  • VZJ90 (1997) : V6 à 60° essence 3,4 litres, 179 ch - court break 3 portes
  • LJ95 (1997) : 4 cyl. turbo diesel 2,4 litres, 90 ch - long break 5 portes
  • KZJ95 (1997) : 4 cyl. turbo diesel 3 litres, 125 ch - long break 5 portes
  • KDJ95 (2001) : 4 cyl. turbo diesel 3 litres, 163 ch - long break 5 portes
  • VZJ95 (1997) : V6 à 60° essence 3,4 litres, 179 ch - long break 5 portes

Série 10 (1998 - 2007)[modifier | modifier le code]

Toyota Land Cruiser Série 10
Toyota Land Cruiser

Marque Toyota
Années de production 1998 - 2007
Moteur et transmission
Moteur(s) 6 cylindres en ligne
Puissance maximale 204 ch
Boîte de vitesses Manuelle 5 vitesses
ou automatique
Poids et performances
Accélération 0 à 100 km/h en 12.9 s
Chronologie des modèles
Précédent Série 9 Série 12 Suivant

Succédant au Land Cruiser Série 8, le Land Cruiser Série 10 reprend les grandes lignes de la série 8 en adoptant toutefois des suspensions indépendantes (barres de torsion) à l'avant. De plus, le moteur turbo-diesel, toujours le 6 cylindres en ligne du série 8, verra sa puissance augmenter à 204 ch avec la présence d'une pompe à injection électronique et d'un intercooler (échangeur)( Moteur 1HD-FTE ). Certaines versions bénéficiaient de suspensions pilotées (réglables en hauteur), de blocages de différentiel central et arrière.

Comme son prédécesseur, le Série 10 a su se distinguer, notamment par son confort sur route, et son aptitude sur les pistes. Il est d'ailleurs très apprécié des préparateurs rallye-raid, tout comme le Série 8.

Le HZJ105 est la version tropicalisée du série 10, il a en revanche conservé les deux ponts rigides du série 8, et adopte un moteur 4.2l de cylindrée diesel atmosphérique.


Différentes versions :

  • HDJ100 (1998) : 6 cyl. turbo diesel 4,2 litres, 204 ch - long break 5 portes
  • UZJ100 (1998) : V8 à 90° essence 4,7 litres, 235 ch - long break 5 portes
  • FZJ105 (1998) : 6 cyl. essence 4,5 litres, 205 ch - long break 5 portes
  • HZJ105 (1998) : 6 cyl. diesel 4,2 litres, 130 ch - long break 5 portes

Série 12 (2002 -)[modifier | modifier le code]

Différentes versions :

  • GRJ120 (2003) : V6 à 60° essence 4 litres, 250 ch - long break 5 portes
  • KDJ120 (2003) : 4 cyl. turbo diesel 3 litres, 163 puis 166 et enfin 173 ch - long break 5 portes[2]
  • GRJ125 (2003) : V6 à 60° essence 4 litres, 250 ch - court break 3 portes
  • KDJ125 (2003) : 4 cyl. turbo diesel 3 litres, 163 puis 166 et enfin 173 ch - court break 3 portes

Série 20 (2008 -)[modifier | modifier le code]

Toyota Land Cruiser Série 200
Toyota Land Cruiser

Marque Toyota
Années de production 2008 -
Moteur et transmission
Moteur(s) 8 cylindres en V
Cylindrée 4 461 cm3
Puissance maximale 286 ch (381/3600 kW)
Couple maximal 650 Nm
Boîte de vitesses Automatique 6 rapports
+ commande "manuelle"
Poids et performances
Vitesse maximale 210 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 8,2 s
Consommation mixte 10,2 L/100 km
Émission de CO2 270 g/km
Dimensions
Longueur 4 950 mm
Largeur 1 970 mm
Hauteur 1 865 à 1 910 mm
Chronologie des modèles
Précédent Série 120

Le Land Cruiser Station Wagon V8 (2008) est équipé d'un V8 biturbo-diesel de 4.4l de cylindrée (deux moteurs de RAV4 2.2l D4D "collés") développant 286 ch. La version essence conserve des reste du Série 10 avec le V8 de 4.7l qui atteint 288 ch. Il reprend la même architecture que le Série 10, avec un essieu rigide à l'arrière, pour la suspension avant, les barres de torsion ont laissé place à des ressorts hélicoïdaux.

Toujours un très bon franchisseur, ce VDJ200 (appellation Toyota) peut désormais côtoyer les SUV "Grand Luxe" avec de telles performances sur route comme un 0 à 100 km/h abattu en 8.2 secondes et une vitesse maximale de plus de 210 km/h

Galerie[modifier | modifier le code]

Heavy Duty

Station Wagon

Light Duty

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]