Toyota Sports 800

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toyota Sports 800
Toyota Sports 800

Marque Drapeau : Japon Toyota
Années de production 1965 - 1969
Production 3 131 exemplaires
Classe -
Moteur et transmission
Moteur(s) 2 cylindres
Cylindrée 790 cm3
Puissance maximale 45 ch
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 580 kg
Vitesse maximale 155 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 2 portes
Dimensions
Longueur 3 580 mm
Largeur 1 465 mm
Hauteur 1 175 mm
Empattement 2 000 mm
Chronologie des modèles
Précédent - - Suivant

Toyota décide la fabrication en série de la Sports 800 après avoir présenté un original prototype Publica Sports en 1962.

La Sports 800 est basée sur la Toyota Publica 800 Luxe, une petite automobile 4 places réservée au marché japonais. Présentée officiellement au salon de Tokyo 1964, elle entre en production en avril de l'année suivante.

Avec son style original qui n'emprunte rien aux voitures occidentales, M. Sato crée une automobile équilibrée dont la proue annonce la future 2000 GT. Sa carrosserie autoporteuse en acier est allégée par des panneaux, un capot, des portes et un toit amovible en aluminium. Réduite à 2 places, elle ne pèse que 580 kg à vide.

Avec 3,58 m de long et un moteur placé aussi bas que possible, la S800 annonce une volonté de se placer dans le créneau des voitures de sport malgré un moteur emprunté à la Publica. Ce bicylindre en alliage, refroidi par air, possède une cylindrée de 790 cm3, des soupapes en tête et un arbre à cames latéral, deux carburateurs. Toutefois, il ne développe que 45 ch DIN (49 ch SAE) à 5 400 tr/min quand la Honda S800, une de ses rivales, développe 70 ch.

Avec une compression de 9:1 la vitesse de pointe est de 155 km/h. La boîte de vitesses est à quatre rapports synchronisés et les freins sont à tambours aux 4 roues[1].

Elle participe à des compétitions au Japon dans la catégorie des petites cylindrées et remporte entre autres les 24 Heures de Fuji dans sa catégorie.

Pratiquement pas exportée, il n'en est fabriqué que 3131 exemplaires jusqu'en octobre 1969.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'auto-journal spécial salon 1966

Sur les autres projets Wikimedia :