Toyota Celica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toyota Celica
Toyota Celica

Marque Toyota
Années de production 1970 - 2006
Classe Coupé sport
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence 1,8 L (145 ch) de 1999 à 2005
Essence 1,8 L (192 ch)
Transmission BV manuelle 6 rapports
Poids et performances
Poids à vide 1 100 à 1370 kg
Émission de CO2 185[1] à 200[2] g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 2 portes
Dimensions
Longueur 4 350 mm
Largeur 1 735 mm
Hauteur 1 315 mm
Chronologie des modèles
Toyota GT-86 Suivant

La Toyota Celica est commercialisée au Japon dans les années 1970.

7 Générations de Celica[modifier | modifier le code]

En près de 35 ans la Toyota Celica aura connu sept générations, la 7e s'achevant en 2006. En 2012, Toyota renouera avec les coupés sportifs avec la toute nouvelle GT86 qui sera également présente au catalogue de chez Subaru sous le nom de BRZ et de Scion avec la FRS !

Génération 1 (1970 - 1977)[modifier | modifier le code]

Toyota Celica ST 1600 liftback
Toyota Celica ST 1600 liftback
Toyota Celica ST 1600 coupé
Toyota Celica ST 1600 coupé

La première Celica fut introduite sur le marché japonais fin 1970. Ce modèle, un petit coupé propulsion doté d'un moteur 4 cylindres 1600 cm³ de 105 ou 115 ch et d'une boîte 5 vitesses, offrait une alternative "sportive" plus démocratique à la 2000 GT "de" James Bond. Il s'agissait surtout pour Toyota de répliquer aux coupés Ford Mustang aux États-Unis et Ford Capri en Europe. La plate-forme était commune avec celle de la berline Carina.

Un bloc de 1407 cm³ de 86 ch SAE, à 4 ou 5 vitesses constitue l'offre de base mais ne sera pas exporté, tandis qu'à partir de 1974 la gamme est enrichie d'un 2 litres de 105 ch.

Une mise à jour sort en avril 1973 avec la Celica TA/RA28 (Europe) (RA27/29 USA), proposant le même museau que la TA23 mais un hayon arrière de type Mustang fastback. Cette nouvelle carrosserie peut alors s'équiper du 2 litres déjà installé sur la Celica 2 portes, mais avec un double arbre à cames permettant d'atteindre 145 ch. La vitesse de pointe est alors portée à 205 km/h. Ce moteur sera ensuite également proposé sur la version 2 portes.


Motoritsations Celica première génération :
4 cylindres, OHV, 1407 cm³ - 84 ch
4 cylindres, OHV, 1588 cm³ - 105 ch
4 cylindres, DOHC, 1588 cm³ - 115 ch
4 cylindres, OHV, 1968 cm³ - 105 ch
4 cylindres, DOHC, 1968 cm³ - 145 ch

USA :
Motorisation 1.9l 8R - pour la version ST américaine
Motorisation 2.2l 20R - pour la version GT américaine (RA24/29)

Une version LT est sortie avec une boîte automatique.

Aux USA ainsi qu'au Japon et en Australie, différentes appellations et puissances existent et diffèrent légèrement des versions Européennes. En compétition l'importateur Français engage Jean-Luc Therier et M.Vial qui vont participer à quelques épreuves du championnat du monde des rallyes, sur une 2000 GT de 180 ch.

Sources : http://www.2000gt.net/Toyota/dohc.php

Génération 2 (1977 - 1981)[modifier | modifier le code]

Celica liftback
Celica coupé

La deuxième génération de Celica est lancée à l'automne 1977. La production dure jusqu'en 1981. Partageant à nouveau sa plate-forme avec la Carina, elle reste une propulsion et affiche un gabarit revu à la hausse : 4,38 m de long, contre 4,17 m pour la première Celica de 1970.

La Celica est à nouveau proposée en coupé 2 portes ou 3 portes Liftback. De nombreuses motorisations sont disponibles selon les marchés, dont quatre sont retenues pour la France : 1,6 litre à simple arbre en 83 ch à boîte manuelle ou 73 ch à boîte automatique, 1600 GT de 104 ch et 2000 GT de 113 ch. En compétition, Thérier/Vial se taillent un beau palmarès, toujours avec la 2000GT poussée à 185cv. Ils sont champions de France et devancent les Escort RS, Sunbeam-Chrysler, R5 Alpine d'usine. Participation entre autres au Bandama en 1979 en Côte d'Ivoire avec un coupé Liftback RA40 de 190 ch, le même pour Ove Anderson. Fin 79, la version usine pour rallyes européens groupe 4 RA40 donnait 230 ch à 8000 tours !

Génération 3 (1981 - 1985)[modifier | modifier le code]

Celica liftback
Celica coupé

Cette génération inclut la Celica GT 2.4L à propulsion.

La troisième génération a remplacé la deuxième en 1982. Deux carrosseries coupé ou Liftback furent proposées et plusieurs motorisations:

1.6 litre (2T),

1.8 litre (3T, 1S),

2.0 litres (18R-G) RA63 de 118 ch,

2.4 litres (22R, 22R-E) pour le marché américain. 100 ch à 4800 tr/min

La première Celica dotée d'un moteur Turbo (le 1.8 litre 3T-GTE) sort en septembre 1982, la GT-T. La version TCT remporte à trois reprises consécutives le rallye Safari, en 1984 (Björn Waldegård), 1985 (Juha Kankkunen), et 1986 (de nouveau Waldegård).

Génération 4 (1986 - 1989)[modifier | modifier le code]

Toyota Celica All-Trac Turbo (Amérique)

Un modèle 4 roues motrices-turbo fut homologué par Toyota pour concourir en rallye. La ST-165 rapporta à la marques ses premiers succès important dans la discipline et lui donna son premier titre (champion du monde des pilotes en 1990 avec Carlos Sainz).

Pour sa quatrième génération, Toyota a choisi le mode de traction aux roues avant, plutôt que la propulsion qui équipait les générations précédentes. Au commencement ce nouveau modèle est disponible dans trois versions - ST, GT et GT-S -, et en variantes Liftback (hayon arrière) ou coupé. Les Celica de quatrième génération sont également connues par le nom de code (types mines) AT160, ST161, ST162, ST163, ST165. Peu de temps après l'introduction de la nouvelle gamme, le nouveau moteur 3S-FE a remplacé les moteurs 2S-E plus anciens dans le ST, et le GT a reçu le nouveau moteur 3S-GE. Les deux nouveaux moteurs ont été adaptés plus tard à de nombreuses autres Toyota au long des années 1990, incluant la génération suivante de Celica, Camry et MR2. Cette quatrième génération a également vu pour la première fois l'introduction, en octobre 1986, de la transmission intégrale. Le modèle ST165 - également connu sous le nom de GT4 ou (en Amérique) All-Trac Turbo - est le premier de trois générations de GT4 que Toyota a commercialisées. Le moteur de la GT4 (conservé dans chacune des trois générations) est le 3S-GTE, une version turbo-compressée du moteur 3S-GE adapté à la plupart des autres voitures de la troisième génération. Au commencement le GT4 était un modèle réservé au Japon seulement, mais son succès l'a mené à l'exportation deux ans plus tard, en 1988, année de ses premières victoires en compétition (nom de code ST 165) qui devaient être suivies de la première victoire au rassemblement de GT4 WRC en Australie l'année suivante. Grâce à elle Armin Schwarz termine troisième du rallye d'Australie en 1991, avant de remporter la même année le Rallye de Catalogne.

Mohammed Bin Sulayem obtint six succès en MERC (1986, 1987 et 1988 sur turbo, puis 1989, 1990 et 1991 sur GT-Four). David Llewellin en récolta deux en BRC (1989 et 1990) et Jimmy Girvan en obtint un en Écosse en 1990. En 1991 Marcus Grönholm obtint son premier titre finlandais en Groupe N. Un ans plus tard ce fut au tour de Franz Wittmann en Autriche (1992), et l'année suivante Paweł Przybylski fut couronné à deux reprises en Pologne (1993 et 1994), d'où un total de 13 titres.

Génération 5 (1990 - 1993)[modifier | modifier le code]

Toyota Celica Turbo 4WD
Toyota Celica GT Cabriolet

La cinquième génération a remplacé la quatrième au début des années 1990. Ce nouveau modèle le plus recherché à ce jour était une évolution de la génération précédente mais avec une forme nettement plus arrondie. Comme précédemment, la Celica restait surtout livrée en traction (FWD), mais était également disponible en version quatre roues motrices et turbo sous le nom de GT4 (type ST185). La plupart des versions de la cinquième génération ont été équipées du moteur 4A-FE(106/114 cv din/OEM 168 cv din) et du 3S-GE(156/160 cv din/OEM 193 cv din)) qui avait débuté sur la génération précédente. La version GT4 (appelée All-Trac Turbo en Amérique) de la voiture était équipée d'une version renforcée du moteur 3S-GTE qui produisait environ 200 ch.

L'édition spéciale rallye était nommée RC au Japon, Group A Rally en Australie et Carlos Sainz en Europe (en l'honneur du fameux pilote), et sa production limitée à 5 000 unités.

Les améliorations apportées à cette version incluent : -un intercooler différent (air/eau au lieu de air/air), demandé par Toyota Team Europe pour la version WRC -un capot différent -un calculateur aux réglages plus agressifs(OEM/TTE) -un pare-choc plus léger.

Un modèle 4 roues motrices-turbo fut également homologué en rallye : la Celica 4WD (ST 185). Elle rapporta à la marque sans doute ses plus belles victoires en rallyes.

Toyota Celica 4WD de Yoshio Fujimoto, vainqueur au Rallye Safari de 1995, en 2LWC cette fois-là.

Palmarès (12 titres):

  • 2 titres mondiaux WRC des constructeurs (1993 et 1994);
    • Vice-championne du monde WRC des constructeurs (1992);
  • 3 titres mondiaux WRC des pilotes (1992, 1993, et 1994) (Carlos Sainz, Juha Kankkunen, et Didier Auriol);
    • 3e WRC des pilotes (1993) (Didier Auriol) et 1994 (Juha Kankkunen);

(16 victoires en WRC: Safari 1992 et 1994, Nouvelle-Zélande 1992, Catalogne 1992, Grande-Bretagne 1992 et 1993, Monte-Carlo 1993, Suède 1993, Argentine 1993 et 1994, Finlande 1993, Australie 1993, Portugal 1994, Corse 1994 et 1995, Sanremo 1994 - pilotes officiels vainqueurs en WRC: Carlos Sainz, Didier Auriol, Mats Jonsson, Juha Piironen, Juha Kankkunen)

  • 1 titre africain ARC des pilotes (1993) (Satwant Singh, 2e en 1994);
  • 1 titre européen ERC des pilotes (1995) (Enrico Bertone: victoires en Catalogne 1994, Bulgarie 1995, Pologne 1995, Allemagne 1995, Bohème 1995 et République tchèque 1995);
  • 1 titre autrichien (1992) (Franz Wittmann: victoires européennes à Saturne 1992 et 1993, ainsi que Semperit 1992 et 1993);
  • 1 titre suisse (1992) (Olivier Burri);
  • 1 titre finlandais (1993) (Marcus Grönholm, en Gr.A);
  • 1 titre russe (1994) (Mikhail Narishkin);
  • 1 titre de république tchèque (1995, 6 victoires de E. Bertone);
  • 2 titres polonais (1995 et 1996) (Krzysztof Hołowczyc);
  • 2 titres estoniens (1996 et 1997) (Raido Rüütel puis Markko Märtin, tous deux en Gr.A);
  • 1 titre espagnol terre (1998) (Pedro Diego).

Génération 6 (1994 - 1999)[modifier | modifier le code]

1995 Toyota Celica GT Liftback

La moins populaire des Celica reste la 6e génération Celle-ci a eu trois carrosseries : Le coupé 3 portes (avec hayon), le plus rare modèle 2 portes (avec un coffre) et le cabriolet (livrable uniquement avec le moteur 2.2l GT).

Les motorisations de la 6e génération sont :

  • 1.8 ST (7A-FE) de 115 ch (105 ch pour les modèles US de 1996-1997)
  • 2.0 SS-I (3S-FE) de 138 ch [uniquement vendu au Japon]
  • 2.0 SS-II, 2.0 GT (3S-GE) de 175 ch (200 ch pour les modèles Japon de 1998-1999 SS-II et SS-III)
  • 2.0 GT-4 (3S-GTE) de 245 ch (modèle quatre roues motrices)
  • 2.0 GT-4 (3S-GTE) WRC Edition Limited (2500 exemplaire) de 255  ch (modèle quatre roues motrices)
  • 2.2 GT, 2.2 SX, 2.2 ZR (5S-FE) de 135 ch [uniquement pour les marchés américain et canadien]
Toyota Celica GT-Four de Didier Auriol (1995).

Il existe une variante à cette Celica 6e génération : la Toyota Curren, qui est une Celica dont les phares et le bouclier avant sont spécifiques.

Le modèle quatre roues motrice-turbo GT-4 (de son nom de code ST 205) fut homologué en rallyes. Elle est surtout célèbre de par "l'affaire de la bride de turbo" au rallye de Catalogne 1995 qui lui fit perdre tout intérêt auprès des amateurs du modèle.

Elle obtint cependant le titre européen ERC des pilotes avec Armin Schwarz (1996, victoires à Hunsrück, île de Mann, Chypre et Semperit), celui de Hongrie en 1995, 1996 et 1997 (János Tóth), celui de Finlande Gr.A en 1996, 1997 et 1998 (Marcus Grönholm, utilisant aussi la Corolla WRC durant la dernière année), celui de Suède Gr.A en 1996 (Thomas Rådström) et 1997 (Tomas Jansson), ceux de république tchèque (avec Milan Dolák) et d'Autriche (avec Kris Rosenberger) en 1997, celui d'Estonie Gr.A (Markko Märtin de nouveau pour Toyota) en 1998, et aussi celui du Pérou (avec Ramón Ferreyros en 2001, et Eduardo Dibós Silva en 2003). Soit tout de même 14 titres, dont 12 sur le vieux continent.

Au final, Marcus Grönholm eut cinq titres nationaux avec la marque nipponne entre 1991 et 1998, avec en prime trois Rallye Arctique consécutifs comptabilisés en ERC. Toyota engrangea une somme respectable de 36 titres en rallyes avec ses trois séries de modèles (générations 4 à 6) de 1986 à 1998 (près de 3 par an en 13 ans).

Génération 7 (2000 - 2005)[modifier | modifier le code]

La septième génération, un seul modèle avec deux moteurs disponibles :

  1. - 1.8L VVTi de 143 ch (série 1ZZ-FE), connu sur de nombreux modèles de la gamme Toyota GT (USA).
  2. - 1.8L VVTLi de 192 ch (série 2ZZ-GE, développé en collaboration avec Yamaha), réservé aux version TS (Europe) ou GTS (USA).
Toyota Celica 1.8 VVTL-i GT-S

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour les modèles 145 VVT-i d'après l'Ademe. Il pourrait y avoir des modèles émettant moins de CO2.
  2. Pour les modèles 190 VVTL-i TS d'après l'Ademe. Il pourrait y avoir des modèles émettant plus de CO2.

Liens externes[modifier | modifier le code]