Toyota TF106

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Toyota TF106
Toyota TF106B

Toyota TF106

Jarno Trulli à bord de la Toyota TF106B au Grand Prix du Canada 2006

Présentation
Équipe Drapeau du Japon Panasonic Toyota Racing
Constructeur Toyota
Année du modèle 2006
Concepteurs Mike Gascoyne
Pascal Vasselon
Spécifications techniques
Châssis Monocoque compsoite en fibre de carbone en nid d'abeille
Suspension avant Triangles superposés, poussoirs et barre de torsion, amortisseurs Penske
Suspension arrière Triangles superposés, poussoirs et barre de torsion, amortisseurs Penske
Nom du moteur Toyota RVX-06
Cylindrée 2 398 cm³ de 750 ch à 19 000 tr/min
Configuration 8 cylindres en V à 90°
Position du moteur Arrière
Boîte de vitesses Toyota semi-automatique séquentielle à commande hydraulique
Nombre de rapports 7 rapports + marche arrière
Système de freinage Disques Hitco et Étriers Brembo
Dimensions et Poids Empattement : 3 090 mm
Voie avant : 1 425 mm
Voie arrière : 1 411 mm
Poids : 605 kg
Carburant Esso
Pneumatiques Bridgestone
Partenaires Panasonic
Denso
Histoire en compétition
Pilotes 7. Drapeau de l'Allemagne Ralf Schumacher
8. Drapeau de l'Italie Jarno Trulli
Début 2006 au GP de Bahreïn
Courses Victoires Pole Meilleur tour
18 0 0 0
Championnat constructeur 6e avec 35 points
Championnat pilote Ralf Schumacher : 10e
Jarno Trulli : 12e

Chronologie des modèles (2006)

La Toyota TF106 est une monoplace de Formule 1 de l'écurie Toyota F1 Team, engagée au cours de la saison 2006 de Formule 1. Elle est pilotée par l'Allemand Ralf Schumacher et l'Italien Jarno Trulli. Les pilotes d'essais sont le Brésilien Ricardo Zonta, le Français Olivier Panis et l'Espagnol Andy Soucek.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans une Formule 1 qui tourne de plus en plus à l'affrontement entre grands constructeurs, le deuxième fabricant mondial ne peut se permettre de jouer les seconds rôles dans la compétition la plus prestigieuse du sport automobile. Après une bonne saison 2005 et malgré les changements de réglementation nombreux, son passage dans le clan Bridgestone, les membres de l'écurie de Cologne sont très optimistes. De plus, la TF106 est la première monoplace cru 2006 à être présentée.

Malheureusement les premiers essais hivernaux font vite déchanter les pontes de Toyota. En effet la création de Mike Gascoyne (transfuge de Renault en 2003) peine à suivre le rythme des meilleures monoplaces de l'intersaison : Renault R26, Honda RA106, McLaren MP4-21 ou Ferrari 248 F1.

Le premier Grand Prix de la saison ne fait que renforcer ces craintes : totalement hors du coup, les Toyota ne peuvent se targuer que d'une fiabilité exemplaire. En Malaisie les choses vont mieux puisque Ralf Schumacher inscrit le premier point de l'équipe, performance qu'il réédite en Australie deux semaines plus tard. Qualifié sixième, il termine sur la troisième marche du podium derrière Fernando Alonso et Kimi Räikkönen. Mais cet excellent résultat est quelque peu biaisé par le caractère chaotique du rendez-vous des antipodes : dix abandons, quatre intermèdes sous le régime de la voiture de sécurité interdisent de proclamer le retour définitif de l'écurie japonaise aux avant-postes. D'autant plus que Jarno Trulli, brillant un an auparavant, semble en difficulté cette année : systématiquement dominé par son équipier, accablé de problèmes mécaniques, impliqué dans un accrochage avec la Red Bull RB2 de David Coulthard en Australie dans le premier tour.

Deux semaines avant le retour en Europe des protagonistes du Championnat du monde, un coup de théâtre secoue la structure de Cologne : Mike Gascoyne quitte l'équipe suite à un remaniement interne qui, paradoxalement, provoque un regain de performance. A Imola, Ralf Schumacher est sixième sur la grille, neuvième en course et Jarno Trulli neuvième en qualifications, mais doit abandonner au cinquième tour sur un problème non identifié.

A domicile, les membres de l'équipe basée à Cologne ne réalisent pas une course brillante, Trulli prenant le meilleur sur Schumacher après avoir pris le mulet, dont l'entretoise différait de celle de la voiture de course : peut-être une solution aux contre-performances de l'Italien depuis le début de la saison. Septième et dixième sur la grille, les TF106 ne brillent pas en course, Trulli échouant à la porte des points quand son équipier abandonne. Ce syndrome se répète en Espagne puisque bien que s'élançant des sixième et septième places sur la grille, les monoplaces japonaises ne ramènent aucun point du rendez-vous catalan : Ralf Schumacher, plus rapide en début de course que son équipier, le harponne fratricide et abandonne peu après. Peut-être est-ce la raison de la morne dixième place de l'Italien, mais elle semble cohérente, alors que Ferrari et Renault se détachent au sommet de la discipline, Toyota semble loin de ses ambitions.

A Monaco, l'introduction de la TF106B semble avoir des effets positifs : Trulli est sur le podium à six tours de la fin quand son hydraulique le lâche. Ralf Schumacher sauve un point de la fin de semaine monégasque mais l'écurie japonaise est rejointe par Red Bull Racing au championnat. En Angleterre, les problèmes continuent d'accabler l'écurie et ses pilotes : qualifié en dernière position après un problème technique qui l'a empêché de boucler le moindre tour, Trulli voit sa course ruinée dès le samedi et Ralf Schumacher, septième sur la grille, est projeté par Scott Speed dans la Williams FW28 de Mark Webber dès le premier tour.

Au Canada, Trulli signe une performance remarquable en se classant quatrième sur la grille, premier du clan Bridgestone, puis en occupant la troisième place pendant une partie de la course avant de chuter à la sixième place, empochant ses premiers points de la saison. Son coéquipier semble avoir hérité de la poisse qui collait à l'Italien, puisque ce week-end fut noir pour celui qui s'imposa en 2001 sur ce circuit : problèmes de grip dus à un choix de gommes entraînant une dizaine de sorties de piste, implication dans l'abandon de Villeneuve et finalement abandon au cinquante-huitième tour.

Une semaine plus tard, à Indianapolis, le manufacturier de pneus japonais Bridgestone domine très largement son homologue français et les équipes sous contrat avec le nippon dominent très largement : les Ferrari dominent de la tête et des épaules tout le week-end, et les TF106 se montrent très à leur avantage : parti dernier suite à la rupture d'un amortisseur, Trulli part pour un seul arrêt et termine quatrième au terme d'une course splendide, durant laquelle il devance son équipier parti huitième et qui abandonne alors qu'il était cinquième. Toyota n'est plus qu'à trois points de BMW Sauber et remonte au classement. En France, cette tendance se confirme : Ralf Schumacher termine quatrième et était devancé par son équipier jusqu'à l'abandon de celui-ci : un beau résultat d'ensemble s'envole pour l'équipe nippone mais la situation est encourageante. En Allemagne, Trulli empoche deux points supplémentaires alors qu'il partait vingtième sur la grille après un changement de moteur.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Photo de la Toyota TF106 de Jarno Trulli en essais hivernaux
Jarno Trulli en essais hivernaux au volant de la Toyota TF106
Résultats détaillés de la Toyota TF106 en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneus Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
2006 Panasonic Toyota Racing Toyota V8 RVX-06 Bridgestone BAH MAL AUS SMR EUR ESP MON GBR CAN USA FRA ALL HON TUR ITA CHI JAP BRÉ 35 6e
Ralf Schumacher 14e 8e 3e 9e Abd Abd 8e Abd Abd Abd 4e 9e 6e 7e 15e Abd 7e Abd
Jarno Trulli 16e 9e Abd Abd 9e 10e 17e 11e 6e 4e Abd 7e 12e 9e 7e Abd 6e Abd

Légende : ici

Sur les autres projets Wikimedia :