Voiture de chemin de fer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Voiture (homonymie).

Dans le domaine des chemins de fer, une voiture est un véhicule remorqué spécialement conçu pour le transport de voyageurs, dans des conditions normales de confort et de sécurité. Dans le langage courant, les voitures de chemins de fer sont encore souvent appelées wagons, mais dans le milieu ferroviaire, ce terme est désormais réservé, tout au moins en France et dans les textes de référence de l'UIC, aux véhicules affectés au transport des marchandises et des bestiaux[1].

Voiture panoramique des CFF
Voiture-lits
Voiture à deux niveaux type M6 de la SNCB

Voitures et wagons[modifier | modifier le code]

Historiquement les voitures, notamment celles de la CIWL (Compagnie des wagons-lits) et celles des Grands express européens, arboraient le nom de wagon-lit et wagon-restaurant. De même le wagon de l'armistice est la voiture de chemin de fer de la CIWL dans laquelle furent signés les armistices du 11 novembre 1918 et du 22 juin 1940 entre l'Allemagne et la France. Le terme "voiture" est utilisé en France, alors que la Belgique francophone utilise le terme de "wagon" (d'où l'origine du nom de la CIWL).

Une caractéristique qui distingue les voitures à voyageurs des wagons à marchandises dans les trains modernes est la présence de passerelles d'intercirculation situées au-dessus des attelages. Ces passerelles, qui permettent de passer facilement d'une voiture à l'autre sont couvertes et étanches, protégées des intempéries par des soufflets.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès les tout premiers débuts de l'histoire des chemins de fer, on a ressenti la nécessité de concevoir des voitures adaptées au transport des voyageurs avec une capacité supérieure à celle des véhicules hippomobiles en usage jusqu'alors.

Les premières voitures de chemin de fer furent mises en circulation en Grande-Bretagne en 1838 sur la ligne Londres - Birmingham et présentaient déjà la particularité d'être divisées en « classes ». Dans les premiers trains historiques, il n'était pas rare que les voitures soient accompagnées de wagons réservés au transport des chevaux, utiles pour permettre à certains voyageurs de terminer leur parcours.

Les premières voitures ont été construites par des fabricants de diligences. Ainsi, il s'agissait simplement de caisses de diligence fixées sur un wagon plat. Rapidement, on a juxtaposé plusieurs "caisses" pour faire des voitures plus longues. Cette disposition est à l'origine de l'existence des compartiments. En France, il faudra attendre la série des voitures USI en 1960 pour voir la disposition en coach se banaliser.

Aux États-Unis d'Amérique, la disposition coach a rapidement été adoptée, car les constructeurs partaient d'un savoir-faire inexistant et ont donc beaucoup inventé.

Au cours des années, divers types de voitures particulières sont apparus, par exemple les voitures panoramiques placées en queue de certains trains célèbres ou celles présentant un dôme central surélevé, destinées dans les deux cas à offrir aux voyageurs une meilleure vision des panoramas traversés, ou bien les voitures conçues par George Pullman vers le milieu du XIXe siècle spécifiquement adaptées au voyage de nuit.

Technique[modifier | modifier le code]

Structure[modifier | modifier le code]

De nos jours, les voitures de chemin de fer sont normalement équipées de deux bogies de deux essieux chacun. Elles ont en moyenne 26 m de long pour 4 m de hauteur au-dessus du rail, et 2,8 m de large. Ces dimensions correspondent en grande partie à des normes établies dans le cadre de l'UIC.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Les voitures modernes sont souvent exclusivement de première ou de deuxième classe, et de plus en plus non-fumeurs. La 3e classe a disparu en Europe depuis plusieurs décennies — 1956 pour la SNCF — ainsi que les autres réseaux ferroviaires membres de l'UIC. À quelques rares exceptions près, tous les trains européens sont désormais non-fumeurs (après enquêtes publiques et expérimentation, les voyageurs ont plébiscité cette solution, y compris les fumeurs !)[réf. nécessaire].

Les voitures sont en règle générale équipées de toilettes (au minimum une par voiture). Sur le réseau allemand, le rejet direct sur la voie est interdit, cette formule se généralise sur tous les réseaux ferroviaires membres de l'UIC et les voitures modernes sont équipées de toilettes chimique à rétention.

Les voitures les plus récentes sont souvent équipées pour accueillir les personnes handicapées et climatisées, avec en conséquence des baies fixes.

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon l'aménagement intérieur[modifier | modifier le code]

Les voitures peuvent être destinées à des usages particuliers :

  • Voitures pour voyages de jour, qui peuvent être divisées intérieurement en compartiments, habituellement de 6 fauteuils en 1ère classe et de 6[2] ou 8 sièges[3] en seconde, ou présenter une seule salle traversée par une allée centrale ;

La disposition des sièges est variable, soit en vis-à-vis, les voyageurs se faisant face indépendamment du sens de la marche du train, souvent séparés par une tablette, ou parfois alignés en file tous dans le même sens, le plus souvent selon une disposition mixte ;

  • Fourgons à bagages, équipant les trains de long parcours ; ce type de véhicule est pratiquement en voie de disparition, du moins en Europe,
  • Voitures pour voyages de nuit : ces voitures sont toujours divisées en compartiments pouvant accueillir de 1 à 6 voyageurs selon la classe et la formule choisie :
    • Voitures-couchettes, équipées de couchettes (avec sac de couchage) souvent convertibles en places assises pour la partie diurne du voyage,
    • Voitures-lits, aux cabines équipées de véritables lits, avec draps et couvertures, et au minimum d'un lavabo,
  • Voitures-restaurant, présentes dans les trains de long parcours, en salle ou sous la forme de restauration à la place (en 1ère classe) à bord des TGV,
  • Voiture-bar, la formule de restauration la plus courante,
  • Voitures spéciales pour conférence, opérations promotionnelles…

Selon le nombre de niveaux[modifier | modifier le code]

Selon leur structure générale, on peut distinguer deux grands types de voitures :

  • à un seul niveau, dont le plancher est classiquement situé à environ un mètre du niveau des rails ;
  • à deux niveaux, dont la partie centrale est surbaissée pour permettre l'insertion d'un compartiment supérieur accessible par des escaliers situés dans les vestibules d'entrée. Ce type de voitures est très utilisé sur les lignes de banlieue fortement sollicitées, mais on en trouve également dans le trafic grandes lignes comme par exemple dans les TGV Duplex ou les InterCity des CFF.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Désignant encore tout type de voiture de chemin de fer au milieu du xixe siècle, le terme wagon vit ensuite son usage restreint au transport des marchandises » selon le TLFi.
  2. par exemple en Allemagne, dans des compartiments plus petits qu'en première.
  3. par exemple en France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]