Législation sur le tabac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pictogramme d'interdiction de fumer

Le tabac est un produit nocif pour la santé. En tant que tel, il est donc encadré par de nombreuses législations, certaines datant du XVIIe siècle et de l'apparition du tabac[1].

Les législations sur le tabac encadrent généralement la vente en la restreignant (exemple : interdiction de vente aux mineurs), la publicité sur les lieux publics et le matériel des fumeurs (voir : avertissements sur les paquets de cigarettes) mais aussi la possibilité pour les fumeurs d'exercer leur addiction (voir : interdiction de fumer et interdiction de fumer dans les véhicules particuliers).

Législation internationale[modifier | modifier le code]

Convention-cadre de lutte anti-tabac de l’Organisation mondiale de la santé dans le cadre de l’initiative pour Un Monde Sans Tabac.

En Afrique[modifier | modifier le code]

Au Mali[modifier | modifier le code]

Le Mali a ratifié en 2005 la Convention-cadre de lutte anti-tabac de l’Organisation mondiale de la santé dans le cadre de l’initiative pour Un Monde Sans Tabac. Le conseil des ministres a adopté le 17 mars 2010 un projet de loi portant réglementation de la commercialisation et de la consommation du tabac et des produits du tabac qui vise à renforcer les actions de lutte contre le tabagisme et interdit toute forme de publicité et toute activité de promotion du tabac[2]. Ce projet de loi vient renforcer la loi portant restriction de la publicité et de l’usage du tabac adoptée en 1996[3].

En Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Au Canada[modifier | modifier le code]

Le Canada n'a pas de loi fédérale pour restreindre le tabagisme. Il appartient plutôt aux dix provinces et aux trois territoires de légiférer sur la question. Plusieurs municipalités ont devancé les lois provinciales et restreint ou totalement interdit l'usage de la cigarette sur leur territoire :

  • Le Nouveau-Brunswick, le Manitoba, le Nunavut, la Saskatchewan, Terre-Neuve et Labrador et les Territoires du Nord-Ouest interdisent tous l'usage du tabac dans les restaurants et les bars ;
  • L'Ontario a imposé une loi provinciale fin mai 2006. Cependant, plusieurs municipalités interdisaient déjà le tabagisme dans les lieux publics. C'est le cas de la ville de Toronto, qui a progressivement interdit la consommation de tabac dans les bars et restaurants, de 1999 à 2004. Le 16 juin 2008, l'Assemblée législative de l'Ontario a adopté une nouvelle loi qui protège les enfants de moins de 16 ans contre l'exposition à la fumée secondaire dans les véhicules automobiles[4];
  • Longtemps reconnu comme un « paradis pour fumeurs », le Québec s'est doté de lois anti-tabac très étendues. L'usage du tabac est interdit dans la majorité des lieux publics depuis janvier 1999. Tous les bars, les restaurants jusqu'à un rayon de neuf mètres des portes, les véhicules de travail transportant deux personnes ou plus, les aires communes des immeubles de 6 logements ou plus sont devenus non-fumeurs le 31 mai 2006. La loi inclut l'abolition de tout fumoir pour 2008[5],[6],[7]
  • Depuis le 1er octobre 2004, il est interdit de fumer dans les endroits publics et les lieux de travail du Nouveau-Brunswick et notamment sur les terrains d'écoles, dans les magasins de détail, les salles paroissiales, les centres de congrès, les installations récréatives, les établissements d'enseignement, les salles de bingo, les établissements ayant un permis d'alcool, les restaurants[8],[9].
  • Le Yukon était la dernière région canadienne sans législation anti-tabac. Depuis le 15 mai 2008, le Yukon interdit l'usage du tabac dans les bars et restaurants. La ville de Whitehorse interdit l'usage du tabac dans tous les lieux publics, incluant bars et restaurants, depuis 2005.

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

À l'instar du Canada, les États-Unis n'imposent pas de réglementation fédérale, laissant le soin aux États de légiférer. Ceux-ci ont tous interdit le tabagisme en public, avec plus ou moins de sévérité selon les régions. Les villes et municipalités peuvent également adopter leurs propres règlements pour limiter ou bannir l'usage du tabac en public. La ville de New York, par exemple, applique une politique d'interdiction du tabagisme, qui n'est pas toléré dans les bars, discothèques et restaurants.

Le 2 avril 2009, la Chambre des représentants américains a adopté un projet de loi octroyant à l’autorité de contrôle de la sécurité alimentaire et des médicaments (FDA), une agence du gouvernement fédéral, d’importants pouvoirs afin d’imposer des restrictions à l’industrie du tabac[10].

Ce projet donnerait le pouvoir de contrôler l’usage du tabac chez les jeunes et la dépendance envers ce produit. Ainsi, la FDA (Food and Drug Administration) devra s’assurer par exemple que les publicités pour le tabac sont interdites à moins de 300 mètres des écoles et terrains de jeu. Le parrainage d’événements sportifs et culturels sera interdit. La politique de prévention contre le tabac sera renforcée. Les avertissements aux fumeurs figurant sur les paquets de cigarettes seront rendus plus lisibles. En outre, la FDA pourra contrôler la composition des cigarettes (teneur en goudron, nicotine et autres substances dangereuses) et disposera de moyens coercitifs supplémentaires pour superviser l’application de la loi chez les cigarettiers.

Des centaines d’associations de santé publique américaines soutiennent ce projet de loi et espèrent que le Sénat approuvera rapidement le texte voté par la Chambre, et qu’il sera signé par le président Barack Obama, qui a avoué être un fumeur occasionnel.

En Asie[modifier | modifier le code]

Au Laos, les temples et musées sont non-fumeurs (ici le Vat Sisakhet de Vientiane)

Au Japon[modifier | modifier le code]

Fumer est interdit dans les lieux publics comme les gares, les aéroports ou les musées, sauf dans les espaces fumeurs indiqués spécifiquement. Certains arrondissements spéciaux de Tōkyō ont adopté des arrêtés d'interdiction de fumer dans la rue ou qui prévoient une amende pour les fumeurs jetant leur mégot de cigarette à terre[11]. D'après des responsables de l'arrondissement de Chiyoda, des habitants se sont plaints de fumeurs tenant leurs cigarettes trop près du visage des enfants[12].

En Russie[modifier | modifier le code]

Il est interdit de fumer dans les lieux publics. La loi sur « la protection de la santé des personnes contre le danger du tabagisme passif et les conséquences de la consommation de tabac », approuvée le 12 février 2013 par la chambre basse du Parlement (Douma) et entérinée le 20 février par le Conseil de la Fédération (chambre haute), a été promulguée lundi 25 février 2013 par Vladimir Poutine. Elle entrera en vigueur graduellement jusqu'en juin 2014[13].

En Turquie[modifier | modifier le code]

Le 7 novembre 1996, la Turquie interdit le tabagisme dans les lieux publics avec une amende de 700 livres (environ 400 euros) depuis 2006 (la législation 4207 avec le nom « Tütün le ve Tütün Mamullerinin Onlenmesine Dair Kanun » ‹ l'Acte pour l'empêchement de dangers de produits de tabac et tabac ›). Depuis le 19 juillet 2009, il est également interdit de fumer dans les restaurants, les bars et les discothèques.

En Océanie[modifier | modifier le code]

En Australie[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er décembre 2012, les fabricants de cigarettes ont l'obligation de vendre leurs cigarettes dans un seul type d'emballage en Australie, premier pays à appliquer une mesure de ce type. Le paquet de cigarettes, d'un vert olivâtre sombre et couvert d'avertissements choc est identique pour toutes les marques, seul le nom de la marque peut figurer sur le paquet. Cette décision vise à réduire l'influence d'une marque et de son logo par le biais de la publicité sur les fumeurs. À la suite de cette réglementation, la directrice de l'Organisation mondiale de la santé Margaret Chan a appelé les autres pays à suivre l'exemple de l'Australie, en matière de marketing du tabac, tandis que la Commission européenne a fait savoir qu’elle suivrait de près l'impact que cette initiative aura sur la population[14].

Plusieurs pays producteurs de tabac (l'Ukraine, la République dominicaine, le Honduras, Cuba et l'Indonésie) ont lancé un recours contre l'Australie devant l'Organe de règlement des différends de l'Organisation mondiale du commerce à propos de cette décision[15]. Philip Morris International (PMI) a également lancé un recours contre l'Australie au titre d'un accord de libre-échange entre l'Australie et Hong Kong. La filiale Philip Morris Asie de PMI, basée à Hong Kong, a racheté Philip Morris Australie quelques mois avant que la loi australienne soit promulguée, afin de rendre ce recours possible.

En Europe[modifier | modifier le code]

Dans l'Union européenne[modifier | modifier le code]

L'essentiel de la législation relative au tabac dans l'Union européenne est du ressort des États-membres. Toutefois, la Commission européenne peut émettre des directives que les États sont ensuite tenus de transcrire dans leurs lois nationales. Elle a notamment émis des directives relatives à la composition des produits du tabac, aux informations sanitaires qui doivent figurer sur les paquets, et à la publicité[16]. Les États-membres restent libres d'édicter des lois plus restrictives que celles proposées par la Commission.

Le principe de libre circulation des marchandises au sein de l'Union européenne constitue à l'inverse un obstacles aux politiques antitabac des États-membres, car la fiscalité des produits du tabac n'est pas harmonisée au sein de l'Union européenne.

Allemagne[modifier | modifier le code]

La législation allemande concernant la vente et la consommation de tabac ainsi que la prévention contre le tabagisme est variable selon les états (Länder), mais il existe également une législation et une jurisprudence fédérales concernant notamment la publicité, les transports et administrations publics, la protection des mineurs et des salariés ou les logements locatifs. Il existe dans certains de ces domaines des législations locales antérieures, mais le droit fédéral prime sur le droit local selon la loi fondamentale allemande. Au niveau local, des restrictions supplémentaires peuvent exister, comme par exemple pour les écoles, les administrations publiques locales ou les restaurants.

Belgique[modifier | modifier le code]

  • L'Arrêté royal du 14 septembre 1976 interdit la consommation de tabac dans les transports publics. La consommation de tabac ne peut être autorisée que dans les compartiments prévus à cet effet.
  • Par les Arrêtés Royaux du 15 mai 1990 et du 2 janvier 1991, il est interdit de fumer dans les lieux accessibles au public.
  • Le 1er janvier 2004, les compartiments fumeurs disparaissent des trains de la SNCB et la vente de tabac devient interdite aux moins de 16 ans, sous peine de fortes amendes (mise en application, 1er décembre 2004).
  • Le 1er janvier 2006, il est interdit de fumer sur son lieu de travail, sauf si un endroit est prévu à cet effet (AR du 19/01/2005 Relatif à la protection des travailleurs contre la fumée de tabac).
  • Depuis le 1er janvier 2007, il est interdit de fumer dans les restaurants. Cette législation peut être considérée comme assez permissive par rapport aux autres pays européens, car la consommation de tabac reste autorisée dans les bars, discothèques, cercles de jeux et cafés. Néanmoins, des pourparlers tendant à renforcer l'interdiction de fumer seraient en cours. Ainsi, il est interdit depuis le 1er janvier 2010 de fumer dans tous lieux où de la nourriture est proposée. La loi prévoit également l'interdiction du tabac dans tous les lieux publics fermés en 2014 avec possibilité d'abaisser cette interdiction dès le 1er janvier 2012.
  • Le 15 mars 2011, la cour constitutionnelle abroge le dispositif dérogatoire transitoire prévu dans la loi interdisant le tabac dans l'horeca.
  • Depuis le 1er juillet 2011, il est interdit de fumer dans tous les lieux publics fermés du Royaume.

Espagne[modifier | modifier le code]

Depuis le 2 janvier 2011, l'Espagne interdit la consommation de tabac dans les espaces publics fermés, les bars ainsi que les restaurants et discothèques. Fumer est également interdit à proximité des établissements scolaires et hospitaliers[17].

France[modifier | modifier le code]

Irlande[modifier | modifier le code]

Depuis mars 2004, il est interdit de fumer en Irlande dans tous les lieux fermés qui constituent des lieux de travail. L'interdiction de fumer est notamment applicable aux restaurants, aux cafés (pubs) et discothèques, et la création de salles réservées aux fumeurs ("fumoirs") n'y est pas prévue. C'est, de fait, le premier pays à avoir pris de telles mesures (même si certains états américains l'ont devancés sur certains points). Contrairement aux prédictions alarmistes des tenanciers de pubs, la mise en place de cette mesure s'est effectuée sans réelle difficulté et n'a pas eu d'impact négatif sur la marche des affaires des établissements publics. Une année après son entrée en vigueur, elle bénéficiait d'un très large soutien de la population, puisque 93 % des Irlandais se déclaraient satisfaits, dont 80 % chez les fumeurs[18].

Italie[modifier | modifier le code]

  • La loi de 1975 interdit de fumer dans les taxis, bus, métro et hôpitaux.
  • Une autre loi plus restrictive, adoptée en décembre 2002 et entrée en application le 10 janvier 2005, interdit de fumer dans tous les lieux publics (même les bureaux de tabac), sauf dans des salles aménagées pour les fumeurs. Ces salles, dont la création est facultative, doivent représenter moins de 50 % de la surface de l'établissement, être closes et dotées de dispositifs stricts de ventilation. Elles doivent être fermées par des portes se fermant automatiquement et ne peuvent pas constituer des points de passage obligé pour les non-fumeurs[19].

Portugal[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2008, il est interdit de fumer dans tous les lieux publics. sauf dans les cafés, bars, restaurant ou une partie peut être autorisée aux fumeurs. Les amendes vont jusqu'à 1 000 euros. Il faut avoir 18 ans pour acheter du tabac[20].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Fumeurs à l'extérieur d'un bâtiment de Canary Wharf, 2005

La Chambre des communes a voté dans la nuit du 14 au 15 février 2006 une loi interdisant la consommation de tabac dans les pubs, clubs et lieux de travail du pays. Elle est entrée en application en juillet 2007. Il sera toujours possible de fumer dans les espaces privés, les prisons et les hôtels. Les amendes iront de 50 livres pour le consommateur à 1000 livres pour les propriétaires de pubs. L'âge minimum pour acheter du tabac a également été élevé à 18 ans[21].

Suède[modifier | modifier le code]

En Suède, à partir du 1er juin 2005, il est totalement interdit de fumer dans les restaurants et dans les cafés, à moins que les établissements ne disposent de salles fermées réservées aux fumeurs et équipées d'un dispositif de ventilation règlementaire. Les pièces réservées aux fumeurs ne doivent pas constituer des lieux de passage obligé pour les autres clients, elles doivent utiliser moins de la moitié de la surface mise à la disposition du public, et les salariés des établissements ne sont tenus d'y séjourner que de façon « temporaire », aucune activité de service ne pouvant se dérouler pendant que quelqu'un fume[22].

En Norvège[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er juin 2004, il est interdit de fumer dans tous les lieux où l'on sert des produits alimentaires ou des boissons. Dans un souci de protéger le personnel contre les risques du tabagisme passif, la possibilité de créer des salles réservées aux fumeurs a été exclue[23].

En Suisse[modifier | modifier le code]

La Suisse est le seul pays en Europe, avec la Principauté d'Andorre, à n'avoir pas ratifié la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac (CCLAT). Les multinationales du tabac, nombreuses en Suisse, exercent une influence significative sur les décisions publiques du pays.

Tabagisme passif[modifier | modifier le code]

Loi fédérale[modifier | modifier le code]

Une initiative parlementaire fédérale a été lancée en 2006 par le conseiller national Felix Gutzwiller pour renforcer la protection contre le tabagisme passif dans les lieux publics. Elle proposait de modifier la loi sur le travail en établissant le principe que les travailleurs doivent pouvoir exercer leur activité sans être exposés à la fumée passive. Cette initiative a été acceptée par le Conseil national le 4 octobre 2007.

Suite à ce référendum, une loi a été instituée en 2010 au niveau fédéral. Elle impose le principe qu'il est interdit de fumer dans les lieux publics et les lieux de travail, mais elle ne s'applique pas aux établissements de restauration de moins de 80 mètres carrés, qui peuvent être exploités comme établissements fumeurs[24]. Les fumoirs avec service sont également autorisés.

Les partis de droite ont combattu le texte et défendu le « droit à fumer » et la liberté des commerçants de décider si leur établissement serait fumeur ou non, au nom notamment de l'attrait de la place touristique suisse, alors que les partis de gauche défendaient une interdiction plus générale.

Une nouvelle initiative pour renforcer cette interdiction a été rejetée le 23 septembre 2012, y compris par les cantons qui avaient massivement approuvé l'imposition de restrictions supplémentaires chez eux. Le canton de Genève est le seul à avoir voté majoritairement en faveur d'une interdiction plus stricte au niveau fédéral.

Lois cantonales[modifier | modifier le code]

En Suisse, chaque canton peut légiférer dans les domaines de compétence cantonaux (par ex., santé et hygiène). Les cantons ont ainsi la possibilité d'édicter des lois plus restrictives que la loi fédérale.

On peut globalement regrouper les cantons suisses en trois catégories[25] :

  1. Les plus restrictifs ont adopté une loi proche de celle que l'on trouve dans des pays comme la France ou le Royaume-Uni : il est interdit de fumer dans tous les cafés et restaurants quelle que soit leur taille. Les fumoirs sont autorisés sous certaines conditions, mais aucun service ne peut y être fourni. Il s'agit des cantons suivants : Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Fribourg, Genève, Neuchâtel, Valais et Vaud.
  2. D'autres ont adopté une juridiction plus restrictive que la loi fédérale, interdisant les établissements fumeurs, mais autorisant les fumoirs avec service. Ce sont les cantons : Appenzell Rhodes-Extérieures, Berne, Grisons, Saint-Gall, Soleure, Tessin, Uri et Zurich.
  3. Les autres cantons se contentent d'appliquer la loi fédérale. Il s'agit des cantons suivants : Argovie, Appenzell Rhodes-Intérieures, Glaris, Jura, Lucerne, Nidwald, Obwald, Schaffhouse, Schwytz, Thurgovie et Zoug.

On note que presque tous les cantons romands appartiennent à la première catégorie ; seul le canton du Jura se contente d'appliquer la loi fédérale, tandis que le canton de Berne, partiellement francophone, autorise les fumoirs avec service. Inversement, les cantons de la première catégorie sont presque tous romands, à l'exception des cantons de Bâle-Ville et Bâle-Campagne.

Renseignements détaillés pour quelques cantons ayant adopté des lois plus restrictives que la loi fédérale :

  • Tessin : La fumée est bannie de tous les établissements publics. Est toutefois réservée la possibilité d'aménager des salles pour fumeurs, selon le modèle italien. Cette loi a fait l'objet d'un référendum déposé par le parti de la Lega dei Ticinesi, qui l'estimait liberticide. Le 12 mars 2006, le peuple tessinois s'est prononcé à 79,1 % en faveur de l'interdiction.
  • Soleure : La fumée est désormais interdite dans tous les établissements et bâtiments publics soleurois. Des fumoirs avec une ventilation séparée peuvent toutefois être aménagés dans les bâtiments. Une initiative visant à assouplir cette interdiction, soutenue par le Parti libéral-radical, a été rejetée le 11 juin 2010 par 66,07 % des votants.
  • Genève : une initiative populaire cantonale 129 intitulée « Fumée passive et santé », soutenue par CIPRET-Genève et l'association OxyRomandie, avait été déposée le 6 juillet 2005 munie de 20 230 signatures. Cette initiative demandait l'interdiction de fumer dans les établissements publics sans possibilité d'établir un fumoir (suivant le modèle irlandais). Elle avait fait l'objet d'un recours au Tribunal Fédéral, déposé par le cabinet d'avocats qui défend Japan Tobacco International (JTI). Le Tribunal fédéral ayant rejeté le recours le 29 mars 2007, l'initiative genevoise a été soumise au peuple le 24 février 2008, et acceptée par un peu moins de 80 % des votants. En attendant que le Parlement genevois promulgue une loi, le pouvoir exécutif avait édicté un règlement transitoire visant à bannir la fumée des lieux publics à partir du 1er juillet 2008. Cependant, ce règlement a été contesté et attaqué devant le Tribunal fédéral, aussi bien par les opposants à l'interdiction que par ceux qui la soutiennent. Ces derniers reprochaient au règlement de contenir trop d'exceptions (en autorisant, par exemple, la fumée dans des lieux dits à caractère privés tels que les chambres d'hôtels ou les cellules de prison), tandis que les opposants à l'interdiction réclamaient le droit de fumer librement sans nuire à autrui, ce dans des fumoirs ou des établissements réservés aux fumeurs. De plus, ils remettaient en cause le bien-fondé du règlement transitoire, du fait qu'il a été promulgué par le pouvoir exécutif et non législatif, ce qui serait contraire à la séparation des pouvoirs. C'est ce dernier argument que le Tribunal Fédéral a retenu en date du 30 septembre 2008 : le règlement provisoire, jugé anticonstitutionnel, a dès lors été annulé, et il était à nouveau permis de fumer dans les lieux publics genevois. Le 22 janvier 2009, le Grand Conseil promulgue une nouvelle loi (K118) dite « Loi sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics (LIF) ». Cette loi est combattue par une demande de référendum qui obtient 12 000 signatures (7 000 signatures sont nécessaires pour faire aboutir une demande de référendum dans le canton de Genève). Le 27 septembre 2009, le Peuple s’est à nouveau prononcé pour l’interdiction de la fumée, la votation ayant passé par 81,7 %. La loi est entrée en vigueur le 31 octobre 2009[26].
  • Fribourg, Neuchâtel et Vaud[27] : des initiatives populaires cantonales, intitulées « Fumée passive et santé », ont été lancées dans ces cantons avec le soutien de la Coalition romande contre la fumée passive, qui s'est constituée en décembre 2005 dans ce but, et de l'association OxyRomandie, dont l'objectif est de lutter contre le tabagisme passif dans la Suisse romande. Elles ont abouti en 2009 et 2010 à l'interdiction de fumer dans tous les lieux publics de ces trois cantons, cafés et restaurants inclus, sauf dans des fumoirs remplissant certaines conditions : ils doivent être correctement ventilés et ne doivent pas constituer des lieux de passage ; ils sont en outre interdits aux mineurs et ne doivent pas proposer de services[28].
  • Valais : Le Grand Conseil valaisan a accepté le 14 février 2008 une loi sur la santé qui interdit la fumée dans les établissements publics. Les débats ont été houleux, mais la loi a fini par être acceptée par 75 voix pour, 31 contre et 9 abstentions. Un référendum contre cette interdiction a été rejeté le 30 novembre 2008 par 80 % des votants dans la partie francophone et 67 % dans la partie germanophone du canton[29].
  • Zurich : Le peuple zurichois s'est prononcé le 28 septembre 2008 sur une initiative de la Ligue pulmonaire visant à bannir la fumée de tous les lieux publics fermés, sans exceptions. Au nom des libertés économiques et individuelles, le gouvernement zurichois avait décidé d'opposer à cette initiative un contre-projet qui aurait autorisé les exploitants à installer des locaux séparés et suffisamment ventilés à l'intention des fumeurs. En outre, les établissements de moins de 35 places assises auraient seulement dû indiquer clairement s'il était permis d'y fumer ou non. Les Zurichois ont rejeté le contre-projet et approuvé l'initiative de la Ligue pulmonaire avec 56,6 % des suffrages. Le texte reste toutefois assez peu contraignant puisque les fumoirs avec service sont autorisés.
  • Bâle-Ville Les Bâlois ont accepté le 28 septembre 2008 à 52,8 % des suffrages, l'initiative de la Ligue pulmonaire, qui exige que le tabac soit prohibé dans tous les lieux publics. Plusieurs initiatives ont été lancées depuis pour revenir sur cette interdiction, jusque-là sans succès. Une nouvelle initiative populaire, similaire aux précédentes, conduira prochainement les électeurs à se prononcer une nouvelle fois sur ce sujet.

Publicité[modifier | modifier le code]

Loi fédérale[modifier | modifier le code]

La publicité pour les produits du tabac est interdite à la radio et à la télévision, mais elle est autorisée dans les journaux et magazines, y compris à destination d'un public jeune, et sur les lieux de vente, y compris par affichage visible du domaine public. Par ailleurs un grand nombre d'évènements culturels sont parrainés par l'industrie du tabac, qui saisit cette occasion pour réaliser des opérations promotionnelles (paquets de cigarette spéciaux à l'occasion de l'évènement par exemple)[30]. De nombreux festivals sont parrainés par l'industrie du tabac[31].

Un projet de loi pour restreindre un peu plus la publicité en faveur du tabac est envisagé, mais il ne concernerait pas les opérations de parrainage. L'industrie de la publicité s'y oppose[32].

Dans l'ensemble, la publicité pour le tabac est beaucoup plus présente en Suisse qu'en France.

Lois cantonales[modifier | modifier le code]

Certains cantons imposent des restrictions supplémentaires à la publicité pour les produits du tabac, notamment en matière d'affichage public et d'affichage visible depuis le domaine public. Un petit nombre de cantons interdisent également la publicité au cinéma (Genève, Saint-Gall, Soleure et Valais) et les activités de parrainage (Soleure et Valais)[33].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Rouvillois, « Réprimer les fumeurs, une histoire ancienne : Panorama de Jacques Ier d'Angleterre à nos jours », dans Histoire de la Politesse : de 1789 à nos jours, Paris, Éditions Flammarion,‎ 19 septembre 2008, 17,4 x 10,8 x 3 cm, 635 p. (ISBN 2081217805 et 978-2081217805, lire en ligne), p. 431-435
  2. Communiqué du Conseil des ministres du 17 mars 2010
  3. Communiqué du Conseil des Ministres (Mali) du 17 mars 2010
  4. Une nouvelle loi interdit de fumer dans les véhicules automobiles
  5. Loi sur le tabac - 1998
  6. Démarches de révision de la Loi sur le tabac à l'hiver 2005
  7. Nouvelle Loi sur le tabac - adoptée à l'unanimité en juin 2005
  8. Communiqué de presse
  9. Loi sur les endroits sans fumée
  10. France Info, « USA: la Chambre vote de fortes restrictions sur l'industrie du tabac »,‎ 2009 (consulté le 02/04/2009)
  11. Coutumes et bonnes manières sur le site officiel du tourisme à Tōkyō
  12. Smoking ban on Tokyo's streets, BBC News, 2 Octobre 2002 [lire en ligne]
  13. http://www.liberation.fr/monde/2013/02/25/la-russie-interdit-le-tabac-dans-les-lieux-publics_884335
  14. En Australie, tous les paquets de cigarettes seront identiques, article de la RTS du 30.11.2012
  15. http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/paquets-de-cigarettes-neutres-cuba-lance-un-recours-contre-l-australie-a-l-omc_1427722.html
  16. http://ec.europa.eu/health/tobacco/products/index_fr.htm
  17. http://voyages.excite.fr/fini-la-cigarette-dans-les-bars-et-restaurants-en-espagne-N13519.html
  18. Bilan à un an de l'office irlandais contre le tabagisme
  19. « L'interdiction de fumer dans les restaurants » en Irlande et en Italie sur senat.fr
  20. Portugal bans smoking inside public places
  21. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21502102
  22. « L'interdiction de fumer dans les restaurants » en Suède et au Portugal sur senat.fr
  23. « L'interdiction de fumer dans les restaurants » en Norvège et aux Pays-Bas sur senat.fr
  24. http://www.cipretvaud.ch/interdiction-de-fumer-dans-les-lieux-publics-au-niveau-suisse/
  25. http://www.bag.admin.ch/themen/drogen/00041/03814/03815/index.html?lang=fr
  26. http://www.tdg.ch/geneve/actu/geneve-persiste-signe-fumee-passive-fini-2009-09-27 Genève persiste et signe: la fumée passive, c'est fini!
  27. Site officiel du canton de Vaud
  28. http://www.vd.ch/themes/economie/police-du-commerce/hotellerie-restauration/cafetier-restaurateur-hotelier-aubergiste/creation-etablissement/fumoir/
  29. http://www.vs.ch/Public/doc_detail.asp?Language=fr&ServiceID=3&DocumentID=22810
  30. « La Suisse, paradis de l’industrie du tabac »,‎ 12 septembre 2014 (consulté le 13 septembre 2014)
  31. http://www.oxygeneve.ch/?q=node/33
  32. http://www.tdg.ch/suisse/Berne-souhaite-interdire-la-publicite-sur-les-cigarettes/story/11995674
  33. http://www.bag.admin.ch/themen/drogen/00041/03814/03816/index.html?lang=fr