Jeremy Brett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brett.

Jeremy Brett

Nom de naissance Peter Jeremy William Huggins
Naissance 3 novembre 1933
Drapeau de l'Angleterre, Berkswell Grange, Warwickshire
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Décès 12 septembre 1995 (à 61 ans)
Londres
Profession Acteur
Films notables Sherlock Holmes, My Fair Lady

Jeremy Brett, de son vrai nom Peter Jeremy William Huggins, (3 novembre 1933 à Berkswell Grange, Warwickshire - 12 septembre 1995 à Londres) est un acteur britannique. Il est principalement connu pour avoir personnifié le détective Sherlock Holmes dans une série produite par la chaine Granada Television entre 1984 et 1995.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jeremy Brett naquit au manoir de Berkswell Grange dans le Warwickshire (Angleterre), benjamin d'une fratrie de quatre garçons. Il fit ses études au Collège d'Eton. Il a avoué plus tard qu'il y était un « désastre scolaire » et il attribuait à la dyslexie ses difficultés d'apprentissage. Malgré tout, il excellait dans le chant et était membre de la chorale du collège.

Théâtre et télévision[modifier | modifier le code]

Brett s'entraîna comme acteur à l'École Centrale d'art oratoire et dramatique (Central School of Speech and Drama) à Londres. Il fit ses débuts d'acteur professionnel au Library Theatre de Manchester en 1954 et sur une scène londonienne en 1956 avec la compagnie Old Vic. Il continua à interpréter sur scène beaucoup de rôles classiques, y compris de nombreuses pièces de Shakespeare, au début de sa carrière avec Old Vic et plus tard au Royal National Theatre. Brett fit sa première apparition à la télévision en 1954 et dans un long métrage en 1955.

Un bref moment Harry Saltzman et Albert R. Broccoli pensèrent à lui pour le rôle de James Bond dans Au service secret de sa Majesté après que Sean Connery eut abandonné la série en 1967, mais le rôle alla finalement à l'Australien George Lazenby. Une deuxième audition pour le rôle de 007 dans Live and Let Die fut tout aussi infructueuse puisque c'est Roger Moore qui a obtenu ce rôle convoité.

À partir du début des années 1960, Brett fut souvent présent sur les écrans britanniques de télévision. Il joua les premiers rôles dans nombre de feuilletons classiques, notamment d'Artagnan dans l'adaptation des Trois Mousquetaires en 1966. Quelques-uns de ses rôles étaient comiques, mais le plus souvent classiques, comme le Capitaine Absolute dans The Rivals. En 1973, Brett interpréta Bassanio dans une version télévisée du Marchand de Venise de Shakespeare, dans laquelle Laurence Olivier jouait Shylock et Joan Plowright Portia. Brett, Olivier et Plowright avaient auparavant joué les mêmes rôles dans une production du Royal National Theatre. Il s'amusait à dire que, comme acteur, on lui permettait rarement le XXe siècle et jamais le temps présent.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Bien que les apparitions de Brett dans des longs métrages soient relativement peu nombreuses, il a tout de même joué Freddie Eynsford-Hill dans My Fair Lady une superproduction de 1964. Dans le film sa voix a été doublée lorsqu'il chantait, mais Brett aurait pu aussi bien chanter, comme il l'a montré plus tard quand il a joué Danilo dans La Veuve Joyeuse sur la télévision britannique en 1968.

Dans tous les rôles de Jeremy Brett on remarque la précision de sa diction. Il est pourtant né avec une difficulté d'élocution qui l'empêchait de prononcer correctement le son « R ». La chirurgie corrective pendant son adolescence, suivie pendant des années d'exercices pour prononcer les sons correctement, lui a donné une prononciation et une énonciation enviables et parfaites. Il a avoué plus tard qu'il pratiquait chaque jour tous ses exercices d'élocution, qu'il travaillât ou non.

La série Sherlock Holmes[modifier | modifier le code]

Ayant incarné un grand nombre de rôles différents au cours d'une carrière de 40 ans, on a pu le voir dans des épisodes de certaines séries télévisées américaines, comme Pour l'amour du risque, ou L'Incroyable Hulk, Jeremy Brett est surtout connu pour avoir interprété Sherlock Holmes pendant une décennie (1984 à 1994) pour la série télévisée de Granada Television, adaptée des romans originaux de Sir Arthur Conan Doyle par John Hawkesworth et d'autres scénaristes. Après avoir joué ce rôle, Brett fit peu d'autres apparitions en tant qu'acteur et aujourd'hui on le regarde généralement comme le Holmes définitif de son époque, comme Basil Rathbone l'avait été pendant les années 1940[1].

Vie familiale et personnelle[modifier | modifier le code]

Brett était bisexuel mais ne le disait qu'à très peu de gens. En 1958, Brett se maria avec l'actrice Anna Massey (la fille de Raymond Massey), ils divorcèrent en 1962. Leur fils, David Huggins, né en 1959, est aujourd'hui un caricaturiste britannique à succès, en même temps qu'un illustrateur et un romancier. Quelques années plus tard, Brett et Massey se retrouvèrent dans la version que la BBC fit de Rebecca (1978) ; Brett y jouait Max de Winter, le héros tourmenté par son passé, et Massey interprétait la domestique, Mme Danvers. (David Huggins y jouait également un petit rôle, non crédité dans le générique.) En 1976 Brett se maria avec l'américaine Joan Wilson, productrice de PBS, elle mourut du cancer en 1985. Brett fut accablé par cette mort précoce et ne se remaria pas. Il eut également une relation avec l'acteur Gary Bond, ainsi qu'une relation avec Paul Shenar[2].

Jeremy Brett souffrait de trouble bipolaire, et vers la fin de sa vie d'insuffisance cardiaque, causé notamment par le rhumatisme articulaire aigu contracté à l'âge de 16 ans. Jeremy Brett est décédé d'une crise cardiaque à l'âge de 61 ans à Londres dans son appartement durant la nuit.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Référence culturelle[modifier | modifier le code]

  • En 2011, dans son album "Human Encounter", Salim Ghazi Saeedi a dédicacé à Jeremy Brett un morceau intitulé "For Jeremy, Embodying the Mastermind" (À Jeremy, Incarnant Le Cerveau)[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Oudin, Enquête sur Sherlock Holmes, Paris, Gallimard, 1997, pp. 48 et 53.
  2. Graham, David, Casting About: A Memoir (iUniverse, 2007), page 265
  3. "Human Encounter Album", Salim Ghazi Saeedi's Official Website, salimworld.com, novembre 2011

'Génération Séries no 18, Gimmick Press, 1996

'Sherlock Holmes à l'écran', les Evadés de Dartmoor, 2011

'Sherlock Holmes', Mark Campbell, Pocket Essentials, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]