Les Hommes dansants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Hommes dansants
Publication
Auteur Arthur Conan Doyle
Titre d'origine The Adventure of the Dancing Men
Langue Anglais
Parution Drapeau : Royaume-Uni Décembre 1903,
Strand Magazine (mensuel)
Recueil Le Retour de Sherlock Holmes
Intrigue
Personnages Sherlock Holmes
Docteur Watson
Hilton Cubitt (client)
Elsie Cubitt
Nouvelle précédente/suivante
Précédent L'Entrepreneur de Norwood La Cycliste solitaire Suivant

Les Hommes dansants, aussi traduite Les Danseurs (The Adventure of the Dancing Men en version originale), est l'une des cinquante-six nouvelles d'Arthur Conan Doyle mettant en scène le détective Sherlock Holmes. Elle est parue pour la première fois dans la revue britannique Strand Magazine en décembre 1903, avant d'être regroupée avec d'autres nouvelles dans le recueil Le Retour de Sherlock Holmes (The Return of Sherlock Holmes).

Résumé[modifier | modifier le code]

Situation initiale[modifier | modifier le code]

M. Hilton Cubitt, propriétaire du manoir de Riding Thorpe dans le Norfolk, fait appel à Sherlock Holmes car depuis quelque temps, sa jeune femme, Elsie, l’inquiète. Ils sont mariés depuis à peine un an. Elsie est américaine ; elle a fait promettre à son mari de ne jamais l’interroger sur son passé – promesse qu’en parfait gentleman, il tient à respecter. Tout allait bien jusqu’à ce qu’Elsie reçoive une lettre des États-unis, qui la perturba beaucoup et qu’elle jeta au feu.

Depuis, de curieux gribouillages d’aspect enfantin sont apparus dans la propriété des Cubitt. Ils représentent des ribambelles de petits bonshommes qui semblent être en train de danser. Ces dessins surgissent de façon mystérieuse : parfois sur des bouts de papier déposés pendant la nuit, parfois griffonnés à la craie sur un mur, une porte ou le rebord d’une fenêtre. Chaque fois, leur découverte semble terrifier Elsie, mais elle n’en donne aucune explication à son mari.

Résolution[modifier | modifier le code]

Holmes demande à Cubitt de lui transmettre une copie fidèle de chaque nouveau message des « hommes dansants ». Grâce au matériel ainsi rassemblé, Holmes parvient à briser le code secret des mystérieux graffiti.

Le dernier message déchiffré est particulièrement glaçant et alerte Holmes. Le détective se précipite au manoir de Ridling Thorpe, pour y découvrir Cubitt tué d’une balle en plein cœur et sa femme gravement blessée à la tête.

Est-ce un meurtre suivi d’un suicide ? À la stupéfaction de l’inspecteur de police local, Holmes découvre vite qu’il n’en est rien. Plusieurs indices lui font suspecter l’implication d’une troisième personne, qui est aussi certainement l’auteur des messages codés. Pour étayer ses soupçons, Holmes devra recourir de nouveau à ses compétences de cryptologue.

Une énigme cryptographique[modifier | modifier le code]

L’intrigue de la nouvelle Les Hommes dansants repose sur une énigme cryptographique.

Dans cette nouvelle, Sherlock Holmes réussit à briser le code des messages chiffrés qui terrifient la femme de son client. Ces messages sont composés de suites de symboles différents, en forme de personnages (appelés stickmen) agitant les bras et les jambes, parfois munis de petits drapeaux : les « hommes dansants ».

Message codé de la nouvelle des Hommes dansants.

Sherlock Holmes parvient à comprendre la signification de ces séries de dessins en étudiant les fréquences d'apparition de chaque personnage, selon la méthode de l'analyse fréquentielle. Le chiffre de ce cryptogramme est en fait très simple. Il s’agit d’une substitution alphabétique : chaque petit personnage représente une lettre. L’intérêt de ce chiffre est sa discrétion : utilisé dans des messages gribouillés sur des murs ou des bouts de papier, il passe inaperçu car on peut le prendre pour un dessin d'enfant — ce que fait d'abord le docteur Watson, bien sûr ! Ces gribouillis sont en fait une forme de stéganographie, l'art de rendre anodins les messages les plus secrets.

Adaptations filmées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]