Shédiac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shédiac (homonymie).
Shédiac
Image illustrative de l'article Shédiac
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Westmorland
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Jacques Leblanc
2012-2016
Constitution 1903
Démographie
Population 6 053 hab. (2011 en augmentation)
Densité 484 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 10″ N 64° 32′ 27″ O / 46.219515, -64.54090146° 13′ 10″ Nord 64° 32′ 27″ Ouest / 46.219515, -64.540901  
Altitude Min. 0 m
Superficie 1 250 ha = 12,50 km2
Divers
Langue(s) Français et anglais (officielles)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1307052
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Shédiac

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Shédiac
Liens
Site web http://www.shediac.org/

Shédiac ou Shediac est une ville du comté de Westmorland située dans le Sud-Est du Nouveau-Brunswick au Canada. La ville est située à proximité du parc provincial de la Plage-Parlee, une attraction très populaire.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

La ville portait à l'origine le nom de La Batture. Le nom Shédiac fait référence à sa position à l'embouchure de la rivière Shédiac. Ce nom est dérivé du micmac Esedeiik, signifiant « qui remonte loin », possiblement en référence à la configuration de la baie de Shédiac ou au portage menant vers la rivière Petitcodiac[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Shédiac est situé à 30 kilomètres de route au nord-est de Moncton.

La ville se situe sur le détroit de Northumberland, à l'embouchure de la rivière Scoudouc, à cheval entre le pays de Gédaïque et le pays de Cap-Pelé.

Shédiac est limitrophe de Pointe-du-Chêne au nord-est, de Beaubassin-Est à l'est, de la paroisse de Shédiac au sud, de Chemin-Scoudouc à l'ouest et de Cap-de-Shédiac au nord-ouest.

Shédiac est généralement considérée comme faisant partie de l'Acadie[2].

Topographie[modifier | modifier le code]

Le relief de Shédiac est relativement plat.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de Shédiac est composé principalement de roches sédimentaires du groupe de Pictou datant du Pennsylvanien (entre 300 et 311 millions d'années)[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Shédiac bénéficie d'un climat continental humide.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Une faible portion de Shédiac, surtout dans le sud du territoire, est composé de forêt.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Shédiac est traversée par la route 15, reliant Moncton à l'Île-du-Prince-Édouard via la Transcanadienne et le pont de la Confédération, ainsi qu'à l'extrémité sud de la route 11, se rendant jusqu'au Québec. Les routes 132, 133 et 134 constituent des accès secondaires. Shédiac est desservi par les autobus interurbains. Plus de correspondances sont possibles à partir de Moncton, où l'on retrouve aussi la gare de Moncton et l'aéroport international du Grand Moncton.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le centre-ville est situé sur la rive est de la rivière Scoudouc. Shédiac-Est puis Rings Corner s'étendent vers l'est, le long de la rue Principale. Chapmans Corner est situé sur la rive ouest de la rivière Scoudouc. Une partie d'Ohio-du-Barachois est situé au sud-est du territoire, l'autre partie étant dans Beaubassin-Est.

Logement[modifier | modifier le code]

La ville comptait 2437 logements privés en 2006, dont 2223 occupés par des résidents habituels[4]. Parmi ces logements, 60,8 % sont individuels, 6,3 % sont jumelés, 3,4 % sont en rangée, 2,9 % sont des appartements ou duplex, 19,8 % sont des immeubles de moins de cinq étages et 3,4 % sont des immeubles de plus de cinq étages. Enfin, 3,2 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles[5]. 66,9 % des logements sont possédés alors que 33,1 % sont loués[5]. 59,5 % ont été construits avant 1986 et 5,9 % ont besoin de réparations majeures[5]. Les logements comptent en moyenne 6,4 pièces et 0,5 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce[5]. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 157 964 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La scierie Smith, sur la rivière Scoudouc, vers 1920.

Shédiac est situé dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Sigenigteoag, qui comprend l'actuel côte Est du Nouveau-Brunswick, jusqu'à la baie de Fundy[6]. Le district de Pigtogeoag ag Epegoitnag est situé juste à l'Est[6]. Plusieurs campements existent à l'embouchure de la rivière Shédiac et de la rivière Scoudouc[7]. Une réserve micmacque est fondée mais elle n'est plus utilisée à la fin du XIXe siècle[7].

Un fort est construit à Shédiac ou les environs par Louis de La Corne en 1749[8]. La tradition orale affirme que les ruines sur l'île au Crâne sont en fait d'un autre fort construit par les Micmacs, autrefois appelé le fort Sauvage[8].

La ville est fondée par les Acadiens au milieu du XVIIIe siècle[9]. Des immigrants anglais s'établissent à Shédiac à partir de 1785[9]. La construction navale et l'exportation du bois vers l'Angleterre contribuent à la prospérité économique du XIXe siècle[9].

L'hôtel Shediac est construit dans les années 1850[10]. La construction d'un chemin de fer vers Saint-Jean, durant les années 1860, fait de Shédiac le port d'attache des traversiers vers l'Île-du-Prince-Édouard; Cap-Tourmentin la remplace à ce titre durant la Première Guerre mondiale[9]. Le Moniteur acadien, premier journal francophone à voir le jour en Acadie, est fondé en 1867.

La ville est constitué le 7 janvier 1903[11]. L'hôpital de Shédiac, d'une capacité de 25 lits, est fondé en 1957[12]. Il est fermé en 1973 mais remplacé par le centre médical régional en 1977, qui emménage dans un nouvel édifice en 1980[12]. La Polyvalente Louis-J.-Robichaud est inaugurée en 1969[13]. La Division des pensions et retraites du ministère fédéral des approvisionnements et services, comptant 400 employés, emménage dans un nouvel édifice à Shédiac en 1982[14]. L'école Mgr-François-Bourgeois est inaugurée en 1987[13]. L'Hôtel Shediac est démoli en 2004[10]. Shédiac accueille la XXIVe finale des Jeux de l'Acadie en 2003. Un centre multifonctionnel est ouvert en 2011[15].

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

Évolution territoriale de la paroisse de Shédiac après 1966.

Démographie[modifier | modifier le code]

La cité comptait 5 497 habitants en 2006, soit une hausse de 12,4 % en 5 ans[4]. Il y a en tout 2220 ménages dont 1555 familles[5]. Les ménages comptent en moyenne 2,3 personnes tandis que les familles comptent en moyenne 2,7 personnes[5]. Les ménages sont composés de couples avec enfants dans 22,5 % des cas, de couples sans enfants dans 35,4 % des cas et de personnes seules dans 28,6 % des cas alors que 13,3 % des ménages entrent dans la catégorie autres (familles monoparentales, colocataires, etc.)[5]. 66,2 % des familles comptent un couple marié, 17,4 % comptent un couple en union libre et 16,4 % sont monoparentales[5]. Dans ces dernières, une femme est le parent dans 86,3 % des cas[5]. L'âge médian est de 46,7 ans, comparativement à 41,5 ans pour la province[4]. 86,9 % de la population est âgée de plus de 15 ans, comparativement à 83,8 % pour la province[4]. Les femmes représentent 54,3 % de la population, comparativement à 51,3 % pour la province[4]. Chez les plus de 15 ans, 30,6 % sont célibataires, 44,9 % sont mariés, 4,6 % sont séparés, 7,7 % sont divorcés et 12,0 % sont veufs[4]. De plus, 11,2 % vivent en union libre[4].

Évolution démographique de Shédiac depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
4 289 4 370 4 343 4 664 4 892 5 497 6 053
(Sources : [16],[17],[18],[4])


Les autochtones représentent 0,9 % de la population[19] et 1,5 % des habitants font partie d'une minorité visible[20]. Les immigrants représentent 3,5 % de la population et 0,0 % des habitants sont des résidents permanents[21]. 1,0 % des habitants ne sont pas citoyens canadiens et 91,6 % des habitants âgés de plus de 15 ans sont issus de familles établies au Canada depuis trois générations ou plus[21]. En date du 16 mai 2006, 83,7 % des gens avaient la même adresse depuis au moins un an alors que 6,1 % habitaient auparavant ailleurs dans la même ville, que 7,9 % habitaient ailleurs dans la province, que 2,0 % habitaient ailleurs au pays et que 0,0 % habitaient ailleurs dans le monde[22]. À la même date, 57,6 % des gens avaient la même adresse depuis au moins cinq ans alors que 14,6 % habitaient auparavant ailleurs dans la même ville, que 21,1 % habitaient ailleurs dans la province, que 5,6 % habitaient ailleurs au pays et que 1,1 % habitaient ailleurs dans le monde[22].

La langue maternelle est le français chez 73,2 % des habitants, l'anglais chez 23,8 % et les deux langues chez 1,5 % alors que 1,5 % sont allophones[23]. Les deux langues officielles[Note 1] sont comprises par 76,8 % de la population alors que 8,4 % des habitants sont unilingues francophones, que 14,8 % sont unilingues anglophones et que 0,0 % ne connaissent ni l'anglais ni le français[23]. Le français est parlé à la maison par 69,9 % des gens, l'anglais par 27,5 %, les deux langues officielles par 1,6 %, le français et une langue non officielle par 0,0 %, l'anglais et une langue non officielle par 0,0 % et une langue non officielle seule par 0,9 %[23]. Le français est utilisé au travail par 50,9 % des employés et l'anglais par 40,5 % alors que 8,4 % des employés utilisent les deux langues officielles, que 0,0 % utilisent le français et une langue non officielle, que 0,3 % utilisent l'anglais et une langue non officielle et que 0,0 % utilisent uniquement une langue non officielle[24].

L'histogramme suivant démontre la progression de l'anglais et la régression du français:

Évolution des langues maternelles (en %) Légende
  •      Français
  •      Anglais
  •      Anglais et français
  •      Autre(s) langue(s)
Sources[25],[26],[23]:

Chez les plus de 15 ans, 32,7 % n'ont aucun certificat, diplôme ou grade, 20,7 % ont uniquement un diplôme d'études secondaires ou l'équivalent et 46,6 % détiennent aussi un certificat, un diplôme ou un grade post-secondaire ; par comparaison, ces taux s'élèvent à 29,4 %, 26,0 % et 44,6 % au provincial[27]. Parmi la même tranche d'âge, 11,9 % des gens possèdent un diplôme d'un programme d'un an au CCNB ou l'équivalent, 19,2 % détiennent un diplôme d'un programme de trois ans au CCNB ou l'équivalent, 2,6 % ont un diplôme ou un certificat universitaire inférieur au baccalauréat et 13,0 % ont un certificat, un diplôme ou un grade universitaire plus élevé[27]. Parmi ces diplômés, 10,1 % sont formés en enseignement, 2,7 % en arts ou en communications, 3,1 % en sciences humaines, 5,5 % en sciences sociales ou en droit, 27,5 % en commerce, en gestion ou en administration, 1,7 % en sciences et technologies, 5,3 % en mathématiques ou en informatique, 20,0 % en architecture, en génie ou dans des domaines connexes, 1,4 % en agriculture, en ressources naturelles ou en conservation, 10,8 % en santé, parcs, récréation ou conditionnement physique, 11,8 % en services personnels, de protection ou de transport et 0,0 % dans d'autres domaines[27]. Les diplômés post-secondaires ont terminé leurs études à l'extérieur du pays dans 2,7 % des cas[27].

En termes de population, Shédiac se classe au 23e rang de la province.

Économie[modifier | modifier le code]

Plage Parlee

Travail et revenu[modifier | modifier le code]

Le recensement de 2006 de Statistique Canada fournit aussi des données sur l'économie. Chez les habitants âgés de plus de 15 ans, le taux d'activité était alors de 63,3 %, le taux d'emploi était de 56,5 % et le taux de chômage était de 10,8 % ; à titre de comparaison, ceux de la province étaient respectivement de 63,7 %, 57,3 % et 10,0 %[28].

Évolution du taux de chômage à Shédiac
Sources[29],[30],[28]:

Chez les personnes âgées de 15 ans et plus, 2 960 ont déclaré des gains et 4 260 ont déclaré un revenu en 2005[31]. 89,1 % avaient aussi déclaré des heures de travail non rémunérées[28]. Le revenu médian s'élevait alors à 22 563 $ avant et à 19 807 $ après impôt, comparativement à la moyenne provinciale de 22 000 $ avant et 20 063 $ après impôt; les femmes gagnaient en moyenne 1 668 $ de moins que les hommes après impôt, soit 18 139 $[31]. En moyenne, 69,9 % du revenu provenait de gains, 17,8 % de transferts gouvernementaux et 12,4 % d'autres sources[31]. 8,5 % de toutes les personnes dans les ménages avaient un faible revenu après impôt, une proportion montant à 12,4 % pour les moins de 18 ans[31].

Parmi la population active occupée, 5,0 % des gens travaillaient à domicile, aucun travaillaient à l'extérieur du pays, 9,1 % n'avaient pas de lieu de travail fixe et 85,5 % avaient un lieu de travail fixe[32]. Parmi les travailleurs ayant un lieu de travail fixe, 40,7 % travaillaient en ville, 54,2 % travaillaient ailleurs dans le comté, 3,7 % travaillaient dans un autre comté et 1,2 % travaillaient dans une autre province[32].

Principaux secteurs[modifier | modifier le code]

La caisse populaire.

En 2006, on dénombrait 2,7 % des emplois dans l'agriculture, la pêche et les autres ressources, 7,0 % dans la construction, 13,8 % dans la fabrication, 5,2 % dans le commerce de gros, 9,8 % dans le commerce de détail, 7,1 % dans la finance et l'immobilier, 8,8 % dans la santé et les services sociaux, 5,4 % dans l'éducation, 15,2 % dans les services de commerce et 25,2 % dans les autres services[28].

Le secteur de la pêche représente une part importante de l'économie de la ville, avec la transformation.

Le tourisme estival occupe lui aussi une place prépondérante avec notamment le parc provincial de la Plage-Parlee, située dans la communauté limitrophe de Pointe-du-Chêne.

Le siège-social de la Caisse populaire Sud-Est, membre des Caisses populaires acadiennes, est situé en ville. La caisse compte 7 000 membres et quatre succursales[33].

Entreprise Sud-Est, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[34]. Shédiac est le siège de la CBDC Westmorland Albert[35].

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Shédiac.

Le conseil municipal est formé d'un maire et de huit conseillers généraux[11]. La ville était auparavant divisée en 4 quartiers pour des fins administratives. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[11].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Jacques Leblanc
Conseillers généraux Sylvie C. Boudreau, Patricia Bourque-Chevarie, Carmelle Brun, Roger G. Caissie, Marc Fougère, Germaine Gallant, Laura Gallant et Anita Léger-MacDonald.

Conseils précédents

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Raymond Cormier
Conseillers généraux Peter Breau, Laura Gallant, Jacques Leblanc, Ernie T. O'Brien.
Conseillers de quartier
#1 Michel (Mike) Thibodeau
#2 André (Andy) Caissie
#3 Charles J. Leblanc
#4 Normand J. Belliveau
Liste des maires successifs de Shédiac
Période Identité Étiquette Qualité
1906 1907 Ernest A. Smith   Dentiste et homme d'affaires
1920 1921 Alphonse Sormany    
1921   John Kelly    
1946 1952 Joseph Leblanc    
19?? 197? Alfred Landry[36]    
197? 1977 Rodrigue Leblanc[37]    
1977 198? Valmon Thibodeau[38],

[39]

   
1995 2001 Raymond A. Leblanc    
2001 2004 Camille Belliveau    
2004 2012 Raymond Cormier    
2004 en cours Jacques Leblanc    
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des maires successifs de Shédiac-Est (ancienne municipalité fusionnée)
Période Identité Étiquette Qualité
196? 19?? Claude Belliveau

[36]

   
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Shédiac fait partie de la Région 7[40], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[41]. Shédiac est représenté au conseil par son maire[42]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[43].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Shédiac est membre de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick[44].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Shédiac fait partie de la circonscription provinciale de Shediac—Cap-Pelé, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Victor Boudreau, du Parti libéral. Il fut élu en 2004 et réélu en 2006 et en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Shédiac fait partie de la circonscription fédérale de Beauséjour. Cette circonscription est représentée à la Chambre des communes du Canada par Dominic LeBlanc, du Parti libéral.

Vivre à Shédiac[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Shédiac compte deux écoles publiques francophones faisant partie du district scolaire #11. Tout d'abord, les élèves fréquentent l'école Mgr-François-Bourgeois de la maternelle à la 8e année avant de poursuivre leurs études à la Polyvalente Louis-J.-Robichaud jusqu'en 12e année.

Shédiac possède aussi une bibliothèque publique.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Le Centre correctionnel régional du Sud-Est.

Il y a une caserne de pompiers, située à l'hôtel de ville. La ville possède un poste de la Gendarmerie royale du Canada. Il est le siège du district 4, qui regroupe l'est du comté de Westmorland.

Shédiac possède un tribunal satellite de la Cour provinciale du Nouveau-Brunswick à Richibouctou.

La ville dispose aussi du Centre médical régional de Shédiac, ayant une équipe de six médecins et des infirmières, ainsi qu'un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick. La Villa Providence Shédiac est un foyer de soins agréés.

La ville bénéficie du terrain de Golf & Camping Wikiwak. Le centre multifonctionnel a une superficie de 1 404 mètres2[15]. Un marché est organisé le dimanche sur la rue Main.

Shédiac compte aussi u bureau de poste et un bureau régional d'Énergie NB[45].

Médias[modifier | modifier le code]

Shédiac est desservi par le quotidien francophone L'Acadie nouvelle, de Caraquet. L'hebdomadaire Le Moniteur acadien est publié en ville et L'Étoile de Dieppe y est aussi distribué. Les anglophones sont desservis par les quotidiens Times & Transcript de Moncton et Telegraph-Journal de Saint-Jean.

Religion[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Joseph est une église catholique romaine faisant partie de l'archidiocèse de Moncton.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Albert James Smith
Pascal Poirier

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

La maison Pascal Poirier est un site historique provincial.

Langue[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Shédiac est officiellement bilingue[46] puisque l'anglais et le français sont tous deux parlés par plus de 20 % de la population[23].

C'est probablement à partir du nom de Shédiac qu'a été nommé le chiac, langage anglo-français parlé par les Acadiens du sud-est du Nouveau-Brunswick[47].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La ville est surnommée la « Capitale mondiale du homard » et la plus grande statue de homard du monde est située à l'entrée principale de la ville.

Le festival du homard de Shédiac existe depuis 1949. Des activités sont organisées pendant une semaine de temps.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cap-de-Shédiac Grande-Digue
île de Shédiac
baie de Shédiac
Pointe-du-Chêne Rose des vents
Chemin Scoudouc N Beaubassin Est
O    Shédiac    E
S
rivière Scoudouc
Chemin Scoudouc
Paroisse de Shédiac Beaubassin Est

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Nouveau-Brunswick est officiellement bilingue, c'est-à-dire que l'anglais et le français ont un statut égal.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975, p. 252.
  2. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  3. (en) [PDF] Ministère des Ressources naturelles et de l'énergie du Nouveau-Brunswick, « Bedrock Geology of New Brunswick »,‎ 2000 (consulté le 19 juin 2009)
  4. a, b, c, d, e, f, g et h « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Population », sur Statistique Canada (consulté le 5 novembre 2009).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 20 octobre 2009).
  6. a et b (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ 1978, 777 p., p. 109-110
  7. a et b (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 230
  8. a et b (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 291-292
  9. a, b, c et d Dean Jobb, « Shediac », sur L'encyclopédie canadienne.
  10. a et b Mathieu Roy-Comeau, « L'Hôtel Shediac renaîtra! », L'Acadie Nouvelle,‎ 23 mai 2012, p. 3
  11. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  12. a et b « Historique du Centre médical régional de Shediac », sur Régie régionale de la santé Beauséjour (consulté le 30 décembre 2010).
  13. a et b [PDF] « Francophone Sud », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  14. PAL, « L'édifice fédéral à Shédiac devrait aider toute la région », L'Évangéline, vol. 95, no 133,‎ 12 juillet 1982, p. 3 (lire en ligne)
  15. a et b « Inauguration d’un centre multifonctionnel à Shédiac », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 12 décembre 2011)
  16. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités - Moncton - population 1981 », sur Statistique Canada (consulté le 9 octobre 2011).
  17. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités - Moncton - population 1986 », sur Statistique Canada (consulté le 9 octobre 2011).
  18. « Profils des communautés de 1996 - Shédiac - Population », sur Statistique Canada (consulté le 9 octobre 2011).
  19. « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Peuples autochtones », sur Statistique Canada (consulté le 5 novembre 2009).
  20. « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Minorité visible », sur Statistique Canada (consulté le 5 novembre 2009).
  21. a et b « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Immigration et citoyenneté », sur Statistique Canada (consulté le 5 novembre 2009).
  22. a et b « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Mobilité et migration », sur Statistique Canada (consulté le 5 novembre 2009).
  23. a, b, c, d et e « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Langue », sur Statistique Canada (consulté le 5 novembre 2009).
  24. « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Langue de travail », sur Statistique Canada (consulté le 5 novembre 2009).
  25. « Profils des communautés de 1996 - Shédiac - Population page 1 », sur Statistique Canada (consulté le 13 octobre 2011).
  26. « Profils des communautés de 2001 - Shédiac - Population », sur Statistique Canada (consulté le 13 octobre 2011).
  27. a, b, c et d « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Scolarité », sur Statistique Canada (consulté le 5 novembre 2009).
  28. a, b, c et d « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  29. « Profils des communautés de 1996 - Shédiac - Revenu et travail », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  30. « Profils des communautés de 2001 - Shédiac - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  31. a, b, c et d « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Revenu et gains », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  32. a et b « Profils des communautés de 2006 - Shédiac - Lieu de travail », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  33. « Caisse populaire Sud-Est », sur Caisses populaires acadiennes (consulté le 1er janvier 2010).
  34. « Paroisses et districts de services locaux », sur Entreprise Sud-Est (consulté le 7 novembre 2012).
  35. « Trouvez une cbdc », sur CBDC (consulté le 8 novembre 2012).
  36. a et b « Les résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 juin 1969, p. 2 (lire en ligne)
  37. « Résultats des élections municipales et scolaires dans les régions francophones », L'Évangéline,‎ 11 juin 1974, p. 3 (lire en ligne)
  38. « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 mai 1977, p. 16 (lire en ligne)
  39. « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 13 mai 1980, p. 16 (lire en ligne)
  40. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  41. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  42. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  43. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  44. « Liste des municipalités membres », sur Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 17 novembre 2011).
  45. « Chefs régionaux », sur Énergie NB (consulté le 8 novembre 2012).
  46. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].
  47. Yves Cormier, Dictionnaire du français acadien, Montréal, Fides,‎ 2009 (ISBN 978-2-7621-3010-2), p. 138-139.
  48. Clément Cormier, « Les Acadiens de la Louisiane et nous », Les Cahiers, Société historique acadienne, vol. 17, no 1,‎ janvier-mars 1986, p. 13

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Régis Brun, Shédiac : l'histoire se raconte,‎ 1994, 327 p. (ISBN 0-919488-50-1)
  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975

Liens externes[modifier | modifier le code]