Paroisse de Sackville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Sackville (Nouveau-Brunswick).
Paroisse de Sackville
Émetteur de Radio Canada International.
Émetteur de Radio Canada International.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Région Beaubassin, cap Maringouin
Comté ou équivalent Westmorland
Statut municipal District de services locaux
Maire
Mandat
aucun
aucun
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 1 336 hab. (2011 en augmentation)
Densité 2,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 02′ 22″ N 64° 20′ 21″ O / 46.039578, -64.33911346° 02′ 22″ Nord 64° 20′ 21″ Ouest / 46.039578, -64.339113  
Altitude Min. 0 m
Superficie 57 837 ha = 578,37 km2
Divers
Langue(s) Anglais
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1307008
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Sackville

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Sackville

La paroisse de Sackville est à la fois une paroisse civile[note 1] et un district de services locaux (DSL) canadien du comté de Westmorland, au sud-est du Nouveau-Brunswick.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

La paroisse de Sackville est nommée ainsi en l'honneur de George Sackville, 1er vicomte Sackville, qui fut commandant des forces britanniques et secrétaire colonial de 1775 à 1782[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le marais de Tintamarre et les antennes de Radio-Canada International.

Le DSL est situé dans la région de Beaubassin. Il comprend deux principales régions, soit le marais de Tantramar, à l'est, et le cap Maringouin, à l'ouest.

Sackville comprend plusieurs hameaux. Sur le cap, il y a Rockport, Lower Rockport, Upper Rockport et Johnson's Mills. C'est une région où il y a beaucoup de maisons en ruine.

Au sud de la ville de Sackville, il y a Wood Point.

Dans le marais, il y a Brooklyn Road, Centre Village, Cookville, Midgic et Ward.

La péninsule du cap Maringouin est desservie uniquement par des routes de terre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.

La paroisse de Sackville est située dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Sigenigteoag, qui comprend l'actuel côte Est du Nouveau-Brunswick, jusqu'à la baie de Fundy[2]. Un important camp micmac a vraisemblablement déjà existé à Westcock et était relié par une piste à un autre camp près de Dorchester[3]. Un autre camp était situé à Wood Point[3]. La tradition orale soutient finalement que l'un des camps micmacs les plus importants était situé à Midgic[3], qui aurait même put être le site du conseil de la région[4]. Le village moderne de Midgic, ou Midjic, est fondé avant 1812 par des fermiers de Sackville[4].

Un hameau du nom de North Joggins est fondé près de Rockport par des Néo-brunswickois surtout originaires du comté afin d'exploiter la pierre de taille. Il est ensuite abandonné[5].

Cookville est fondé suite à l'expansion de Sackville[6]. William F. Ganong répertorie un hameau du nom de Minringuin colonisé entre 1820 et 1850 par des gens originaires de Dorchester Cape et de Westcock[4]. Centre Village est fondé vers 1860 par des colons originaires d'autres localités dans la paroisse de Sackville et dans la paroisse de Botsford[7].

Le chemin de fer de l'embranchement du Cap-Tourmentin, renommé chemin de fer du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard, est construit en 1883 de Sackville à Baie-Verte, puis allongé jusqu'à Cap-Tourmentin en décembre 1886, le tout afin de transporter les passagers et les marchandises en provenance ou à destination de l'Île-du-Prince-Édouard[8].

La municipalité du comté de Westmorland est dissoute en 1966[9]. La paroisse de Sackville devient un district de services locaux en 1967[9].

Le chemin de fer du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard est abandonné en 1989[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de Statistique Canada, il y avait 1266 habitants en 2001, comparativement à 1237 en 1996, soit une hausse de 2,3 %. La paroisse compte 522 logements privés, a une superficie de 578,28 km² et une densité de population de 2,2 habitants au km².

Évolution démographique de la paroisse de Sackville depuis 2001
2001 2006 2011
1 266 1 174 1 336


Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Sud-Est, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[10].

Administration[modifier | modifier le code]

Comité consultatif[modifier | modifier le code]

En tant que district de services locaux, la paroisse de Sackville est administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président. Il n'y a actuellement aucun comité consultatif.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

La paroisse de Sackville fait partie de la Région 7[11], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[12]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnel à leur population et leur assiette fiscale[9]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[9]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[13].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: La paroisse de Sackville fait partie de la circonscription provinciale de Tantramar, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Mike Olscamp, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2006 et réélu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: La paroisse de Sackville fait partie de la circonscription fédérale de Beauséjour. Cette circonscription est représentée à la Chambre des communes du Canada par Dominic LeBlanc, du Parti libéral.

Ancienne administration paroissiale[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers successifs de la paroisse de Sackville
Parti Mandat Nom
     Indépendant 193? - 19?? James Smith
C. Askley George[14]
     Indépendant 1925 - 192? C. C. Campbell
Ashley George[15]

Vivre dans la paroisse de Sackville[modifier | modifier le code]

L'église St. Anne's de Westcock est une église anglicane. Le bureau de poste et le détachement de la Gendarmerie royale du Canada les plus proches sont situés à Sackville.

Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean et Times & Transcript, de Moncton. Ils ont aussi accès à l'hebdomadaire Sackville Tribune-Post, de Sackville. Les francophones bénéficient quant à eux du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi que l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Toler Thompson (1780-1846), agent de développement agricole, mort dans la paroisse de Sackville.

La paroisse de Sackville dans la culture[modifier | modifier le code]

Charles Roberts (1860-1943) s'inspire du hameau de Westcok et des environs pour plusieurs de ses œuvres, dont son autobiographie The Hearth that Knows (1906) et ses poèmes The Tantramar Revisisted et Westcock Hill, ce qui a poussé l'écrivain William Arthur Deacon (1895-1977) a décrit le hameau de Westcock comme « l'un des plus petits mais des plus importants lieux littéraires au Canada » (one of the smallest but most important litterary places in Canada)[16].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse de Shédiac Beaubassin Est Beaubassin Est Rose des vents
Memramcook
Paroisse de Dorchester
N Paroisse de Westmorland
O    Sackville    E
S
baie de Chipoudy
Hopewell, Paroisse d'Harvey
bassin de Cumberland
Drapeau de la Nouvelle-Écosse Nouvelle-Écosse
Pont-à-Buot
Enclave : Sackville

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au Nouveau-Brunswick, une paroisse civile est une subdivision territoriale ayant perdu toute signification administrative en 1966 mais étant toujours utilisée à des fins de recensement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rayburn 1975, p. 236
  2. (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ 1978, 777 p., p. 109-110
  3. a, b et c (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 230
  4. a, b et c Ganong 1904, p. 149
  5. Ganong 1904, p. 156
  6. Ganong 1904, p. 125
  7. Ganong 1904, p. 123
  8. a et b (en)« Heath Steele, Bathurst Mines, Brunswick Mines », sur Riding the Rails, New Brunswick Railway Museum (consulté le 2 septembre 2012).
  9. a, b, c et d Jean-Guy Finn, Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables : plan d'action pour l'avenir de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick, Fredericton,‎ 2008, 83 p. (ISBN 978-1-55471-181-9, lire en ligne [PDF]), p. 30
  10. « Paroisses et districts de services locaux », sur Entreprise Sud-Est (consulté le 7 novembre 2012).
  11. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  12. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  13. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  14. « Les élections municipales de Westmorland », L'Évangéline,‎ 8 octobre 1931, p. 15 (lire en ligne)
  15. « Les élections municipales dans Westmorland », L'Évangéline,‎ 15 octobre 1925, p. 1 (lire en ligne)
  16. John Robert Colombo, Canadian literary landmarks, Willowdale, Ontario, Hounslow Press,‎ 1984 (ISBN 0-88882-073-9), p. 44

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975