Scoudouc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Chemin Scoudouc.
Scoudouc
L'ancienne usine Owens-Illinois.
L'ancienne usine Owens-Illinois.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Westmorland
Statut municipal District de services locaux
Maire
Mandat
aucun
aucun
Fondateur
Date de fondation
Divers
1809
Démographie
Gentilé Scoudouc
Population 1 072 hab. (2011 en diminution)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 19″ N 64° 33′ 40″ O / 46.171985, -64.56115746° 10′ 19″ Nord 64° 33′ 40″ Ouest / 46.171985, -64.561157  
Altitude Min. 30 m – Max. 60 m
Superficie 5 926 ha = 59,26 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire -4
Indicatif +1-506
Code géographique 130204 (partie A) et 130205 (partie B)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Scoudouc

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Scoudouc

Scoudouc est un village du comté de Westmorland, au sud-est de la province canadienne du Nouveau-Brunswick.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Le village est nommé ainsi d'après sa position sur la rivière Scoudouc, dont le nom dérive du micmac Omskoodook, dont la signification est inconnue[1]. Les missionnaires catholiques utilisaient les variantes Squédouc, Schoudouc ou Squidouc. Le village était aussi connu sous le nom de Dorchester Crossing. Jusqu'en 1932, l'orthographe utilisée officiellement était Scadouc. Elle fut alors changée, à la demande de la population, en Scoudouc, une orthographe plus française.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Scoudouc est situé dans plaine au bord de la rivière Scoudouc, à 5 kilomètres au sud de Shédiac et à 15 kilomètres à l'est de Moncton. Le village a une superficie de 62,26 km2.

Scoudouc comporte un principal quartier, situé le long de la route 132. À l'extrémité sud, toujours le long de cette route, s'élève Meadow Brook. Le village comprend également le hameau de Malakoff, situé au sud-est, près de Meadow Brook, ainsi qu'un parc industriel situé près du centre du village.

Le principal cours d'eau est la rivière Memramcook, qui serpente au sud du territoire. Son principal affluent local est le ruisseau Meadow (prairie en anglais), qui a donné son nom au quartier de Meadow Brook. La rivière Scoudouc arrose également le village du sud vers le nord. Son bassin compte de nombreux ruisseaux et un lac.

Scoudouc est généralement considéré comme faisant partie de l'Acadie[2].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Le Grand-Pré borde la rivière Scoudouc, près du centre du village. Scoudouc est bordée à l'est par le bois de l'Aboujagane, qui fait environ 1 000 km2. Sa proximité fait que de nombreux oiseaux, amphibiens et mammifères peuvent être observés. Un autre bois plus petit s'étend de l'ouest de Scoudouc jusqu'à l'autoroute 15.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de Scoudouc est composé de roches sédimentaires du groupe de Pictou datant du pennsylvanien. Ces roches composent la plus grande partie de l'est de la province[3].

Le sol de Scoudouc est réputé être le plus fertile du comté de Westmorland[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Données climatologiques de Scoudouc
Température
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Moyenne
Maximum extrême (°C) 16 15 19 28 34 34 36 37 33 26 23 18
Maximum quotidien (°C) -4 -3 2 8 16 21 24 24 19 12 6 -1 10,4
Moyenne (°C) -9 -8 -3 3 10 15 19 18 13 7 1 -6 5,1
Minimum quotidien (°C) -14 -13 -8 -2 4 9 13 12 7 2 -3 -10 -0.3
Minimum extrême (°C) -32 -32 -27 -16 -6 -2 1 1 -3 -1 -17 -29
Précipitations et heures d'ensoleillement
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Total
Total mm 109 81 103 90 99 94 100 76 92 100 97 106 1144
Pluie (mm) 42 28 42 58 93 94 100 76 92 96 77 52 849
Chutes de neige (cm) 67 53 61 32 5 0 0 0 0 4 20 54 295
Heures d'ensoleilement 115 124 139 158 205 229 248 244 167 142 103 95 1971
Données recueillies à l'aéroport international du Grand Moncton par Environnement Canada. Données allant de 1971 à 2000.

Histoire[modifier | modifier le code]

Scoudouc est situé dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Sigenigteoag, qui comprend l'actuel côte Est du Nouveau-Brunswick, jusqu'à la baie de Fundy[5].

Scoudouc fut fondé en 1809 par 11 familles en provenance de Minoudie mais surtout de Memramcook, où le refus de Desbarres à donner leur titres de propriété aux habitants en avait poussé certains à quitter les lieux. Le 6 mai 1815, 6000 arpents de terres furent officiellement accordés aux propriétaires, maintenant aux nombre de 15, soit David Melanson, Mathurin Comeau, Pierre Melanson senior, Dominique Melanson, Fabien Melanson, Laurent Bourque, Maximin Leblanc, Laurent Melanson, François Comeau, Jean Leblanc, François Léger, John Melanson, Pierre Babin, Romain Melanson et Pierre Bourque[4].

Pendant trois décennies, le village fut visité par des missionnaires catholiques en provenance de Memramcook et les messes étaient célébrées dans les résidences. La construction d'une église en pierre commença en 1846 pour se terminer un an plus tard[4].

La paroisse Saint-Jacques-le-Majeur fut fondée en 1907 et son premier prêtre résident fut Charles-Alphonse Hudon. Un presbytère fut construit en 1908[4].

La nouvelle église Saint-Jacques-le-Majeur fut construite entre 1909 et 1910, selon les plans de l'architecte René Fréchette, de Moncton[4].

En 1860, le chemin de fer European and North American inaugura la ligne Saint-Jean - Pointe-du-Chêne, qui passait par Scoudouc. La portion entre Pointe-du-Chêne et Scoudouc fut démantelée dans les années 1980.

Au début du XXe siècle, de plus en plus de jeunes de Scoudouc allèrent travailler pour le chemin de fer Intercolonial, à Moncton. En 1914, les trois-quarts de la population y travaillaient.

Scoudouc fut l'un des premiers villages touchés par la grippe espagnole, qui y fit 16 morts à l'automne 1918[4].

L'électricité est arrivée pour la première fois au village pour Noël 1926, en provenance de la centrale hydroélectrique de Musquash[4].

La caisse populaire de Scoudouc à ouvert ses portes en 1948[4]. Elle ferme finalement ses portes en novembre 2011[6].

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

Évolution territoriale de la paroisse de Shédiac après 1966.

1809 : Fondation de Scoudouc, qui fait alors partie de la paroisse de Westmorland, dans le comté de Westmorland.

1827 : Création de la paroisse de Shédiac, comprenant Scoudouc, à partir de sections des paroisses de Dorchester, Sackville et Westmorland.

1966 : Abolition des gouvernements de comté. La paroisse de Shédiac devient le district de services locaux de la paroisse de Shédiac. Le DSL de Scoudouc est ensuite formé à parti de portions de la paroisse de Shédiac et d'une petite portion de la paroisse de Moncton[7].

Administration[modifier | modifier le code]

Comité consultatif[modifier | modifier le code]

En tant que district de services locaux, Scoudouc est administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président. Il n'y a actuellement aucun comité consultatif.

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
200?   Claude Soucy    
         
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Scoudouc fait partie de la Région 7[8], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[9]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnel à leur population et leur assiette fiscale[10]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[10]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[11].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Scoudouc fait partie de la circonscription provinciale de Memramcook-Lakeville-Dieppe, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Bernard Leblanc, du Parti libéral. Il fut élu en 2006 et réélu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Scoudouc fait partie de la circonscription fédérale de Beauséjour. Cette circonscription est représentée à la Chambre des communes du Canada par Dominic LeBlanc, du Parti libéral.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le DSL comptait 1095 habitants en 2006, comparativement à 1047 en 2001, soit une hausse de 4,6 %. Il y avait 448 logements privés, dont 433 occupés par des résidents habituels[12].

Évolution démographique de Murray Corner depuis 2001
2001 2006 2011
1 047 1 095 1 072


Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Sud-Est, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[13].

Scoudouc est doté d'un important parc industriel, situé sur un ancien terrain d'aviation de la Défense nationale du Canada. Le parc appartient désormais à Entreprises Nouveau-Brunswick.

Vivre à Scoudouc[modifier | modifier le code]

Scoudouc est accessible par la route 132 et les autoroutes 2, 11 et 15. Le village est le terminus est de la ligne Saint-Jean - Pointe-du-Chêne, sur laquelle le Canadien National opère des trains de marchandises.

Les villes voisines de Dieppe, Moncton et Shédiac disposent de plusieurs établissement d'enseignement, hôpitaux et bibliothèques.

Scoudouc possède un comptoir postal. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est situé à Shédiac.

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi que des hebdomadaires L'Étoile, de Dieppe, et Le Moniteur acadien, de Shédiac. Les anglophones bénéficient quant à eux des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean et Times & Transcript, de Moncton.

Religion[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jacques-le-Majeur est une église catholique romaine faisant partie de l'archidiocèse de Moncton.

Liste des curés[14]:

  • 1907-1915: Charles-Alphonse Hudon
  • 1916-1940: Joseph-Aquila L'Archevêque
  • 1940-1948: Philippe Hébert
  • 1948-1961: Cajetan Poirier
  • 1961-1972: Alfred Cormier
  • 1972-19??: Edvard Belliveau

Culture[modifier | modifier le code]

Le culte de la Vierge Marie était particulièrement important à Scoudouc. Celle-ci serait apparue à plusieurs reprises en 1893 à l'école de Dorchester-Crossing. Une statue a été installée sur la grand route pour commémorer cet événement[4]. Philéas-Frédéric Bourgeois, un prêtre catholique, professeur et écrivain, écrivit en 1896 la première étude ethnologique acadienne sur cette série d’apparitions.


Personnalités[modifier | modifier le code]

Scoudouc dans la culture[modifier | modifier le code]

Scoudouc fait l'objet d'un poème dans le recueil de poésie La terre tressée, de Claude Le Bouthillier[15].

En 1974, Herménégilde Chiasson a écrit un recueil de poèmes intitulé Mourir à Scoudouc, publié aux Éditions d'Acadie.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cap-de-Shédiac Chemin-Scoudouc Beaubassin-Est
(Paroisse de Shédiac)
Rose des vents
Cap-de-Shédiac
Paroisse de Moncton
N (Paroisse de Shédiac), Beaubassin-Est
O    Scoudouc    E
S
(Paroisse de Moncton)
Grand-Brûlis-du-Lac
Paroisse de Shédiac Paroisse de Shédiac

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975, p. 250.
  2. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  3. (en) [PDF] Carte géologique du Nouveau-Brunswick
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i Joseph A. l'Archevêque, Histoire de la paroisse St-Jacques-le-Majeur, 1932
  5. (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ 1978, 777 p., p. 109-110
  6. Mathieu-Roy Comeau, « La Caisse populaire Sud-Est fermera trois centres de services », L'Acadie Nouvelle,‎ 24 avril 2012, p. 4
  7. (en) New Brunswick ParishesConsulté le 21 mars 2008.
  8. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  9. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  10. a et b « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  11. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  12. (fr) Recensement 2006 Statistique Canada
  13. « Paroisses et districts de services locaux », sur Entreprise Sud-Est (consulté le 7 novembre 2012).
  14. « 75e anniversaire de l'église Saint-Jacques le Majeur », L'Évangéline, vol. ?, no 161,‎ 20 août 1982, p. 11 (lire en ligne)
  15. Claude Le Bouthillier, La terre tressée : poésie, Tracadie-Sheila, La Grande Marrée,‎ 2011, 109 p. (ISBN 978-2-349-72276-8), p. 65-67

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Herménégilde Chiasson, Mourir à Scoudouc, Monton (Nouveau-Brunswick): Éditions d'Acadie, 1974, ISBN 2760000435.
  • Joseph A. l'Archevêque, Histoire de la paroisse St-Jacques-le-Majeur, 1932.
  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975