Université de Moncton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université de Moncton
Image illustrative de l'article Université de Moncton
Devise Surge illuminare
(Lève-toi et rayonne)
Informations
Fondation 1963
Fondateur Clément Cormier, prêtre
Type Université publique
Régime linguistique Français
Localisation
Coordonnées 46° 06′ 18″ N 64° 46′ 55″ O / 46.105, -64.781944 ()46° 06′ 18″ Nord 64° 46′ 55″ Ouest / 46.105, -64.781944 ()  
Ville Moncton
Pays Drapeau du Canada Canada
Région Nouveau-Brunswick
Campus 3 (Moncton, Edmundston et Shippagan)
Direction
Recteur Raymond Théberge
Chancelier Jean-Claude Savoie
Chiffres clés
Étudiants Étudiants à plein temps des 3 campus : 5 065[1]
Campus de Moncton : 4 126
Campus d'Edmunston : 511
Campus de Shippagan : 428
Divers
Site web www.umoncton.ca/

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

(Voir situation sur carte : Nouveau-Brunswick)
Université de Moncton

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Université de Moncton

L’Université de Moncton est une université canadienne de langue française située à Moncton. Elle dessert surtout la communauté acadienne et elle a été fondée le 19 juin 1963 à la suite de la recommandation d'une commission d'enquête sur l'enseignement universitaire au Nouveau-Brunswick. L'Université de Moncton moderne est issue de la fusion de six collèges, dont le Collège Saint-Joseph, le Collège du Sacré-Cœur de Bathurst et le Collège Saint-Louis d'Edmundston.

Il s'agit d'abord d'une institution catholique avec sa tête le Père Clément Cormier mais devient laïque trois ans plus tard, en 1966.

En 2010, elle accueille plus de 5 000 étudiants dans ses campus de Moncton, d'Edmundston et de Shippagan.

Historique[modifier | modifier le code]

Origines de l'éducation supérieure en Acadie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éducation en Acadie.

En 1864, Camille Lefebvre fonde le Collège Saint-Joseph dans le village de Memramcook[2], à 25 kilomètres au sud-est de Moncton. En 1868, l'institution se voit décerner par le gouvernement provincial le pouvoir de décerner des grades[2]. Elle obtient le titre d'université en 1888[2]. En 1890, les Eudistes fondent le Collège Sainte-Anne à Pointe-de-l'Église, en Nouvelle-Écosse, l'actuelle Université Sainte-Anne[2]. Ces derniers fondent aussi le Collège Sacré-Cœur à Caraquet en 1899[2]. Il brûle en 1915 mais est rouvert à Bathurst[2]. Les Religieuses Notre-Dame du Sacré-Cœur fondent le Collège Notre-Dame d'Acadie à Memramcook en 1943; il est le premier à décerner des baccalauréats aux filles[2]. Les Eudistes fondent enfin le Collège Saint-Louis à Edmundston en 1946; l'institution devient une université un an plus tard[2]. Les Hospitalières de Saint-Joseph fondent quant à elles le Collège Maillet à Saint-Basile, désormais quartier d'Edmundston, en 1949[2]. Le Collège Maillet est affilié au Collège Saint-Louis, qui est d'ailleurs renommé Université Saint-Louis en 1954[2]. Le Collège Notre-Dame d'Acadie est déplacé en 1949 à Moncton[2]. En 1959, les Religieuses de Jésus-Marie fondent un collège pour filles à Shippagan; l'établissement est annexée au Collège Sacré-Cœur de Bathurst en 1963[2].

Fondation de l'Université de Moncton[modifier | modifier le code]

L'Université de Moncton est créée par l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick le 19 juin 1963, à la suite d'une commission d'enquête[3]. L'Université Saint-Joseph, le Collège Sacré-Cœur et l'Université Saint-Louis renoncent alors à leurs chartes pour devenir des collèges affiliés; le Collège Sacré-Cœur est renommé Collège de Bathurst[2]. L'absence de bâtiments convenables À Moncton rend nécessaire la construction d'un nouveau campus sur une colline au nord de la ville, près du Couvent Good Shepherd, qui viendra à être absorbé par l'institution[4]. Le Collège Notre-Dame d'Acadie ferme ses portes en 1965, car les filles sont désormais admises à l'Université de Moncton[2]. Le Collège Saint-Louis et le Collège Maillet fusionnent en 1972 pour former le Collège Saint-Louis-Maillet[2]. Le collège de Shippagan passe directement sous la responsabilité de l'Université de Moncton la même année[2]. Le Collège Saint-Joseph ferme quant à lui ses portes la même année et ses activités sont transférées à la Faculté des Arts de l'Université de Moncton[2]. Le Collège de Bathurst ferme ses portes en 1975[2]. En 1977, la charte de l'université est modifiée pour lui permettre d'implanter des campus dans les trois régions francophones du Nouveau-Brunswick, soit Moncton, Edmundston et Shippagan[3]. Le Collège de Shippagan devient alors le Centre universitaire de Shippagan, alors que le Collège Saint-Louis-Maillet devient le Centre universitaire Saint-Louis Maillet[2]. Les trois composantes prennent leur nom actuel – Université de Moncton, campus de (nom de la vile) – en 1994[2].

Développement de l'université[modifier | modifier le code]

Le pavillon d'Ingénierie est inauguré en 1989 et agrandi en 1997[5]. Le pavillon des Sciences de l'environnement est inauguré en 1994[5].

Structure et organisation[modifier | modifier le code]

Facultés[modifier | modifier le code]

La faculté d'Administration est situé au pavillon Jean-Cadieux du campus de Moncton. Elle comprend les départements de l'administration et de la comptabilité[6]. Il possède le Centre Assomption de recherche et de développement en entrepreneuriat, le Centre de Commercialisation Internationale, la Chaire des caisses populaires acadiennes en gestion des coopératives et la Chaires d’études Jeanne et J.-Louis Lévesque[7].

La Faculté des Arts et des Sciences Sociales comprend les départements d'administration publique, d'anglais, d'art dramatique, des arts visuels, d'économie, d'études françaises, d'histoire et de géographie, de musique, de philosophie et de sciences religieuses, de sciences politiques, de sociologie, de traduction et de langues ainsi que l'école de travail social[8]. Elle comprend le Centre de recherche en linguistique appliquée, le Centre Métropolis Atlantique, la Chaire de recherche du Canada (niveau 1) en administration publique et gouvernance, la Chaire de recherche du Canada en analyse littéraire interculturelle, la Chaire de recherche McCain en ethnologie acadienne, la Chaire d'études acadiennes, la Chaire Roméo-LeBlanc en journalisme, la Groupe de recherche interdisciplinaire sur les cultures en contact (GRICC), le Groupe de recherche en histoire du travail du N.-B., le Groupe d’étude et de recherche sur le changement social en santé (GERCSS), le Laboratoire d'analyse de données textuelles, le Laboratoire de musique électroacoustique et le Laboratoire de recherche en travail social[9].

La faculté de Droit est fondée en 1978 au campus de Moncton[10]. Elle enseigne notamment la Common law en français[10]. La faculté regroupe le Centre de traduction et de terminologie juridiques et l'Observatoire international des droits linguistiques[11].

  • Faculté des études supérieures et de la recherche (Pavillon Léopold-Taillon)
La faculté d'ingénierie, sur le campus de Moncton.
  • Faculté d'Ingénierie
    • Département de génie civil
    • Département de génie électrique
    • Département de génie industriel
    • Département de génie mécanique
    • Département de technologie
  • Faculté des sciences de la santé et des services communautaires (Pavillon Jacqueline-Bouchard)
    • École de kinésiologie et de récréologie (CEPS Louis-J.-Robichaud)
    • École de psychologie (Pavillon Léopold-Taillon)
    • École de science infirmière
    • École des sciences des aliments, de nutrition et d'études familiales
  • Faculté des sciences (Pavillon Rémi-Rossignol)
    • Département de chimie et biochimie
    • Département de biologie
    • Département d'informatique
    • Département de mathématiques et statistique
    • Département de physique et d'astronomie
    • Secteur des programmes spéciaux
  • Faculté des sciences de l'éducation (Pavillon Jeanne-de-Valois)
    • Département d'enseignement au primaire et de psychopédagogie
    • Département d'enseignement au secondaire et des ressources humaines
Le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick.

Facultés et départements (Edmundston)

  • Faculté des études (comprend les premières années de plusieurs baccalauréats, les années subséquentes se faisant à Moncton)
  • Faculté de foresterie

Bibliothèques, musées et collections[modifier | modifier le code]

Situé sur le campus de Moncton, la Bibliothèque Champlain est la plus importante bibliothèque universitaire francophone des provinces de l'Atlantique, avec ses 633 000 livres, ses 700 000 documents audio-visuels, ses 18 000 périodiques (dont 16 600 électroniques) et ses 30 000 cartes[12]. Elle compte 40 postes de travail informatiques[12]. Situé au sous-sol de la bibliothèque Champlain, le Centre d'études acadiennes Anselme-Chiasson possède la plus importante collection au monde sur l'Acadie et les Acadiens[12]. Sa bibliothèque compte plus de 12 000 livres, plus de 3 000 microfilms ainsi que l'inventaire complet de tous les journaux acadiens[13]. Le campus de Moncton possède deux autres bibliothèques: la Bibliothèque de droit Michel-Bastarache à la Faculté de Droit ainsi que le Centre de ressources pédagogiques à la Faculté des sciences de l’éducation[12].

La Bibliothèque Rhéa-Larose, au campus d'Edmundston, compte 75 000 volumes[10].

La Bibliothèque du campus de Shippagan compte 40 000 volumes, 325 abonnements de périodiques et 3 000 publications gouvernementales[14]. La bibliothèque abrite également le centre d'archives et de recherche Mgr-Donat-Robichaud de la Société historique Nicolas-Denys, dont le mandat est d'étudier l'histoire du Nord-est de la province[15].

Le Musée acadien du campus de Moncton est le plus ancien musée de la sorte, ayant été fondé en 1886 au Collège Saint-Joseph[16]. La Galerie d'art Louise et Reuben-Cohen est située dans le même bâtiment[17].

La collection d'art inuit Esther et Isadore Fine, à la bibliothèque Champlain, a été léguée par ce couple de Moncton et compte 242 pièces datant de la période classique, soit 1930 à 1975, de 150 artistes dont Pudlo Pudlat, Kananginak Pootoogook et Kenojuak Ashevak. La collection est librement accessible[18].

Campus[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Localisation des campus

Dans son énoncé de mission, l'Université de Moncton se décrit comme une « institution à trois composantes exclusivement de langue française »[19].

Campus de Moncton[modifier | modifier le code]

La ville de Moncton accueille plus de 70 % des étudiants et offre l'ensemble des programmes, à l'exception de foresterie (offert à Edmundston) et de gestion de l'information (Shippagan). Situé au nord de la ville, Le campus de Moncton regroupe une vingtaine de pavillons, un centre sportif CEPS Louis J. Robichaud, un aréna (Jean-Louis Lévesque), un musée, une galerie d'art et quatre résidences offrant 196 studios et 158 chambres simples.

Le campus de Moncton devait à l'origine être compact, notamment à cause du site venteux, mais possède plutôt des édifices très espacés, selon un plan dépendant de l'automobile[4]. Contrairement au style « gothique collégien » de la plupart des campus nord-américains, il possède un style d'inspiration moderniste – plus audacieux encore que le campus de Fredericton de l'Université du Nouveau-Brunswick – introduit dans les années 1930 aux États-Unis par des membres du mouvement Bauhaus[4]. Plusieurs architectes locaux, dont des Acadiens, ont profité de la construction du campus mais l'influence de l'architecture québécoise reste palpable par l'usage de briques de couleur chamois pâle[4]. Parmi les grandes réalisations figurent, selon John Leroux, le pavillon des sciences Rémi-Rossignol, avec son plan en « X », son escalier central en spirale et son foyer circulaire ; la chapelle de l'édifice Pierre-Amand-Landry, avec son vitrail de Claude Roussel ; l'aréna J.-Louis-Lévesque ; la Maison Lafrance, une résidence étudiante ; le pavillon des Arts ; le pavillon du Commerce, constitué de béton préfabriqué, ainsi que la chaufferie[4]. L'édifice Léopold-Taillon, l'ancien Couvent Good Shepherd construit en 1948, est le dernier chef-d'œuvre de René-Arthur Fréchet[4]. Le pavillon d'Ingénierie, d'un style postmoderne, possède une verrière voûtée traversant le corps de l'édifice, l'un des meilleurs exemples dans la province selon John Leroux. Le pavillon des Sciences de l'environnement, du même style, représente, selon Pierre Gallant, le « leadership d'un style acadien naissant » par son inspiration technologique[5].

Campus d'Edmundston[modifier | modifier le code]

Le campus d'Edmundston est bâti sur un secteur élevé du centre-ville, près de la route Transcanadienne. Il compte sept pavillons[20]. Il accueille annuellement 600 étudiants.

Le pavillon Simon-Larouche, conçu par l'architecte québécois Edgar Courchesne en 1950, est inspiré du style dom-bellotiste et est typique des monastères et collèges québécois par son plan symétrique, ses détails francs et l'usage de la pierre grise[21].

Campus de Shippagan[modifier | modifier le code]

Le campus de Shippagan est situé en plein centre-ville, face au port de Shippagan. Il compte huit pavillons, dont l'un partagé avec le CCNB-Péninsule acadienne[22]. Le campus accueille environ 425 étudiants.

Budget et droits de scolarité[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2004-2005, l'Université de Moncton avait un budget de 109 millions $[23]. Les principales sources de revenu de l'Université sont respectivement les subventions des gouvernements du Nouveau-Brunswick et du Canada (63,5 millions $) et les droits de scolarité exigés des étudiants (25 millions $).

Grâce à de généreux donateurs, l’Université de Moncton, campus de Moncton offre annuellement près de 3 millions $ en bourses. Il est aussi possible de détenir la bourse Loran à l'Université de Moncton (sur n'importe quel campus).

Centre d'études acadiennes[modifier | modifier le code]

Le Centre d'études acadiennes Anselme-Chiasson[24], qui prolonge le centre d’archives fondé au début des années 1940 à l’ancien collège Saint-Joseph, situé à Memramcook, possède la plus grande collection mondiale d'archives et de documentation concernant la réalité acadienne. Ses différents secteurs (archives privées et institutionnelles, généalogie, folklore) sont dirigés par des spécialistes qui assurent la gestion des collections, l'avancement des recherches dans leur domaine respectif en plus de répondre aux demandes des usagers.

Fondé en même temps (1968) que l'Université de Moncton, il « a comme mandat principal de rassembler et de conserver en un même endroit tout le matériel documentaire pertinent concernant les Acadiens et Acadiennes et la société acadienne; à quelque point de vue que ce soit : histoire, généalogie, ethnologie, sociologie, archéologie, folklore, démographie, géographie, économie, linguistique, etc. »

Ce Centre entretient des relations privilégiées avec plusieurs centres de recherche dont l'Institut d'études acadiennes et québécoises de l'Université de Poitiers en France, le Centre acadien de l'Université Sainte-Anne, en Nouvelle-Écosse, le Centre d'études louisianaises de l'Université de la Louisiane du Sud-Ouest de Lafayette, en Louisiane, le CELAT (Centre inter-universitaire d'études sur la langue, les arts et les traditions) de l'Université Laval, au Québec, le Département de français de l'Université d’Ottawa.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

FÉÉCUM (Fédération des étudiants et étudiantes du centre universitaire de Moncton)[modifier | modifier le code]

Depuis 1969, la FÉÉCUM représente les étudiants du Campus de Moncton. Née du mouvement de revendication acadien de 1968, la fédération se définit comme étant progressive et autonome, visant une formation de qualité, une éducation postsecondaire accessible et un environnement sain pour l'épanouissement de ses membres et de la population acadienne et francophone.

Sports[modifier | modifier le code]

Le stade de Moncton.

L'université est représentée par huit équipes dans différentes ligues du Sport universitaire de l'Atlantique (SUA) et du Sport interuniversitaire canadien (SIC), qui compétitionnent sous le nom des Aigles Bleus. Elle est représentée par des équipes masculines et féminines de hockey et de soccer, une équipe de volley-ball féminin, des équipes mixtes d'athlétisme et de cross-country.

Le stade de Moncton, situé sur le campus, compte 10 000 places permanentes et peut être agrandi à au-delà de 20 000 places en ajoutant des gradins temporaires. Il a été inauguré en 2010.

Activités culturelles et sociales[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

La faculté de Droit publie annuellement Le Juriste[25].

Professeurs et anciens élèves célèbres et premier récipiendaire du Prix d'excellence en enseignement de l'Université de Moncton[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • L'Université de Moncton est le lieu d'invention de la Tritare. Elle a été inventée par le mathématicien Claude Gauthier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport Annuel 2006-2007
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t « Historique », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  3. a et b Clément Cormier, « Université de Moncton », sur L'encyclopédie canadienne.
  4. a, b, c, d, e et f (en) John Leroux, Building New Brunswick : An Architectural History, Fredericton, Goose Lane Editions,‎ 2008 (ISBN 978-0-86492-504-6), p. 206-212.
  5. a, b et c (en) Leroux (2008), op. cit., p. 265-270.
  6. « Départements et secteurs (faculté de l'Administration) », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  7. « Centres et chaires de recherche (faculté de l'Administration », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  8. « Départements et école (faculté des Arts et Sciences sociales) », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  9. « Recherche, développement et création (faculté des Arts et Sciences sociales) », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  10. a, b et c « Histoire de la bibliothèque (Rhéa-Larose) », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  11. « Les Centres de recherche (faculté de Droit) », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  12. a, b, c et d « Bibliothèques », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  13. « Bibliothèque du CEAAC », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  14. « À propos (Bibliothèque du campus de Shippagan) », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  15. « Société Historique Nicolas-Denys », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  16. « Renseignements (Musée Acadie) », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  17. « Galerie d'art Louise et Reuben-Cohen », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  18. « Collection d'art inuit », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)
  19. « Mission, vision et valeurs », sur Université de Moncton (consulté le 10 août 2011)
  20. « Visite guidée (campus d'Edmundston) », sur Université de Moncton (consulté le 10 août 2011)
  21. (en) Leroux (2008), op. cit., p. 188-191.
  22. « Infrastructure (campus de Shippagan) », sur Université de Moncton (consulté le 10 août 2011)
  23. Université de Moncton – États financiers vérifiés au 30 avril 2005
  24. Centre d'études acadiennes Anselme-Chiasson
  25. « Le Juriste », sur Université de Moncton (consulté le 13 juin 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]