Clément Cormier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cormier (homonymie).

Clément Cormier, né le à Moncton et mort le à Moncton, est un prêtre et universitaire canadien. Recteur de l'Université Saint-Joseph de 1948 à 1963, et recteur-fondateur de l'Université de Moncton de 1963 à 1967, Clément Cormier est l'un des éducateurs acadiens les plus en vue du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Moncton, au Nouveau-Brunswick, Clément Cormier obtient, en 1931, le baccalauréat ès arts de l'Université Saint-Joseph de Memramcook. La même année, il entre au noviciat des Pères de Sainte-Croix à Sainte-Geneviève de Pierrefonds. Après des études de théologie au grand séminaire de Montréal, il est ordonné prêtre en 1936. Il débute sa carrière de professeur au Collège Sainte-Croix, à Montréal, où il enseigne pendant deux ans.

Après des études à l’Université Laval de Québec, Clément Cormier devient préfet des études de l’Université Saint-Joseph en 1940, avant de devenir recteur de cette même université en 1948. Il occupe ce poste de recteur pendant deux mandats : de 1948 à 1954 et de 1956 à 1963. À la création de l'Université de Moncton en 1963, Clément Cormier est le premier recteur de la nouvelle institution[1]. En 1963, il est aussi nommé membre de la Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme.

Pendant toute sa carrière, Clément Cormier travaille à la promotion et à l’étude de l’histoire, de la langue et de la culture. Il est président du Musée Provincial du Nouveau-Brunswick, à Saint-Jean en 1953-1954 et il devient, en 1960 le président fondateur de la Société Historique acadienne. En 1968, il fonde également, à l’Université de Moncton, un centre d’études acadiennes (aujourd’hui Centre d'études acadiennes Anselme-Chiasson), centre qu’il dirige jusqu’en 1974.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. E. W. Larracey, Resurgo : L'histoire de Moncton, t. II : « L'histoire de Moncton de 1890 à 1990 », 1991, p. 312.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]